ven 30 juillet 2021 - 12:07

PORTUGAL : Sociétés secrètes. Seuls Saint-Marin et la Roumanie suivent le modèle PSD

De notre confrère portugais SAPO JOSÉ MIGUEL PIRES 01/05/2021 12:43

https://ionline.sapo.pt/artigo/733229/sociedades-secretas-so-san-marino-e-romenia-seguem-modelo-do-psd?seccao=Portugal_i

Le Portugal se prépare à débattre d’une proposition de loi qui obligerait les politiciens à déclarer toute appartenance à des «sociétés secrètes», mais l’exigence est rare dans le monde.

Le PAN a remué les eaux de l’Assemblée de la République en proposant que les députés et détenteurs de pouvoirs politiques soient tenus de déclarer appartenir aux soi-disant “ sociétés secrètes ”, telles que la franc-maçonnerie ou l’Opus Dei, en même temps que la déclaration d’intérêts, d’héritage et les revenus des politiciens et des hauts fonctionnaires qu’ils sont déjà obligés de pourvoir au début et à la fin de chaque mandat. Le projet de loi PAN, cependant, place cela comme une partie “ facultative ” de la déclaration, avec le PSD entrant en jeu ici, avec une proposition de modification de ce diplôme, rendant le remplissage de ces informations obligatoire, ce qui a provoqué un tourbillon d’opinions à l’intérieur et en dehors de l’Assemblée de la République.

En effet, André Coelho Lima, le député social-démocrate responsable de l’amendement proposé au projet de loi, commence par préciser que «l’amendement proposé a été fait conformément à une réflexion du PSD sur la transparence» et la grande différence entre deux propositions font référence au fait que “la proposition PAN s’adresse directement à la franc-maçonnerie et à l’Opus Dei, et la proposition PSD ne l’est pas”, a expliqué Coelho Lima à Nascer do SOL. “Nous ne voulons en aucun cas faire une quelconque loi de persécution, de quelque entité que ce soit”. Même ainsi, la déclaration d’appartenance à toute société – et pas seulement à la franc-maçonnerie et à l’Opus Dei, comme le député social-démocrate tient à le souligner – doit être appliquée en faveur de la «transparence». Et, “comme quelqu’un qui n’a pas peur ne devrait pas”, affirme Coelho Lima,”Nous ne voyons même pas quel pourrait être le problème avec ce problème”.

Le projet de loi est sur la table depuis quelques semaines, mais il a récemment soulevé la poussière lorsque Adelino Maltez, ancien candidat au poste de Grand Maître du Grand Orient lusitanien (GOL), a avancé au Parlement que les francs-maçons ne respecteraient pas une telle obligation et que la loi est «inefficace». La nouvelle a provoqué la polémique, et a même conduit Rui Rio, défenseur de la proposition, à se soulever via le réseau social Twitter, où il a tenu à interroger Maltez. «Ils défendent l’opacité avec les ongles et les dents. Que doivent-ils cacher? », A commencé par interroger le leader du PSD, qui a également déclaré qu ‘« il est de plus en plus évident que nous avons raison lorsque nous disons que ce manque de transparence est inacceptable ». “Il est de plus en plus évident que la démocratie est malade”, a conclu le social-démocrate.

Les propositions du PAN et du PSD visent à ce que les députés et les politiciens prennent position au sein de ce que l’on considère comme des “ sociétés secrètes ”, telles que la franc-maçonnerie ou l’Opus Dei, une idée qui déplut à Fernando Lima, le grand maître du GOL, qui était contre le diplôme universitaire. S’adressant à Nascer do SOL, Lima a défendu que «indépendamment du fait que quelqu’un exerce ou non une fonction publique, les convictions de chacun sont inviolables, selon l’article 41 de la Constitution, qui dit que la liberté de conscience et de religion est inviolable, et par conséquent, la loi va contre la Constitution, car elle entre dans le forum privé de chacun ».

Les francs-maçons du monde entier

Cette proposition, cependant, ne semble pas très populaire dans le reste des pays européens, puisque seuls la Roumanie et Saint-Marin exigent obligatoirement que leurs politiciens déclarent des liens avec les soi-disant «sociétés secrètes».

La conclusion découle d’un document intitulé Déclaration d’affiliation dans les organisations “ discrètes ”: cadre international, réalisé par l’Assemblée de la République, par l’intermédiaire de la Division de l’information législative et parlementaire – DILP, à la demande de la Commission sur la transparence et le statut des députés, pour guider le débat initié par la proposition de loi PAN, et pour encadrer l’état de l’art de cette proposition dans d’autres pays européens. Dans le document, auquel Nascer do SOL avait accès, une conclusion apparaît immédiatement dans les premières pages: «D’après l’enquête réalisée, il est possible de conclure que la plupart des systèmes juridiques analysés ne prévoient pas l’obligation ou la possibilité d’indiquer appartenant à des «associations discrètes», à savoir la franc-maçonnerie et l’Opus Dei ». Seuls la Roumanie et Saint-Marin, soit dit en passant,ils exigent cette déclaration de leurs politiciens et titulaires de postes dans le secteur, sans conditions ni cas particuliers. Viennent ensuite l’Autriche et la Lettonie, où les hommes politiques sont tenus de déclarer des liens avec ces entités, uniquement “s’ils occupent des postes dans ces associations”, de la même manière que, dans le cas de l’Autriche, ils sont tenus de déclarer leur appartenance ” autre poste «exécutif non rémunéré», ou en Bulgarie, où ce sont les magistrats de la justice qui «doivent déclarer cette appartenance ou cette affiliation», mais pas les politiciens, qui sont obligés de déclarer d’éventuels «conflits d’intérêts».sont tenus de déclarer l’appartenance «à tout autre poste exécutif non rémunéré», ou la Bulgarie, où ce sont les magistrats de la justice qui «doivent déclarer cette appartenance ou cette affiliation», mais pas les politiciens, qui sont tenus de déclarer d’éventuels «conflits d’intérêts» sont tenus de déclarer l’appartenance «à tout autre poste exécutif non rémunéré», ou la Bulgarie, où ce sont les magistrats de la justice qui «doivent déclarer cette appartenance ou cette affiliation», mais pas les politiciens, qui sont tenus de déclarer d’éventuels «conflits d’intérêts».

Lire l’intégralité de l’article

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES