jeu 08 décembre 2022 - 06:12

1515 : Décès d’Anton Pilgram, maître d’œuvre

Qui connaît encore aujourd’hui Anton Pilgram, dit aussi Anton von Brünn et ses réalisations. Et pourtant, son portrait dans la cathédrale Saint-Étienne de Vienne, sous le buffet de l’orgue, est connu de tous.

Un architecte à ne pas confondre, bien sûr, avec l’astronome et météorologue autrichien Anton Pilgram (1730-1793) et jésuite.

Brno en 1593

Né vers 1460 à Brno, capitale de la Moravie en République tchèque, et mort en 1515 à Vienne, Anton Pilgram est aussi un sculpteur. Morave, il relève donc du Saint Empire romain germanique,

Saint Empire romain germanique vers l’an mille

un regroupement politique, aujourd’hui disparu, de terres d’Europe occidentale, centrale et méridionale, fondé au Moyen Âge et appelé du XVIe siècle au XVIIIe siècle Saint Empire romain de la nation teutonique, en latin Sacrum Romanum Imperium Nationis Teutonicae.

Sa biographie

Après sa formation, il commence à œuvrer dans le pays souabe, par exemple en édifiant l’église Saint-Kilian à Heilbronn ou l’église Saint-Georges à Schwieberdingen.

Dans la chapelle Saint-Laurent à Rottweil, plus ancienne ville du Bade-Wurtemberg, datant de 73 apr. J.-C. et située à environ 90 km au sud de Stuttgart, nous pouvons voir l’« Homme penché » qui est considéré comme son premier autoportrait, reprenant la tradition des architectes médiévaux de se faire discrètement représenter dans leurs constructions.

Brno, portail de style gothique tardif à la pointe tordue

De 1510 à 1511, il se consacre au chantier de l’église gothique tardive Saint-Jacques à Brno. À Brno également, on lui doit en 1510 le portail gothique de l’hôtel de ville. Pilgram reprend aussi la Bauhütte de Sankt Stephan à Vienne. La chaire a également été souvent attribuée à Pilgram, d’autant plus qu’elle porte la marque de son tailleur de pierre – il a donc probablement été impliqué dans son exécution. De nos jours, cependant, la conception est plus susceptible d’être attribuée à l’atelier de Niclas Gerhaert van Leyden.

De 1511 à 1515, il dirige le chantier de la cathédrale Saint-Étienne de Vienne. Dans cette église il se fit à nouveau sculpter regardant son œuvre. Tradition qui fut reprise jusqu’à récemment par des architectes qui se sont fait représenter dans leur bâtiment, comme Henri Beyaert dans la Banque nationale de Bruxelles.

Autoportrait d’Anton Pilgram, chaire de vérité, cathédrale de Vienne. La date de 1880 y a été mise pour commémorer la restauration
Anton Pilgram, maître d’œuvre
Anton Pilgram, maître d’œuvre
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Retraité, Yonnel Ghernaouti a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du compagnon de l’Union Compagnonnique des Devoirs Unis Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire et membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France, il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour « La Chaîne d’Union », revue trimestrielle d'études maçonniques, philosophiques et symboliques du Grand Orient de France. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en est le Commissaire général.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES