sam 23 octobre 2021 - 11:10

Le Volume de la Loi Sacrée

Le Manuscrit Lansdowne, Ancien Devoir de 1550, apporte cette précision : «Il en fit un livre sur la manière dont la science fut inventée. Et lui-même ordonna qu’on le lirait [en silence] ou à voix haute quand on ferait un maçon pour lui donner son Devoir… Alors un des anciens tient le livre afin que le ou les [récipiendaires] pose ou posent la main sur le livre et ensuite les préceptes doivent être lus» (p.75/105). Le «livre» présenté au nouveau maçon n’est pas la Bible, ni le Livre des évangiles, mais un «livre» de la Confrérie. Par contre les Moderns de 1717 (donc des spéculatifs) utilisaient bien la Bible en Loge pour le serment comme l’atteste le Ms  Simon and Philip. La note © du document indique : «leur main droite sur la Bible».

Dans les rites christiques ou déistes, c’est la Bible sur laquelle sont posés l’équerre et le compas croisés, ouverte au premier chapitre de l’Évangile de Saint Jean.

Le rituel de la Grande Loge des Anciens de 1751 à Londres appelle pour la première fois la Bible, le Compas et l’Équerre les trois grandes lumières, avec cette précision : « La Bible pour diriger et gouverner notre foi ; l’équerre pour mettre nos actions d’équerre ; le compas pour nous maintenir dans de justes bornes envers tous les hommes, particulièrement envers un frère.»  Les rituels successifs, imprimés depuis par la Grande Loge de France, jusques et y compris le rituel de 1984, encore en vigueur dans les années 90, consacrent le serment de l’apprenti «sur les trois grandes lumières de la Franc-Maçonnerie: le Volume de la Loi Sacrée, le Compas et l’Équerre» et précisent que «Le volume de la Loi Sacrée peut-être ouvert à tout endroit.»

Un volume de loi sacrée – généralement l’édition de 1611 de la version autorisée ou King James de la Sainte Bible dans les loges nord-américaines – doit reposer ouvert sur l’autel.

Divers livres considérés comme des volumes de la loi sacrée trouvent place sur les autels de la Maçonnerie dans les loges (recensés par Mariette Cyvard) : Védas, recueil d’écrits hindous, qui comprennent les quatre saints Beids de la Connaissance des Brahmanes ; Tripitaka(ou Triple Panier), comprenant les trois divisions canoniques des écrits de Bouddha ; Coran(ou Alkoran), qui contient les préceptes religieux et moraux des Musulmans et qui règle non seulement leur foi spirituelle, mais leurs transactions militaires, légales et civiques ; Tao Teh King, taoïste (le mot Tao signifiant «chemin») ; Livre de Confucius, connu sous le nom des Cinq classiques ; il traite des changements, de l’Histoire, des Rites, du printemps et de l’automne, etc, il est le livre sacré de quelques chinois ; Zend Avesta, unique livre de foi et de pratique des Perses et des Mèdes, se réfère à Zarathoustra (Zoroastre), qui réforma la religion des Mages (avesta signifie monde vivant).

Si ce volume est la Bible on l’ouvre de préférence à II Chroniques 2-5 ou à I Rois 6-7 où il est question de la construction du Temple de Salomon…»

Dans les faits tout s’ordonne en fonction des systèmes pratiqués, soit les Rites dits Anciens qui utilisent la base vétéro-testamentaire, soit les Rites, dits Modernes qui utilisent le Nouveau Testament. Les Trois Coups Distincts [séparés] de 1760, catéchisme des Anciens, stipule  que le Vénérable lui-même procède au positionnement du compas et de l’équerre, ainsi qu’à l’ouverture de la Bible, à la 2ème épître de Pierre pour les apprentis, au 12ème chapitre des Juges pour les compagnons, au chapitre 7ème  du premier Livre des Rois  pour les maîtres.

Mais il y a des variantes. Ainsi les anciennes Loges du Yorkshire ouvraient au 1er degré aux Psaumes,133 ; 2ème degré à Amos 3,7 ; 3ème degré à Ecclésiaste, 2, 12. Autre variante issue du Bristol : 1er degré  à Ruth,2 ; 2ème degré au Livre des Juges,12 ; 3ème degré à Genèse 1,4. Autre variante, toujours pour le système Ancien, pour les 3 Degrés aux Chroniques 2,6. Concernant le REAA, le Guide du maçon écossais, en son article 10, indique que la Bible est ouverte au 12ème Chapitre des Juges. Actuellement, seule l’ouverture du Nouveau Testament à l’évangile de St Jean est autorisée à la GLDF.

La présence de cet évangile est mentionné dès 1737 dans la divulgation du lieutenant de police Hérault,  choqué de ce qu’il considérait comme une profanation de l’évangile : «On a este indigné de voir qu’au milieu des puérilités, des indécences et même des choses irréligieuses de cette réception, on fasse prêter serment sur l’évangile de Saint- Jean».

Le Volume de la loi sacrée a été remplacé par un autre symbole, comme par les Constitutions dites d’Anderson, ou par les règlements généraux dans les rites laïcisés, parfois même, dans certaines loges, par un livre dont les pages sont blanches.

Dans le rituel du Rite Français moderne, utilisé en Belgique, il est dit :

«Que mettons-nous sous l’équerre et le compas, F/S 1er Surv ? VM, nous n’y mettons rien. Pourquoi avons-nous choisi de n’y rien placer, F/S Orat ? La pensée ne sera pas concrétisée sous l’équerre et le compas afin de ne pas en limiter l’expression.»

Compléter avec la lecture du texte de Louis Trébuchet, Le Volume de le Loi Sacrée, 2019.

Solange Sudarskis
Maître de conférence honoraire, chevalier des Palmes académiques. Initiée au Droit Humain en 1977. Auteur de plusieurs livres maçonniques dont le "Dictionnaire vagabond de la pensée maçonnique", prix littéraire de l'Institut Maçonnique de France 2017, catégorie « Essais et Symbolisme ».

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES