dim 01 août 2021 - 21:08

La “boîte noire” de la franc-maçonnerie

La franc-maçonnerie est une « boîte noire » avec des flux entrants de profanes et des flux sortants d’initiés initiants.

Commençons par ce qui paraît le plus simple a priori : la démarche maçonnique elle-même. Étudions-la très schématiquement, en analyse systémique. Si nous utilisions la méthode de G.-B. Dantzig, l’algorithme du simplexe en programmation linéaire, nous dirions : Chaque rite est un ensemble à prendre dans sa totalité en tant que tel (une « boîte noire » que nous n’ouvririons pas pour le moment) avec des flux entrants d’un côté (les profanes) et des flux sortants de l’autre (les initiés qui retournent dans le monde profane pour transmettre à leur tour à d’autres entrants ce qu’ils ont reçu de la « boîte noire »). C’est donc, comme on le voit, un système qui boucle sur lui-même.

Dans une conférence sur le thème « Du temple de l’homme à celui de l’humanité », j’abordais ce sujet, sans le développer :

« Dans un premier temps, je poserai le cadre de cette étude.

Pour aborder ce thème, nous commencerons par nous demander quelles sont les étapes qui marquent la progression du temple de l’homme au temple de l’humanité, ce qui les relie entre elles et ce qui les délimite.

Le cheminement du temple de l’homme au temple de l’humanité entre dans un processus plus large : c’est précisément celui de la méthode maçonnique. Et ce processus comporte quatre phases :

  1. L’homme est d’abord hors du temple (c’est un profane).
  2. Puis, l’homme est dans le temple (il devient initié).
  3. Ensuite, le temple est dans l’homme (il accomplit une démarche spirituelle).
  4. Enfin, l’homme sacralisé retourne au-dehors du temple (vers les profanes).

Passer du temple des hommes (profanes) au temple de l’homme (initié), puis du temple de l’homme (initié) au temple de l’humanité (initiable), c’est passer des autres à soi-même, puis de soi-même à tous. Autrement dit, je ne peux construire le temple de l’homme en moi que si, au préalable, j’ai construit avec d’autres initiés ce temple des hommes qu’est la loge ; et je ne peux construire le temple de l’humanité initiable pour tous que si j’ai construit en moi mon temple d’homme. Toutes les phases de la méthode maçonnique sont interdépendantes.

Ceci étant dit, comment s’effectue le passage d’une étape à l’autre ?

De profane, l’homme devient initié dans le temple – un temple extérieur à soi (c’est celui de la loge). Là, il est d’abord Apprenti, puis Compagnon, enfin Maître : avec la mort symbolique du corps de l’initié s’achève le temps de la matérialité. Par une approche spirituelle qu’il poursuit dans les hauts grades, il élève son temple intérieur par l’esprit, l’âme et le cœur. Il va pouvoir désormais faire rayonner à l’extérieur, dans l’humanité, ce temple intérieur qui l’éclaire.

Mais par quels ponts franchit-il ces différentes étapes qui constituent le processus de la démarche maçonnique ?

Entre le hors du temple profane et le temple de l’initié, le pont est celui de l’initiation. Entre l’intérieur du temple et le temple intérieur, le pont est celui du sacrifice (d’Hiram). Entre le temple intérieur et le temple spirituel (des hauts grades), le pont est celui du relèvement (du Maître). Et enfin, entre le temple dans l’homme et le temple de l’humanité, le pont est celui de la transmission par l’exemple (qu’allégorise le mythe d’une « chevalerie spirituelle »)[1]. »

Dans cette présentation sommaire, j’évoquais les flux entrants et les flux sortants de la « boîte noire », mais aussi les principales phases de transformation à l’intérieur de cette « boîte noire ».

« Soit. Mais enfin – me direz-vous -, pour faire le parallèle avec cette présentation de la franc-maçonnerie, par quel mythe culturel allez-vous bien pouvoir illustrer cette démarche ? »

« J’ai retenu celui de Don Juan », ai-je répondu.

Aussitôt vous vous récriez : « Don Juan ? Vous avez dit : Don Juan ?… Bizarre ! Bizarre ! Comme c’est bizarre !… Moi, j’ai dit bizarre, bizarre, comme c’est étrange ! Pourquoi aurais je dit bizarre, bizarre ?[2] »

« Eh bien, non, ce n’est pas bizarre », ai-je conclu. « Et je m’en expliquerai dans un prochain article… »

À suivre.

Pierre PELLE LE CROISA,

Le 26 avril 2021


[1] PELLE LE CROISA P. « Du temple de l’homme au temple de l’humanité », conférence pour « l’Académie Maçonnique de Paris », tenue d’été 2015.

[2] PRÉVERT J., dialogues du film « Drôle de Drame » de Marcel Carné (1937).

Pierre Pelle le Croisa
Pierre Pelle le Croisa a dirigé de grandes entreprises et de grandes écoles internationales. Franc-maçon depuis 35 ans, il a été membre actif du Grand Orient et de la Grande Loge de France... et désormais de la GLAMF.

Articles en relation avec ce sujet

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES