mar 28 juin 2022 - 04:06

Le souper mystique du 18ème Prince de la Rose-Croix

De notre confrère italien expartibus.it – Par Rosmunda Cristiano

Cette Chaîne nous unit au-delà du temps et de l’espace !

Le monde des apparences retient nos corps captifs dans ce Temple où nos bras sont liés.

Nos Esprits sont libres, au-delà de ces murs, au-delà des frontières, au-delà des mers.

Minuit est sur le point de sonner !

Frères visibles et invisibles, présents avec le Mental et avec l’Esprit, veillent sur le sommeil des hommes.

Frères qui me comprenez, nous sommes les Gardiens d’un Ancien Secret, qui se cache au coeur de l’Humanité depuis le berceau, dont il n’y a qu’un seul Amour, celui des vivants et celui des morts,

celle du Travail et celle de la Beauté, celle des hommes et celle des femmes, celle de la Nature,

et celle du Grand Architecte de l’Univers.

Le XVIII degré du Rite Écossais présente, à mon avis, l’un des rituels maçonniques les plus significatifs, avec le titre distinctif de « Prince de la Rose-Croix ». De par sa complexité, il offre l’opportunité d’approfondir l’un des principaux aspects du rituel initiatique : la dramatisation du rite.

Les travaux commencent à l’instant où se déchire le voile du Temple ; dans lequel les ténèbres et la consternation se sont répandues sur la terre; dans lequel la lumière s’est obscurcie; dans lequel les colonnes et les outils de la franc-maçonnerie se sont brisés ; dans lequel l’Etoile flamboyante a disparu ; où la Pierre cubique a sué sang et eau ; où le Mot s’est perdu. Il y a des ténèbres.

Le sens de la salle réside dans les premiers mots du rite d’admission : le destinataire frappe parce qu’il a erré dans les bois et dans les montagnes depuis l’époque de la destruction du Temple, souffrant pour la Parole et est venu ici pour vous la demander .

Les francs-maçons rosicruciens ne se considèrent différenciés des autres francs-maçons – qui sans distinction les considèrent tous comme des frères – que par une plus grande rigueur dans l’accomplissement de leur devoir, étant les conservateurs de la tradition maçonnique. Leur première obligation est le secret, la seconde l’étude de la doctrine maçonnique. La troisième règle est l’interdiction de verser le sang d’un frère sauf en cas de légitime défense.

Pour chaque degré, il y a un nouveau mot « trouvé », qui s’ajoute à celui déjà appris. C’est ainsi que se structure l’espace-temps du parcours d’un franc-maçon.

Qu’il soit clair, cependant, que nous n’avons pas encore trouvé la vérité éternelle. Nous avons seulement trouvé le chemin qui nous rapproche si près que l’intelligence humaine peut en avoir l’intuition.

Pendant le rituel, deux moments significatifs sont passés : d’abord l’extinction puis la renaissance du Feu. On voyage dans le Temple, parcourant toute la terre et interrogeant les hommes et les choses. Les lumières de Foi et Espérance et chacune des lumières du candélabre à sept branches sont éteintes. Seule la lumière de l’Espoir reste allumée.

Puisse cette flamme illuminer le monde de la splendeur de la science. Qu’il enflamme l’humanité. Que l’amour génère de nouvelles fécondités, de nouvelles énergies. Nous n’avons pas encore trouvé la Vérité éternelle. Nous avons trouvé le chemin qui nous rapproche si près que l’intelligence humaine peut en avoir l’intuition. Ainsi la vie renaît constamment.

Je crois qu’aucun degré maçonnique ne peut résumer de manière aussi concise le sens de la franc-maçonnerie.

Le rituel se termine par le dîner rituel, composé d’aliments qui contiennent chacun une caractéristique spécifique. Pain sans levain, qui a le symbolisme du blé comme fertilité, nourriture et vie. Celui sans sel, mangé par les Juifs fuyant l’Egypte, insipide et sans levain, à assaisonner de sel, est lié à l’initiation solaire et son mystère de mort et de résurrection et, surtout, au Sacerdoce Royal de Melkitzedeq.

Le pain est un élément féminin, lunaire, passif et correspond au principe spermatique de l’homme, couleur blanche lunaire. Le pain sacramentel est un pain qui se rompt et se distribue, souvent marqué d’une croix, comme le faisaient les Mitris, les Sumériens – Sémites et les Chrétiens.

Vin rouge comme le sang, feu d’amour, dont la symbolique est liée à la vigne à cultiver et à l’énergie fertilisante du soleil, analogue de l’Arbre de Vie ou de l’Arbre de la Science du Bien et du Mal. Dans d’autres traditions, la vigne est consacrée aux dieux qui « meurent et ressuscitent ». Le vin est fécondité spirituelle, étant un élément masculin actif et solaire, qui correspond au principe féminin : le rouge menstruel.

L’agneau est un emblème clair de douceur, d’innocence, de douceur, de pureté : l’immaculé. C’est avant tout un symbole de sacrifice, du latin « sacrificium » , sacer-facere , rendre sacré, c’est le Bélier Céleste lié au signe zodiacal du Bélier, comme le Premier Feu, physique, qui dans la tradition initiatique marque le vrai début de l’année et est le premier des douze signes du zodiaque. L’agneau est un élément équilibrant.

L’œuf, symbole de la vie, du commencement, de la fin et de l’éternité. L’œuf dur nous rappelle l’archétype de l’Œuf Cosmique avec les composants planétaires : coquille – Saturne, film – Mercure, albumine – Lune, jaune – Soleil.
Il nous rappelle également les quatre éléments : Terre, Air, Eau et Feu. Et, enfin, dans sa complétude, c’est un microcosme qui incarne la totalité.

L’huile représente la Paix et le Sel représente la Sagesse. Les olives, en plus d’être les fruits de l’arbre cher à la déesse Minerve, avec leur sagesse proverbiale, fournissent l’huile qui alimente le feu éternel des sanctuaires. Le sel de mer, composé de cristaux parfaitement cubiques, est une icône d’immortalité, d’incorruptibilité, de permanence, de fidélité, d’amitié, de sagesse, de connaissance, d’âme.

Les végétaux représentent les produits simples de la terre et, de préférence ceux au goût amer, sont liés à la purge et à la purification de la matière, la préparant à la « transmutation alchimique« .

Les fruits frais sont un signe d’immortalité ; c’est l’essence, l’aboutissement et le résultat d’un état et le germe du suivant. Il indique aussi la « récompense » du travail accompli, qui rafraîchit avec la douceur, l’ardeur du Feu Sacré.

L’eau est la source de toutes les potentialités de l’existence, l’origine et le tombeau de toutes choses dans l’univers. C’est l’élément purificateur par excellence et en tant que 7ème aliment, il sert à tout mélanger. L’eau, comme Anima Mundi , donne les informations de la Terre Mère à ses enfants, enrichissant leur ADN.

La nourriture que nous allons prendre maintenant représente notre corps et notre sang. Puisse-t-il augmenter les forces de vie pour nous !

Le Rite de la Cène Mystique est un acte collectif des frères dans la chaîne d’union ; nous mangeons ensemble, cum panis, pour transmuter la nourriture matérielle en énergie spirituelle. La franc-maçonnerie conserve et transmet cet office sacré de l’amour eucharistique aux nouvelles générations de frères.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES