mer 08 février 2023 - 01:02

Lieu symbolique : Le pech de Bugarach ou la fin du monde en 2012 !

C’est l’actualité télévisuelle qui nous fait vous présenter le pech ou pic de Bugarach – en occitan, puèg de Bugarag, pic des Pyrénées françaises situé dans l’Aude, en région Occitanie.

En effet, « Bugarach » est une toute nouvelle série de France Télévisions en cours de tournage depuis ce lundi 5 décembre 2022 à Toulouse (Haute-Garonne). Une série fantastique dans laquelle jouent entre autres, Marilyn Lima, Jérémy Banster – connu du grand public pour son rôle de Julien Bastide dans la série de France 2 Un si grand soleil – et Linda Hardy, Miss France 1992.

Rappelons juste qu’une œuvre est de genre fantastique quand elle relate des événements totalement étranges, le plus souvent irrationnels ou incompréhensibles, hors d’atteinte de la puissance humaine ou de l’explication rationnelle (apparition de doubles, de fantômes, de spectres ou de revenants ; labyrinthes étranges ; rêves ou prémonitions ; réincarnation ; événements maléfiques inexpliqués ou apparition de démons ; apparition d’anges ou d’anges gardiens ; objets usuellement inertes mais devenus vivants, etc.).

En savoir plus sur France 3 Occitanie

Le pitch est le suivant : « de nos jours dans une petite ville d’Occitanie, Émilie, une étudiante au caractère imprévisible, décide d’enquêter sur la mort suspecte de son père, suite au crash de son hélicoptère. Avec l’aide de ses trois amis, elle part explorer le mont Bugarach où l’accident a lieu et découvre un portail ouvrant sur des mondes parallèles. Émilie pourra-t-elle changer le cours de son destin et sauver la région, menacée par une catastrophe écologique majeure ? »

Parapente au-dessus du « fantôme »

Bugarach…

C’est un petit village de 200 âmes situé à quelques kilomètres de Carcassonne. S’il suscite autant d’attentions, c’est parce que son pic sacré serait l’unique refuge pour échapper à l’apocalypse, prévue dans le calendrier maya le 21 Décembre 2012.

… et son pech

Le pech est le point culminant des Corbières avec 1 230 mètres d’altitude. De son sommet, le panorama s’étend des Pyrénées à la montagne Noire et de la Méditerranée à la haute vallée de l’Aude. Le site du « Puech de Bugarach et de la crête nord du synclinal du Fenouillèdes » a été classé en 2017.

Sa toponymie

Selon certaines sources, son nom pourrait provenir de Bulgare – « bougres ou boulgres ») – nom donné au Moyen Âge aux ancêtres des Cathares, mais selon Charles Rostaing et Albert Dauzat, les auteurs du Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France (Larousse, 1963), il vient du « nom d’homme germain Burghar » avec le suffixe -aticum.

Pic de Bugarach, versant Sud

Le pech de Bugarach, pittoresque et historique

Le critère pittoresque : la montagne isolée qu’est le Pech de Bugarach, avec sa forme très originale et curieuse,est un point d’attrait dans le paysage des Corbières, perceptible depuis le Canigou, le Madres ou la plaine du Lauragais. Les châteaux de Peyrepertuse et Quéribus par exemple, occupent de remarquables situations sur des crêtes calcaires abruptes, traversées de failles qui amplifient l’impression de verticalité.

Michel Roquebert

Michel Roquebert (1928-2020), l’écrivain qui popularisa ces châteaux languedociens dans les années 1960, les qualifie de « citadelles du vertige ». De plus, l’utilisation des roches du site même pour la construction des châteaux produit un effet d’intégration au site avec son substrat.

Le critère historique : ancienne frontière entre les royaumes de France et d’Aragon, châteaux dits cathares (existence mentionnée dès le XIᵉ siècle), col de St-Louis (passage « royal », château des Maures), ermitage de St-Antoine de Galamus, patrimoine divers (ponts romans ou autres, ruines de Mouillet).

Côté occultisme

Le mont Bugarach est dans le courant New Age, réputé avoir des propriétés telluriques particulières, abriter un trésor caché et être associé à une activité OVNI.

Les sept chakras dans la représentation du New Age

Pour mémoire, le New Age, ou Nouvel Âge, est un courant spirituel occidental des XXe et XXIe siècles, caractérisé par une approche individuelle et éclectique de la spiritualité. Défini par certains sociologues comme un « bricolage » syncrétique de pratiques et de croyances ce courant sert de catégorie pour un ensemble hétéroclite d’auteurs indépendants et de mouvements dont la vocation commune est de transformer les individus par l’éveil spirituel et par voie de conséquence changer l’humanité. Ce mouvement est répandu aux États-Unis et dans les autres pays occidentaux.

À la fin 2010, le maire de la commune de Bugarach se plaint de l’arrivée massive de visiteurs. Prétendant que seul ce village pourrait échapper à la destruction du monde en décembre 2012 telle qu’elle aurait été prédite selon certaines interprétations du calendrier maya*.

Traces d’anciens graffitis évoquant la fin du monde

Le 13 octobre 2012, à Salses-le-Château, la Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme (FECRIS) – créée le 30 juin 1994 à Paris est une association de droit français qui regroupe des associations européennes de défense et d’information sur le phénomène sectaire – réunit divers acteurs de la lutte contre les sectes pour faire le point sur « le dossier de l’apocalypse de Bugarach », au moment même où un arrêté municipal interdit l’accès au pic pendant le mois de décembre.

Rocher gravé sur le sentier du Pech

Sur place, le ministère de l’Intérieur avait prévu « un bouclage complet du site » mais la décision a finalement été « d’accompagner le rassemblement plutôt que de tenter de l’interdire », avec le peloton de gendarmerie de haute montagne(PGHM) d’Osséja, en Cerdagne, et 45 pompiers du Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (GRIMP), entre autres pour surveiller l’accès à deux réseaux de galeries naturelles à l’intérieur de la montagne, le Bufo Fret et le Font de Dotz, les deux plus grosses des 50 cavités de la montagne.

Souvenons-nous, il y a 10 ans déjà, des illuminés attendaient la fin du monde !

Calendrier maya

* Le calendrier maya était la version maya du calendrier mésoaméricain, composé de différents systèmes calendaires évoluant de manière concomitante. Il se composait d’un calendrier sacré, Tzolk’in (ou Bucxok), cyclique sur 260 jours, d’un calendrier solaire, Haab, cyclique sur 365 jours, et du compte long qui faisait le lien entre les deux précédents calendriers.

Le mayanisme et d’autres courants du New Age, parmi lesquelles les mouvances millénaristes, prédisaient des changements radicaux voire la fin du monde pour 2012 en se basant sur le Tzolk’in, la situant généralement plus précisément le 21 décembre (et d’autres auteurs, encore, évoquaient une erreur de calcul qui déplacerait la date). Ces dates correspondraient à la fin d’un cycle du calendrier maya et marqueraient, selon les partisans de la théorie, un changement dans la conscience mondiale et le début d’un nouvel âge.

Calendrier maya

Cette prophétie avait été rejetée par les scientifiques, tout comme les autres prédictions de fin du monde, pour son caractère pseudo-scientifique. En effet, aucune inscription maya n’évoquait la moindre prédiction de fin du monde ou de quelque bouleversement majeur pour cette date-là. De plus, ce qui était considéré par les partisans de cette prédiction comme la fin du calendrier maya n’est en fait que la fin d’un cycle, tout comme chaque 31 décembre marque la fin du cycle d’une année dans le calendrier grégorien, sans que cela n’implique de fin définitive du calendrier, et encore moins la fin du monde.

Vue prise de Força Réal, village de Lesquerde

Une découverte en mars 2010 de peintures murales, de hiéroglyphes et du plus ancien calendrier lunaire maya (1200 ans) sur le site de Xultun, révélés en mai 2012 dans un article publié par la revue scientifique Science, est venu par ailleurs contredire la date de 2012 comme fin d’un cycle ou du monde, les murs étant couverts de calculs allant au-delà de cette date, certains jusqu’à 7000 ans.

« Les anciens Mayas prédisaient que le monde continuerait et que dans 7000 ans, les choses seraient exactement comme elles étaient alors », explique l’archéologue William Saturno de la Boston University dans un article de Science. Mais, selon l’épistémologue André Cauty, il n’est pas possible de définir une table astronomique, les éphémérides ou un calendrier après la découverte archéologique de signes mayas à Xultun au Guatemala.

Panoramique à 360° (seulement) depuis le pech…

L’énigme Bugarach, est un documentaire (0h57) sur le mystère qui entoure ce fameux lieu nommé la montagne sacrée où, entre la légende Cathare, le trésor des Templiers et de celui de l’abbé Saunière, les reliques saintes, ainsi que les témoignages d’apparitions d’OVNIs extraterrestres, ou encore un site qui serait énergétique, il y a de nombreuses versions et interrogations toutes intrigantes et sans réelles réponses.

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Retraité, Yonnel Ghernaouti a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du compagnon de l’Union Compagnonnique des Devoirs Unis Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire et membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France, il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour « La Chaîne d’Union », revue trimestrielle d'études maçonniques, philosophiques et symboliques du Grand Orient de France. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en est le Commissaire général.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES