lun 05 décembre 2022 - 05:12

ITALIE : Alchimie maçonnique

De notre confrère italien expartibus.it – De Rosmunda Cristiano

A quoi sert l’alchimie ? L’alchimie sert à séparer le vrai du faux.
Paracelse

Dès son entrée dans le Cabinet de la Réflexion, au moment de son initiation, le Franc-maçon note un lien fort entre la symbolique de la science alchimique et, le début de la construction de son propre Temple personnel, il va se découvrir alchimiste, trouvant en lui-même le changement du monde qui l’entoure et en se transformant intérieurement.

Souvent, en parlant avec de jeunes Frères, on me demande pourquoi les alchimistes ne parlent pas clairement et pourquoi ils utilisent un langage qui est incompréhensible pour la plupart ou qui peut facilement être mal interprété.

Ces questions me font sourire, non pas en signe de moquerie bien sûr, simplement parce que ne pas savoir, forcément, conduit à des déductions superficielles et apparemment idiotes.

Les alchimistes visaient l’homme et sa perfection spirituelle, pour eux la progression intérieure ne peut être objectivée, exportée, transmise, mais doit être suscitée chez ceux qui sont prêts ou « complet », comme le disait Socrate à son disciple Théétète .

De même, Jésus de Nazareth, se référant à la multitude de ceux qui l’écoutaient, dit à ses disciples :

Je leur parle en paraboles.

et encore:

Qui a des oreilles, écoute.

OU

Ne donnez pas de perles aux cochons, car ils pourraient se retourner contre Vous.

Les études des textes alchimiques ont relevé deux types de disciplines, la physique et la spirituelle, cette dernière étant considérée comme le véritable but. En ce sens, le premier n’est rien de plus que la métaphore pour indiquer le but réel : la transmutation de l’impur en pur, du négatif en positif, de la matière en esprit.

Les métaux, mais aussi les astres et les entrailles étaient liés aux qualités morales de l’individu : le plomb correspondait à l’imperfection maximale de la matière et aussi morale ; l’or correspondait à la perfection.

Ainsi devient clair le parallélisme entre la transmutation du plomb, le métal le plus vil, en or, le métal parfait, avec l’accomplissement spirituel de l’état de grâce originel de l’homme.

Ceux qui n’ont saisi que l’aspect physique de l’alchimie sont, au mieux, devenus des experts en chimie et des expérimentateurs, mais beaucoup se sont perdus derrière l’idée de richesse et de pouvoir.

Ceux qui ont suivi le chemin de l’esprit par soif de pouvoir ont échoué. En revanche, ceux qui l’ont entrepris inspirés par le savoir et le bien se sont élevés, parvenant à dominer les passions, à devenir maîtres de leur corps et de leur nature, non pour acquérir le pouvoir, mais dans la conviction qu’en se sacrifiant au savoir , ils auraient fait le bien de l’humanité.

Et n’est-ce pas exactement ce qui arrive aussi à beaucoup de Frères ?

Combien d’entre eux se sont perdus, sont restés « en plomb », estimant que la franc-maçonnerie pouvait « magiquement » changer leur vie profane ?

Combien, en revanche, sont devenus « l’or », du plus précieux et du plus brillant ? Combien ont fait de leur vie un chef-d’œuvre ?

Dans le terme « Al-Kimia », le préfixe « Al » a le sens d’Être suprême ; étymologiquement donc, l’alchimie est la science divine, celle qui conduit l’homme de bonne volonté à éveiller en lui l’étincelle divine, en se plaçant, comme le soutenait Spinoza, du point de vue de Dieu.

L’alchimie représente donc une voie de mise en œuvre du potentiel spirituel.

Les alchimistes ont étudié la pierre philosophale, car ils pensaient qu’elle pouvait transformer les métaux en or et produire l’élixir de vie. Tout cela se déroulait à travers un véritable rituel : il y avait sept métaux – or, argent, cuivre, étain, mercure, fer et plomb – liés aux sept étoiles – Soleil, Lune, Vénus, Jupiter, Mercure, Mars et Terre – qui, à leur tour, étaient liés aux sept entrailles de l’homme et, même, aux sept notes et aux sept couleurs.

Les sept processus ont été divisés en quatre opérations, la putréfaction, la calcination, la distillation et la sublimation, et en trois phases, la dissolution, la coagulation et l’union.

A travers ces sept procédés, la matière première, mélangée au soufre et au mercure et chauffée dans le four, l’Athanor, se transformait progressivement, passant par différentes étapes, de 3 à 12, liées au sens magique des nombres, caractérisés par la couleur de la même matière lors de la transmutation.

Les étapes fondamentales sont : nigredo , travail en noir, dans lequel la matière se dissout, se décompose ; l’ albédo , travaille au blanc, au cours duquel la substance se purifie, se sublime ; rubedo , œuvre en rouge, qui représente l’étape finale.

Combien d’entre nous francs-maçons, relisant ces passages, n’avons pas pensé aux changements qui se sont opérés au plus profond de nous, au mélange de nos croyances avec nos expériences, à la fusion de ce que nous étions avec ce que nous sommes devenus ?

Comme l’a soutenu Pico della Mirandola, l’homme a la possibilité de s’élever ou de tomber.

La dégénérescence de l’Alchimie maçonnique a été possible parce que la plupart d’entre eux, la méconnaissant, n’ont pas compris sa signification spirituelle, et, en interprétant littéralement les formules alchimiques, ils l’ont ridiculisée, ou toute leur vie, ils ont poursuivi le rêve d’une richesse facile, à la recherche de la formule qui transmute les métaux en or.

Je conclus avec les mots du philosophe Wittgenstein qui affirmait

Ce dont on ne peut pas parler, il vaut mieux Le taire

laissant la parole à ceux qui, consciemment, avec passion, détermination et beaucoup de travail sur eux-mêmes, ont décidé de transformer le plomb en or.

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES