dim 25 septembre 2022 - 15:09

« Maître de la Chaire » Thorsten Wunde donne un aperçu de la loge maçonnique de Wildeshausen

De notre confrère allemand kreiszeitung.de

Vossberg – Son titre semble inhabituel : Thorsten Wunde est « Maître de la Chaire» depuis quelques semaines. Dans cette fonction, le Vossberger dirige là encore la jeune loge maçonnique « À l’aube dans le Geest à Wildeshausen ».

La franc-maçonnerie est souvent liée à des théories du complot sur des rituels secrets ou des plans de domination mondiale. Dans une interview avec notre journal, Wunde a précisé. « Nous ne sommes ni une société secrète ni une secte », assure-t-il. « Les loges veulent plutôt connecter des personnes au-delà des frontières idéologiques, politiques, nationales et sociales qui ne se seraient jamais rencontrées autrement », explique le Maître de la Chaire.  « Peu importe ce que fait quelqu’un ou d’où il vient. Nous avons une grande variété de personnes, des artisans aux universitaires. Ce qui compte, c’est l’attitude. Nous représentons constamment l’humanisme. De plus, la tolérance est un principe de base pour nous. » Les francs-maçons suivraient ainsi leurs traditions de dépassement de ce qui les divise, de réduction des différences, de promotion de l’entente, de l’entente et de l’amitié.

Les rituels sont publics

Il y a des règles fixes au sein de la loge. « Nous laissons toujours l’autre personne finir de parler. Nous n’élevons pas la voix et nous ne parlons pas dans le dos des autres », explique Wunde. Il n’y a pas de secrets sur ce qui se passe derrière les portes closes, explique le maître président. « Cependant, quiconque dit quelque chose lors de nos réunions sait que cela reste là. La boîte est un espace protégé pour le libre échange d’opinions », explique-t-il. Les rituels des francs-maçons, en revanche, sont désormais accessibles au public partout. « Vous pouvez les lire mais pas les expérimenter. Le secret n’est pas le rituel, mais l’expérience de celui-ci », explique Wunde. « Les rituels me sortent du train-train quotidien. Je peux me détendre et revenir à moi-même. » Cela se fait dans différentes sections à l’aide de symboles et de textes répétés. « Vous me donnez l’opportunité de rassembler de nouvelles forces. C’est une sorte de décélération », explique le Maître de la Chaire.

Séparation entre les loges hommes et femmes

Les loges ne participeraient pas aux débats politiques ou religieux. Wound : « Nous sommes attachés à la démocratie et nous nous abstenons de toute orientation vers l’au-delà. Nous accueillons les personnes de toutes les religions. » Mais pas les femmes. « Ce n’est pas une contradiction dans les termes », explique Wunde. Il existe aussi des loges féminines officielles et reconnues, mais pas mixtes. La séparation entre hommes et femmes renforce l’homogénéité et l’identité du groupe. Il ne voit rien de négatif à ce que les femmes et les hommes restent entre eux dans certains domaines.

Soirées d’invités dans le « Gildestube »

Une fois par mois, les frères de la loge Wildeshauser invitent les hôtes à des soirées d’hôtes dans la « Gildestube ». Toute personne intéressée par la franc-maçonnerie est la bienvenue. Cependant, il reste encore un long chemin à parcourir avant l’enregistrement. « L’adhésion à la Loge est un lien pour la vie. C’est pourquoi nous devons apprendre à connaître les nouveaux membres potentiels – et ils doivent également apprendre à nous connaître », explique Wunde. C’est à cela que sert le temps d’invité. Après un certain temps, un invité peut demander à un membre s’il est prêt à parrainer. Ce n’est qu’alors qu’il peut soumettre une demande d’adhésion, sur laquelle votent les frères de la loge. « Du fait de cette procédure, les démissions sont très rares chez nous », explique le Maître de la Chaire.

Immédiatement ressenti la manipulation spéciale dans la boîte

Lui-même avait 40 ans lorsqu’il a décidé de franchir ce pas. « La moitié de ma vie est finie. Qu’est-ce qui va arriver maintenant? », s’est demandé Wound à l’époque. Comme il s’est toujours intéressé aux francs-maçons, il a participé à une soirée d’hôtes à la loge de Brême « Hansa ». « J’ai immédiatement senti le traitement spécial là-bas », rapporte-t-il.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES