jeu 02 décembre 2021 - 05:12

ARGENTINE : Histoires de Patagonie – les maçons à Río Gallegos

De notre confrère argentin eldiarionuevodia.com.ar

« Faites savoir à Lenzi que je le battrai en duel. Les diffamations ont été trop nombreuses pour continuer à tolérer et je m’en fous qu’il soit à la tête de la Rivadavia Lodge ». Celui qui commande avec colère son secrétaire est l’ancien gouverneur du territoire national de Santa Cruz et également éleveur Edelmiro Correa Falcón.

Nous sommes au mois de novembre 1922 dans la capitale et Río Gallegos continue d’être submergé par le silence après les massacres de péons ruraux il y a un an. Lenzi est un journaliste de renom, tandis que Correa Falcón est aussi une référence dans le milieu des notables.

Lenzi est l’un des « éditorialistes » les plus en vue du sud de l’Argentine et est devenu une référence au niveau local. Non seulement les événements ayant pour origine la « Patagonie tragique » ont érodé la relation entre les deux, mais le fossé idéologique et personnel s’est également creusé.

L’ancien gouverneur Correa Falcón fait référence à la création de la Loge qui est devenue un réseau influent dans la petite capitale de Santa Cruz. Mais revenons au contexte historique de la maçonnerie.

Celle-ci – selon des définitions académiques – est une organisation à caractère secret qui réunit des individus regroupés en entités connues sous le nom de loges selon un précepte de fraternité. L’institution se définit elle-même philanthropique, philosophique, symbolique et non religieuse, à travers un processus initiatique et destinée à promouvoir le progrès moral et intellectuel des personnes.

Les loges de la franc-maçonnerie agissent comme des organisations de base et sont généralement regroupées sous une entité supérieure, connue sous le nom de Grande Loge. Chaque loge a des signes et des emblèmes qui l’identifient.
On pense que la franc-maçonnerie est apparue sur le continent européen à la fin du XVIIe siècle. Son objectif est de former ses membres à développer la capacité de réflexion et de dialogue, en encourageant ces membres à transmettre les valeurs qu’ils ont acquises auprès de leur entourage.

Mais revenons à l’arrière-plan de la maçonnerie à Río Gallegos. Selon la chercheuse et professeure d’université Aixa Bona, le contexte politique et social a influencé la création de la Loge susmentionnée dans la capitale de Santa Cruz.

« Animés par le désir de travailler régulièrement pour le progrès de la Franc-Maçonnerie et le bien général de l’humanité, nous vous demandons de nous ajouter au centre de l’union des Francs-Maçons de la République Argentine, en nous accordant la Charte Constitutive qui régularise la Loge que nous avons provisoirement formée sous le titre distinctif de Rivadavia ». Ceci est indiqué dans la missive envoyée au Grand Maître de l’Ordre, accompagnant le certificat de fondation du 15 janvier 1920. La documentation existante indique la présence de cette loge à Río Gallegos depuis 1903.

Les activités de la loge se sont développées dans différents domaines, qu’il s’agisse de l’État ou de la société civile, où différents membres peuvent être reconnus en participant avec des propositions, en créant de nouvelles institutions ou en générant des initiatives visant à discuter et à résoudre les problèmes des territoires nationaux. 

La documentation de la loge permet d’identifier les actions ce celle-ci lors du conflit des travailleurs ruraux ; Dans une correspondance avec le conseiller intérieur de la Grande Loge Argentine, le Grand Maître déplore les « grèves et excès de certains hors-la-loi, qui à leur tour ont profondément affecté les composantes de cette loge tant dans leurs intérêts que dans leurs mœurs » et souligne les difficultés qu’ils ont à rester en fonctionnement et qui a forcé « à ce que de grandes œuvres de bienfaisance » soient anéanties. 

« Celle-ci demande au Grand Maître d’user de son influence pour obtenir l’intervention du gouvernement national » et plus tard » regrette que la franc-maçonnerie argentine n’ait pas assez de forces pour obtenir le soutien du gouvernement national supérieur « 

Quelques mois plus tard, la demande porte sur l’envoi d’une armée de cavalerie, coïncidant avec la demande formulée par le gouverneur du territoire et la Société rurale. 

« Cet Atelier verrait avec joie que le Pouvoir Exécutif de l’Ordre et d’autres instances du Conseil Supérieur : unir leurs forces pour tenter d’amener le Gouvernement National Supérieur à décider d’envoyer un détachement plus ou moins nombreux de forces de cavalerie dans ces régions, pour garantir la vie et les biens des habitants… »

Les demandes sont également tournées pour obtenir le déplacement d’Ismael Viñas, juge avocat du territoire, dont l’action considère « Néfaste pour ces régions : il a encouragé le désordre, le soulèvement contre les lois du pays, il a encouragé le crime, le vol et l’incendie en soutenant résolument l’élément acarien à des fins inavouables. » Étant donné que la Commission d’enquête de la Chambre des députés de la nation ne s’est pas encore prononcée, ils demandent l’intervention de la Grande Loge argentine : « L’oeuvre des francs-maçons est donc d’intervenir dans cette affaire en utilisant les moyens nécessaires pour que la Chambre des députés adopte un amendement qui soit la suspension du fonctionnaire en question, jusqu’à ce qu’elle se prononce définitivement sur l’existence ou non d’un motif suffisant pour former un jugement officiel ».

La Grande Loge prend en compte les demandes : « se renseigner auprès du Bureau des députés sur le dossier du Dr Viñas et répondre dans les meilleurs délais ».

En 1922, Manuel Carles, chef de la garde blanche, se rend à Río Gallegos, après la reconnaissance de la brigade locale apparue en juillet 1921. 

Au comité de réception et au déjeuner de fête, la présence de membres de la loge est visible, qui soutiendront la création de sous-brigades à la charge des propriétaires ou administrateurs des haciendas. 

« On leur a fourni des armoiries et des drapeaux, avec la recommandation de mettre celui-ci en place bien visible de la maison principale ou d’un autre bâtiment qui pourrait être affecté aux locaux de la brigade et de hisser le pavillon tous les dimanches et fêtes nationales, en essayant de donner à cet acte toute la solennité possible.

Comme le souligne Rosario Guenaga, dans les haciendas une bonne partie des propriétaires ne parlaient pas espagnol, cela permet d’identifier les éleveurs et les travailleurs nationaux et de les différenciers avec « les autres » comme un moyen de légitimer les exclusions. 

Cette idée d’argentiniser les ouvriers coïncide avec l’inquiétude de la loge : « Il est pénible qu’une seule colonie étrangère existe en tant qu’élément subversif et qu’il n’y ait pas un seul Argentin parmi eux » 

Ainsi, une élite peu consolidée et sans liens solides dans l’ordre national avec d’autres pouvoirs et associations, parvient à nouer des liens avec une association traditionaliste et xénophobe, identifiée aux secteurs les plus conservateurs et à l’église.

La Loge Rivadavia convergera vers elle, bien que celle-ci représente deux aspects qui, dans d’autres régions, s’opposent l’un à l’autre. Comme cela arrive dans différentes questions, cette position n’est pas unanime dans la franc-maçonnerie argentine.

La participation de la loge Rivadavia en faveur des éleveurs est sans ambiguïté et pire encore elle exige une répression armée énergique, lui offrant pour les argumentaires événements se déchaînent de manière violente. Cela est confirmé par le fait de pétitionner et de faire partie de la Garde blanche, avec une teinte clairement ultra-nationaliste.

Les membres de la loge ont une participation active dans différentes associations, à travers la fondation d’institutions ou avec différentes propositions. L’action éducative est fondamentale dans leurs convictions, ce qui donne une continuité à leurs actions en ce sens. En 1921, l’Institut d’enseignement secondaire Río Gallegos a été fondé, lors d’une réunion à laquelle ont participé des citoyens, parmi lesquels les membres de la loge ne manquaient pas. 

L’Institut a permis au territoire d’avoir un établissement d’enseignement secondaire, car jusqu’alors les enfants qui terminaient l’école primaire dans une école publique étaient envoyés à l’étranger, « dans la patrie de leurs aînés » ou à Punta Arenas, au Chili, pour être les plus proches. 

L’initiative a le soutien du conseil municipal, présidé par Ibón Noya et sera dirigée par Julio Ladvocat, un médecin avec une carrière importante dans la communauté et une vaste formation intellectuelle. Dans la correspondance, il ressort avec d’autres initiatives que « nous avons créé une école nationale » qui recueille les félicitations de la Grande Loge Argentine. 

L’institut a été fermé par le gouvernement d’Uriburu en 1932. La fermeture intervient après une plainte anonyme et des attaques contre la personnalité de Ladvocat qui donne lieu à la création de la part des étudiants de métaphores sur la « bataille entre la lumière et les ténèbres. » et des références à Sarmiento, cela est attribué à une confrontation des maçons avec les salésiens ou des parties de la société locale qui s’opposent à la pensée moderne sur la société et l’éducation laïque.

En 1940, des propositions de promotion d’établissements d’enseignement de niveau moyen ou supérieur refont surface, ce qui a donné lieu à la création de l’institut libre d’enseignement. L’initiative de Lenzi de créer une université populaire, la première tentative d’une école de hautes études à Río Gallegos, est également approuvée en interne.

En 1944, le ministère de l’Intérieur entame une procédure d’instruction à caractère 
réservé et demande un rapport « si l’association locale, dénommée Loge Rivadavia, s’est conformée aux dispositions du décret du pouvoir exécutif n° 31321, du 15 mai 1939, et dans l’affirmative, la liste des associés doit être envoyée, ainsi que si cette institution a ou non un statut juridique.
 
La perquisition de la loge a été décidée.

Au cours de la procédure, la documentation de la loge, un grand nombre de symboles, 11 dossiers d’adhésion et d’autres effets ont été saisis.  

La fermeture a eu lieu dans le cadre des restrictions aux activités politiques et aux rassemblements imposées par le gouvernement de facto. Le fait que la loge Rivadavia n’ait pas refait surface montrerait non seulement son déclin ces dernières années, typique de la situation de l’organisation au niveau national, mais aussi les profonds changements qui vont s’opérer sur le territoire avec l’avènement du péronisme.  

En effet, à travers un nouveau rôle économique de la Patagonie en tant que producteur d’énergie, la portée des politiques sociales qui accompagnent une identité politique qui force des alignements pour ou contre et un rôle prépondérant de l’État dans la région, elles produisent des transformations de la société qui conduisent à de nouvelles formes de sociabilité et de médiations, dans lesquelles la loge semble n’avoir aucune place.  

La vérité est que pendant au moins trois décennies, le loge Rivadavia a été un acteur fondamental de la politique sociale, culturelle et éducative de Río Gallegos et son importance et son existence se sont estompées avec les changements enregistrés dans le pays. Ses membres sont issus des couches les plus diverses de la société locale.

Finalement, le sang n’atteignit pas la rivière. Correa Falcon et Juan Hilarión Lenzi ont tous deux retardé la discussion sur l’arme à utiliser pour combattre en duel, ce qui ne s’est jamais matérialisé. 
  
En août 2016, à l’occasion d’e l’anniversaire de la mort du général José de San Martín, les membres d’une Loge basée à Río Gallegos ont fait leur apparition publique. Mais c’est une autre histoire.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES