mar 28 juin 2022 - 04:06

De Marie-Antoinette à la franc-maçonnerie : 10 curiosités de Mozart, le génie rebelle

De notre confrère espagnol larazon.es – Par Conque Garcia

L’enfant prodige, auteur de plus de 600 partitions, considéré comme l’un des meilleurs compositeurs de tous les temps, est né un jour comme aujourd’hui en 1756

Léopold Mozart n’en revient pas lorsqu’il voit que son fils, âgé de seulement 5 ans, est capable de lire des notes et de composer des partitions. Il était conscient qu’un génie était né dans sa famille, un enfant prodige qui continue d’être une légende aujourd’hui, tant pour ses créations que pour sa personnalité charismatique. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) est considéré par beaucoup comme le plus grand compositeur de tous les temps. Il a couvert des genres aussi disparates que l’opéra buffa ou la musique sacrée, tout en vivant une vie basée sur l’anarchie, sur la rébellion. C’était un personnage imprévisible, impeccable au violon ou au piano, alors que sa joie était même ennuyeuse pour certains, car il rompait avec les conventions de son temps. Une vie courte – il est né un jour comme aujourd’hui en 1756 et mort à l’âge de 35 ans – mais intense et pleine de succès, d’anecdotes et de curiosités qui continuent de surprendre encore aujourd’hui.

1. Génie et prodige

Après avoir surpris en jouant un grand nombre de mélodies à l’oreille alors qu’il n’avait que 4 ans, ainsi qu’avoir commencé sa carrière musicale dès son plus jeune âge, jouant avec sa sœur dans les cours les plus prestigieuses d’Europe, Mozart a surpris avec son premier symphonie les 8 ans, ainsi que son premier opéra complet qu’il compose à 14 ans. De plus, 33 de ses 68 symphonies ont été écrites entre 8 et 19.

2. A la vitesse de « Linz »

Tel était son talent, il était né pour la musique à tel point, que la vitesse à laquelle il composait des chefs-d’œuvre était aussi unique dans l’histoire. Par exemple, son opéra « La clemencia de Tito » a été créé en 18 jours, tandis que la Symphonie 425, dite « Linz », était le résultat d’un travail de composition, de transcription et de préparation de seulement 5 jours.

3. Un talent gâché

Son histoire aurait pu ressembler à celle de son frère, mais son statut de femme ne le permettait pas. Nannerl, ou Maria Anna, avait 5 ans de plus que Mozart et a également montré un grand talent musical dès son plus jeune âge. En effet, il donne des cours de piano alors qu’il n’a que 10 ans, l’un de ses élèves étant son frère. Il a joué en concert avec lui, et voulait aussi composer, mais malheureusement il n’a pas eu les mêmes opportunités en raison de la discrimination de l’époque.

4. Compulsif et obsessionnel

Selon certaines de ses lettres survivantes, Mozart souffrait du syndrome de Tourette, un trouble nerveux qui provoque des comportements compulsifs et obsessionnels et qui se manifeste par l’incapacité d’agir de manière appropriée en société. En fait, des insultes et des expressions vulgaires peuvent être lues dans ces lettres, ainsi qu’il n’est pas rare que le musicien se démarque dans les réunions par sa personnalité effrontée et rebelle.

5 621 partitions

Comme on l’a souligné, Mozart a vécu 35 ans, et la capacité de production musicale qu’il a eue tout au long de sa vie semble incroyable. Sachant, bien sûr, qu’il a commencé à créer alors qu’il n’était qu’un enfant. 621 œuvres sont attribuées au génie, dont 600 sont complètes . Sont inclus 68 symphonies, 36 sonates pour violon, 27 concertos pour piano, 26 sonates pour piano, 23 quatuors à cordes et 6 quintettes à cordes, entre autres partitions.

6. À la limite du grossier

Nous parlions de ses expressions vulgaires, mais il convient de mentionner celles qu’il a dédiées à son cousin. Avec Marianne il entretenait une relation au-delà de la famille, une sorte d’amitié amoureuse désapprouvée par ses parents, mais qu’il ne cachait pas dans les lettres qu’il lui envoyait, qui servent d’exemple pour vérifier le goût du musicien pour le scatologique, le grossier : « J’accueillerai votre noble personne comme elle le mérite bien, je tamponnerai mon papier à en-tête sur vos fesses , je vous baiserai les mains, je tirerai le coup de fusil de l’anus, je vous enlacerai davantage, je vous ferai des lavements devant et derrière », écrit-il.

7. Pas de flûtes

« La seule chose pire qu’une flûte, ce sont deux flûtes « , a déclaré Mozart en référence à son instrument le moins aimé. Le génie aimait le violon de la même manière qu’il détestait la flûte, car il n’en appréciait pas le son et, en fait, ne l’ajoutait qu’aux partitions qu’il devait écrire sur demande. À un moment donné, il en est venu à remplacer la flûte par la clarinette, un instrument qui l’a passionné.

8. Paix et franc-maçonnerie

La rébellion a même atteint ses croyances. Bien que le musicien ait été élevé dans une famille catholique, au cours des dernières années de sa vie, il décida de rejoindre la franc-maçonnerie. Cela était pourtant incompatible avec ses convictions chrétiennes. D’après les documents qui sont conservés et qui en témoignent, le compositeur trouva dans la franc-maçonnerie un havre de paix et de tranquillité. Cela l’amena à s’exprimer librement à une époque où tout faisait obstacle, surtout pour ceux qui dépassaient les limites établies. Ce point se refléte dans ses œuvres, comme c’est le cas avec « La Flûte enchantée ».

9. Une proposition à Marie-Antoinette

Après un concert à Versailles, alors qu’il était encore enfant, il laisse une anecdote historique à la future reine : Marie-Antoinette. Le compositeur, après avoir donné un concert, s’est levé de son siège et a trébuché, tombant au sol. Une situation « scandaleuse » en ces temps-là selon le protocole, mais que Marie-Antoinette a fait l’impasse , puisqu’elle est allée l’aider à se relever. Compte tenu de cela, le musicien reconnaissant l’a serrée dans ses bras et lui a proposé de l’épouser. A aucun moment ils n’ont entretenu de relation, mais tout est resté dans une anecdote alors qu’ils étaient tous les deux jeunes.

10. Une fin malheureuse

Mozart mourut en écrivant ce qui allait devenir son œuvre la plus célèbre : la Messe de Requiem, complétée par ses élèves. Compte tenu des difficultés économiques qu’il a subies à la fin de sa vie, le musicien a été enterré dans une tombe communautaire, sa dépouille n’a donc pas été localisée aujourd’hui. Par conséquent, il n’y a pas eu d’autopsie ou de théorie claire sur ce dont il est mort : il a été écrit qu’il s’agissait de la grippe, d’une infection rénale, d’un empoisonnement au mercure ou d’un rhumatisme articulaire aigu.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES