lun 27 septembre 2021 - 18:09

ARGENTINE : La franc-maçonnerie dans la vie du général José de San Martín

De notre confrère argentin ciudadanodiario.com.ar – Par Carlos Campana

Il existe une abondante documentation qui indique que le Libérateur a participé activement à diverses loges de notre continent et d’Europe.

Pendant longtemps, il a été dit que le général José de San Martín était un membre actif de la franc-maçonnerie. Pour être précis, depuis le début du XIXe siècle, et ce avec d’autres patriotes qui sont venus sur notre territoire avec un plan de libération et d’indépendance conçu depuis l’Europe.

Bien que certains historiens catholiques affirment, sans grand fondement, que le héros de Chacabuco et Maipú était un fervent chrétien et que pour cette raison, il n’était pas maçon, il existe un grand nombre de documents qui confirment que le Libérateur appartenait à plusieurs loges maçonniques et qu’il fut également fondateur de quelques-unes d’entre elles. Même après s’être installé sur le vieux continent, il en resta affilié jusqu’à sa mort en 1850.

Une société discrète

La franc-maçonnerie est une discrète qui se définit comme philanthropique, philosophique et symbolique. De plus, elle n’est ni politique ni religieuse, mais initiatique, afin de favoriser le progrès moral et intellectuel des personnes.

On pense que les origines de cette association se sont révélées entre le Xe et le XIe siècle en tant que guilde de constructeurs de cathédrales, de ponts et de châteaux au milieu de l’ère féodale.

Les premiers signes de la francmaçonnerie sont originaires d’Ecosse (Royaume-Uni) où la première loge opérative appelée Kilwinnig Mother Lodge No. 0 a été établie. Elle a obtenu ses statuts en 1595.

Dans le royaume d’Angleterre, la Franc-Maçonnerie ne sera constituée en tant que tel qu’à partir du 24 juin 1717, date à laquelle quatre loges se sont réunies pour constituer la Grande Loge de Londres et de Westminster ; Contrairement aux loges écossaises, ces loges étaient dites « spéculatives », jusqu’à ce qu’en 1813 l’actuelle « Grande Loge Unie d’Angleterre » soit créée après la fusion de plusieurs loges.

Au milieu du XVIIIe siècle, la franc-maçonnerie se répand rapidement et s’implante en France, où plusieurs loges sont fondées.

Dans ce pays, les idées de liberté, d’égalité et de fraternité se sont propagées à une vitesse extraordinaire, au point que nombre de ses membres ont participé à un nouveau mouvement appelé « Les Lumières » et qui a atteint les tribunaux européens comme l’absolutisme éclairé. Bien que certains de ces francs-maçons cherchaient un nouveau système de gouvernement, contre les monarchies.

Malgré le fait que l’Espagne ait une monarchie absolutiste et catholique, plusieurs loges ont été installées dans ce royaume et même certains de ses ministres en étaient membres.

Pendant ce temps, à la fin du XVIIIe siècle, les premières installations de loges furent réalisées dans le Río de la Plata, ce qui a suscité la méfiance des autorités coloniales de l’époque, promues par le Portugais Juan Silva Cordeiro , qui, avec d’autres Américains, formèrent la loge opérationnelle “San Juan de Jérusalem”, la première à s’être établi à Buenos Aires.

L’expansion rapide de cette étrange institution à travers le continent européen, a provoqué la réaction de l’Église catholique. En 1738, le pape Clément XII a publié une bulle intitulée « In Eminenti Apostolatus Specula », par laquelle tous les maçons étaient excommuniés. Dans les pays catholiques comme l’Espagne ou l’Italie, des persécutions par la Sainte Inquisition eurent lieu.

La loge de Cadix

Comme nous le savons tous, José de San Martín est né le 25 février 1778 à Yapeyú, Corrientes, et après avoir résidé quelques années sur ces terres, il partit avec sa famille pour la péninsule ibérique, où il s’installa.

Au bout d’un certain temps, l’appel des armes fut le plus fort. Tout comme son père et ses trois frères il entra dans l’armée comme cadet pour obtenir plus tard le grade d’officier. Il se distingua dans diverses campagnes militaires. En qualité de second assistant, il s’installa à Cadix de 1802 à 1811.

Depuis la fin du XVIIIe siècle, dans la ville de Gaetana, les loges maçonniques travaillèrent intensément à proclamer les idées libérales. La plupart étaient espagnoles. Ces Loges étaient composées de plusieurs américains qui partageaient ces mêmes principes.

C’est à cette époque que le capitaine José de San Martín intégra la loge “Integridad Nº 7” , dont le président était le gouverneur et général vénézuélien Francisco Solano. Sa charte constitutive fut accordée par la Loge provinciale des Anciens et, en 1804, elle fut classée n ° 7 dans ce qu’on appelle le Gran Oriente Regional de Sevilla.

Au milieu de l’année 1808, San Martín rejoignit une autre loge, appelée “Rational Knights N° 3”. Quatre ans plus tard, un groupe d’Américains, parmi lesquels se distinguait l’enseigne Carlos María de Alvear, partit pour Londres pour former la Loge. les “Rational Knights N°7“, qui seront plus tard intégrés à la Loge de Buenos Aires, qui influença l’indépendance de l’Amérique du Sud.

La franc-maçonnerie à Buenos Aires

Pendant les premières années de la révolution, une institution secrète appelée la «Loge de Buenos Aires» fonctionnait dans la capitale de Río de la Plata, à laquelle de nombreux patriotes participèrent.

En mars 1812, plusieurs membres de la Loge des Chevaliers Rationnels n° 7 arrivèrent de Londres, Royaume-Uni, dont Carlos María de Alvear, José de San Martín, José Matías Zapiola, José Chilavert et d’autres Américains, qui débarquèrent de la frégate British George. Mise en réserve pour rejoindre celles de Buenos Aires.

Julián Álvarez a organisé la soi-disant «Grande Loge de Buenos Aires», qui a fonctionné de 1812 à 1815. Après la chute cette année-là du conseil suprême et président de la loge, Carlos María de Alvear, elle fut reconstituée en une deuxième loge, appelé « Ministérielle » et présidée par José de San Martín avec Julián Álvarez, Juan Martín de Pueyrredón et d’autres patriotes. 

L’un des principaux objectifs était de déclarer l’indépendance de l’Espagne et de promouvoir un gouvernement constitutionnel. Entre autres plans était de procéder à la libération du Chili et du Pérou, qui étaient alors aux mains des royalistes. Ayant accompli cette mission, elle fut dissoute en 1820. 
On pense que le Major Colonel José de San Martín fonda à Mendoza à la fin de 1816 une loge appelée « Armée des Andes » , à laquelle un grand nombre de chefs et d’officiers se joignirent.

En 1817, après la libération du Chili, la « Loge Lautaro » de ce pays fut créée. Elle était composée de Bernardo O’Higgins, José de San Martín, Tomás Guido et Juan Gregorio de Las Heras, entre autres francs-maçons. Plus tard, lorsque les troupes patriotiques libérèrent Lima en 1821, le général San Martín reconnut la première loge « Paz y Perfecta Unión N ° 1 », qui possède une documentation intéressante qui prouve l’implication du Libérateur dans la franc-maçonnerie.

Saint Martin et la connexion écossaise

En 1824, José de San Martín et sa fille quittèrent Buenos Aires pour la France. Là, on lui refusa l’entrée. Il se rendit immédiatement au Royaume-Uni, où il fut reçu par son ami, l’Écossais James Duff, comte de Fife, qui invita le Libérateur à se rendre en Écosse la même année.

À son arrivée dans la ville de Banff, le saint de l’épée fut nommé citoyen d’honneur. Au cours de leur séjour en ce lieu, le général et son ami visitèrent deux loges maçonniques, appelées ‘St. André N°52’ et ‘Saint Jean, Opératif N°92’, dans lequel ils reçurent tous les honneurs.

A noter qu’à cette époque, son ami Duff était le Grand Maître de la ‘Banff Provincial Lodge’, appartenant à la ‘Grand Lodge of Scotland’. 

Il existe une documentation intéressante dans cette région qui relie le Liberator aux loges écossaises.

Reconnu dans les loges européennes

Après avoir résidé plusieurs mois au Royaume-Uni, le général San Martín s’installe à Bruxelles (Belgique) pour s’y installer définitivement.

Quelques mois plus tard, il participa à la loge maçonnique “La Parfait Amitié”, où il reçu une décoration spéciale, une médaille avec son visage, réalisée par le maçon et graveur belge Jean Henri Simon. Cette médaille – qui existe toujours – comporte différentes données maçonniques, ce qui constitue une preuve supplémentaire de son affiliation à cette institution.

Après s’être installé en France, il fut membre de la loge « Irvy » et participa à plusieurs autres loges jusqu’à sa mort. 

On pense qu’à la demande de San Martín, son gendre Mariano González Balcarce cacha ou détruisit une importante documentation maçonnique que le Libérateur avait dans ses archives, bien que certains documents survécurent.

Une partie du mystère fut résolu il y a quelques années lorsque la documentation de la «Grande Loge de Belgique» fut trouvée dans les archives du KGB , parmi lesquelles se trouvaient des écrits mentionnant le plus grand héros des loges susmentionnées.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES