ven 20 mai 2022 - 16:05

Gloire au Travail !

(L’éditorial de Christian Roblin paraîtra, désormais, les 1er et 15 de chaque mois.)

Combien d’entre nous avons si souvent entendu cette acclamation en loge ?

Avant que le travail ne devienne le caractère distinctif, l’essence même de l’humanité et, qu’au-delà  du facteur de production qu’il constitue, il contribue, sinon à une pleine réalisation de soi, du moins à un salutaire épanouissement personnel – notion qui poindra surtout à partir du XIXe siècle –, il aurait plongé ses racines – quoique certains récusent cette origine doloriste – dans une obscure étymologie latine qui désignait un instrument de torture croisant trois barres de bois : le tripalium (littéralement, composé de trois pieux) sur lequel on attachait le supplicié, alors un esclave rebelle ou plus tard un condamné. On s’en servit aussi pour ferrer ou soigner des mammifères d’une autre espèce. Allez savoir si, dans ces époques reculées, on n’aimait pas déjà davantage les animaux que les hommes…

Au XIIe siècle, comme le rappelle le linguiste Alain Rey, travailler signifiait encore tourmenter de cette façon. Ce n’est qu’à la Renaissance, selon l’historien Georges Lefranc, que le mot connaîtra son acception moderne, alors qu’au Moyen Âge, on préférait décalquer du latin deux vocables : labor, labeur, renvoyant au travail pénible, comme un châtiment consécutif au péché, et opus, ouvrage, se référant tantôt à une œuvre de création, tantôt à une activité naturelle.

C’est bien entre ces pôles qu’oscillent, d’un côté, beaucoup de nos contemporains qui se rendent au travail sans gloire[1] et, de l’autre, les francs-maçons qui chantent le travail comme un moteur puissant sur une voie royale…

Quant à la fête du Travail, on en trouve de nombreuses traces en France comme ailleurs[2]. Cette journée des travailleurs est fixée, dès 1793, dans le calendrier républicain de Fabre d’Églantine, au mois de septembre, tandis que Saint-Just, deux ans plus tard, l’institue au 1er pluviôse, soit le 20 janvier, mais l’usage ne survivra que cinq ans. À  New York, en 1885, après des grèves réprimées dans le sang, certaines organisations syndicales optent pour le 1er lundi de septembre, tandis que d’autres, qui l’emporteront, proposent le 1er mai.  Toutefois, c’est en 1920 que la Russie bolchévique décidera – pour le reste du monde, en définitive – que le 1er mai devienne une fête légale et sera, désormais, chômé. Dans un bel œcuménisme, en 1955, après avoir retenu sa ferveur pendant quelque trente-cinq ans, le Vatican, par la voix du pape Pie XII, célèbre, à son tour, Saint Joseph Travailleur, le 1er Mai, au tout début du mois marial.

Quant à nous, Francs-Maçons, nous honorons le travail car nous savons combien il faut se donner de la peine pour le perfectionnement de l’humanité, à commencer par nous-mêmes !


[1] Au-delà de cette expression qui marque ici l’absence d’éclat, la banalité voire l’ennui, la gloire dans la formule d’acclamation reprise en titre célèbre, certes, la splendeur du travail mais on ne saurait oublier que le terme de gloire désigne aussi l’auréole enveloppant le corps du Christ, dans certaines représentations artistiques, tout comme, dans nos temples, cet ornement triangulaire constitué de faisceaux de rayons.

[2] Cf., e. g., Maurice Dommanget, Histoire du premier mai, Éd. de la Tête de feuilles, 1972.

Christian Roblin
Christian Roblin est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a exercé, pendant trente ans, des fonctions de direction générale dans le secteur culturel (édition, presse, galerie d’art). Après avoir dirigé la rédaction du Journal de la Grande Loge de France pendant, au total, une quinzaine d'années, il est aujourd'hui président du Collège maçonnique, association culturelle regroupant l’Académie maçonnique et l’Université maçonnique. Son activité au sein de 450.fm est strictement personnelle et indépendante de ses autres engagements.

Articles en relation avec ce sujet

2 Commentaires

  1. Des 1er mai, il y en a eu – et il y en aura encore…
    Par exemple :
    – En 305 : Abdication volontaire de Dioclétien ;
    – En 1707 : Acte d’Union de l’Angleterre et de l’Écosse ;
    – En 1756 : « Renversement des alliances » et guerre de Sept Ans ;
    – En 1851 : Première Exposition universelle ;
    – En 1868 : Les Russes conquièrent Samarcande ;
    – En 1960 : Un avion-espion abattu au-dessus de l’URSS ;
    – En 2011 : Béatification de Jean-Paul II.
    Moi, je retiens le 1er mai 1891, un vendredi, le jour de la fusillade de Fourmies, dans le Nord.
    La fusillade de Fourmies est un drame qui s’est déroulé le 1er mai 1891. Ce jour-là, la troupe met fin dans le sang à une manifestation qui se voulait festive pour revendiquer la journée de huit heures. Le bilan est de neuf morts, et de 35 blessés en moins d’une minute. Bien que les forces de l’ordre aient été mises en cause, neuf manifestants furent condamnés pour entrave à la liberté de travail, outrage et violence à agent et rébellion, à des peines de prison de deux à quatre mois fermes.
    Il est presque 18 h 25 quand le commandant s’écrie : « Feu ! feu ! feu rapide ! Visez le porte-drapeau ! ».
    Parmi les victimes, une seule était majeure !
    In memoriam : Émile Cornaille, 11 ans/Gustave Pestiaux,14 ans/Félicie Tonnelier, 16 ans/Ernestine Diot, 17 ans/Maria Blondeau, 18 ans/Kléber Giloteaux, 19 ans/Louise Hublet, 20 ans/Charles Leroy, 20 ans/ Émile Ségaux, 30 ans.
    Ce qui fit dire à Georges Clemenceau : « … Il y a quelque part, sur le pavé de Fourmies, une tache de sang innocente qu’il faut laver à tout prix… » ( discours à la tribune de la Chambre du 8 mai 1891).
    Alors, oui, comme l’écrit notre TCF Christian, Gloire au Travail !
    Travailler afin de mettre en pratique un idéal de paix, d’amour et de fraternité.

  2. Merci, Très Cher Yonnel, d’avoir notamment rappelé la fusillade de Fourmies et la mémoire des jeunes victimes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES