lun 27 septembre 2021 - 19:09

RUSSIE : Francs-maçons en Russie

De notre confrère russe ryb.ru

Les francs-maçons sont apparus en Russie au milieu du XVIIIe siècle. Pendant longtemps, l’ordre est resté majoritairement une organisation composée d’étrangers.

Les loges, composées d’Allemands, de Français et de Britanniques, fonctionnaient selon des rituels différents, et les quelques Russes qui y ont été initiés se sont retrouvés au sein de différentes structures maçonniques. Des nobles russes ont rejoint les loges maçonniques à l’étranger, comme, par exemple, Alexander Vasilyevich Suvorov, qui a été admis à la Loge des Trois Globes de Berlin le 16 mars 1761. Et le comte Alexandre Sergueïevitch Stroganov – un célèbre collectionneur, président de l’Académie des arts et directeur de la Bibliothèque publique, l’un des premiers membres du Conseil d’État – occupait une position très élevée dans la franc-maçonnerie française. En 1771, il devient le fondateur de la loge Les Amis Réunis à Paris et y reste jusqu’en 1788, et continua ensuite en Russie jusqu’à sa mort en septembre 1811.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, lorsque la franc-maçonnerie russe proprement dite se répandit de plus en plus dans la société, les loges commencèrent à s’unir en diverses obédiences. L’une des plus importantes était l’alliance de stricte observance sous l’égide de la Grande Loge de Suède. En février 1788, le Chapitre du Phénix, le suprème conseil, débuta ses travaux à Saint-Pétersbourg, et en mai 1779 la Grande Loge Nationale fut créée pour regrouper toutes les loges du système suédois en Russie. Toutes les actions du Chapitre du Phénix, selon les termes de l’accord, étaient subordonnées aux autorités maçonniques suédoises et personnellement au grand maître provincial. En 1780, l’union se composait de 21 loges.

D’où viennent les francs-maçons en Russie ? Les francs-maçons de Moscou préférèrent recevoir les patentes de la stricte observance de Berlin, et en 1779, en vertu d’un brevet délivré par le Grand Maître de la Loge des Trois Globes, le duc Ferdinand de Braunschweig, la Loge Mère Écossaise des Trois Bannières fut établie. Et à la fin de 1781, la loge de Laton Nikolai Novikov a reçu le même statut.

Mais la patente du rituel de l’Ordre de la Rose croix (Rosicruciens), qui a commencé à se former dans cette loge en 1766, reçue du maître local de la Loge des Trois Globes Welner, étaient d’une bien plus grande importance. Cet événement a divisé toute la structure des organisations maçonniques russes en deux courants pratiquement indépendants l’un de l’autre : la franc-maçonnerie traditionnelle et la franc-maçonnerie du cercle rosicrucien. Parmi les dirigeants de l’Ordre rosicrucien en Russie se trouvaient Nikolai Novikov et Ivan Lopukhin.

Catherine II, qui d’abord se moquait des francs-maçons, a commencé au fil du temps à se montrer insatisfaite de la subordination de ses sujets à des dirigeants étrangers et des activités sociales actives des francs-maçons. L’union des loges suédoises fut la première à souffrir en 1780 d’être trop proche de leurs dirigeants à Stockholm. Alors commencèrent des obstructions aux activités de Novikov et la fermeture de loges rosicruciennes évidentes. Bientôt, en raison des événements de la Révolution française, la plupart des francs-maçons russes ont également du cesser de se rassembler.

L’activité maçonnique n’a repris qu’après l’avènement d’Alexandre Ier. Le 10 juin 1802, le vénérable Alexandre Zherebtsov à Saint-Pétersbourg, selon les actes français qu’il a reçus à Paris, a ouvert la loge des Amis unis, qui dans les premières années était secrètement rassemblé dans le donjon de l’église maltaise. D’anciennes loges ont également repris, dont l’une, la Charité pour le Pélican, rouverte en 1805 sous le nom d’Alexandre de la Charité pour le Pélican couronné sous la houlette d’Ivan Beber.

Mais la méfiance du gouvernement envers les sociétés secrètes persiste, et pendant la guerre avec la France en 1805-1807, une traduction russe du livre Notes sur les Jacobins d’Augustin Barruel, révélant toute la malveillance à l’encontre des chrétiens et les mystères des loges maçonniques ayant un impact sur toutes les puissances européennes , a commencé à être publié. Il est curieux qu’à partir du début de 1806, Maxim Nevzorov, franc-maçon et rosicrucien du cercle de Novikov, soit devenu directeur de l’imprimerie de l’Université de Moscou, dans laquelle le livre a été imprimé.

Le sort du livre s’est avéré ambigu : dans la lutte politique du XIXe siècle, il est devenu non seulement un avertissement sur les dangers des sociétés secrètes, mais aussi un manuel de complot. Le grand pouvoir destructeur que Barruel attribuait aux Illuminati sembla extraordinairement attrayant pour de nombreuses organisations révolutionnaires de la nouvelle ère et, en particulier, contribua à l’attrait à leurs yeux des symboles et de l’attirail maçonniques. Mikhail Orlov, l’un des fondateurs de l’organisation secrète Union des chevaliers russes et membre de l’Union de la prospérité, possédait un exemplaire des Notes de Barruel et qui fut lu par nombre de ses connaissances.

Avec le changement de la situation politique après la conclusion de la paix de Tilsit en 1807 et la réunion des empereurs à Erfurt en 1808, une croissance rapide de la franc-maçonnerie a commencé en Russie, en particulier “française”, et en 1809 Zherebtsov a fondé la deuxième loge -Palestine. L’expansion de l’ordre a été facilitée par le fait que Napoléon, à la demande d’Alexandre Ier, a envoyé un grand nombre de spécialistes (ingénieurs, docteurs en médecine, etc.) dans le pays, dont beaucoup étaient des francs-maçons.

En 1810, la loge des Amis Unis avait ses propres locaux, son orchestre bien organisé des frères de l’harmonie, et même une collection imprimée de chansons avec des notes “Hymnes et cantates pour la Loge des Amis Unis à l’Est de Saint-Pétersbourg.” La musique a été écrite par Adrien Boaldier et Caterino Cavos, les paroles par Honoré Joseph Dalmas et Vasily Lvovich Pouchkine, l’oncle du poète. Les œuvres de la loge ont été rédigées en français, mais il y avait aussi des versions russes des chansons :

Le franc-maçon connaît la sagesse.
Il aime Dieu et le Roi,
Il est calme dans la tempête,
Avec l’amour est pur chagrin.
C’est un vrai héros dans la bataille,
Et dans le monde il est l’ami le plus gentil ;
Il tend les mains aux pauvres,
C’est un chevalier, c’est un franc-maçon !

Les discours prononcés en réunion par tous les membres de la loge, à l’exception du véénrable maître, étaient soumis à une censure préalable, pour laquelle des frères spéciaux étaient nommés. Un rapport du ministre de la police de 1810 indique que la loge Amis Unis comptait 50 membres à part entière et 29 membres honoraires (532 actuellement connus). Au même endroit il est écrit : « Dans cette loge, il doit y avoir cinq sortes de réunions : 1) réception; 2) familial, ou gestion des affaires courantes ; 3) éducatif ; 4) festif; 5) funèbres. Au crédit de ces frères, je dois dire qu’ils font beaucoup de bonnes actions, visitent les prisons, aident les pauvres, etc. »

En juin 1810, la loge des Amis Unis connut un succès important. Alexandre Balachov, gouverneur général militaire de Pétersbourg, et l’oncle de l’empereur, le prince Alexandre de Wurtemberg, gouverneur général biélorusse, invités par les « frères français » à diriger les loges en Russie, sont invités à ses réunions. Balachov a présenté ce plan à l’empereur et, la même année, le gouvernement a créé un comité spécial pour examiner les actes maçonniques, dont l’un des membres était Mikhail Speransky. L’empereur Alexandre Ier lui a même promis de signer un décret sur la subordination de tous les autres ateliers de francs-maçons à sa loge “étoile du nord”, mais la situation a rapidement changé radicalement.

Après le rapprochement d’Erfurt entre Alexandre Ier et Napoléon de fin 1810 à début 1811, la question de la prochaine guerre franco-russe se repose à l’ordre du jour. D’autre part, en décembre 1810, une alliance entre la Russie et la Suède a commencé à prendre forme, où après la révolution de 1809, le Riksdag a élu le duc Karl Södermanland comme roi sous le nom de Charles XIII -chef des maçons suédois et chef des frères russes du système suédois au XVIIIe siècle. Et en août 1810, grâce aux efforts des maçons, le maréchal de France Jean-Baptiste Bernadotte, qui n’aimait pas Napoléon, fut élu prince héritier de Suède, qui devint de facto chef de l’État. Du coup, le gouvernement russe a misé sur le rapprochement avec les « frères suédois », alors que les « Français » sont en disgrâce.

En 1811, l’autorisation de poursuivre les travaux est donnée à l’union suédoise de la Grande Loge de Vladimir, les loges françaises sont contraintes de s’y joindre, et dès lors la Franc-Maçonnerie est sous le contrôle du Ministère de la Police.

Même avant la Seconde Guerre mondiale, les futurs décembristes ont rejoint la loge des Amis unis : Pavel Pestel, Sergei Volkonsky, Pavel Lopukhin et autres. En 1812, la loge initie l’organisation de loges militaires lors des campagnes, ce qui augmente sa popularité auprès des jeunes soldats. Dans la période d’après-guerre, selon l’homme d’État et franc-maçon Sergueï Lansky, « la piété externe est devenue à la mode, et la tolérance discrète du gouvernement pour les loges maçonniques et ll’affection de l’empereur Alexandre pouf certains écrivains mystiques a donné lieu à à penser qu’il appartenait à la confrérie”, la franc-maçonnerie a considérablement changé … La Loge des Amis Unis est devenue une organisation amorphe, un lieu de rassemblement et de festivités pour les jeunes gardes majoritairement militaires. De somptueux banquets supplantèrent peu à peu les œuvres maçonniques proprement dites. Elle perdit sa grandeur maçonnique vers 1816-1817 et se scinda pour créer la loge des astres unis.

Les désaccords entre les loges de Saint-Pétersbourg ont commencé en 1814 sur les principes de l’ordre : de nombreux francs-maçons étaient mécontents du système suédois basé sur le principe de l’autocratie, la nomination et l’inamovibilité des autorités et la subordination inconditionnelle dans les loges juniors et des nouveaux membres à leurs aînés. Ils n’étaient pas satisfaits du manque de reddition des comptes de la direction de l’ordre, y compris les dépenses de fonds. Un compromis n’a pu être trouvé et le 30 août 1815, la Loge d’Astréa a été créée, dont les principales différences étaient l’élection des officiers de l’ordre et l’égalité des différents rites maçonniques.

Les tenants de l’ancien système, après beaucoup d’hésitations, fondèrent la Grande Loge provinciale en novembre 1816, mais ils restèrent minoritaires. Les querelles internes n’ont pas contribué à la popularité de la franc-maçonnerie, entre-temps, l’attitude du gouvernement envers les francs-maçons a changé: les sentiments réformistes dans de nombreuses loges et sociétés secrètes des futurs décembristes ont commencé à énerver l’empereur. Après 1820, la franc-maçonnerie passe progressivement d’un mouvement libéral à une société fermée. Une variété d’approches et de recherches n’est plus une caractéristique de la franc-maçonnerie, et après son interdiction en 1822, seul un petit cercle de véritables adeptes des valeurs de “l’art royal” a continué à se rassembler secrètement sous le règne de Nicolas Ier.

Les lois russes interdisant les activités des sociétés secrètes étaient cependant ambivalentes : elles n’interdisaient pas la participation aux sociétés secrètes étrangères et aux loges maçonniques. Et les sujets russes ont continué à participer aux réunions des loges à l’étranger jusqu’au début des années 1840. Une fois de plus, l’intérêt pour l’Ordre des Francs-Maçons est née parmi les émigrés politiques dans les années 1870 et 1880, et ce sont les Francs-Maçons russes des loges françaises qui ont relancé l’Ordre maçonnique en Russie au début du 20ème siècle.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES