sam 23 octobre 2021 - 10:10

RUSSIE : Ouverture d’une fenêtre sur l’Europe : la franc-maçonnerie a pénétré en Russie sous Pierre le Grand

De notre confrère russe bb.lv

À propos de quand et comment, selon la légende, la franc-maçonnerie a pénétré en Russie, – a écrit Alexander Selyaninov dans le livre “Le pouvoir secret de la franc-maçonnerie” publié en 1911. C’est peut-être le livre le plus sérieux et le plus réfléchi sur le sujet de la franc-maçonnerie, qui n’a pas été détruit sur papier, et est donc disponible aujourd’hui sous forme électronique. Vient ensuite un chapitre du livre sur l’émergence de la structure maçonnique dans l’empire russe.

« Selon la légende, la franc-maçonnerie a pénétré en Russie sous Pierre le Grand, c’est-à-dire comme ailleurs, au début du XVIIIe siècle, mais jusqu’en 1731 il n’y a aucune information documentaire à son sujet. A Saint-Pétersbourg, la première loge a été fondée en 1750.

Selon Longinov, un précurseur bien connu de la Révolution française, le comte franc-maçon de Saint-Germain était en Russie en 1762 et « a joué un rôle invisible mais important dans les événements de l’accession au trône de Catherine II ».

Le fait est que les maçons espéraient provoquer une grande guerre civile dans le pays avec ce coup d’État (qui leur a toujours été bénéfique), et surtout, ils espéraient sous Catherine limiter le pouvoir des autocrates russes. Cependant, en cela, ils se sont trompés.

En effet, Catherine a d’abord traité la franc-maçonnerie, peut-être même favorablement, la considérant comme innocente et inoffensive. La plupart de ses contemporains regardaient la franc-maçonnerie de la même manière, entre autres, et la future victime des francs-maçons – la reine Marie-Antoinette, qui écrivit dans une lettre à sa sœur Maria Christina le 27 février 1721 :

« Il me semble que vous attachez trop d’importance à la franc-maçonnerie en France : elle ne joue pas un tel rôle dans notre pays que dans d’autres pays, du fait que tout le monde ici lui appartient, et ainsi nous savons tout ce qui s’y passe. Où voyez-vous le danger ?Je comprends que la propagation de la franc-maçonnerie pourrait être redoutée s’il s’agissait d’une communauté politique secrète, et cette société n’existe que pour la charité et pour le divertissement ; là, ils mangent, boivent, raisonnent, chantent beaucoup, et le roi dit que les gens qui chantent et boivent ne peuvent pas être des conspirateurs. Il est également impossible d’appeler la franc-maçonnerie une société d’athées convaincus, car j’ai entendu dire qu’ils parlaient constamment de Dieu : d’ailleurs, ils font beaucoup d’aumônes, élèvent les enfants des membres pauvres ou morts de la confrérie, donnent leurs filles en mariage – dans tout cela, à juste titre, je ne vois rien de mal. L’autre jour, la princesse de Lamballe a été choisie comme grand maître d’une loge : elle m’a dit qu’elle y était bien traitée, mais qu’on y a plus bu que chanté ; un de ces jours il est censé y donner une dot à deux filles.Certes, il me semble qu’on pourrait faire le bien sans de telles cérémonies, mais après tout, chacun a sa façon de s’installer ; si seulement ils faisaient le bien, et le reste ne nous est pas indifférent ? 

Cependant, neuf ans plus tard, Marie-Antoinette avait déjà changé d’avis sur la franc-maçonnerie. Voici ce qu’elle écrit à son frère, l’empereur Léopold II, le 17 août 1790 :

« Adieu, cher frère, croyez à la tendresse de votre malheureuse sœur. L’essentiel est de se méfier de toute communauté maçonnique : de cette manière, tous les monstres locaux s’efforcent dans tous les pays d’atteindre le même objectif . »

Une société “existant pour la bonté et le divertissement” a tué la princesse de Lamballe le 2 septembre 1792, et la reine elle-même le 16 octobre 1793.

Il est remarquable que lors du meurtre de Marie-Antoinette dans la foule, en se mettant, ils répètent sa phrase : “à chacun sa façon de s’amuser !” Les idées maçonniques ont d’abord eu un tel impact sur Catherine qu’elles se retrouvent même dans son mandat. En surface, la franc-maçonnerie ne semblait pas vraiment inspirer de peur ; l’activité des loges avant 1777 ne s’exprimait en rien de particulier ; à côté de la charité, les francs-maçons se livraient à des festins, à des beuveries, à des jeux de cartes, etc. Selon le franc-maçon Novikov, “dans les réunions, ils jouaient presque avec la franc-maçonnerie, comme un jouet, dînaient et s’amusaient”. Cependant, bien que ces loges aient peu fait elles-mêmes, elles ont servi de moyen de préparer le terrain pour l’adoption d’un corps maçonnique plus parfait, et en plus elles étaient des points de tri pour la sélection des adeptes dans des groupes plus secrets.

Place Rouge Moscou Russie
Place Rouge – Saint Basile – Crédit photo : Christophe Meneboeuf

Ces derniers comprennent la “Philadelphia Society” à Saint-Pétersbourg et le “Evin Club” à Moscou, où les maçons se livraient à des débauches et à un satanisme inouïs, et le président de la première société était Mason Piotr Ivanovich Mellisino. Mais à côté de ces loges « sataniques » en Russie, il y avait des ateliers secrets d’un genre différent, dont nous parlerons ci-dessous. La franc-maçonnerie russe avait également des liens avec le « Grand Est de la France, qui ; comme on le sait, il a préparé et exécuté la Révolution française. Déjà en 1773, lorsque le duc de Chartres, (futur Philippe Égalité), fonda le « Grand Orient », il convoqua à Paris une nombreuse convention maçonnique, à laquelle participa activement le représentant des maçons russes, le comte Stroganov. Mason Novikov, dans ses aveux, dit aussi que déjà vers 1779 il y avait plusieurs loges du « Grand Est » à Moscou.

En général, les maçons russes sont sans doute restés en contact avec les Français. Connu comme le pionnier de la Révolution française et le coupable de la scandaleuse « histoire du collier », le franc-maçon Cagliostro, lorsqu’il était à Saint-Pétersbourg en 1779, a même vécu avec Ivan Perfilievich Elagin, qui était à la tête de la franc-maçonnerie russe. Certes, beaucoup des meilleures personnes de cette époque sont entrées dans la franc-maçonnerie, attirées par des idées nobles et une large charité : Elagin, Novikov, le prince Troubetskoï, Lopukhin, Tourgueniev et bien d’autres : mais ils n’étaient évidemment que des outils inconscients entre les mains de vrais dirigeants.

Ces gens honnêtes mais crédules s’opposèrent instinctivement à l’introduction d’un système d’« observation stricte » qui fut frauduleusement introduit en Russie en 1776 et supplanta complètement tous les autres systèmes maçonniques. « La franc-maçonnerie est divisée en plusieurs sectes », a déclaré Cagliostro lors de l’interrogatoire, « dont deux sont les plus répandues. La première, à laquelle appartiennent les Illuminati, est appelée « observation stricte » ; la seconde est appelée « haute observation » ; tous deux, sous prétexte de vengeance pour la mort du grand maître des templiers, cherchent à détruire la foi chrétienne et les monarchies. »

En adoptant un système de « stricte observation », c’est-à-dire l’illuminatiisme, la franc-maçonnerie russe se subordonne ainsi à la franc-maçonnerie suédoise, dirigée par le duc de Südermanland, futur assassin de Gustav III. Ainsi, la franc-maçonnerie russe est devenue un « État dans l’État » et s’est livrée au pouvoir direct d’une puissance étrangère hostile à la Russie.

Depuis lors, divers étrangers sont apparus à la tête de la franc-maçonnerie russe ; Cela seul est facile de juger combien la franc-maçonnerie, étant sous la direction d’un peuple, sinon hostile, du moins indifférent au sort de notre patrie et de notre foi, pouvait servir au profit de la Russie.

Ainsi, en 1779, apparurent les Illuminati Schwartz, originaires de Transylvanie, fervent adepte de « l’observation stricte », et prirent le contrôle de presque toute la franc-maçonnerie en Russie.

En général, à cette époque, la Russie, selon Nisa, est inondée d’Illuminati.

Déjà en 1779, la franc-maçonnerie commençait à éveiller des soupçons de la part du gouvernement. Le chef de la police de Saint-Pétersbourg P.V. Lopukhin, sur ordre de ses supérieurs, était à deux reprises dans les boîtes « pour se renseigner et rapporter à Sa Majesté leur correspondance avec le duc de Südermanland.

En 1780, Schwartz fonde un atelier secret « l’harmonie », dans lequel il réunit à la fois opposants et partisans de « l’observation stricte ». Ainsi, même les plus bien intentionnés des maçons russes étaient, sans s’en douter, impliqués dans l’illuminatiisme, et quelques temps plus tard, selon Novikov, ils ont été “presque de force” contraints d’accepter les diplômes Illuminati.

L’année suivante, 1781, Schwartz se rendit à la convention maçonnique de Francfort en tant que représentant de la franc-maçonnerie russe.

Cette convention était organisée par les Illuminati et était très suspecte même pour de nombreux francs-maçons (par exemple, pour le ministre prussien Welner). Schwartz, bien sûr ; ça ne s’est pas arrêté ; il se rendit à la convention, et là s’élabora l’organisation de la franc-maçonnerie russe. Cette organisation consistait en ce qui suit : en Russie, le soi-disant “diplôme théorique” a été créé, composé de deux chapitres (c’est-à-dire des ateliers secrets) sous la direction suprême de Schwartz; Tatishchev a été mis à la tête du premier chapitre, et le prince Troubetskoy à la tête du second.

En 1782, le fondateur de l’illuminatisme, Weishaupt, a convoqué une convention maçonnique à Wilhelmsbad. Lors de cette convention, la Russie était reconnue comme la « huitième province maçonnique », et en même temps la mort de toutes les monarchies était décidée ; les francs-maçons ont décidé de commencer par la France et se sont voués l’un à l’autre à la mort de Louis XVI, de Marie-Antoinette, ainsi que du roi de Suède Gustav III.

Lors de la même convention, Schwartz reçut l’ordre d’établir le rosicrucianisme en Russie. Voici ce que c’était :

« Comme dans le système d’« observation stricte », dans le rosicrucianisme, les frères inférieurs étaient obligés d’obéir aux supérieurs, et le personnel du gouvernement supérieur, le soi-disant « ordre intérieur », était complètement inconnu des frères inférieurs : cependant , entre les mains de ces membres de l’ordre invisible, les fils de tout le gouvernement étaient concentrés. Outil aveugle entre les mains de leurs patrons immédiats, évidents, les frères étaient en fait un outil entre les mains de grands patrons secrets qui mettaient en branle tout le mécanisme de la franc-maçonnerie selon leurs désirs. »

Une sélection minutieuse a été faite lors de l’augmentation des degrés. La plupart des francs-maçons n’étaient même pas au courant de l’existence de la plus haute franc-maçonnerie secrète.

« Avec une progression graduelle de degré en degré, les frères se sont tour à tour inculqués certaines idées, et à chaque degré donné, tous les efforts visaient à développer ou à inculquer une certaine vision des choses. L’initié était lié par un vœu de silence sur ce qu’il voyait et entendait. »

De tout cela, il est clair que bien que de nombreux rosicruciens fussent de pieux sujets loyaux, cela ne prouvait rien ; « Il ne faut pas s’étonner, écrit l’auteur de La Vie de Joseph Balsamo, que de nombreux francs-maçons restent monarchistes ; ces maçons ne sont pas encore au courant du secret, car leurs intérêts peuvent être opposés aux objectifs maçonniques. »

Avec une telle organisation, les maçons russes pourraient facilement servir d’outil pour les desseins des autres, surtout avec des étrangers suspects comme Schwartz à la tête.

Le rosicrucianisme de Novikov était suspect et son attitude envers Schwartz s’en refroidit quelque peu.

Nous pouvons juger de la position des maçons russes dans cette confrérie à partir de la confession suivante de Novikov lui-même :

« La Confrérie de la Rose-Croix en Russie existe depuis aussi longtemps qu’elle m’a été révélée et connue comme n’étant qu’à des degrés inférieurs. Il ne m’a pas été révélé qui étaient les vrais chefs, et je ne connais pas seulement ceux-ci, mais inférieur à celui derrière mon premier ou le plus proche, que je ne pouvais connaître que par l’ordre introduit dans l’ordre. En Russie, les premières fondations de cette confrérie ont été posées par le professeur Schwartz, qui en était le patron ici. » Cette précieuse indication de Novikov, qui aurait été à la tête de la franc-maçonnerie russe et en aurait souffert plus que d’autres, est une révélation. Il ne fait aucun doute qu’il n’était qu’une tête imaginaire, et que les vrais chefs de la franc-maçonnerie n’étaient pas du tout là où ils cherchaient.

Non moins significatives sont les confessions d’autres “chefs” maçonniques, le prince Nikita Nikolaevich Trubetskoy, Tourgueniev et Lopukhin, qui ont également souffert de la dénonciation de la franc-maçonnerie. Le premier d’entre eux dit : “par ma procuration illimitée à Schwartz, j’ai alors beaucoup signé, sans lire ses papiers”.

Tourgueniev ne cache pas non plus qu’il a servi d’outil aveugle à quelqu’un : “On dit que le secret de l’ordre ne doit jamais être révélé à personne : mais comme je n’ai pas encore reçu ce secret, je n’ai pas non plus donné cette obligation”.

Enfin, Lopukhin parle d’« observation stricte » en ces termes : amélioration de l’état ». Dans le même temps, l’un des vrais dirigeants – Schwartz, grâce à ses relations maçonniques, est devenu professeur à l’Université de Moscou, ses conférences là-bas “ont servi de véritable école de franc-maçonnerie”.

En 1783, Schwartz força Novikov, Lopukhin, Tourgueniev et quelques autres à écrire une pétition pour l’admission du rosicrucianisme russe au chapitre de Berlin.

Ainsi, la franc-maçonnerie russe est passée sous le contrôle des “chefs secrets” de Berlin…”

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES