dim 23 janvier 2022 - 14:01

Humanisme – Dossier : Regards profanes

Revue des francs-maçons du Grand Orient de France

Collectif – Conform édition, novembre 2021, N° 333, 128 pages, 15 € port compris

Le sommaire :

Éditorial :

Christophe Devillers : La vocation d’Humanisme

Vitriol

Giorgio Gelsi : Vous avez dit : « Expert » ?

Actualité des Lumières

Cécile Révauger : Et si l’on oubliait Ramsay pour ne se souvenir que de son discours ?

Evénement (1)

Georges Sérignac : Discours au Mur des Fédérés, 29 mai 2021

Evénement (2)

Laurent Kupferman : Osez Joséphine

Hommage

Samuël Tomei : Hommage à Alexandre Dorna (ancien rédacteur en chef d’Humanisme)

Anniversaire (1)

Dominique Papon : Pierre Leroux, sa mort, sa vie

Anniversaire (2)

André Combes : Radicaux et maçons jusqu’à la fondation du Parti radical

Idées

Stéphane François : L’irrationalisme dans l’écologie

Dossier : Regards profanes

– Grégor Tacite : Que le risque soit la clarté

– Christiane Taubira : Une institution capable d’inspirer La flûte enchantée conserve son utilité

– Stéphane Rozès : Rallumer les Lumières

– Boualem Sansal : De la peur de vivre à la peur de la vie ou l’échec des médiateurs autoproclamés

– Marcel Gauchet : Donner un sens supplémentaire à une riche histoire

– Cédric Villani : Maçons, si vous pouvez aider…

– Roland Cayrol : Deux ou trois choses que je crois savoir (ou pas) de vous…

– Nathalie Heinich : Axiologie de la franc-maçonnerie

Littérature

Damien Cesselin : Une fresque humaniste : les Rougon-Macquart,

La Conquête de Plassans (4/20)

Chroniques humanistes

Charles Conte : Panique morale aux USA

Musique

Jean Kriff : Un aventureux compositeur, Gaspare Spontini (1774-1851)

7e art

Jean-Louis Coy : Filmer « Dune », réussir une gageure

Livres

Rachel Kahn : Racée

Paul Baquiast & Bertrand Sabot : Emmanuel Arago (1812-1896) ou le roman de la République

Revue Cités : La langue sous contrôle ?

Marie-Monique Robin : La Fabrique des Pandémies

André Bellon & Jean-Pierre Crépin : Pour la souveraineté du peuple [nous sommes tous des constituants]

Jean-Michel Décugis – Pauline Guéna & Marc Leplongeon : La Poudrière

[NDLR : Nous apprenons qu’Humanisme, en la personne de Christophe Devillers, a un nouveau rédacteur en chef. Dans son éditorial, il met en avant que la revue « a toujours incarné la quintessence de ce qu’était l’obédience », rendant aussi hommage à tous ces prédécesseurs. Le dossier spécial intitulés « Regards profanes » est, bien évidemment, écrits par des profanes qui, dans notre esprit, n’a rien de péjoratif puisqu’issu du latin profanus, de pro « devant » et fanum « lieu consacrés » signifiant « celui qui n’est pas initié », dont Christophe Devillers souligne « Majoritairement sans complaisance pour l’Ordre, ils sont cependant unanimes à louer la qualité de l’écoute et de la parole qui prévaut en loge et la capacité sans égale de la franc-maçonnerie à poser les bases de l’échange respectueux d’arguments affûtés ».

La 4e de couverture :

Le dossier du numéro que vous avez entre les main, Regards profanes, est original à plus d’un titre. Car en dehors du coordonnateur du dossier, nul n’est francs-maçons parmi les signataires. Dans sa volonté de dialogue avec le monde extérieur, le Grand Orient de France a interrogé une dizaine de personnalités, parmi celles qui l’invite régulièrement dans ses temples, sur leur vision de la franc-maçonnerie. Celles qui se sont prêtées au jeu l’on fait avec plaisir, et leurs mots à eux, acérés ou complices, mais sans complaisance.

Les textes qui se succèdent indique au lecteur l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir. Car au fond, le monde profane (lorsqu’il est édifié et se tient loin des haines complotistes ancestrales) attend beaucoup des francs-maçons.

Quand Stéphane Rozès part de la franc-maçonnerie et de ses combats universalistes pour rappeler et analyser les atteintes du moment à l’humanisme, Marcel Gauchet espère de la franc-maçonnerie qu’elle soit plus que jamais un lieu de formation pour les citoyens éclairés. Cédric Villani ne dit pas autre chose, après s’être livré à une comparaison originale entre pratiques maçonnique et mathématique.

Sans doute Roland Cayrol, rétif au rituel, et Christiane Taubira, égale à elle-même, sont-ils les plus critiques. Le premier, même s’il apprécie la qualité des débats lorsqu’il est invité en loge, extrapole les risques de favoritisme auquel mène la solidarité maçonnique. La seconde, qui entre dans l’arène l’exégèse de l’article premier de la constitution du Grand Orient de France, entreprend avec habileté une critique par ricochet de la franc-maçonnerie au travers de son engagement laïque.

Pourtant à mille lieues l’un de l’autre, Boualem Sansal et Nathalie Heinich convoquent respectivement la littérature et l’axiologie pour conclure pareillement à un devoir de vocation spirituelle de la franc-maçonnerie.]

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti, membre de la Respectable Loge Le Centre des Amis N° 1 de la Grande Loge Nationale Française et Chapelain de la Loge Nationale de Recherches Villard de Honnecourt, est désormais, après six ans passés en qualité de Député Grand Archiviste, responsable, dans le cadre de la culture et de la communication, de l'organisation des salons maçonniques et de l’éditorial des réseaux sociaux. Membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France, il est le chroniqueur littéraire de la G.L.N.F., écrit aussi dans La Chaîne d’Union du Grand Orient de France et collabore à de nombreux ouvrages.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES