jeu 08 décembre 2022 - 18:12

La franc-maçonnerie en Israël, entretien avec Claudio Moses

De notre confrère aurora-israel.co.ilAlan Kronick

Claudio préside « La Fraternité », une loge au sein de la « Grande Loge de l’État d’Israël des anciens maçons libres et acceptés » et s’est entretenu avec AURORA pour se plonger dans ce monde passionnant.

On parle beaucoup du monde maçonnique sans grande précision. Différents livres, films et séries télévisées construisaient des mythes autour de lui où nous savons rarement avec certitude ce que signifie être franc-maçon. Il suffit de googler le mot franc-maçonnerie pour trouver différents contenus et articles qui présentent plus de questions que de réponses.

Israël a la « Grande Loge de l’État d’Israël des Anciens Maçons Libres et Acceptés », dont le siège est situé dans un bureau discret au centre de Bnei Brak. La Grande Loge rassemble les 57 loges actives qui sont en Israël, ensemble il y a plus de 1270 frères âgés de 23 à 90 ans, où ils interagissent en 10 langues, anglais, hébreu, portugais, roumain, turc, allemand, arabe, français, russe et espagnol. Son objectif est de « faire en sorte que ses membres deviennent de meilleures personnes par le développement personnel », ceci est réalisé à l’aide d’un profond travail réflexif et intellectuel où, comme le disent les membres : « chercher à se connaître pour s’améliorer et à son tour, à pouvoir améliorer la société dans laquelle nous vivons, et poursuivre ainsi l’objectif d’un monde meilleur ».

L’une des 57 loges actives est « La Fraternidad » qui regroupe majoritairement les Olim qui faisaient leur aliah des pays hispanophones, elle est actuellement présidée par Claudio Moses, qui nous a gentiment reçu dans le Temple de la Grande Loge.

Claudio est uruguayen, il a 41 ans, il est marié et a 3 enfants. Il est né à Montevideo et a fait son alyah il y a 20 ans, mobilisé par sa tradition sioniste qui l’a amené à passer plusieurs années dans un Tnuat Noar avec lequel il a visité Israël. Après son retour à Montevideo pendant un an, une grève à l’Université nationale a été le déclencheur de la décision de venir étudier le génie civil au prestigieux Technion.

Il a fait l’oulpan puis est entré dans l’unité d’élite reconnue, 8200, en tant qu’ingénieur civil à l’âge de 26 ans, où ce n’était pas une expérience facile puisqu’il était le plus grand de l’unité, il a servi de 8h à 17h et de De 18h à 22h il commence à donner ses premiers pas d’ingénieur dans un premier job.

Pour Claudio, le monde de la franc-maçonnerie n’était pas inconnu, son père faisait partie d’une loge en Uruguay et c’est lui qui l’a mis en contact avec différents frères de la fraternité d’Israël. Lors de son premier contact, et ce fut le cas, en 2009, Claudio a rejoint « La Fraternité », l’une des 57 loges maçonniques qui existent aujourd’hui en Israël.

Ce qui l’a motivé à entrer, c’est de voir l’effet que la franc-maçonnerie avait sur son père, un homme cultivé, toujours passionné d’histoire et de philosophie. En même temps, comme tous les immigrés, il lui semblait que la franc-maçonnerie pouvait aussi lui fournir un bon cadre communautaire pour rencontrer plus de personnes ayant les mêmes préoccupations.

Claude Moïse. 
Photo : Alan Kronik.

Interrogé sur leur première rencontre, Claudio sourit et se souvient d’une partie de sa cérémonie d’initiation en 2009 avec son frère Asher Tagar, un Israélien marié à un couple argentin, entré le même jour.  « Ce fut un beau processus, une cérémonie unique et impressionnante. »

Continuellement à propos de la conversation tenue avec Aurora pendant plus d’une heure, Claudio remarquait sans cesse l’importance que ce cadre avait pour lui. « Nous sommes frères, nous prenons soin les uns des autres, nous partageons et nous parlons beaucoup. C’est un espace hétérogène, où nous ne sommes pas unis par une amitié, mais par quelque chose de plus grand ». A travers cet espace, il a pu rencontrer des gens qui recherchent constamment l’amélioration, la collaboration avec les autres et le bien-être.

Lorsque la proposition de diriger est arrivée, Claudio n’en a même pas douté, il a estimé que comme toute structure, « La Fraternidad » avait également besoin d’une rénovation et que les jeunes commencent également à diriger l’espace afin que davantage de personnes puissent en faire partie.

Pourquoi y a-t-il tant de mythes sur la franc-maçonnerie ?

« La franc-maçonnerie a été évitée pendant une grande partie de l’histoire en tant que société secrète. Plus par peur de l’extraterrestre que pour autre chose. C’est ce qui s’est passé, par exemple, avec Franco en Espagne, qui a persécuté les francs-maçons et a même ordonné leur extermination. La raison du secret est en fait ancrée dans la méthode pédagogique utilisée par la franc-maçonnerie, on cherche à ce que les membres passent par les différentes cérémonies et les vivent dans leur propre chair, chacun en tirant ses propres conclusions, c’est la principale raison pour laquelle que son le contenu est gardé secret. Il est important de souligner qu’il est interdit de parler de politique ou de religion, nous ne discutons ni ne traitons de ces questions car ce sont des questions qui génèrent toujours des conflits partout dans la société, comme cela se produirait lors d’une réunion avec des amis »

Dites-nous, qu’est-ce que cela signifie d’être un franc-maçon ?

« Un maçon est un homme libre avec de bonnes mœurs, une bonne personne qui croit en la liberté, l’égalité et la fraternité. » Nous croyons que grâce au travail et aux efforts, nous pouvons améliorer certains aspects de notre caractère et grandir de façon permanente. Nous avons nos lois qui régissent les différents règlements qui coordonnent le travail de la franc-maçonnerie, ces lois dans leur ensemble constituent notre Constitution, un franc-maçon peut participer activement ou non, mais on est franc-maçon à vie.

Et que signifie être franc-maçon ?

« Tout d’abord, cela implique un engagement vis-à-vis de notre loge, de nos frères et de la franc-maçonnerie en général, de prendre une part active aux réunions que nous tenons. Nous nous rencontrons physiquement deux fois par mois où nous travaillons sur les problématiques que nous incluons dans un programme que nous élaborons en fonction des besoins de la loge. En même temps nous faisons partie d’un groupe humain, nous devons nous accompagner dans les moments heureux comme dans les moments tristes.

Personnellement, le plus difficile a été de commencer à prendre conscience des défauts que j’avais et que je devais travailler sur moi-même. Ce processus, je crois, m’a amené à être une meilleure personne, j’ai appris à connaître un environnement différent et sain, où nous avons étudié des sujets divers et passionnants. »

Aujourd’hui, Claudio remplit le rôle de Vénérable Maître de sa loge, où il doit la diriger pendant les 2 ans que dure son poste. Ses tâches dans ce rôle se répartissent entre faire les plans annuels, exécuter les programmes et les réunions et, surtout, s’occuper de ses frères de la loge. « J’aimerais que la Fraternité continue de grandir, que plus de gens veuillent participer à ce cadre et qu’ils y ajoutent leur propre valeur, nos portes seront toujours ouvertes pour tous ceux qui veulent se rapprocher de la Franc-Maçonnerie »

Pour plus d’informations, contactez secretaria.la.fraternidad@gmail.com

Enveloppe 1er jour Grande Loge de l’État d’Israël

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. Le seaux de la grande loge d’Israël intègre les trois religions.
    Votre article n’en dit pas un mot, j’en suis fort étonné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES