mar 29 novembre 2022 - 15:11

Petite Histoire du Compagnonnage

François Icher – Cairn éditions, Coll. « Petite histoire », 2022, 232 pages, 12 €

Trente-septième volume de cette collection dirigée par Jean-François Soulet, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Toulouse-Jean-Jaurès, nous ayant déjà donné à lire, entre autres, sur le catharisme et la sorcellerie au Pays basque, les éditions Cain, maison fondée en 1997, portant haut et fort les valeurs, l’histoire et la culture notamment des Pyrénées et du Sud-Ouest, avait déjà publié, toujours de François Icher*, historien des compagnonnages, une remarquable réédition de la bande dessinée consacrée à Agricol Perdiguier-Compagnon menuisier du Devoir de Liberté dit Avignonnais la Vertu-Pacificateur et rénovateur du compagnonnage (Éd. Cairn, 2021). Retrouvez notre recension https://bit.ly/3tMJkSn

Musée Romanèche-Thorins

La première de couverture nous conduit d’emblée au cœur du sujet. Il s’agit d’une photographie de l’école professionnelle pratique de stéréotomie appliquée à la construction de Romanèche-Thorins (Saône-et-Loire) – depuis devenue musée –, plus connue sous le nom d’école de Trait, technique de dessin appliqué à la construction, créée en 1871 par Pierre-François Guillon, compagnon charpentier.

Dans son avant-propos, François Icher, confie au lecteur ses motivations. De son passé de jeune élève-instituteur en 1976 à l’école normale de Carcassonne à sa volonté de donner aux compagnonnages ses lettres de noblesse, car « souffrant d’une image anachronique sinon passéiste ». Pour lui, « le compagnonnage a toujours souhaité être un repère structurant pour bâtir de futurs hommes (et désormais de femmes) de métier, heureux d’accomplir leur profession au service des autres ».

Patrimoine mondial de l’UNESCO

Retraçant en huit chapitres – le huit, symbole de l’infini, représentant un nombre sacré dans de nombreuses religions et traversant les temps et les civilisations –, l’histoire du compagnonnage, des premières légendes – Jérusalem, Sainte-Baume, Sainte-Croix d’Orléans – , avec l’émergence historique des premières sociétés compagnonniques dans les derniers siècles du Moyen Âge, à l’inscription en 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, l’auteur, avec parfois un regard critique mais toujours explicatif, fait le point, à travers le temps, sur ce réseau de transmission des savoirs que sont les sociétés compagnonniques (enfants de Salomon, de maître Jacques et du père Soubise) pouvant  regrouper plusieurs métiers – tailleurs de pierre, menuisiers, ébénistes, serruriers métalliers, ferronniers, boulangers, orfèvres, etc. – avec ses rites et leurs héritages historiques.

Chaque chapitre est ponctué par une recommandation d’ouvrages à lire. Intéressantes aussi, les seize instructives illustrations en couleurs.

Musée du Compagnonnage – page Facebook

L’auteur nous fait comprendre combien le compagnonnage est pluriel en dressant un tableau du paysage compagnonnique actuel (Fédération compagnonnique, Union compagnonnique, etc.). Des objets des compagnons aux différents lieux de mémoire – des métiers, des quelques musées dont Tours mais aussi de Perdiguier –, François Icher partage les valeurs de cette coterie – Métier, Travail, Devoir – aussi à travers ce voyage qu’est l’emblématique tour de France. Jusqu’à l’explication des noms symboliques des compagnons où se mêlent technique et morale.

L’annexe donne « Les mots des compagnons », d’adoption à travail de finition, permet de mieux décrypter le langage si particulier des compagnons : aspirant, cayenne, chaîne d’Alliance, dévoirant, Devoir de liberté, enfants, interdit de boutique, itinérant, Loup, passant, prévôté, pays, renard, reconnaissance, rouleur, singe, topage.

La vision claire donnée par l’auteur fait entrer le lecteur dans ce monde traditionnel mais ancré dans une modernité riche d’us et de coutumes ayant su évoluer avec son temps.  

*La biographie de François Icher

Né en 1958, François Icher est professeur agrégé, docteur en histoire, chargé de mission à l’Inspection Académique de l’Aude et au Rectorat de Montpellier. Il est également chercheur associé au CNRS (laboratoire FRAMESPA, université de Toulouse 2). À l’âge de vingt et un ans, dans le cadre du Centre National de Documentation Pédagogique, il publie son premier ouvrage consacré à la vie d’un compagnon menuisier audois du XIXe siècle. C’est le début d’un long parcours et d’une passion entièrement dédiés à l’univers des compagnons, des artisans et des métiers d’autrefois. En 1997, il obtient le titre de Docteur en histoire de l’université de Toulouse 2 avec la soutenance de sa thèse consacrée aux compagnonnages en France. Ses travaux portent non seulement sur les sociétés compagnonniques, sur les bâtisseurs de cathédrales mais aussi sur les corporations et les métiers de l’Ancien régime. On lui doit plus d’une vingtaine d’ouvrages dont plusieurs ont fait l’objet de traductions dans des pays aussi divers que l’Allemagne, les États-Unis ou le Japon. On citera, entre autres publications, La France des compagnons (Éditions de La Martinière, 1998), Les compagnons ou l’amour de la belle ouvrage (Gallimard, Coll. Découvertes, 1995), Les œuvriers des cathédrales (Éditions de La Martinière, 2000), grand prix du livre d’art religieux au salon du livre de Paris 2000, Le compagnonnage (Desclée de Brouwer, 2000), La France des artisans et des métiers – Du Moyen Âge à l’époque industrielle (Éditions de La Martinière) ou encore Les compagnonnages en France au XXe siècle – Histoire, mémoire, représentations (Grancher, 1999).

Un ouvrage disponible à la Librairie du Compagnonnage https://bit.ly/3yuXdWE

Yonnel Ghernaouti
Retraité, Yonnel Ghernaouti a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du compagnon de l’Union Compagnonnique des Devoirs Unis Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire et membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France, il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour « La Chaîne d’Union », revue trimestrielle d'études maçonniques, philosophiques et symboliques du Grand Orient de France. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en est le Commissaire général.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES