mer 23 juin 2021 - 23:06

Embrasser

1.BOULOMIE : LA FRANC-MACONNERIE, DEMAIN

Réussir vraiment à embrasser, dès les parvis

La Sœur Zélande, arrive sur les parvis. Une dizaine de maçons bavardent. Et Zélande, tout sourire, agite la main et clame à tout vent : « Bonsoir tout le monde ! ». Puis elle se dirige vers Marie-Désiré qu’elle aime bien. Et les bévues continuent ! Elle lui claque, dans le vide, trois baisers secs. Ce n’est pas tout ! Car elle est affectueuse, Zélande !

Voici Aïcha qui se retourne tout sourire vers elle. Cela mérite bien une accolade furtive, un bras autour des épaules, surtout sans trop appuyer; de petites tapes de ci de là; résultat : Zélande se sent bien accueillie. La tenue peut commencer. Et bien pas du tout, ma Sœur. Tu « embrasses » comme la majorité le faisait en 2025. La si triste accolade ! Il faut revoir tout ça car le corps parle très fort et tu l’as oublié. Ce faisant tu n’es pas bien prête pour la tenue. Car, justement, elle commence sur les parvis !

Embrasser, c’est toucher

Toucher physiquement l’autre pour le toucher dans son cœur. Mais pas n’importe où et n’importe comment. Observons maintenant cette promesse d’affection échangée grâce à des gestes soigneux. Voici Maldoror et Isidore. D’abord, ils serrent leur corps l’un contre l’autre. Ça, ce n’est pas venu tout seul pour Isidore, gêné par le contact des bas-ventre. Mais ça y est, il a pigé. Puis, ils s’enlacent avec un bras sur l’épaule de l’autre. Ils soulignent bien la pression. C’est essentiel pour ressentir la protection affectueuse. Enfin ils s’embrassent les joues trois fois chacun. Pour de vrai. Pas de petits frôlement en fantômes de lèvres sur les pommettes figées. Par leur étreinte fraternelle Maldoror et Isidore sont dès lors plus proches. Oh ce n’est pas par les mots; ils le ressentent physiquement sans s’en douter !

L’enfant naît par la peau touchée.

Toute initiation, sous la mise en scène de son époque – les symboles, les mythes, les rites – bégaie depuis la nuit des temps, l’aventure initiale : le ventre et sa sortie. La revivre est le point d’éclosion quantique de la vie. Et cela commence par le corps tiré aujourd’hui de sa couveuse électronique. Avant c’était l’expulsion brutale; aujourd’hui c’est l’accueil par le toucher des mains du naisseur. Mais, dans les deux cas le toucher qui diffuse le bien-être au petit corps.

Les embrassades sur les parvis sont les conditions indispensables pour tous. Ils, elles entrent en état inconscient et bien réel d’affection fraternelle partagée.

Zélande, ma Sœur, tu arrives sur les parvis : ta renaissance commence : embrasse., embrasse, embrasse; tu te sentiras confusément  nouvelle, Zélande !

Jacques Fontaine
Jacques Fontaine est né au Grand Orient de France en 1969.Il se consacre à diffuser, par ses conférences, par un séminaire, l’Atelier des Trois Maillets et par une trentaine d’ouvrages, une Franc-maçonnerie de style français qui devient de plus en plus, chaque jour, « une spiritualité pour agir ». Il s’appuie sur les récentes découvertes en psychologie pour caractériser la voie maçonnique et pour proposer les moyens concrets de sa mise en œuvre. Son message : "Salut à toi ! Tu pourrais bien prendre du plaisir à lire ces Cahiers maçonniques. Et aussi connaître quelques surprises. Notre quête, notre engagement seraient donc un voyage ? Et nous, qui portons le sac à dos, des bagagistes ? Mais il faut des bagagistes pour porter le trésor. Quel est-il ? Ici, je t’engage à aller plus loin, vers cette fabuleuse richesse. J’ai cette audace et cette admiration car je suis un ancien maintenant. Je me présente : c’est en 1969 que je fus initié dans la loge La Bonne Foi, à Saint Germain en Laye, au Rite Français. Je travaille aussi au Rite Opératif de Salomon. J’ai beaucoup voyagé et peu à peu me suis forgé une conviction : nous, Maçons latins, sommes en train d’accoucher d’une Voie maçonnique superbe : une spiritualité pour agir. Annoncée dès le début du XXème siècle. Elle est en train de se déployer et nous en sommes les acteurs plus ou moins conscients mais riches de loyauté.

Articles en relation avec ce sujet

2 Commentaires

  1. Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce ?
    Un serment fait d’un peu plus près, une promesse
    Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
    Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer ;
    C’est un secret qui prend la bouche pour oreille,
    Un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille,
    Une communion ayant un goût de fleur,
    Une façon d’un peu se respirer le cœur,
    Et d’un peu se goûter, au bord des lèvres, l’âme !

    Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte III, scène 10

  2. A l’écran ce matin : la réflexion de Jacques Fontaine suivie du commentaire de Solange, commentaire que soutient la poésie d’Edmond Rostand sur le baiser ….
    Les deux encouragent à tenir la sincérité de l’embrassade pour initialiser un moment singulier, un moment que l’on veut sacré ….Rejoindre d’abord le moment qui suspend le temps ordinaire par un témoignage d’affection simple et sincère : Oui cela fait sens !
    Merci à Jacques et à Solange de leurs mots délicats et de leur communications sensibles !
    Claude L;

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES