jeu 01 décembre 2022 - 11:12

La réalité de la franc-maçonnerie espagnole. Pourquoi a-t-elle été si réprimée et cachée ?

De notre confrère espagnol losreplicantes.com – Par Adrien Parrondo

Ennemis publics sous le franquisme, catalogués comme sectes ou hérétiques, toujours sous une aura de mystère… en effet plusieurs présidents espagnols ont fait partie des loges.

La franc-maçonnerie a été impliquée depuis son origine enveloppée d’une aura de mystère, de secte, d’hérésie ou de groupe conspirateur. Ce sont surtout les groupes extrémistes qui ont utilisé les francs-maçons comme un mantra pour semer la peur dans la population, parmi eux, le dictateur Francisco Franco lui-même, qui les a inclus comme son principal ennemi public.

Les francs-maçons, cependant, ne font partie d’aucun groupe obscur. Mais en constituant un groupe aussi fermé et hermétique, un halo de mystère s’est créé autour de sa figure qui s’est couverte de toutes sortes de fabrications.

Elle remonte à l’origine des francs-maçons. Sa naissance se situe au Moyen Âge, plus précisément dans les guildes et confréries médiévales. Entre le VIIe et le XIe siècle, l’essor de l’architecture religieuse entraîne une authentique émergence d’ateliers de tailleurs de pierre et de maçons, écoles d’architecture.

D’où le nom de ‘franc-maçon’ ou tailleur de pierre (le ‘maçon’ ou ‘le tailleur de pierre’ qui travaille la pierre de qualité’) par opposition à ‘le tailleur de pierre brute’ (qui le fait grossièrement). Cela se produit en Angleterre pour la première fois au milieu du XIVe siècle.

Les maçons se réunissaient pour célébrer leurs rites et leurs métiers dans les loges constituées de petits bâtiments avec des tables de travail et un sol en plâtre où étaient dessinés plans et dessins. La plus haute autorité de chaque loge était détenue par le maître maçon.

Les maçons connaissaient non seulement les secrets de leur métier , mais étaient également versés dans le langage des symboles. Ils ont donné une signification symbolique à leurs outils, comme l’équerre, le compas et le niveau.

Le secret et la marginalisation des loges étaient le ton général depuis les temps les plus reculés . Ces groupes de travailleurs avaient l’habitude de se séparer des autres et avaient des mots de passe et des étiquettes pour s’identifier. Dès leur initiation, en tant qu’apprentis, les maçons se sont juré de ne révéler ni les secrets de leur métier ni les connaissances symboliques qu’ils allaient acquérir. Entre-temps, les loges sont devenues de véritables communautés, notamment des caisses de solidarité pour les membres malades ou sans emploi.

La relative ouverture du XVIIe siècle

Avec la fin de la construction des grandes cathédrales, l’âge d’or de la franc-maçonnerie s’est terminé. Cependant, à partir du 17ème siècle, des gens d’autres métiers liés à la construction ont d’abord été incorporés. Plus tard, des membres sans rapport avec les arts constructifs, tels que des médecins, des avocats ou des aristocrates, ont été autorisés à entrer. Ils étaient appelés « maçons acceptés ».

Ces « Maçons acceptés » finirent par prendre le contrôle des confréries. Cela a pris fin quand, en 1717, quatre loges londoniennes ont fondé la Grande Loge d’Angleterre et la franc-maçonnerie contemporaine est née . Dans ce cas, les francs-maçons passeraient de la construction de cathédrales à des constructions d’ordre éthique et moral.Panel des 129 loges reconnues par la Grande Loge de Londres : les 50e et 51e sont Madrid et GibraltarPanel des 129 loges reconnues par la Grande Loge de Londres : les 50e et 51e sont Madrid et Gibraltar Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde.

La franc-maçonnerie se présentera désormais comme un centre d’union au-dessus des clivages politiques ou religieux, dans le but de travailler sur le matériel et le moral, ainsi que sur le spirituel, l’intellectuel et le social . Les francs-maçons étaient passés d’un travail plus manuel à un travail intellectuel.

La Matritense (relatif à madrid)

Avec tout cela, la franc-maçonnerie spéculative est arrivée en Espagne dans le premier tiers du XVIIIe siècle . L’Espagne demanda à constituer une loge régulière sous la souveraineté de la Grande Loge d’Angleterre. C’est en 1728 qu’elle est créée à Madrid, dans un hôtel de la Calle Ancha de San Bernardo. Cette loge s’appelait La Matritense , composée de militaires étrangers.Lodge La Matritense, actuellement, dans les environs de CuzcoLodge La Matritense, actuellement, dans les environs de Cuzco La Matritense

La présence de loges est rare en Espagne et elles étaient généralement composées de personnes d’origine étrangère. La raison était l’interdiction des activités maçonniques maintenue par Felipe V, Fernando VI et Carlos III. Cette interdiction se matérialisa par les édits contre les sociétés secrètes, en application de la bulle du pape Clément XII, qui condamnait les francs-maçons à l’excommunication.

Il a fallu attendre l’invasion napoléonienne pour que la franc-maçonnerie se réveille en Espagne. Les Français ont planté des loges dans notre pays , généralement pleines d’Afrancesados, des gens opposés au régime absolutiste des Bourbons qui se sentaient identifiés aux plans importés de France. Ainsi, une Grande Loge Nationale naissante d’Espagne a été constituée.

La répression et la manne

Avec le retour des Bourbons et de Ferdinand VII, les francs-maçons subissent une grave répression . Ses membres ont été directement exécutés, emprisonnés ou ont dû être contraints à l’exil. Cela a changé avec le triennat libéral, lorsqu’ils ont été à nouveau libres et ont détenu le pouvoir pendant près de trois ans.

La révolution libérale fut de nouveau vaincue par l’absolutisme et la répression fut de nouveau acharnée aux loges. Tous ceux qui exerçaient des emplois publics devaient jurer qu’ils n’appartenaient à aucun type de société secrète.

Avec la régente María Cristina, il retrouve une relative liberté. Et en 1868, la monarchie fut renversée avec La Gloriosa, provoquant le Sexenio révolutionnaire, qui fut l’âge d’or des loges. Castelar, Pi y Margall ou Sagasta étaient d’éminents francs-maçons.Emilio Castelar, président de la République, appartenait à une logeEmilio Castelar, président de la République, appartenait à une loge du domaine public.

Cependant, cette période d’essor a également coïncidé avec des guerres internes et le désir de proéminence de certains de ses dirigeants . Du fait des divisions, le Grand Orient espagnol s’est imposé comme l’obédience majoritaire et la Grande Loge Symbolique catalane-baléare, qui a étendu son influence à toute l’Espagne et est devenue la Grande Loge d’Espagne. Sous la Deuxième République, il y avait dix-sept ministres espagnols qui appartenaient à des loges.

La persécution du totalitarisme

Le coup d’État franquiste, la guerre civile et la dictature, cependant, conduiraient à une période très sombre. Vraiment, analogue à toute l’Europe, puisque le nazisme et le communisme ont fait des francs-maçons l’un de leurs plus grands ennemis.

Les franquistes ont exercé une grande répression contre les logias. Les temples maçonniques ont été pillés et détruits. Les maçons qui n’ont pas fui ont été fusillés. Un décret de 1938 établit que tous les symboles et inscriptions à caractère maçonnique pouvant heurter la sensibilité de la Curie catholique devaient être éliminés.Propagande contre les francs-maçons sous le régime franquistePropagande contre les francs-maçons sous le régime de Franco Public Domain.

Le régime a fait de la franc-maçonnerie l’un de ses principaux ennemis, avec le communisme. C’était une de ses conspirations, un discours idéologique dans lequel il montrait une unité d’action, des ennemis à battre pour maintenir son pouvoir. Et la répression a continué après la guerre. En 1940, il publie la loi pour la répression de la franc-maçonnerie, du communisme et d’autres sociétés clandestines, dans laquelle il établit des peines allant jusqu’à 30 ans de prison pour les hauts gradés et douze pour les grades inférieurs.

Des milliers de francs-maçons ont été emprisonnés et autant emprisonnés. Ils ont ouvert près de 40 000 dossiers pour crime de franc-maçonnerie, quand les inscrits à l’obédience à l’époque républicaine n’atteignaient pas les 6 000.

Ère démocratique

Le retour de la démocratie en Espagne en 1977 a été le retour d’une époque de tentative de normalisation, avec les procédures de légalisation de l’ordre. La désunion entre ses membres a continué d’être présente, comme par le passé. Le ministère de l’Intérieur légalise deux obédiences : le Grand Orient Espagnol et le Grand Orient Uni.

Cette dernière a donné naissance à la Grande Loge Symbolique d’Espagne, dont la gestation a été aidée par des membres de la Grande Loge de Belgique . Des membres de la Grande Loge d’Espagne mécontents l’ont également rejointe.Siège de La Matritense à MadridSiège social de La Matritense à Madrid La Matritense.

Indépendamment de tout, la franc-maçonnerie dans l’Espagne d’aujourd’hui, malgré tout, s’exerce en toute liberté, même si elle continue de poser une multitude d’énigmes au grand public.

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. La Franc-Maçonnerie, obsession du général Francisco Franco (1892-1975) ?
    Et pourtant, le caudillo a tant écrit sur l’Art Royal ! Sous le pseudo de Jakim Boor, il publia dans le journal de la Phalange espagnole « Arriba » une cinquantaine d’articles signés qui furent ensuite regroupés en 1952 dans un livre intitulé « Masonería ».
    Franco argumente selon son point de vue – dernier chef d’état catholique considéré par nombre de démocrates comme un dictateur – sur deux adversaires fondamentaux de Dieu et de la patrie : la franc-maçonnerie et le communisme…
    Un ouvrage désormais disponible en français intitulé « La Franc-maçonnerie », préfacé par John Livernette et traduit par François Thouvenin (ESR, 2022).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES