jeu 06 octobre 2022 - 08:10

Gros plan sur Rudyard Kipling (Podcast de la Loge)

Durée : 10 min 19

Aujourd’hui La Loge va nous parler non pas de Rudyard Kipling l’écrivain britannique prix Nobel de littérature en 1907, mais du frère et de l’importance qu’aura pris la franc-maçonnerie dans ses écrits.

Franc-maçon, Kipling fit partie de la loge Hope and Perseverance no 782 aux Indes. Reçu le 5 avril 1886, il eut une dispense du Grand Maître du District du Pendjab lui permettant d’être initié avant l’âge de 21 ans et fut ensuite exalté Maître Maçon dans la loge de Marque Fidélité, puis élevé au grade de Marinier de l’Arche Royale dans la Loge d’Ark Mariner du Mont Ararat.

Rudyard Kipling, né le 30 décembre 1865 à Bombay, en Inde britannique, et mort le 18 janvier 1936 à Londres, est un écrivain britannique.

Ses ouvrages pour la jeunesse ont connu dès leur parution un succès qui ne s’est jamais démenti, notamment Le Livre de la jungle (1894), Le Second Livre de la jungle (1895), Histoires comme ça (1902), Puck, lutin de la colline (1906). Il est également l’auteur du roman Kim (1901), de poèmes (Mandalay (1890), Gunga Din (1890) et Tu seras un homme, mon fils (1910) sont parmi les plus célèbres) et de nouvelles, dont L’Homme qui voulut être roi (1888) et le recueil Simples contes des collines (1888). Il a été considéré comme un « innovateur dans l’art de la nouvelle »5, un précurseur de la science-fiction6,7 et l’un des plus grands auteurs de la littérature de jeunesse. Son œuvre manifeste un talent pour la narration qui s’est exprimé dans des formes variées.

En complément de ce podcast et concernant l’activité maçonnique en France de Rudyard Kipling, rappelons que le 7 octobre 1921, le Souverain Grand Comité (SGC) de la Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et les Colonies Françaises (GLNIR) – devenue en 1948 Grande Loge Nationale Française (GLNF) – émit un avis favorable à une requête de Maçons appartenant à l’Imperial War Graves Commission (Commission Impériale des Cimetières de Guerre), chargée de donner une sépulture décente aux 700 000 soldats du Commonwealth tombés dans les batailles du nord de la France. Parmi les pétitionnaires, figurait Rudyard Kipling dont le fils John avait disparu dans les combats sur la Somme en 1915. Le célèbre écrivain devait d’ailleurs donner son nom à la Loge, « Builders of the Silent Cities » (« Les Bâtisseurs des Cités Silencieuses ») et sa devise « Their names live for ever ». « Builders of the Silent Cities » N° 12 fut consacrée à Saint-Omer – actuelle sous-préfecture du département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France – le 7 janvier 1922 par le R.F. Edmund Heisch, Second Grand Surveillant, assisté par le R.F. Walter Herbert Hewson. Le maillet en avait été confié à Sir Herbert Ellissen, Contrôleur de la Commission. Les deux premiers initiés furent le Major-Général Sir Fabian Ware, son Vice-Président, et le Capitaine J.S. Parker. Rudyard Kipling resta membre de l’Atelier jusqu’à sa mort le 18 janvier 1936 mais il n’assista à aucune Tenue.

Extrait de « Cent ans de spiritualité maçonnique-Histoire de la Grande Loge Nationale Française » (Éd. Dervy, 2015), prix littéraire de l’Institut maçonnique de France 2015, catégorie Beaux-livres. Un texte que nous devons au TRF Francis Delon, Grand Archiviste de l’Obédience.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES