jeu 23 septembre 2021 - 13:09

La Franc-Maçonnerie ? Ce n’est pas pour moi !

Bruno, un homme « bien sous tous rapports » ! Une carrière réussie, dans un monde ouvert, adaptable, éclectique, médiatique et pourtant quand on lui parle de Franc-Maçonnerie, le discours se durcit et se radicalise. Alors la question est posée : « pourquoi tant de haine ??? »

450FM – Nous n’allons pas faire du « basching maçonnique », vous allez nous dire, pourquoi vous n’adhérez pas aux valeurs et à la philosophie maçonnique.

Bruno – Bien sûr que non, pas de “basching” car cela ne traduit que mon opinion. Alors remontons au XVIIIe siècle, moment de l’émergence de la franc-maçonnerie. L’Islam, Le judaïsme, le catholicisme, trois religions monothéistes, bien ancrées dans les esprits, voient la franc-maçonnerie qui semble être alors considérée comme une 4eme religion « antireligion ». Comment accepter cette philosophie prônant la liberté de penser, la liberté de croire  ou de ne pas croire ? L’inconscient collectif aura tôt fait de considérer ses adeptes comme des renégats, des croyants incroyants qui s’opposaient à la foi. La pensée maçonnique fait penser à la sorcellerie, à la façon d’une secte pratiquant des rituels quasi sataniques.  La franc-Maçonnerie porte encore cette image dans l’imaginaire des pratiquants religieux. Cette image a perduré à travers les siècles et y continue son chemin.

450FM –  Un peu facile, l’utilisation des mots secte, sorcellerie, rituels sataniques… Nous sommes tout de même au XXIe siècle et historiquement un grand nombre de Francs-maçons a œuvré pour faire avancer la société.

Bruno –    Evidemment,  et pour autant force est de constater que la transparence ne règne pas en maître !  Pour avoir été approché plusieurs fois au cours de ma vie, j’ai trouvé à chaque fois que cette approche manquait de clarté, de simplicité, de vérité, de sincérité. Le discours est détourné, nébuleux plein de circonvolution. Dans ce discours d’approche, il est question d’association, de découverte, d’humanisme, de philosophie……… mais, il n’est jamais clairement exprimé le mot franc-maçonnerie. Plus tard, le mot viendra et la personne met du temps aussi à s’identifier en tant que franc-maçon. J’ai trouvé étrange qu’un ami de longue date me parle un jour de son appartenance comme de quelque chose mystérieux, de secret.

Mystère, secret, discrétion……… il faut reconnaître que le vocabulaire usité pour parler de franc-maçonnerie ne donne pas dans la transparence.  Le mot secret me dérange beaucoup. Où est donc ce secret ? Le trouve-t-on dans l’initiation ? Beaucoup de mystère pour peu de chose me semble-t-il. Peut-être le secret protège-t-il de haine éventuelle ? Retour à l’extermination des juifs, des francs-maçons et des homosexuels ? Ne pas avouer son appartenance ? Plusieurs réponses : honte d’être FM, peur d’être mis dans une case, besoin de protection… Certes, il y a un monde entre secret et mystère, et, si je comprends bien la maçonnerie n’a rien de mystérieux dans la mesure où un mystère reste inexplicable et impossible à prouver alors qu’un secret peut toujours être trahi, divulgué, répété.

Je comprends aussi que l’intersubjectivité conforte et protège le groupe mais est-il besoin de cultiver ce goût du secret ? D’autant que, lorsque l’on parle de secret et de discrétion, voilà que cela attire souvent une curiosité malsaine, une forme de méfiance, de suspicion souvent à la limite de l’hostilité.

450FM – Vous êtes ni tendre ni tolérant sur le sujet !

Bruno – Comment être tolérant avec un groupe qui, pour vous accepter vous oblige à une épreuve très spéciale tout de même : Le fameux bandeau source de tous les fantasmes ! Poser des questions, à quelqu’un qui ne voit pas ses interlocuteurs et qui est vu par tous……… pas très agréable et surtout très inconfortable cette mise en état d’infériorité et de dépendance. Vous allez me dire que l’initiation est un acte qui ouvre un chemin, je suis d’accord avec vous. L’initiation est un acte vieux comme le monde, on initie à tout, les rites de passages sont connus, les épreuves à passer aussi mais pour moi cet ordre initiatique et son initiation ne cessent de fasciner, d’interpeller, d’interroger et même d’inquiéter. Un ouvrage intéressant que la Thèse (HDR) d’histoire soutenue par Fabien Bertrand en 2009 dont le sujet est éloquent : « Regards croisés sur la Franc-maçonnerie ». Une étude passionnante qui pose la question : et si la FM était un monde dans Le monde, une société dans la société ?

450FM – Vous ne pouvez pas contester que l’histoire de la franc-maçonnerie se conjugue avec l’Histoire et les deux sont indissociables.

Bruno – Certes, il y a eu de grands francs-Maçons qui ont œuvré pour le bien de la République. De plus, personne n’a oublié l’interdiction du gouvernement de Vichy, pas plus que l’affaire Dreyfus. Tout cela laisse des traces dans la mémoire collective. Hélas, le monde a changé, l’individualisme, les nouveaux outils à notre disposition, pas toujours bien maîtrisés, la politique et les politiques qui ont oublié en chemin ce que signifiaient ces mots. J’ose penser et dire qu’aujourd’hui le lobbying devient l’activité essentielle des FM, qui ne travaillent que pour eux. Il me semble aussi que le sens de l’engagement n’est plus le même, alors si la franc-maçonnerie a été utile à une période, il faut qu’elle s’adapte à la société d’aujourd’hui. Admettez aussi que la société maçonnique reste un « enclos » élitiste tant par l’argent que par le niveau culturel. Tout le monde n’est pas initiable, eu égard à ces deux critères, et j’insiste encore  sur le mot secret qui est pénalisant et ne donne pas une image positive.

450FM – Vous avez certainement autour de vous des francs-maçons dont vous connaissez l’appartenance et d’autres dont vous ignorez cette appartenance.

Bruno – Peut-être ai-je beaucoup de francs-maçons autour de moi, je reconnais avoir quelques amis dont je connais l’appartenance. Je ne les trouve pas différents les uns des autres. Cette expression « maçon sans tablier » m’échappe, car je ne vois pas en quoi ils seraient différents. Un être humain qui a été élevé avec des valeurs humaines, dans le respect de l’autre, des autres, avec des valeurs fortes, qu’ils soit maçon ou pas sera toujours quelqu’un de bien, enfin c’est mon opinion. Aujourd’hui, on peut tout découvrir sur tous les sujets, juste avec une souris et un clic. Les sites antimaçonniques sont nombreux et la presse magazine n’hésite pas deux ou trois fois l’an à titrer à la une, le marronnier de la Franc-Maçonnerie. Preuve que cela ne cesse de fasciner et d’interroger le grand public, car les tirages se multiplient avec un tel titre ! De mon point de vue, il n’est pas indispensable d’être initié pour tenter de donner du sens à sa vie et pour découvrir la spiritualité. André Comte-Sponville est-il franc -maçon ? Je ne crois pas.

Magali Aimé
Un parcours atypique conduit Magali Aimé de son Sud natal à Paris pour y découvrir le monde de la communication et du journalisme. Elle a collaboré à différents supports : Gault Millau, Côté Sud, Génération Santé, La Marseillaise. Elle enseignera dans des écoles de communication à Paris et à Aix- en-Provence. C’est à Paris qu’elle sera initiée il y a quinze ans, à la Grande Loge féminine de France. Auteure aux éditions Dervy depuis 2009 avec Les vignes de la Franc-Maçonnerie, Femme et Franc-maçonne. Publications : - Premier Surveillant que faire avec les Compagnons ? - Dervy 2015 - Quelle musique en Loge ? Dervy 2017

Articles en relation avec ce sujet

2 Commentaires

  1. Très bon témoignage où l’on retrouve en partie son vécu, juste un manque, l’arrogance ou supériorité de certains F:. M:. , vis à vis du monde profane. Etant jeune, on a tendance à idéaliser , la maçonnerie, avec l’âge, on est satisfait de ne pas y être entré. La vraie liberté d ‘esprit , on l’acquiert seul.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES