mar 28 juin 2022 - 04:06

ITALIE : « Les Mille », les francs-maçons et la pseudo-information italienne

De notre confrère italien butac.it

L’histoire de cette aventure

L’expédition des Mille (en italien Spedizione dei Mille) est un épisode du Risorgimento italien survenu en 1860. Un corps de volontaires dirigé par Giuseppe Garibaldi débarque en Sicile afin de conquérir le royaume des Deux-Siciles, gouverné par les Bourbons.

Le projet est ambitieux et hasardeux puisqu’il s’agit de conquérir, avec un millier d’hommes, un royaume disposant d’une armée régulière et d’une marine puissante. L’expédition est un franc succès et se conclut par un plébiscite qui fait entrer Naples et la Sicile dans le royaume de Sardaigne, ultime conquête territoriale avant la création du royaume d’Italie, le 17 mars 1861.

L’expédition est l’une des seules actions souhaitées conjointement par les « quatre pères de la nation » italienne : Giuseppe MazziniGiuseppe GaribaldiVictor-Emmanuel II et Camillo Cavour, qui poursuivent des objectifs divergents. Il est difficile d’en déterminer le véritable instigateur : Mazzini souhaite libérer le Mezzogiorno et Rome alors que Garibaldi souhaite conquérir, au nom de Victor-Emmanuel II, le royaume des Deux-Siciles et poursuivre vers Rome afin de terminer l’unité de l’Italie, ce que Cavour veut empêcher à tout prix afin d’éviter un conflit avec son allié français, Napoléon III, qui protège Rome.

L’expédition fait aussi naître une grosse équivoque et une incompréhension collective : pour les garibaldiens, il s’agit de réaliser l’Italie unifiée ; pour la bourgeoisie sicilienne, une Sicile autonome dans le cadre du royaume d’Italie ; et pour la masse des paysans, la fin de l’oppression et la distribution des terres.

La conspiration de l’expédition des Mille

Le signalement que nous avons reçu nous rapportait comment, sur un groupe de discussions, une question avait généré une réponse que ceux qui avaient fait le signalement considéraient comme fausse.

Le portail est QualcheRisposta.it, un site dans le style Quora, ou Yahoo Answer (qui a fermé l’année dernière), et la question qui a été posée était :

Qui a financé l’expédition des mille ?

Plaque en mémoire de la présence des Mille à Porto Santo Stefano le 9 mai 1860.

Voici la réponse considérée comme peu fiable :

« L’expédition donquichottesque de Garibaldi et ses Mille, telle que définie par Mack Smith dans Cavour et Garibaldi en 1860, a été financée par le gouvernement anglais avec une caisse de plaques d’or turques (monnaie du franc en Méditerranée de l’époque) égale à plusieurs millions du dollars courants. Dans l’expédition des Mille le rôle de la franc-maçonnerie anglaise est déterminant avec un financement de trois millions de francs et une surveillance constante de l’entreprise. »

J’avoue que, malgré une épouse anglaise passionnée d’histoire depuis toujours, je n’avais jamais entendu la théorie rapportée selon laquelle l’Expédition des Mille aurait été payée par la franc-maçonnerie britannique. Et j’avoue que je ne pensais pas que ça pouvait être une hypothèse courante.

Mais une rapide recherche en ligne m’a suffi pour découvrir que même au cours des dix dernières années seulement, beaucoup ont parlé de cette croyance :

La nouvelle que les francs-maçons britanniques auraient financé l’expédition des Mille n’est pas ancienne, elle remonte à une dizaine d’années, et la source est un historien italien, Aldo Mola, ou plutôt la source selon Il Giornale serait la franc-maçonnerie of Scottish rite of Obedience in Piazza del Gesù, qui à l’occasion d’une commémoration en 2009 aurait fait cette révélation avec l’historien :

« Le financement – a déclaré le professeur Aldo Mola, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Milan et historien de la franc-maçonnerie et du Risorgimento – est venu d’un fonds de presbytériens écossais et a été versé avec l’engagement de ne pas s’arrêter à Naples, mais d’arriver à Rome éliminer l’État pontifical ».

Je ne suis pas fan de l’histoire du Risorgimento, mais dans la famille il y avait un membre de l’expédition des Mille dont nous gardons encore une lettre, dans laquelle Garibaldi le remerciait pour le turtlein que dans l’épisode suivant l’expédition il avait envoyé lui (tortellini de sa production, en excellent boucher qu’il était). Pour cette raison, il y a de nombreuses années, j’ai participé à des recherches sur l’histoire familiale que j’ai également faites lors de l’expédition des Mille. J’étais curieux de voir le nom de ce parent indirect dans les listes des hommes de Garibaldi. Au cours de mes recherches très simples j’avais vérifié qu’il existe dans les archives de l’État de nombreux documents en libre consultation, dont la liste des Garibaldiens et toute la documentation sur la gestion financière .

Malheureusement ces documents n’étaient pas numérisés à l’époque comme ils ne le sont même plus aujourd’hui (ou du moins je n’ai pas pu les trouver), mais il existe des ressources en ligne qui en parlent.

Mais partons toujours de ce qui a été rapporté en 2009 dans Il Giornale :

Selon l’historien, les fonds de la franc-maçonnerie anglaise ont été utilisés par Garibaldi pour acheter des fusils de sniper à Gênes, sans lesquels il n’aurait pas pu affronter l’armée des Bourbons, « qui n’était pas l’armée de Pulcinella, mais une armée bien organisée ». « .

Il existe même une page Wikipédia dédiée au Fonds du million de fusils, et curieusement elle ne mentionne pas l’argent de la franc-maçonnerie anglaise mais rapporte des chiffres très précis, également grâce aux rapports recueillis par Alexandre Dumas à l’époque directement de la voix de Garibaldi. Wikipédia :

Le parcours de l’expédition.

La collecte de fonds a été soutenue par une organisation présente avec ses propres comités dans les municipalités du centre-nord de l’Italie qui a envoyé les fonds collectés aux comités provinciaux qui ont finalement payé les cotisations à la direction milanaise. L’aide de l’étranger ne manquait pas. Selon une estimation datée du 12 novembre 1859, le Fonds du million de fusils était déjà riche de 100 000 lires, auxquelles s’ajoutait une contribution du même montant offerte par la municipalité de Milan. Non seulement l’argent a été offert, mais des fusils, des munitions et du matériel militaire ont été donnés au Million Rifle Fund. L’hôpital Maggiore de Milan a également mis à disposition du matériel médical. Le prestige international de Garibaldi a également conduit Samuel Colt à faire un don, qui a envoyé une centaine de revolvers Colt Navy par voie maritime de New York à Gênes.

La souscription pour le million de canons a été clôturée le 20 décembre 1860 avec un solde en espèces de 52 179 lires et 19 cents. L’année suivante est publié à Milan  le Rapport sur l’entière gestion du « Fonds du million de fusils » , dirigé par Enrico Besana et Giuseppe Finzi, immédiatement assignés par le général Garibaldi .

Il y a donc un compte rendu de cette collecte de fonds, tout comme il y a un compte rendu de tous les financements de l’entreprise des Mille, qui est cité sur certains sites traitant d’histoire. Je cite de l’un d’eux les paroles de l’historien Marco Vigna :

Le revenu total était de 6 201 060,13 lires et la majorité provenait de lettres de change émises par le gouvernement provisoire dictatorial pendant la campagne : 5 millions (environ 80 % du total) ont ainsi été versés, couverts par  les sociétés génoises « Parodi » et « C. et Fratelli Rocca ” , qui à leur tour (selon toute probabilité) ont été remboursés par  le Royaume de Sardaigne . En fait, la quasi-totalité du financement des dépenses de guerre provenait de financiers génois, qui étaient prêteurs au  gouvernement sarde .

Armoiries du royaume des Deux-Siciles.

L’argent prélevé localement, de  Sicile  ou de  Naples , était minime : 100 000 lires arrivaient du  trésor sicilien  et 41 134,57 ducats du secrétariat général de la  dictature de Naples . Ce sont des chiffres minimes par rapport au total. En outre, il convient de noter que les dépenses susmentionnées n’ont pas seulement été utilisées pour la guerre, mais aussi pour le fonctionnement de la machine d’État normale que la  dictature de Garibaldi il avait pris le relais du précédent gouvernement Bourbon et qu’il fallait le faire fonctionner. Par exemple, 184 323,44 lires ont été dépensées pour ce qu’on appelle «l’exercice politique», donc les coûts normaux de l’administration publique. Dans tous les cas, les sommes provenant des finances siciliennes ou napolitaines représentaient une part minime du total : environ 4 %, contre les 80 % versés par  Gênes  ou par le royaume sarde.

La campagne a également fait appel à des contributions privées, d’un montant de 851 735,28 lires. Presque tous venaient d’ Italie , avec une petite partie de l’étranger : communautés italiennes à l’étranger,  Russie ,  France ,  USA ,  Royaume-Uni. Les fameux emprunts d’Angleterre s’élevaient en tout à 49083 lires d’Angleterre, soit environ 0,8 % du total. Le montant total des financements provenant de l’étranger, mais qui comprenait en fait également des collectes d’émigrants italiens, était d’environ 2% du total. Pour donner une idée de l’insignifiance de l’argent étranger, il suffit de rappeler que, parmi les emprunts italiens, celui levé avec la vente des cocardes tricolores a rapporté 16 000 lires ! Moins d’argent arrivait d’ Angleterre  qu’il ne venait de  Brescia seule  (62 071) ou du petit  Côme  (58 710) ou  de Bologne  (62 317).

Ici, dans les 62 317 lires recueillies à Bologne, il y avait aussi de l’argent de mon lointain ancêtre boucher, neveu d’un martyr bien connu. L’hypothèse qu’il y ait de l’argent provenant de la franc-maçonnerie britannique n’a d’autre preuve à l’appui que les propos d’un historien et de quelques francs-maçons, les rapports ne montrent aucune trace de ces trois millions de francs fantômes en plaques d’or.

Comment est-il possible qu’au cours des treize dernières années de nombreux journaux italiens aient rapporté les nouvelles sans critique, sans qu’aucun des auteurs des articles n’ait jamais enquêté sur la question, c’est la démonstration pratique que personne ne s’est intéressé à informer mais seulement à captiver le lecteur juste assez pour lui montrer l’annonce sur le site ou acheter un exemplaire du journal.

Curieusement, en plus de certains journaux, les autres qui font passer l’information comme sûre et fiable sont des sites tels que : DataBase Italia, I Nuovi Vespri, et beaucoup de ceux liés aux mouvements néo-bourboniens avec lesquels nous nous sommes affrontés dans le passé.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES