sam 23 octobre 2021 - 09:10

Universalisme et localité

Si les buts de la FM sont universels, ils s’expriment de façon polymorphe. Pourquoi vouloir unifier les localités ?

Certains peuples pratiquent des traditions ancestrales d’initiation et d’humanisme, ils n’ont pas besoin de la FM. Les africains entrent en FM pour les affaires mais quand il s’agit d’initiation, ils vont chez les marabouts, d’autres vers les chamans.

Le mythe c’est le nom du monde pour celui qui est dans ce mythe. La visite des peuples de la Terre nous offre une mosaïque de langues, de cosmogonies et de mythes.

L’Inde se réfère au démembrement d’un homme cosmique, à l’éclosion d’un œuf primordial plénitude d’un monde cosmique, ou à la création par la pensée d’un principe universel abstrait.

En Océanie, les dieux sortent du rêve.

Pour les Hurons toutes les créatures sont traitées sur un pied d’égalité avec l’homme, les bâtisseurs du monde sont des animaux, tortues, chevreuils.

En Mongolie, c’est le plongeon d’un dieu, un oiseau, dans une mer primordiale où il va chercher le matériau nécessaire à la construction de la terre.

L’Égypte est une foire aux immortels, chaque cité avait son démiurge : Amon à Thèbes, Ptah, le divin artisan à Memphis, l’octoade à Hermopolis, le patron du Nil à Esnah, Râ le dieu soleil à Héliopolis. On trouve Mardouk et Tiama à Babylone.

Dans les religions scandinaves et nordiques, l’ours est resté longtemps associé ou identifié à la divinité. Les légendes dans les cultures où vivent des ours en sont la trace évidente.

Je me suis toujours  demandé avec quelle source le mythe d’Hiram ou du tétragramme pouvait être interprété par les francs-maçons chinois par exemple ?

Changer nos mythes pour être universels ? Ne garder que le plus petit dénominateur commun spatial et intemporel ? Alors quel mythe pourrait être suffisamment « catholique » sans relent de colonialisme ni d’idéologie totalitaire ? Quelle structure pourrait le porter ? Quelle «association», avec un président, un secrétaire, un trésorier et des membres pour quel ensemble de règles qui permettraient de se reconnaître «reliés» tout en respectant l’hétérotopie (les lieux autres)….

Une loi universelle pour l’humanisme et des pratiques locales pour la spiritualité et l’initiation ?

Toute velléité à la réduction me semble une erreur, le monde est polymorphe, complexe, ne faut-il pas tenter d’enrichir notre rapport au monde sans le canoniser ? Choisir le jardin d’Épicure ou l’Académie élitiste de Platon[1] ?


[1] cafes-philo.org/2011/05/theme-epicure-et-la-philosophie-du-jardin/

Solange Sudarskis
Maître de conférence honoraire, chevalier des Palmes académiques. Initiée au Droit Humain en 1977. Auteur de plusieurs livres maçonniques dont le "Dictionnaire vagabond de la pensée maçonnique", prix littéraire de l'Institut Maçonnique de France 2017, catégorie « Essais et Symbolisme ».

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES