lun 22 avril 2024 - 03:04

Hiram Abiff Ouvriers : Connais-toi toi-même

De notre confrère du vénézuela elnacional.com – Par Mario Muñera Muñoz PGM

« Votre vision ne deviendra claire que lorsque vous pourrez regarder dans votre propre cœur. Qui regarde à l’extérieur, rêve, qui regarde à l’intérieur : réveille-toi. (Carl Young). » Je vous préviens, qui que vous soyez, vous qui souhaitez sonder les secrets de la nature, si vous ne trouvez pas en vous ce que vous cherchez, vous ne pourrez pas non plus le trouver à l’extérieur. Définissons ce qu’est la « connaissance de soi » : soi et connaissance, comprendre par la raison. Cette inscription a été trouvée dans le pronaus de l’Oracle de Delphes, et a acquis le plus haut prestige philosophique, qui contient en quelques mots un sens très profond qui est au-delà du temps.

Selon la mythologie, Apollon a tué le dragon Python. En ce lieu le culte était institué et là les devins offraient leurs oracles. C’est Platon, le philosophe, qui l’a largement diffusé dans ses œuvres. Socrate conseillait de se consacrer à la connaissance de soi, avant d’étudier les mystères des dieux. Platon, dans son école, nous montre qu’il est essentiellement mystique, car tout sujet qu’il traite, que ce soit l’éthique, la dialectique ou les mathématiques, est fondamentalement une théologie, puisque ses conclusions le conduisent à la contemplation et à la vénération de Dieu. En Grèce, il y avait des écoles d’initiation aux mystères, et de nombreux philosophes et savants de l’époque se sont engagés dans cette voie difficile. Il y a une connaissance limitée des mystères d’Eleusis, où il y avait une expérience mystique liée à l’immortalité de l’âme et à la connaissance de Dieu.

L’expression « connais-toi toi-même » suggère que la connaissance de soi est une approche de la Divinité. Connaître la vérité sur vous-même, c’est être honnête et ouvrir la voie à la connaissance du Divin. « Si vous voulez être capable de reconnaître Dieu, vous devez d’abord apprendre à vous connaître », c’est la manière de connaître la Divinité. Esotériquement, nous pouvons interpréter l’expression « connais-toi toi-même » comme un appel au début du microcosme, puisque l’être humain est l’image de la Divinité et qu’il existe une correspondance avec l’Univers.

Il y a une légende mythologique qui nous dit : Les dieux, soucieux des faibles niveaux de conscience humaine, ont essayé de cacher la « sagesse » à l’ignorance des humains, car elle est entre leurs mains, ils la détruisent et l’utilisent pour le mal. Elle ne peut être qu’entre les mains d’êtres préparés et qualifiés. Ils l’ont caché au centre de la Terre. Ils l’ont caché au fond de la mer et l’ont caché dans les hauteurs des montagnes, et même là l’être humain, en raison de son ambition démesurée, a essayé de le chercher. Dans un accord entre les dieux, ils sont arrivés à la conclusion qu’il y avait une cachette où l’être humain ne le trouverait pas : « En lui-même », et c’est seulement à cet endroit qu’ils le trouveront. « Les êtres purs et nobles » qu’il lui viendrait d’y chercher.

Nous déduisons de cette légende mythologique que la « sagesse » n’est possédée par aucune école initiatique, ni religion… elle est en nous-mêmes. Ces écoles ne peuvent qu’instruire et donner des directives légères, à découvrir. En toi est le trésor des trésors. Un sens de « connais-toi toi-même »… que pour accéder à la sagesse, le chemin est la connaissance de soi. Cette phrase est également interprétée comme la salutation que Dieu a adressée aux visiteurs du temple, leur souhaitant la sagesse.

A l’intérieur de l’expression « connais-toi toi-même », les questions sont suggérées : qui suis-je, d’où je viens et où vais-je, et leurs réponses sont comprises et définies par chacun selon son état de conscience.

Pour être un dirigeant, il faut d’abord se gouverner, et il faut d’abord « se connaître ». Nous ne pouvons pas développer notre nature si nous ne savons pas ce qu’elle est. “Se connaître” est une voie d’amélioration et une étape pour accéder à la connaissance. C’est le début de la philosophie. C’est placer la pensée au point de commandement de notre vie. En psychologie, se connaître, c’est regarder vers le passé, et en ésotérisme, c’est regarder vers l’avenir. Une vie sans réflexion ne vaut pas la peine d’être vécue. (Socrate). 

Quand nous nous connaissons, notre existence prend une autre couleur, comme le dit Epicure : « Il viendra un temps où tu croiras que tout est fini. Ce sera le début. » Cela signifie que nous nous renouvelons toujours et que nous sortons des difficultés, comme nous l’indique le symbole de l’Oiseau Phénix, peu importe le nombre d’obstacles, nous nous relèverons toujours. Un Initié aux mystères d’août n’est pas un lâche, parce qu’il se connaît lui-même. Se connaître, ce n’est pas tant connaître les limites, mais c’est connaître la grandeur de notre être intérieur, nous faisons partie de la Grande Énergie Universelle, seulement nous nous en éloignons et nous ne croyons pas en nous-mêmes. Lorsque nous nous éloignons de nous-mêmes, nous plaçons un voile sur notre être : nous marchons à l’aveuglette. L’ego nous domine et l’arme pour le dominer est “le non-attachement et le détachement. « Bien connaître les autres, c’est intelligent. Bien se connaître, c’est la sagesse » (Albert Einstein). Se connaître c’est la paix intérieure, l’épanouissement spirituel, la responsabilité, ça commence à s’ouvrir. “Conscience“, et donc l’univers est perçu différemment. La lumière intérieure est réfléchie à travers nous, perçue par notre environnement, et c’est ainsi que la franc-maçonnerie transforme la société. La lumière de la franc-maçonnerie se reflète dans chaque QH qui, se connaissant, commence à ouvrir sa conscience.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES