dim 01 août 2021 - 22:08

ARGENTINE : Le grand Carlos Gardel, Maître Maçon ?

De notre confrère argentin eltribuno.com

La question de savoir si Carlos Gardel était ou non membre de la franc-maçonnerie est quelque chose qui est en discussion depuis plusieurs décennies. Des personnalités telles que l’éminent José Gobello (de l’Academia del Lunfardo) ainsi que le journaliste argentin Roberto Cassinelli, du magazine de Buenos Aires “Cantando”, ont traité – à l’époque – de la question. Aquiles Echeverri M. dans le livre de sa paternité “Gardel, son histoire et la cause de sa mort” occupe quelques lignes pour faire référence au moment où le sillage complet de la Grive Criollo est entré dans “un groupe de maçons”.

L’historien colombien Mario Arango Jaramillo (qui reconnaît publiquement son appartenance à Universal Masonry, c’est-à-dire quelqu’un qui parle « de l’intérieur »), dans son ouvrage publié en 2006, intitulé « Masonería y Partido Liberal » inclut la mémoire de la présence maçonnique nocturne pendant cette veillée.

Le 26 juin 2005, et puisque la mort de Morocho del Abasto avait soixante ans, l’écrivain et journaliste d’Antioquia Juan José Hoyos a publié dans le journal El Colombiano (publié à Medellín) une chronique détaillée du service funéraire effectué à le corps par Carlos Gardel confirmant la présence de maçons.

Oscar Uribe Arcila, dont le frère au moment du tragique accident était Grand Maître de la franc-maçonnerie d’Antioquia – le très respectable frère Rubén Uribe Arcila, qui est resté dans l’histoire comme un éminent médecin, intellectuel et homme politique – avant la réquisition faite pour Arango Jaramillo a rappelé que son frère aîné – à l’époque Grand Maître de l’Ordre, comme indiqué ci-dessus – lui avait fait remarquer qu’en juin 1935 la Franc-Maçonnerie a tenu un hommage funèbre à Carlos Gardel dans le Grand Temple maçonnique de Medellín; et qu’elle avait eu lieu quelques jours après ses funérailles. Si ces propos reflètent la vérité alors tout doute sur l’affiliation maçonnique de Carlos Gardel se dilue depuis une “Fête funéraire”

Quelques références sur ces événements faites par des journalistes et des personnes intéressées par la vie de Gardel nous viennent en aide. Ainsi, par exemple, nous avons l’information que le propriétaire du théâtre Junín avait offert son hall pour être utilisé comme salle mortuaire à la fois pour le Zorzal Criollo et Alfredo Le Pera, Celedonio Palacio, José Corpas Moreno et Guillermo Barbieri ; mais que le prêtre Enrique Uribe Ospina a offert une résidence près du théâtre, où la veillée a finalement eu lieu.

C’est dans ce bâtiment où – toutes les informations coïncident – fit son apparition le groupe de personnes qui, se faisant appeler maçons et affirmant verbalement que Gardel en était aussi un, voulurent prendre le cercueil avec le cadavre pour le surveiller dans une loge, selon certains disent tandis que d’autres soulignent que la seule chose qu’ils ont demandée était une cérémonie discrète juste là. Il existe les deux versions. Roberto Crespo, l’une des personnes présentes lors de ces événements, qui a pu être interviewée des années plus tard, a raconté en détail comment – selon lui – les événements se sont déroulés : « La première mesure s’est limitée à trouver un endroit pour installer la chapelle ardente , où veiller sur les restes de Carlos Gardel et de ses compagnons.

L’attitude généreuse du chanoine Enrique Uribe, curé de La Metropolitana, la principale basilique de Medellín, a résolu les difficultés initiales en offrant une cinquième maison inhabitée, située sur l’Avenida de la Quebrada Arriba, entre Junín et le pont Baltasar Ochoa ” L’enterrement a commencé vers dix heures du matin le mardi 25 juin, date à laquelle Crespo indique : « Avant de partir, une curieuse cérémonie a eu lieu sur le cercueil de Gardel. Un groupe de maçons a entouré le cercueil et a commencé à frapper sur le couvercle. Puis la marche vers l’église de La Candelaria a commencé. »

Este comentario es muy importante y serviría para confirmar la condición masónica de Gardel, pues realmente el ritual de despedida a un miembro muerto de la hermandad incluye “rodear el féretro” formando algo así como una cadena humana en su perímetro y “dar unos golpes sobre le couvercle”. La partie la plus notable de cette cérémonie ne pourrait être mieux décrite.

Deux objections ont été faites à l’affiliation maçonnique de la Grive Criollo. Nous allons analyser chacune.

1) Les enquêteurs n’ont trouvé dans les archives de la Grande Loge d’Argentine des Maçons Libres et Acceptés aucun document prouvant que le chanteur appartenait à l’ordre. Cela en soi semblerait seulement prouver que Gardel ne faisait pas partie de ce groupe maçonnique. Gardez à l’esprit qu’il existe actuellement plus d’une dizaine de grands “lodges” en Argentine, chacun composé de plusieurs ateliers et, pour certains, très réservés, pour ne pas dire -directement- secrets.

Dans le même temps, les archives de la Grande Loge d’Argentine ne disposent en aucun cas d’informations complètes sur qui étaient les francs-maçons au cours du 20ème siècle. Il faut aussi tenir compte du fait qu’un homme aussi voyageur que celui qui nous occupe aujourd’hui, qui a passé beaucoup de temps aux États-Unis, aurait pu être initié comme Frère Maçon dans l’une des nombreuses loges qui sont dispersées sur le face de la Terre.

2) Une objection répétée est qu’il est impossible pour Morocho del Abasto d’être maçon puisqu’il assistait souvent à la messe et communiquait. Il s’agit d’un argument erroné que l’on entend assez fréquemment appliqué au Père de la Nation, le général José de San Martín et le général Manuel Belgrano. Cela vient de la conviction que quiconque entre dans la maçonnerie prend ses distances à jamais avec sa religion et avec un autre préjugé qui est l’hypothèse que les francs-maçons pratiquent l’athéisme. Tout le contraire! Une personne pour entrer dans cet ordre doit avoir foi en l’existence d’un Être Supérieur que la Maçonnerie Universelle appelle le Grand Architecte de l’Univers.

Et bien que pendant des siècles les francs-maçons aient été excommuniés par l’Église catholique pour le simple fait de l’être, il est très fréquent que leurs membres qui pratiquent cette foi mettent cela de côté et continuent à participer à la sainte messe. Les deux objections ne tiennent donc pas. Par contre, il y a un fait favorable à l’idée que Gardel était un maître maçon et c’est le fait que son cadavre n’était pas voilé dans l’Église puisque ce que le prêtre offrait était une résidence, ce qui reste suggestif.

C’est la raison pour laquelle les restes de Manuel Belgrano se trouvent dans le patio avant de la basilique Notre-Dame du Rosaire et du couvent de Saint-Domingue et le mausolée du général San Martín à l’extérieur de la nef de la cathédrale métropolitaine avec deux autres noms célèbres. Des francs-maçons tels que les généraux Tomás Guido et Juan Gualberto Gregorio de Las Heras. L’Église les garde à proximité, mais ne leur permet pas de s’asseoir sur un terrain sacré.

Enfin, pour préciser qu’il peut attirer l’attention – à ceux qui ne savent pas en profondeur comment fonctionne la franc-maçonnerie dans le monde – qu’un artiste populaire comme Gardel a été admis dans son giron ; mais ce n’est pas comme ça, au contraire, il existe d’innombrables exemples de personnes du spectacle qui ont participé à des loges maçonniques. Francisco Petrone, Lucas Demare, Florencio Sánchez, Emilio Onrubia, Roberto Casaux, Enrique García Velloso, Enrique Muiño, Homero Manzi étaient des maîtres maçons.

Accéder à l’article sur eltribuno.com

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES