dim 27 novembre 2022 - 06:11

Le ville de Cosenza s’inquiète du retour de la Franc-maçonnerie et titre : LE «PROCHE» ORIENT

De notre confrère italien rivistailmulino.it – par Antonio Costabile

Cosenza est une ville italienne, qui, avec ses 66 800 habitants, est le chef-lieu de la province du même nom appartenant à la région de Calabre. L’aire urbaine a 260 000 d’habitants. La franc-maçonnerie est revenue à Cosenza. S’agit-il simplement d’un événement local ou d’une expérimentation qui concerne tout le pays et la redéfinition du cadre politique avec la présence directe de nouveaux acteurs, jusqu’à hier puissants mais silencieux ?

Alors que le monde entier s’interroge, avec angoisse, sur la guerre en cours en Europe de l’Est, dans une banlieue d’Italie, c’est-à-dire dans une ville calabraise, la présence, sur la scène publique, d’un autre Orient se manifeste de manière sensationnelle.

En effet, un événement nouveau et significatif s’est produit à Cosenza ces derniers jours, qui a suscité beaucoup de curiosité et de nombreux commentaires dans la population : achever la longue et coûteuse rénovation d’un bâtiment d’époque, situé dans le centre-ville et dont la réutilisation avait pour depuis des années l’objet de commérages (une nouvelle banque ? Le Rotary club ? Une autre association riche en ressources ?), sur le mur d’entrée apparaissent les mots qui dissipent tous les doutes : Grande Oriente d’Italia.

C’est un fait curieux : les francs-maçons, toujours très soucieux de défendre leur vie privée, cette fois, au contraire, se montrent publiquement, de manière inédite et avec un visage élégant, au cœur de la ville, entre la mairie et une grande église. Ils font tout cela à travers un bâtiment qui a été pendant des décennies le siège d’un établissement de crédit privé, la Banca di Calabria, fondée à Naples par un Calabrais, Luigi Quintieri, un homme d’origine aristocratique avec un immense patrimoine foncier et financier, président de le même jusqu’au transfert de la charge en 1935 à son fils Quinto, éminent homme d’affaires et banquier, de formation libérale, ministre des finances dans le premier gouvernement Badoglio au printemps 1944. Il faut rappeler que Quinto, cette même année , réalisé,

Plusieurs études sur l’histoire politique calabraise témoignent de l’étendue et de l’influence de la franc-maçonnerie à Cosenza dans la période post-unification et jusqu’à la chute du fascisme.

Plusieurs études sur l’histoire politique calabraise témoignent de l’étendue et de l’influence de la franc-maçonnerie à Cosenza dans la période post-unification et jusqu’à la chute du fascisme, comme d’autre part dans diverses autres régions de notre pays au cours de la longue phase historique précédant l’affirmation. et, ensuite, la primauté des partis politiques de masse dans la démocratie républicaine. En effet, pendant plusieurs décennies après l’unification de l’Italie, le conflit officiel (et les alliances clandestines, notamment au niveau local) entre francs-maçons et cléricaux occupe le centre de la scène politique. Plus tard, à partir des premières années du second après-guerre, la franc-maçonnerie se replia, pour ainsi dire, dans la dimension privée, tout en continuant d’influencer considérablement la politique italienne.

Partant du scandale P2 et à la suite des nombreux procès qui ont montré à l’opinion publique le visage inquiétant de la « massomafia », la franc-maçonnerie officielle italienne a préféré faire profil bas

A commencer par le scandale du P2 au début des années 1980 (rappelons-nous qu’à cette époque deux Cosentini, l’avocat Ernesto D’Ippolito, un libéral, et l’ingénieur Ettore Loizzo, un communiste plus tard exclu du parti, faisaient partie de la dirigeants de la franc-maçonnerie italienne et sont apparus dans la presse et la télévision nationales pour défendre l’institution officielle contre les soi-disant « déviations ») et, plus tard, à la suite des nombreux procès qui ont montré à l’opinion publique le visage inquiétant de la « massomafia  » (c’est-à-dire l’existence de plusieurs organisations qui s’appuient sur l’alliance de morceaux de la franc-maçonnerie et de groupes criminels), d’autant plus que la franc-maçonnerie italienne officielle a préféré le profil bas et la confidentialité. Il est également vrai que de nombreuses sources et enquêtes affirment que, depuis plusieurs années,

Ce fait nouveau soulève immédiatement quelques considérations. Le premier concerne le fait que le pouvoir, comme l’enseignent les classiques des sciences sociales, n’admet pas de vides et de fait, dans notre cas, au coucher désormais avancé des partis politiques, entendus comme des acteurs collectifs dotés d’une large légitimité populaire, de bureaux , des membres, des idéologies et des programmes, un leadership reconnu, apprécié, d’une indépendance et d’une transparence avérées (remplacé très souvent, notamment dans certaines régions du pays comme la Calabre, par des archipels de fixeurs et de transfuges), correspond sans doute à la naissance de nouvelles formations politiques, mais aussi la réaffirmation d’autres formes prépartisales d’agrégation d’intérêts et de projets présents dans la société.

Les pouvoirs illégaux, qui opèrent généralement « dans les coulisses de la politique », en période de crise sociopolitique aiguë, peuvent « se politiser » et se présenter sur la scène publique

La deuxième considération, de nature plus scientifique, renvoie à la leçon trop souvent oubliée de l’un des plus grands érudits de la politique italienne, Paolo Farneti, décédé tragiquement dans les années 1970. Farneti, dans certaines de ses publications, avait souligné que les pouvoirs de facto non légitimes, c’est-à-dire les pouvoirs sociaux, tels que les pouvoirs économiques, qui généralement, pour affirmer leurs intérêts et leurs stratégies, n’ont pas besoin de la légitimité populaire acquise par le vote ( et en règle générale opèrent « dans les coulisses de la politique », se limitant à la recherche des meilleurs mods pour l’influencer et la conditionner), inversement, en période de crise socio-politique aiguë, ils peuvent « politiser », c’est-à-dire se présenter directement sur la scène publique, en choisissant les formes les plus adaptées aux circonstances du moment.

Cet enseignement appelle une dernière question : ce qui se passe à Cosenza ne représente qu’un fait local et, comme tel, d’une importance marginale, relégué dans le champ de la recomposition des oligarchies urbaines et provinciales après l’écrasement du parti de masse, dans un société qui « vit de politique » et qui a un besoin urgent (voir Pnrr) de lieux de rencontre publics et pas seulement privés pour les élites, afin de remplacer les formations politiques habituelles, désormais réduites à des simulacres ? Ou sommes-nous face à une expérience qui a un sens politique potentiellement plus général, qui concerne le pays tout entier et la redéfinition du cadre politique avec la présence directe de nouveaux acteurs, jusqu’à hier puissants mais silencieux ?

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES