jeu 06 octobre 2022 - 10:10

PORTUGAL : Y a-t-il des francs-maçons au sein de l’Église catholique ?

De notre confrère portugais pt.aleteia.org – Julio De la Vega Hazas

Certains affirment qu’il y a des membres de la franc-maçonnerie parmi les catholiques. C’est vrai ? L’une des appartenances est-elle compatible avec l’autre ?

La franc-maçonnerie est une institution – on pourrait même parler d’« institutions », puisqu’il existe plusieurs « obédiences » – qui aurait son origine dans des corporations de maçons spécialisés (« mason » signifie « maçon » en anglais) et a évolué, en conservant des symboles originaux ( d’instruments de construction), à une société qui comprenait des intellectuels, avec sa propre idéologie. Ce changement est observable depuis le début du XVIIIe siècle.

Elle se définit comme une société philanthropique, symbolique et philosophique, fondée sur le sentiment de fraternité, à caractère initiatique, discret et ritualisé. « Discret » est utilisé pour dire qu’il n’est pas secret (ce qui n’est que partiellement vrai) : bien qu’elle soit enregistrée et que ses dirigeants soient connus, son appartenance est généralement cachée. Ce n’est pas exactement religieux, mais cela ne veut pas dire qu’il se détache de la religion.

Contraire à la religion

En fait, sa philosophie est contraire à toute religion qui prétend être révélée, en particulier l’Église catholique. La franc-maçonnerie anglo-saxonne d’origine professait un déisme, répandu dans les milieux intellectuels des îles britanniques, qui maintenait l’existence d’un Dieu qui créa le monde, puis l’abandonna à son sort.

Lorsqu’il traversa la Manche et s’installa en France, il céda à ce qui était le modèle de la franc-maçonnerie continentale : la franc-maçonnerie. Il a adopté et promu l’idéal des Lumières.

C’est un rationalisme qui, à l’égard de Dieu, pourrait être déiste, agnostique et athée, mais qui qualifie toute foi révélée de superstitieuse et d’irrationnelle, et se révèle plus agressivement anti-catholique que ses branches anglo-saxonnes.

Ethique

La philanthropie était sans aucun doute un idéal maçonnique, mais en pratique elle est assez diluée par une éthique qui ne va généralement pas au-delà des bonnes intentions, et qui, par conséquent, pourrait être qualifiée de bourgeoise. Cela se reflète également dans la fraternité, qui ne va généralement pas au-delà de l’entraide entre les membres eux-mêmes.

Quant aux formes, la franc-maçonnerie est clairement la fille de son temps, qui est le baroque. Il est fortement ritualisé, des vêtements aux temples et cérémonies maçonniques.

Une autre caractéristique de cette époque est qu’il s’agissait d’une société exclusivement masculine. Ce n’est que très récemment qu’elle a été ouverte aux femmes, mais plus souvent avec la création de groupes féminins qu’avec l’admission des femmes dans les mouvements traditionnels.

Récit

La franc-maçonnerie a une histoire complexe, dans laquelle les problèmes internes et les divisions ne manquent pas, même si, dans la mesure du possible, les francs-maçons ont essayé de cacher tout épisode de conflit. En général, cela a donné lieu à l’existence de plusieurs groupements appelés « obédiences », chacun avec des rituels différents.

En ce qui concerne l’Église catholique, il est important de différencier entre compatibilité et belligérance. Cette dernière peut être remise en question : les francs-maçons le nient, mais c’est généralement une réalité dans la franc-maçonnerie continentale et est beaucoup plus atténuée dans la franc-maçonnerie anglo-saxonne.

Ce qui est manifeste, c’est que l’idéologie maçonnique est incompatible avec la foi catholique, et pourtant liée à ses racines. Cette posture a été déclarée par l’Église à plusieurs reprises, même récemment, et le fait que l’excommunication automatique de quiconque entre dans la franc-maçonnerie n’est plus en vigueur aujourd’hui (comme ce fut le cas dans le passé), ne signifie rien à cet égard.

Au Vatican ?

Y a-t-il des francs-maçons au Vatican ? Ce que j’ai lu et entendu jusqu’à présent ne sont que des rumeurs, sans preuves ni noms. Mais vraiment, ce n’est pas quelque chose qui mérite beaucoup de crédit. Ce n’est pas impossible, mais on parlerait d’un mouton noir dans le troupeau, car il pourrait y en avoir pour une autre raison.

Cependant, quand on apprend que quelqu’un est franc-maçon, il ne faut pas perdre de vue un détail : les francs-maçons, sauf exclusion, ne perdent jamais leur statut. Quiconque a quitté l’organisation est appelé « endormi » ou « dormant », mais reste considéré comme un franc-maçon.

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour,

    J’aimerais réagir à cet article pour y apporter mon éclairage en tant que Franc-maçon (GOB, Bruxelles) et chrétien (je pratique au sein d’une communauté catholique par pragmatisme (proximité), mais je me sens plutôt protestant unitarien).

    Décrire l' »être suprême » des déistes comme «se désintéressant du Monde après l’avoir créé» ne semble réducteur. Je pense que certains déistes diraient plutôt «Il l’a créé (a donné l’impultion initiale), mais n’y intervient plus». Dès lors le spectre des possibles est beaucoup plus large. Depuis le désintérêt (que vous citiez) voire l’ignorance (a-t-il même conscience de l’avoir créé??), jusqu’au dédain (façon Pastafarisme: «il l’a créé par erreur») mais plus généralement accepté la non-ingérence (le créateur respecte la liberté de sa création).
    De cette dernière possibilité, je passe au « Créateur qui souhaite tout de même donner une orientation à sa création » et donc révèle son intention/ses attentes/ses règles…

    La Franc-Maçonnerie régulière (en Belgique du moins, mais je pense partout) exige de ses membres d’adhérer à une religion _monothéiste_révélée_ (le Pastafarisme, par exemple…).
    La franc-maçonnerie libérale (idem) exige de ses membres de respecter les convictions des autres et on ne parlera en loge ni de politique ni de religieux.

    Par définition, la FM ne s’oppose donc pas à la religion (catholique ou autre). Cependant, force est de constater que l’écrasante magorité des FM libéraux sont athés, et beaucoup anti-cléricaux.
    À l’inverse, l’Église catholique refuse que ses fidèles entre en Macçonnerie. L’excommunication est toujours d’application à ma connaissance (contrairement à ce que l’article dit); mais ça veut dire quoi? Que le pape (qui n’a d’autorité que sur les Catholiques) ne reconnaît pas le droit à cette personne de recevoir les sacrements. Il n’est PAS exclus de l’Église (même catholique, cfr Droit canon de 1917, 2257 §1) et celà ne présage en rien de son « salut éternel ». (ceci fait écho à votre dernier paragraphe!) Les protestants vont nettement plus loin, «seule la Foi sauve (aucun homme ne pourrait avoir pouvoir là dessus)», ceci est teinté de réaction face aux Indulgences!
    Pourquoi cet anti-cléricalisme en loge alors? La façon dont le bas-clergé s’est comporté face aux franc-maçons aux siècles derniers (le XXₑ particulièrement), sur base d’une interprétation hative des excommunications papales et d’opportunisme, a créé compétition et mesquinerie entre leurs paroissiens et les athés, en particuliers les Francs-Maçons. Ces derniers ont dès lors développés ces sentiments d’hostilité à l’encontre de l’Église et particulièrement du Clergé. Un cercle vicieux a ainsi été lancé… par l’Église.

    J’espère que ces pistes auront allimenté votre réflexion même si je ne suis pas spécialiste du sujet.
    Merci beaucoup pour cet article,

    Bonne journée

    Ben

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES