dim 25 septembre 2022 - 17:09

« La face cachée de la Bible » dans l’émission C dans l’air

Émission « C dans l’air », animée en direct par Yves Calvi sur France 5, consacrée aux manuscrits de la mer Morte à l’occasion de l’exposition à la Bibliothèque nationale de France qui avait lieu en juillet 2010.

Partie inférieure de la col. 18 du Parchemin des petits prophètes grecs de Nahal Hever (8HevXII gr).

Les manuscrits de la mer Morte, également appelés manuscrits de Qumrân, sont un ensemble de parchemins et de fragments de papyrus principalement en hébreu, mais aussi en araméen et en grec, mis au jour principalement entre 1947 et 1956 à proximité du site de Qumrân, en Palestine mandataire (1947-1948) appelée ensuite Cisjordanie après l’annexion transjordanienne. La découverte de ces quelques 970 manuscrits — dont il ne reste parfois que d’infimes fragments — copiés entre le iiie siècle av. J.-C. et le ier siècle apr. J.-C. a été faite dans douze grottes où ils avaient été entreposés. Parmi les documents découverts figurent de nombreux livres de la Bible hébraïque (l’Ancien Testament des chrétiens). Antérieurs de plusieurs siècles aux plus anciens exemplaires du texte hébreu connus jusqu’alors, ces manuscrits présentent un intérêt considérable pour l’histoire de la Bible.

Copie du Rouleau d’Isaïe exposée au sanctuaire du Livre du musée d’Israël.

Ils ont été fréquemment attribués, mais sans preuve définitive, au groupe des Esséniens.

La découverte majeure de Qumrân est le Grand Rouleau d’Isaïe. C’est le plus ancien manuscrit hébreu complet connu d’un livre biblique : le Livre d’Isaïe. Ce rouleau est le plus emblématique des manuscrits découverts à Qumrân, car le mieux conservé. Composé de dix-sept feuillets de cuir cousus ensemble, il mesure 7,34 mètres de long. Y est transcrite en hébreu, sur cinquante-quatre colonnes, l’intégralité des soixante-six chapitres du livre d’Isaïe. Copié vers le iie siècle av. J.-C., il faisait partie avec les autres manuscrits de la mer Morte des plus anciens textes du Tanakh (Bible hébraïque) connus, jusqu’à la découverte dans la vallée de Hinnom (Géhenne) en 1979 de deux rouleaux d’argent (Ketef Hinnom 1 et 2 aujourd’hui conservé au Musée d’Israël à Jérusalem), datant de la fin du viie siècle av. J.-C. et reprenant un extrait des bénédictions consignées en Nombres 6:24-26.

Fragments de rouleaux exposés au Musée archéologique d’Amman en Jordanie.

Une des grottes dans lesquelles les manuscrits ont été trouvés. La nature et l’emplacement de grottes inaccessibles près du site (pris par les Romains en 68-70) a décidé de leur choix pour les déposer.

D’autres lieux de la rive occidentale de la mer Morte ont également produit des manuscrits, entre autres Massada et Nahal Hever.

La Découverte

La découverte de 1947 n’est en fait qu’une « redécouverte ». L’existence de grottes contenant des manuscrits bibliques et extra bibliques en hébreu et grec, parfois conservés dans des jarres, est déjà mentionnée par Origène en 225 et Timothée Ier vers 8001.

De nombreuses versions existent sur les circonstances et la date (entre novembre 1946 et l’été 1947, probablement au printemps 1947) de cette trouvaille par un berger bédouin, aussi la tentation est-elle forte de considérer comme une belle légende, ou à tout le moins un beau conte oriental, le récit pastoral de la découverte fortuite dans une grotte haut perchée, presque inaccessible et avec une ouverture arrondie ne faisant que 80 cm de large. Le berger appartient en effet à la tribu des Ta’amireh réputée pour fournir aux antiquaires de Bethléem leurs trouvailles archéologiques clandestines et pour faire visiter aux Juifs des grottes censées contenir des vieux textes bibliques et extra bibliques sur leur histoire. Il est aussi possible que ce caractère soi-disant fortuit masque le fait que cette tribu cherchait dans cette grotte une cache pour mettre à l’abri des marchandises de contrebande avec la Transjordanie. De plus, après que l’ancienneté des manuscrits a été authentifiée en décembre 1947 par l’archéologue israélien Eleazar Sukenik et en février 1948 par l’archéologue rattaché à l’American Schools of Oriental Research John C. Trever (premier chercheur avec William Brownlee, à être autorisé à les photographier et à en faire le compte rendu), la valeur de ces textes grimpe, ce qui encourage les pilleurs à exhumer des textes antiques, voire à en produire de faux (comme dans l’affaire Shapira en 1883). Les tractations et achats de ces manuscrits donnent lieu à des péripéties, sources à nouveau d’histoires rocambolesques relatives à leur découverte.

La version la plus communément acceptée de cette histoire est largement fondée sur des enquêtes de John C. Trever, qui a notamment interrogé les membres de la tribu des Taamireh dans les années 1960. Selon Trever, durant le printemps 1947 un jeune pâtre bédouin de 15 ans, Muhammed edh-Dhib Hassan, parti à la recherche de l’une de ses chèvres, trouve dans une grotte de grandes jarres qui, pour la plupart, contiennent des rouleaux de cuir étonnamment bien conservés, enveloppés dans de la toile de lin. Des recherches ultérieures mettent au jour de nombreux autres documents. Les rouleaux sont en premier lieu apportés à un antiquaire de Bethléem nommé Ibrahim ‘Ijha. La grotte, comme celles qui seront découvertes par la suite, est située sur les pentes désertiques de Qumrân, sur les rives nord-ouest de la mer Morte, et sont d’un accès assez difficile. Eleazar Sukenik comprend l’importance des rouleaux de la mer Morte et son fils Yigael Yadin réussit à convaincre l’État israélien d’acheter ceux qui avaient été mis en vente en 1954. De 1951 à 1956, le P. Roland de Vaux, membre de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, est chargé par le Département des antiquités jordaniennes de fouiller le site de Qumrân. C’est au cours de ces fouilles que sont retrouvés des centaines de manuscrits, en particulier dans la grotte.

« De 1947 à 1956, plusieurs dizaines d’excavations ou de grottes sont explorées dans les environs plus ou moins proches de Qumrân. Dans onze d’entre elles, on retrouva des manuscrits en nombre et en qualité variables : certains avaient été déposés dans des jarres. De ces cachettes, on retira quelques rouleaux bien conservés, mais surtout des milliers de fragments aux dimensions diverses allant de plusieurs colonnes à quelques millimètres carrés. »

En février 2017, des archéologues de l’Université Hébraïque annoncent la découverte d’une douzième grotte, contenant de nombreuses jarres toutes brisées et vidées presque entièrement de leur contenu. Le pillage semble remonter aux années 1950 car une pioche en métal de cette époque a été retrouvée sur place.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES