mar 06 décembre 2022 - 11:12

Chroniques d’histoire maçonnique N°90

Francs-maçons célèbres et obscurs de la monarchie de Juillet à la IIIe République

CollectifInstitut d’Études et de Recherches Maçonniques, N° 90, Automne 2022 – Hiver 2023, 96 pages, 14 € – 17 € port inclus

1re de couverture

Cette revue dont les rédacteurs en chef sont Pierre Mollier, directeur de la bibliothèque du Grand Orient de France et conservateur du musée de la franc-maçonnerie, et Éric Saunier, président de l’Institut d’études et de recherches maçonniques* (IDERM)  et historien spécialisé dans l’étude des sociétés urbaines et de la franc-maçonnerie, offre dans son numéro 90 un dossier thématique Francs-maçons célèbres et obscurs de la monarchie de Juillet à la IIIe République.

Horloge maçonnique, musée de la franc-maçonnerie

Notons que la première couverture est illustrée avec une horloge maçonnique, une des belles pièces du musée de la franc-maçonnerie, situé dans l’hôtel du Grand Orient de France, au siège du Grand Orient de France, 16 rue Cadet, dans le 9ᵉ arrondissement de Paris, qui est consacré à l’histoire de la franc-maçonnerie et à la maçonnologie. Il bénéficie du label musée de France.

Le musée de la franc-maçonnerie renferme une importante collection de sceaux, bijoux, médailles,  objets, montres maçonniques, peintures ainsi qu’un grand nombre de manuscrits, de patentes, de gravures, de livres d’architecture, de photographies…

Éric Saunier, rédacteur en chef

Pour mémoire, les « musées de France » sont des musées agréés par l’État et bénéficiant prioritairement de son aide, selon les termes de la loi du 4 janvier 2002. L’Appellation « Musée de France » peut être accordée aux musées appartenant à l’État, à une autre personne morale de droit public ou à une personne de droit privé à but non lucratif. À ce jour, 1216 musées ont reçu l’appellation « Musée de France ». En France, le musée de la Franc-maçonnerie est le seul à posséder ce statut… Ce qui en fait une grand musée ! En savoir plus https://www.museefm.org/

Jean Étienne Marconis de Nègre

Au sommaire du dossier Francs-maçons célèbres et obscurs de la Monarchie de Juillet à la IIIe République :

  • Jacques-Étienne Marconis de Nègre et le rite de Memphis par André Combes
  • Michel-Auguste Peigné, homme de progrès et de procès par François Gaudin
  • Émile Fernand-Dubois (1869-1952) : un statuaire franc-maçon, matérialiste et libertaire par Frédéric Cépède
  • Emmanuel Arago, 1812-1896,  du maçon sans tablier au haut dignitaire, initiatique d’un républicain romantique par Paul Baquiast et Bertrand Sabot
Tombe de Michel-Auguste Peigné, cimetière du Montparnasse, division 7

Un dernier opus que présente aussi un illustration, page 4, du temple Johannis Corneloup**, le numéro 4, temple de la rue Cadet classé monument historique, aménagé en 1924. Il dispose d’une voûte étoilée, plafond réputé avoir été peint par le peintre et dessinateur tchèque, fer-de-lance du style « Art Nouveau » Alfons Muchà (1860-1939) lors de son séjour à Paris. Il reçut la lumière en 1923 et fut, par la suite, élu Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil de Tchécoslovaquie.

Temple Corneloup, détail voûte étoilée

L’avant-propos du Comité éditorial, extrait :

« Le XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle ont été un temps très privilégié pour le rayonnement, pour l’influence et pour les tentatives de rénovation de la franc-maçonnerie française.

Temple Corneloup, détail mur du Septentrion

Dans ce cadre d’évolution, les loges n’ont peut-être jamais autant réussi à attirer des figures qui ont accédé à la célébrité maçonnique ou politique durable, dont ont été privés d’autres maçons, en dépit d’un talent et d’un engagement maçonnique reconnus de leur vivant, qui leur permet parfois d’accéder à de hautes fonctions maçonniques et profanes qui ont été un peu oubliées… »

Émile Fernand-Dubois dans son atelier, photographie anonyme, Cosne-Cours-sur-Loire, musée de la Loire.

* L’Institut d’études et recherches maçonniques (IDERM) a été créé en 1974. Son but est de promouvoir, soutenir, favoriser les recherches historiques, institutionnelles, etc. se rapportant à la franc-maçonnerie universelle. Si l’histoire de la maçonnerie reste l’essentiel de ses préoccupations, toute étude aussi bien de sociologie, de philosophie voire de linguistique maçonnique peut y trouver place.

Emmanuel Arago caricaturé par Daumier

L’institut a pour vocation de rassembler tous les chercheurs, mais aussi tout simplement ceux qui s’intéressent de près ou de loin à l’étude de ce qu’on peut appeler le phénomène maçonnique, quel que soit le temps ou le lieu.

**François-Joannis-Gabriel Corneloup (1888-1978) était ingénieur des arts et métiers. Il a collaboré à la revue Le Symbolisme : organe du Mouvement universel de régénération initiatique de la franc-maçonnerie, puis en a été le directeur de 1945 à 1956. Célèbre revue maçonnique publiée de 1912 à 1971, dont le martiniste et membre de la Société des Philalèthes Oswald Wirth (1860-1943), par ailleurs secrétaire de Stanislas de Guaita avec qui il dessina un Tarot, réédité depuis sous le nom de Tarot de Wirth, fut l’un des fondateurs. Ce Tarot est expliqué et commenté dans son ouvrage Le Tarot des imagiers du Moyen Âge, devenu un classique. Il fut Grand commandeur d’honneur ad vitam du Grand Collège des Rites du GODF.

Pour la première fois, la quatrième de couverture s’enrichit d’un code QR, en anglais QR code – quick response code, « code à réponse rapide » – permettant l’accès au site de l’éditeur.

Pour toute commande, Conform édition https://www.conform-edit.com/livres-maconniques-collection-godf/chron-n89-1559-detail.html

Temple Johannis Corneloup, GODF
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Retraité, Yonnel Ghernaouti a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du compagnon de l’Union Compagnonnique des Devoirs Unis Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire et membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France, il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour « La Chaîne d’Union », revue trimestrielle d'études maçonniques, philosophiques et symboliques du Grand Orient de France. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en est le Commissaire général.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES