lun 04 juillet 2022 - 12:07

ESPAGNE : L’histoire du monde masqué

De notre confrère espagnol masdearte.com

Le centre de culture contemporaine de Barcelone consacre une grande exposition à ses usages politiques

Aujourd’hui, nous ne quittons pas la maison sans eux en main, mais l’histoire des masques n’a pas commencé l’année dernière et, en fait, ni notre société ni nos modes de relations ne peuvent être compris sans eux, littéralement ou symboliquement. Ils ont à voir avec les mécanismes de contrôle du visage, avec le désir ou la revendication de l’anonymat, avec la dissimulation d’identités et de dissidence et dans la fiction, ils ont été associés, de manière récurrente, à la fois aux héros et aux méchants.

Sous le commissariat de Jordi Costa, responsable des expositions au CCCB , et de l’activiste culturel Servando Rocha, le centre barcelonais présente l’exposition « Le masque ne ment jamais », dont les approches sont précisément tirées de l’essai de Rocha publié il y a deux ans des choses sombres et dangereuses. Le livre du masque et des hommes masqués . Il propose une approche particulière de l’histoire du siècle et demi dernier, prenant en compte l’évolution de l’usage et de la prise en compte des masques , de leur désacralisation à leur usage à des fins politiques, ou liées aux luttes sociales et à la construction des identités, et du Ku Klux Klan aux Pussy Riot, en passant par les stratégies de surveillance et de contrôle biopolitique.

Ils composent le parcours, structuré en sept sections comprises comme des histoires autonomes mais connectées, du matériel documentaire et audiovisuel et des objets qui viennent mettre en évidence les significations multiples attribuées aux masques en fonction de leur contexte et aussi les connotations politiques très singulières qui ont exigé ou accompagné la dissimulation des visages. Parmi les propositions spécifiquement artistiques, ne manquent pas les œuvres de Leonora Carrington, Kati Horna, Marcel Janco, David Lloyd, Lourdes Grobet, Félicien Rops ou Lavinia Schulz, ainsi que des pièces conçues spécifiquement pour cette exposition par Nico Piug, Martí Riera, Joaquín Santiago , José Lázaro, Fernando González Viñas, May Pulgarín, Dostopos, Las Migras de Abya Yala, Domestic Data Streamers, Beatriz Sánchez, Antoni Hervás et Gitano del Futuro.

L’exposition commence par rappeler que le mystère qu’implique presque tout masque a son origine à l’époque néolithique : alors que les premières structures agricoles sont apparues, de probables cultes d’ancêtres se sont développés accompagnés de ces objets, donc populaires enracinés et liés au rite. À notre époque, cet aspect religieux a été presque complètement dilué au profit de la politique, de l’activisme ou du secret ; L’une des premières manifestations de turbulence et de terreur liées au masquage se trouve dans le Ku Klux Klan, qui depuis sa naissance au milieu du XIX était caractérisé par un vêtement rudimentaire qui faisait appel à la fois au démoniaque et au carnaval; dans sa deuxième vague, issue de la chaleur du film La Naissance d’une nation et du roman The Clansman de Dixon, des visages couverts et des uniformes blancs ont continué à identifier ses membres.

Rituel de prestation de serment et d'admission au Ku Klux Klan.  Album personnel de William J. Simmons Alabama Département des archives et de l'histoire
Rituel de prestation de serment et d’admission au Ku Klux Klan. Album personnel de William J. Simmons. Département des archives et de l’histoire de l’Alabama

Un autre roman, en l’occurrence populaire et français, donnera naissance à la figure de Fantômas , que Louis Feuillade réalisera d’abord en cinéma muet et qui inspirera plus tard à la fois les peintres surréalistes et les poètes . Dans le Paris marginal, ce personnage incarnait l’homme maléfique au visage changeant qui échappait, grâce à cette fluidité des traits, à une police scientifique de plus en plus compétente. Ses aventures auraient été inspirées par le voleur espagnol Eduardo Arcos, qui prétendait avoir séduit Pierre Souvestre et Marcel Allain.

Un masque est également apparu sur la couverture des Mystères dévoilés de la franc – maçonnerie, l’un des nombreux livres que Léo Taxil a publié sur l’histoire de cette institution, et de ses cultes prétendument diaboliques, à partir de faux témoignages. Il l’admettra plus tard, générant de nombreuses polémiques entre l’Église et les sociétés secrètes, mais le contenu de ses textes constituera depuis une littérature infinie, ces fake news ayant survécu, a plus d’un siècle, malgré le déni de leurs auteurs.

Affiche du film de Louis Feuillade Fantômas : À l'ombre de la guillotine, 1913. Collection particulière
Affiche du film de Louis Feuillade Fantômas : À l’ombre de la guillotine , 1913. Collection particulière
Léo Taxil : Les mystères de la Franc-maçonnerie Paris : Letouzey et Ané, 1886. Gravure de Pierre Méjanel : Initiation au 29e degré du Grand Écossais de Sant Andreu
Léo Taxil : Les mystères de la Franc-maçonnerie. Paris : Letouzey et Ané, 1886. Eau-forte de Pierre Méjanel : Initiation au 29e degré du Grand Écossais de Sant Andreu

Laissant de côté, pour une part, le mensonge et l’obscurité, le masque est aussi intrinsèquement lié à l’histoire de l’art contemporain. Quand, dans le Cabaret Voltaire et en 1916, les initiateurs de Dada dansaient follement pour échapper à l’horreur de la Première Guerre mondiale, ils s’en servaient, entre autres, pour exprimer leur attirance pour le primitif face à l’immense violence que la technologie Moderniste qui non seulement ne s’est pas arrêtée, mais a également propulsé. Emmy Hennings ou Taeuber-Arp ils ont vu des expressions de l’enfer terrestre dans des masques à gaz et des visages dévastés, tandis que Lavinia Schulz et Mary Wigman, en marge de la danse expressionniste, ont exploré le pouvoir transformateur de la dissimulation, comme le feront également Carrington, Horna ou Remedios Varo sur cette voie.

Ceux qui se cachent aussi le visage sont les combattants mexicains, protagonistes de nombreuses fictions et pratiquement une force sociale aux racines aztèques. Justiciers admirés, leur exemple sert aussi dans l’exposition à analyser les tensions entre identité, visage et féminité Ensuite, nous approchons de nos temps actuels, où le caractère obligatoire de l’identification et l’absence de pudeur dans les réseaux sociaux ont fait du masque (au moins, jusqu’à la pandémie) un exercice de subversion : ils occupent le devant de la scène dans la CECC échantillon qui a contesté ces mécanismes d’inspection du visage, de Grant Morrison, Guy Fawkes et Anonymous aux Pussy Riot susmentionnés.

Action de prière punk des Pussy Riot à la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou, 2012. Avec l'aimable autorisation de Pussy Riot
Action de prière punk des Pussy Riot à la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou, 2012. Avec l’aimable autorisation de Pussy Riot

La fermeture, presque forcée, est imposée par COVID-19 ; Nos masques omniprésents sont liés à leurs prédécesseurs, pas très différents, ceux qui, au cours des siècles passés, protégeaient de la peste, de la grippe espagnole ou du choléra ; et nos comportements face à l’incertitude et à la peur sont associés aux ressources éternelles de la foi ou de la conspiration. Dans notre carnaval actuel, paradoxalement, l’ancien clandestin et soupçonneux de se cacher devient solidaire et responsable.

Les autorités chinoises se déplacent dans la neige pour inspecter une zone frontalière dans les montagnes et fournir des informations sur COVID-19 aux habitants d'une région reculée de l'Altaï dans la province du Xinjiang, en Chine.  Ce sont des images de propagande du gouvernement chinois dirigées à l'étranger.  19 février 2020. Agence EFE
Les autorités chinoises se déplacent dans la neige pour inspecter une zone frontalière dans les montagnes et fournir des informations sur COVID-19 aux habitants d’une région reculée de l’Altaï dans la province du Xinjiang, en Chine. Ce sont des images de propagande du gouvernement chinois dirigées à l’étranger. 19 février 2020. Agence EFE

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. Le bandeau est un masque du regard. En hébreu, qar (108), qui s’écrit qof (100 ) et rhé (8), c’est le masque. Cherchons où se trouve ce mot : Qam, en hébreu, c’est l’élévation, la transcendance : cela s’écrit qof (=100) et mem (=40). Pour passer de l’un à l’autre il faut 60 auquel correspond la lettre samekh. Ce phonème se décompose en samekh (60), mem (40), rhé (8) = 108 qui s’écrit aussi qof (100 ) et rhé (8). Le masque est au cœur de l’élévation.
    Le masque, c’est à la fois l’écran et l’exhibition de la personne elle-même. Persona est en latin le masque de l’artiste qui cache son visage. Le masque est ainsi le support d’une dialectique du visible et de l’invisible, du dévoilement et du retrait. L’être en sa profondeur est secret et se doit malgré tout de faire des apparitions. Le masque dit la nécessité d’un écran, d’une caisse de résonance pour l’existence de l’homme comme altérité nécessaire de soi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES