sam 02 juillet 2022 - 16:07

ESPAGNE : La vie de Perón lors de son exil à Madrid – La Franc-maçonnerie, le mépris de Franco et le mystère du cadavre mutilé d’Evita

De notre confrère espagnol elmundo.es – Par XAVIER CID

Salvador Ros a rencontré l’ancien président argentin en 1966. Avec lui, il a lancé plusieurs entreprises d’exportation, devenant son bras droit lors de la résidence du couple Perón en Espagne. À 89 ans, il se souvient avec une précision d’horloger des nombreux secrets de cette période particulière du grand politicien argentin.

On dit que dans ce chalet de la Puerta de Hierro, il n’y avait pratiquement pas de luxe, ni d’histoires d’amour, ni d’agitation. Juan Domingo Perón vantait son exil à Madrid avec sa troisième épouse , Isabelita, lors des interminables années du franquisme. « La seule œuvre d’art dans cette maison, c’est moi », a-t-il avoué dans une interview où il se vantait de ses tâches domestiques et de sa vie austère . A la mort d’Evita et loin de l’Argentine , Madrid a dépouillé l’immense général de ses galons et de sa grandeur, le réduisant aux divertissements d’un bourgeois. « Il jouait avec ses deux chiens caniches, Puchi et Kimona, il lisait, il faisait du yoga, il aimait la viande à moitié crue… », explique Salvador Ros (89 ans), collaborateur et bras droit de Perón, dans les années 1960. « Nous nous consacrions à l’exportation de vêtements ou de jouets, mais il était nul en affaires. En Argentine, beaucoup pensaient qu’il était pourri d’argent, mais il n’a jamais gagné un sou.».

-Et de quoi vivait un homme qui avait tout eu, même la femme la plus célèbre du monde, et qui n’avait presque plus rien ?

-Jorge Antonio, millionnaire argentin et âme du péronisme également en exil, lui fournissait un salaire . Mais cet argent l’a discrédité car il était d’origine douteuse. La mafia, les virées de Jorge Antonio…

– Franco ne vous a pas aidé ?

-Franco ne l’a même pas écouté.

Ros récite comme un tango de vers colériques le mépris du caudillo envers son associé Juan Domingo . Comme cet après-midi, avant un défilé de mode hispano-argentin au Palais des Congrès, sur l’avenue du General Perón. «Carmen Polo** l’a présidé, mais comme Isabelita et elle ne se connaissaient pas, les responsables du protocole ont estimé qu’il n’était pas approprié que la première rencontre ait lieu sur un podium de mode et ils ont laissé le couple Perón à la porte . Ils leur ont interdit d’entrer ! Ils sont restés plantés là, Juan Domingo Perón et sa femme, sur l’Avenue du General Perón».

C’est peut-être l’image la plus représentative du plus triste des exilés. de la longue succession d’histoires des années madrilènes de Perón. C’est au cours des 13 années qu’il vécut dans la capitale que l’ancien président a été initié à la franc-maçonnerie, lors d’une cérémonie dans le même chalet de la Puerta de Hierro. Il l’a fait à l’instigation de López Rega, alias El Brujo , alors son assistant et plus tard ministre de la protection sociale en Argentine. « Ce type était un démon, il s’amusait toujours avec des transcriptions ésotériques », explique-t-il. « J’ai voulu faire d’Isabelita une seconde Evita et j’ai utilisé toutes sortes de rituels pour y parvenir. Une fois, il a même prétendu que Perón avait un cancer et, que selon lui, il l’avait transféré à l’un de ses chiens.

C’est là qu’entre en scène la légende noire du cadavre d’Evita , embaumée dix mois après sa mort en 1955, enlevée, enterrée et exhumée lors d’un étrange pèlerinage qui s’est terminé en 1971. Cette année-là, la dépouille d’Eva Perón parvient enfin à Madrid (mutilée et entassée), à la résidence de Juan Domingo. « On dit que López Rega a organisé des séances de spiritisme dans le chalet pour transférer son esprit à Isabelita », se souvient Ros.

– Juan Domingo a-t-il jamais surmonté sa mort ?

-Evita il n’y en avait qu’une et Perón en était très conscient. Une fois, après une dispute, je l’ai entendu crier à Isabelita : « Je t’ai déjà épousé, ne m’en demande pas plus . « 

Ros se souvient également de la première maison du couple sur la rue du docteur Arce, d’où ils ont dû déménager à cause d’Ava Gardner : « Elle était sa voisine du dessus et la nuit, à force d’organiser des soirées avec des toreros et des artistes, elle ne les laissait pas dormir. « 

À Puerta de Hierro, enfin loin des bacchanales du plus bel animal du monde, le couple d’exilés s’est abandonné au silence des montagnes du Pardo, seulement brisé par le gazouillis inlassable de 20 canaris, le caprice d’Isabelita, dans la cage qui présidait au centre de la cuisine .

*Juan Domingo Perón 1895-1974 ancien président argentin

**Carmen POLO est l’épouse du général Francisco Franco, dictateur espagnol de 1936 à 1975.

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. Franco et la FM, vaste sujet ! N’oublions pas que sous le pseudonyme Jakin Boor, le Caudillo (1892-1975) a écrit une suite d’articles sur l’Art Royal, parus pour la première fois dans le journal « Arriba » à partir de 1946, puis sous forme de livre en 1952 à Madrid… En ayant aussi à l’esprit que son fantasque frère Ramón, lui, reçut la lumière alors que le dictateur considérait la Franc-Maçonnerie comme sa principale bête noire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES