jeu 01 décembre 2022 - 20:12

La marche sur Rome et les témoignages inédits de la participation de la franc-maçonnerie

De notre confrère italien ilsecoloxix.it

Le « pistolet fumant », preuve de la présence de la franc-maçonnerie derrière la marche, vient grâce à l’étude de quatre ans menée par Tony Saccucci, réalisateur, scénariste, enseignant.

Rome – Il y avait la franc-maçonnerie derrière la marche sur Rome qui, le 28 octobre 1922, amena Benito Mussolini au pouvoir en Italie.

100 ans après la marche, les tests sont sortis. Jusqu’ici on savait le soutien direct du grand maître Raoul Vittorio Palermi à Mussolini, ses sympathies même après 1922. De même que, d’autre part, on savait que le pouvoir des maçons tout court représentait le dernier rempart démocratique à gravir du jeune Mussolini. C’est précisément pour cette raison qu’en 1925, le Duce a interdit la franc-maçonnerie et certains représentants ont mal fini, certains ont même été tués.

Ce dont personne n’a eu la preuve jusqu’à présent, c’est que Palermi lui-même était présent à la marche sur Rome et a défilé avec le petit groupe de futurs ministres et sous-secrétaires du premier gouvernement Mussolini, qu’il n’est pas superflu de rappeler regorgeant de non- fascistes (il suffit de penser à Gronchi, futur président de la République italienne).

Le « pistolet fumant », preuve de la présence de la franc-maçonnerie derrière la marche, arrive aujourd’hui grâce à l’étude de quatre ans menée par Tony Saccucci, réalisateur, scénariste, professeur (il continue toujours d’enseigner l’Histoire et la Philosophie au lycée classique Mamiani à Rome), auteur de ‘March on Rome‘, le film réalisé par le réalisateur irlandais Mark Cousins ​​​​qui a ouvert les Journées des auteurs lors de la dernière édition du Festival du film de Venise et est actuellement en salles. 

Saccucci, le 19 septembre dernier, parlait de sa thèse de doctorat en science politique intitulée « Le film de la marche ». Un doctorat qui a obtenu les meilleures notes et distinctions, dont l’exposition a également été suivie par le professeur Fulvio Conti, l’un des plus grands historiens de l’histoire de la franc-maçonnerie en Italie.

L’utilisation du cinéma comme source historiographique
« L’utilisation du cinéma comme source historiographique est l’avenir de la recherche historique. C’est la contribution majeure de mon étude à la science historique », a déclaré Saccucci à l’agence Agi. Le matin du 28 octobre 1922, Raoul Palermi avec Ernesto Civelli était chez le roi à 7h30 – lit-on dans le doctorat – et c’est lui qui le convainquit de ne pas signer l’ordre d’état de siège qui aurait empêché la marche. Cet épisode est bien connu et est également raconté dans le film de Cousins, mais ce qui est tout à fait nouveau, c’est que Raoul Palermi a ensuite participé à la marche sur Rome au premier rang, aux côtés de ceux qui deviendront plus tard les ministres de la gouvernement fasciste…

L’aide de la technologie
La découverte de cette présence parmi les dirigeants fascistes et libéraux de ce premier gouvernement Mussolini n’est survenue que cet été et a été le résultat d’une opération complexe de haute technologie. Un procédé de reconnaissance faciale sur quelques centaines d’images du film d’Umberto Paradisi intitulé ‘ A Noi ! De la fête de Naples au triomphe de Rome ‘ où il y a les seules images de l’événement.

« J’ai démonté et remonté les 64 945 images qui composent les 436 scènes de ‘A Noi!’ – dit Saccucci – puis grâce à la Faculté d’Ingénierie de l’Université ‘La Sapienza’ de Rome (à l’équipe du professeur Francesca Campana) et au studio Morgana (avec le DOP Filippo Genovese), les profils de certains démonstrateurs ont été ‘assortis’ avec des photos légendées trouvées dans des journaux américains et la présence de nombreux francs-maçons connus a été découverte ». Parmi celles-ci, la découverte la plus importante concerne Raoul Palermi. Sa présence est ce qu’on appelle le « pistolet fumant ». Une présence physique jamais expérimentée auparavant. Pourtant, il était là, dans ces cadres, depuis un siècle.

Le Grand Maître de la franc-maçonnerie , dont le fils Hamlet avait une association artistique et avait été associé de Paradisi jusqu’au 13 octobre 1922, fut la première personne que Mussolini rencontra après avoir été chargé par le roi de former le gouvernement. Il existe des preuves documentaires de cela. Tout comme il est prouvé que de nombreux maçons ont défilé avec Mussolini (le célèbre Balbo à part), dont Giacomo Acerbo, sous-secrétaire et bras droit du Duce, auteur de la loi portant son nom qui, avec 25 % des voix, donne à Mussolini 66 % des sièges au Parlement. Acerbo a été initié par Palermi lui-même au 32e degré du « rite écossais » le 6 novembre, une semaine après avoir pris ses fonctions de sous-secrétaire, alors qu’il rédigeait déjà les procès-verbaux des réunions du Conseil des ministres. Après cent ans, donc, grâce à cette étude monumentale et à l’aide des technologies modernes de l’Université de Rome, un morceau important de l’histoire italienne est ajouté. Palermi par le roi Vittorio Emanuele III pour le convaincre de ne pas signer l’ordre d’état de siège. Palermi, le premier à rencontrer Mussolini après avoir reçu le poste. Palermi, posant pour la photo habituelle avec le gouvernement.

Un « parrain » puissant qui, cependant, comme d’autres personnalités illustres, en premier lieu le souverain, n’obtint pas ce qu’il espérait . Pendant toute la durée du fascisme , Raoul Palermi écrivit des centaines sinon des milliers de lettres au Duce – on peut le lire dans le long ouvrage de Saccucci – et, après avoir tenté de se suicider en 1929, il percevra une pension de 3 000 lires par mois jusqu’en avril 1943.

Dans les archives de l’État, il y a une résolution datée du 25 juillet 1943 , c’est-à-dire le jour du Grand Conseil qui a déposé Mussolini, dans laquelle l’annuité pour Palermi est renouvelée. Une fin peut-être pas honorable pour ce qui était en 1922 l’un des hommes les plus puissants d’Italie (du moins il semblait l’être cet automne-là).

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. Il est exact que Mussolini avait des FM dans son entourage et même au Grand Conseil fasciste.Ils ont fait partie de ceux qui ont cru qu’il
    voulait la gloire et le bonheur de l’Italie moderne et que c’était un homme à suivre
    Ils ont été parmi les premiers à subir plus tard les exactions du Duce et à se faire envoyer en prison ou pire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES