ven 20 mai 2022 - 15:05

La santé au cœur du processus initiatique !

Si l’initiation a un sens, c’est de proposer, à un-e profane, une voie et une méthode pour donner un sens à sa vie.

La loge maçonnique est le lieu idéal pour permettre cette rencontre.

Nous n’avons rien à exiger du ou de la profane ; la seule question concerne notre capacité à accompagner cette rencontre.

Dans une approche maçonnique classique, il est question de rassembler « les hautes valeurs morales qui sans elle se seraient ignorées » ; l’expérience montre que les profanes sont des êtres humains de toutes origines, qu’ils ne sont pas forcément Bac+10, et que pour autant, leur démarche nous honore !

De la même manière, un ou une profane n’est pas forcément un héros ou  une super woman même si il ou elle peut le devenir !

Dans une approche maçonnique classique, c’est tout juste si on n’exige pas un certificat de bonne santé ; les handicapés ont été très longtemps éloignés des loges.

Notre approche c’est de vanter la recherche de la perfection et de considérer que pour cela l’égalité prévaut.

Qu’importent les bourgeois, les aristos, les professions libérales ou les professeurs d’Université ! La franc-maçonnerie s’adresse à tout le monde et l’important c’est de désirer la rencontrer.

Chacun sait que les titres sont surtout honorifiques et créent des barrières sociales ; la vie en loge pourrait être destinée à lever ces cloisonnements pour permettre de vraies rencontres en fraternité.

Permettre au peuple d’adhérer à la franc-maçonnerie sera une belle nouveauté. Nous sommes persuadés que cela sera possible pour peu que l’on respecte une méthode maçonnique rénovée.

Autant le regard philosophique sur la médecine et la santé a donné lieu à de nombreuses réflexions, autant l’inverse semble un champ en jachère.

Que cela soit en Philosophie, dans les réflexions ésotériques ou en Franc-Maçonnerie, le regard médical semble dans le meilleur des cas au second plan et bien souvent absent.

Et pourtant, le regard médical a l’originalité de partir des réalités et non pas d’une « je ne sais quelle » hypothétique proclamation.

Dans une démarche maçonnique classique, c’est tout juste si on n’exige pas des profanes d’avoir toutes les qualités maçonniques. Le résultat, c’est la création de clans dans les loges.

Dans ces conditions l’apprentissage, la formation, la progression perdent leur justification ; dans le meilleur des cas, il s’agit pour le ou la profane d’acquérir des codes qui lui permettra de singer les « anciens ».

Accepter avec humilité une candidature profane à l’état de « pierre brute » est un nécessaire préalable pour envisager une réelle progressivité dans l’acquisition du « savoir être » de l’initié-e !

Cela sous-entend que le collège des officier-e-s ait une cohérence et partage la volonté d’être capable d’assumer ce que l’on pourrait appeler la « voie de la libération » !

De la même manière que l’on peut aider un patient addict à se libérer de sa funeste addiction, de la même on peut aider un profane à se débarrasser de toutes les contraintes qui entravent son épanouissement personnel.

Tout cela pour quoi ?

Pour permettre à l’initié de partager la création qu’il peut faire dans le domaine du Beau, du Juste et du Bon.

Ces trois valeurs platoniciennes nous semblent encore d’actualité pour une franc-maçonnerie du XXIème siècle.

Se libérer pour faire du partage du Bon, du Beau et du Juste une réalité n’est-ce pas une authentique demande qu’exprime le ou la profane ?

N’est-ce pas aussi l’espoir que partage la majorité des francs-maçon-ne-s ?

Malheureusement aujourd’hui, tout cela semble impossible du fait des cloisonnements qui interdisent les échanges authentiques.

C’est aussi grâce à l’approche médicale de la franc-maçonnerie que l’on se rend compte de l’absurdité de certains aphorismes qui circulent dans les loges :

  • « Il y aurait un corps et un esprit » : Corps et esprit ne font qu’un ; séparer l’esprit du corps est une aberration sémantique.
  • « L’être humain est fort à condition qu’il le veuille » :  par essence les êtres humains sont fragiles et vulnérables ; leur premier besoin c’est d’apprendre à se protéger.
  • « Vivre c’est se faire plaisir en fraternité » :  « On boit, on fume et on mange, et surtout venez pas nous gonfler avec votre moralité de quatre sous ! » et puis un jour on se retrouve précocement dans un fauteuil roulant !

L’initiation est une exigence ; cela suppose une rigueur dans la réflexion cognitive !

Le déni du corps et la croyance dans un esprit ayant une toute puissance autonome, dans ce XXIème siècle où on pourrait penser que la connaissance est une préoccupation des francs-maçons, s’explique par l’incapacité que nous avons à sortir de lieux communs concernant la démarche initiatique.

Sous prétexte de fidélité à des rituels écrits au XVIIIème siècle, on en est resté à une pensée réductrice.

Neuf symboles qui ont dans leurs contenus une référence à la santé, mériteraient d’être valorisés :

  • Le crâne symbole d’une renaissance possible,
  • La canne ou le bâton qu’on retrouve dans le caducée nous renvoie vers Hermès,
  • Les gants, symboles de protection et de purification,
  • Le delta lumineux, qui renvoie à l’œil d’Horus symbole de bonne santé,
  • Le soleil, symbole de plénitude dont les effets bénéfiques pour la santé ne manquent pas,
  • La lune, symbole ambivalent qui évoque la fécondité,
  • La main qui guérit,
  • La corde qui évoque le serpent également présent dans le caducée.

Vers un nouveau paradigme maçonnique

Dans une approche classique de la franc-maçonnerie, les objectifs affichés sont divers :

  • Acquérir une certaine sagesse,
  • Changer le monde en promouvant la laïcité,
  • Redécouvrir le mysticisme,
  • Faire la charité.
  • Obtenir une réussite sociale grâce à un réseau d’ami-e-s.
  • Retrouver une grandeur passée.

Cette variété de contenus témoigne d’une certaine insatisfaction.

Ne pourrait-on pas comprendre qu’un autre paradigme puisse exister ?

Faire de la démarche maçonnique une voie vers la Libération !

Alors que la plupart des mouvements de pensée ont tendance à embrigader leurs membres, la loge maçonnique moderne pourrait être, avec un rituel reformulé, un outil de libération individuelle accessible à tous.

Que ce soit pour des hommes ou pour des femmes, le concept de libération renvoie à toutes ces entraves qui empêchent une pensée libre dans une société libre, capable de susciter le Bon, le Juste et le Beau.

Alain Bréant
Médecin généraliste, orientation homéopathie acupuncture initié en 1979 dans la loge "La Voie Initiatique Universelle", à l'orient d'Orléans, du GODF Actuellement membre de la RL "Blaise Diagne" à l'orient de Dakar - GODF Auteur sous le pseudonyme de Matéo Simoita de : - "L'idéal maçonnique revisité - 1717- 2017" - Editions de l'oiseau - 2017 - "La loge maçonnique" - avec la participation de YaKaYaKa, dessinateur - Editions Hermésia - 2018 - "Emotions maçonniques " - Poèmes maçonniques à l'aune du Yi King - Editions Edilivre - 2021

Articles en relation avec ce sujet

2 Commentaires

  1. Je vous laisse ma volonté d être un bon Humain près a contenir le silence ma volonté la profonde fraternité et expérience d un Artiste à me mettre au travaille pour mes frères et soeurs Amitié …

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES