dim 28 novembre 2021 - 18:11

Hermès intervient !

Zeus, le roi du panthéon olympien était son père et Maïa, sa mère, fille d’Atlas, une mortelle. Qui ne connait pas  Hermès, ce jeune homme, quasi nu, avec un petit manteau sur les épaules, tenant dans une main une bourse et de l’autre le caducée ? Une statue célèbre pleine de significations intemporelles…

Un air effronté, un chapeau avec le cordon, (le pétase), noué sous le menton ou derrière la tête, pour le maintenir en place dans des périples incessants, ce jeune dieu est éternellement engagé dans des aventures multiples et curieuses. Il y démontre une vitalité étonnante, se dévoile tel un passeur audacieux entre deux rives, car c’est bien comme cela que les mythologies anciennes nous le donnent à voir sous le nom d’Hermès pour les Grecs ou de Mercure pour les Romains … Comme un astre dans l’espace, il est vrai que le garçon se déplace vite avec ses sandales ailées pour porter les messages qui lui sont confiés. Une vraie performance pour celui que l’on reconnaît comme volant « aussi léger que la pensée pour remplir sa mission » ! Faiseur de tours, expert en larcins et mensonges, quelle ardeur, quelle fièvre il met pour accomplir son activité de coursier autant pour les dieux que pour les mortels !

Il est vrai que turbulent et dérangeant, il a commencé très jeune son activité de voleur : dès sa naissance (dit-on !) :

«  L’enfant naquit à l’aube

Et avant que la nuit tombe

Il avait dérobé les troupeaux d’Apollon …

Ah, quelle audace ! Zeus les lui fit rendre aussitôt et Hermès obtint le pardon d’Apollon en lui offrant la lyre qu’il vient d’inventer, faite de trois cordes fixées à une écaille de tortue. Amoureux des sons célestes, il en profite pour tailler dans des roseaux la flûte de Pan qui reflètent ses origines pastorales et ses goûts champêtres.

Sans prendre du repos, Hermès, Dieu de l’air et du Vent, va toujours sur les routes et chemins. Il est le gardien des carrefours, mais aussi le dieu des marchands et des voleurs. Passé maitre en éloquence, il donne l’espoir aux marchands voyageurs de réaliser la bonne vente des marchandises qu’ils ont transportées, non sans souci, d’un point à un autre. Avec le caducée, ce bâton autour duquel deux serpents s’entrelacent, un autre rôle lui revient : guider les âmes des morts vers le royaume souterrain, les Enfers ! Dans ces derniers moments de passage entre la vie et la mort, être présent le conduit à manifester de la compassion pour l’Autre, à se montrer sensible à sa douleur, au déchirement de la séparation. Son écoute et sa bienveillance sont de douces consolations …

Sur le plan des amours, (multiples d’ailleurs !), on lui prête d’avoir avec Aphrodite engendré Hermaphrodite, divinité bisexuée, mais aussi Eros dans les traditions plus tardives. Selon certains auteurs, il est le père de dieux rustiques à la sexualité débridée, tel que Pan, et ses amours sont aussi bien féminines que masculines. L’univers des mœurs n’est-il pas un univers de communication, porteurs de signes et d’attentes, parfois les plus intimes, les plus cachées ?

Dans l’histoire antique, Hermès est la personnification de l’ingéniosité, de la mètis (intelligence rusée) et de la chance. Et pour le peuple dire qu’ « Hermès est à tout le monde » signifie que le dieu est loué pour avoir apporté la bonne fortune, produit l’heureux hasard. Un dieu léger, dansant et virevoltant au-dessus de chacune de nos vies et de nos secrets, n’est ce pas un secours indéniable et assurément providentiel ?

Aujourd’hui que reste-t-il du souvenir d’Hermès, messager, dieu des voleurs et dieu de l’éloquence, divinité de l’entre-deux ou trois mondes ?

Curieusement : une marque de luxe ! Celle d’un bagagiste mondialement connu dont les sacs, valises et malles identifient des propriétaires riches et snobs. Mais encore : pour protéger des entrepôts et magasins pourvus de biens de consommation innombrables, l’enseigne « Hermès-Sécurité » signale sur les réseaux aux craintifs propriétaires, des sociétés de formation d’agents à la sécurité des biens. Sécuriser physiquement ses trajets et déplacements passe également par le recours d’Hermès mais d’un nouveau style : des athlètes aux larges épaules, mystérieux derrière de larges lunettes de soleil et appareillés d’oreillettes pour communiquer avec ??? On ne sait : quelques guetteurs haut placés ? On suppose l’obligeance de tous ces nouveaux protecteurs moyennant une forte tarification du service ! Quant à la réponse au besoin de prévoyance pécuniaire, le nom d’Hermès distingue sur le marché financier, une compagnie d’assurances-crédits qui conduit nécessairement aux bons placements ! Incontestablement Hermès est toujours là pour aider l’humanité dans ses nouveaux soucis médiatiques d’une société bousculée et égotiste !

Du côté de la Franc-Maçonnerie, Hermès et l’herméneutique sont par contre des thèmes qui pavent le chemin de la connaissance vers Soi et l’Autre. Dans le respect de la Tradition, la démarche initiatique dévoile autant les bénéfices du voyage « à la rencontre de … » que les bienfaits d’une parole riche de multiples formes d’expressions. Interpréter, traduire, expliquer, exposer, transcrire, argumenter, transmettre, conclure sont toutes des actions qui renvoient à Hermès, Dieu du logos, de la parole et de l’éloquence… Ses origines lui donneraient-elles un savoir venu de loin : du fond de l’Égypte ancienne, un savoir disponible aux initiés pour se sonder, transformer les choses, modifier leurs destinées ? Quand le silence se faisait lourd entre les convives d’agapes gourmandes, les Grecs remarquaient d’ailleurs : « Hermès intervient ! ». Et l’amphitryon disait alors : « Entraînons Hermès ! ». Une telle invite appelait à boire une dernière coupe d’ambroisie. Mais attention : Hermès conduit du sommeil à l’éveil et de l’éveil au sommeil. Et s’il se dit que mourir c’est « rejoindre le troupeau d’Hermès », sachons nous accorder du temps avant d’aller rejoindre le royaume d’Hadès !

Claude Laporte
Cursus universitaire en Droit public, Organisation du travail, et Sociologie Politique. (Maîtrise en Droit Public (1972), à la Faculté de Bordeaux. Chargée de cours sur la « Sociologie Politique et des Institutions Internationales » aux élèves de 1ère Année de Droit (1972/1973). Puis, intégration professionnelle au sein de l’Assurance Maladie. Dernier poste occupé : Responsable de la Communication à la Direction des Systèmes d’Information à la CNAMTS. Autres diplômes : DESS Systèmes d’Information; DEA «Communication, Technologies et Pouvoir » (Université Paris-Sorbonne). Par ailleurs : des engagements dans le domaine associatif et culturel. Depuis mars 2020 une activité écriture/publications avec la création et l’animation du blog EMEREKA, journal d’opinions et d’humeurs ..

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES