sam 19 juin 2021 - 12:06

 Jacques Fontaine ose descendre aux racines naturelles de l’homo sapiens. Il découvre une autre manière de vivre ensemble. AU CHEVET D’UN MONDE FIÉVREUX Des marionnettes rebelles ? 6

Les directives
Un soumis

Nous avons tous intégré en notre enfance et, en partie, en notre adolescence, les conduites indispensables pour vivre en société, afin d’être conforme aux valeurs de nos meutes de référence. Se sentir aimé dans notre similitude.
Un psychologue américain, Éric Berne, dans les années cinquante, a inventé une théorie et les pratiques concomitantes pour repérer et qualifier les interactions verbales et non-verbales entre individus. Il s’agit de l’Analyse Transactionnelle. Point de remises en cause radicales alors, mais une effusion de louanges. L’AT comme on l’appelle, franchit l’Atlantique. Elle est adoptée comme une fille naturelle et douée, par les Occidentaux. Elle se répand dans les séminaires et en thérapie. Elle est précieuse car E Berne, dans son élan d’observateur minutieux et rigoureux a, entre autres, listé les 5 directives qui, aux lisières de la conscience, influencent en permanence nos comportements, nos choix, nos réactions. Simple et séduisant !
Pour recouvrer un peu de liberté, doit-on prendre conscience de ces directives ? Alors suffirait-il de proclamer que les élèves du secondaire, et peut être avant, dans leur apprentissage de leur liberté intime, devraient les repérer ? Ils pourraient ainsi, sinon s’en rendre maîtres, désir anthropocentriste, mais agir en toute connaissance de cause et, ainsi, pouvoir nouer des relations plus authentiques. Très beau pari. Mais une question lourde se pose : ces directives sont-elles le produit de la culture occidentale ou plongent-elles leurs racines dans l’apprentissage humain, sa socialisation, quelque soient le lieu et le temps. Les Malawites, les Esquimaux et autres Pygmées relèvent-ils, comme nous, de la pression non dite de ces directives ? Les culturistes, ceux et celles qui mettent la puissance de la culture avant celle de la structure et la nature, affirmeront qu’ils sont trop différents pour se soumettre, l’air de rien, à ces préconisations. Je ne suis pas très convaincu et j’estime, sans preuves, que les cinq directives de conduite en société, sont universelles. C’est donc avec cette conviction que je vous les présente, comme je les ai reçues. Ces prescriptions ne devraient pas changer. Éric Berne estime qu’elles forment la base du système axiologique mondial.
En provenance de nos parents biologiques ou substitutifs, elles expriment les jugements de valeur. Croyant bien agir, ceux-ci nous ont inculqué une foule de principes qui sont devenus de véritables consignes !

Voici ces messages contraignants :
• Sois parfait : Ne laisse rien au hasard
• Fais plaisir : Satisfais toujours les autres
• Acharne-toi : Fais sans cesse des efforts
• Sois fort : Ne montre pas tes émotions
• Dépêche-toi : Presse-toi en permanence
Meyer Ifrah, psychologue français, a observé dans sa pratique un sixième « message contraignant », qu’il nomme :
• Sois conforme : Ne te fais pas remarquer

Nous sommes tous quotidiennement inféodés, en proportions diverses, à ces directives ; elles qui nous malaxent en fonction de notre éducation et des situations rencontrées.
Une prise de conscience s’avère, à mes yeux, nécessaire, dès le début de l’adolescence. Mettre le pied des jeunes à l’étrier de leur introspection. Par là, continuer, sans lassitude ou rêve d’avoir déniché le Graal, à les imprégner des accents majeurs de toutes les« disciplines », comme on disait, des sciences humaines. Mais tout n’est pas rose : ceux et celles qui sont trop soumis aux directives, qui n’ont pas assez de recul sur leurs choix, certes se trouvent en bon accord avec la société mais risquent de devenir dépendants des mœurs du temps. Cela s’appelle la normose, cette pathologie de la normalité, un passe-partout mais aussi une mangeuse de liberté. Repérer les traits névrotiques sera donc une des tâches de l’introspection., chez les adolescents. Je les crois avides de partir dans cette aventure intérieure, en complément des explorations des mondes du dehors. Propos d’un pédagogue !
Nous sommes des êtres conditionnés, les experts en conviennent tous. D’ailleurs pas besoin d’eux : nous le savons bien, nous obéissons aux ordres intérieurs, garantie que nous sommes aptes et dignes à vivre avec les autres, dans le troupeau. Nous pouvons nous en réjouir car les directives qui nous commandent permettent, par complicité silencieuse, de vivre bien dans notre société. Mais avec, comme il se doit, un revers de la médaille : la prétention anthropocentriste et son cortège de destruction. L’influence de la morale instituée sans conscience est encore une origine de la santé chancelante du monde. On peut rêver. Si nous n’avions pas, enfouies en nous, ces directives morales, nous serions tellement plus libres ! Certes mais cela n’est pas, aujourd’hui, avec les conduites de notre espèce, envisageable. En un sens, les histoires actuelles sont toutes des scénarios de rupture, des fictions de largage, des récits de dernier épisode. Partout, semble-t-il, on aspire au mot « fin » ou plus encore à un « au-delà indéfini ».

Mais, avant de claironner piteusement, la défaite d’un monde mal en point, remontons encore, ou si vous le préférez descendons l’escalier qui mène à la chambre du malade. Allons toujours plus loin dans la saisie de la singularité de l’homo sapiens. Deux tours : l’un en sociologie, l’autre en zoologie comparée, mais oui ! Ou, pour ne pas choquer, en éthologie.

Attention, j’oserai, vous l’avez compris avec mes affirmations précédentes, considérer que nous obéissons, en tant qu’espèce, au fonctionnement de la nature. Abordons alors l’angoisse et les peurs instinctuelles, que les directives présentées au-dessus essaient de nous faire oublier. Mais une guerre, une épidémie, comme celle que nous vivons, nous rappellent durement à l’ordre.

 

La Boulomie – Editions LOL

Jacques Fontaine
Jacques Fontaine
Jacques Fontaine est né au Grand Orient de France en 1969.Il se consacre à diffuser, par ses conférences, par un séminaire, l’Atelier des Trois Maillets et par une trentaine d’ouvrages, une Franc-maçonnerie de style français qui devient de plus en plus, chaque jour, « une spiritualité pour agir ». Il s’appuie sur les récentes découvertes en psychologie pour caractériser la voie maçonnique et pour proposer les moyens concrets de sa mise en œuvre. Son message : "Salut à toi ! Tu pourrais bien prendre du plaisir à lire ces Cahiers maçonniques. Et aussi connaître quelques surprises. Notre quête, notre engagement seraient donc un voyage ? Et nous, qui portons le sac à dos, des bagagistes ? Mais il faut des bagagistes pour porter le trésor. Quel est-il ? Ici, je t’engage à aller plus loin, vers cette fabuleuse richesse. J’ai cette audace et cette admiration car je suis un ancien maintenant. Je me présente : c’est en 1969 que je fus initié dans la loge La Bonne Foi, à Saint Germain en Laye, au Rite Français. Je travaille aussi au Rite Opératif de Salomon. J’ai beaucoup voyagé et peu à peu me suis forgé une conviction : nous, Maçons latins, sommes en train d’accoucher d’une Voie maçonnique superbe : une spiritualité pour agir. Annoncée dès le début du XXème siècle. Elle est en train de se déployer et nous en sommes les acteurs plus ou moins conscients mais riches de loyauté.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES