dim 16 juin 2024 - 14:06

Sisyphe N°7 : La franc-maçonnerie en guerre contre la violence – Préserver un héritage de paix

Publiée semestriellement par la Grande Loge Mixte de France (GLMF), Sisyphe aborde des thématiques essentielles pour la franc-maçonnerie, en alliant réflexions philosophiques, sociologiques et historiques.

Le numéro 7, intitulé « De la Violence », explore en profondeur le sujet de la violence à travers un dossier complet et varié, en proposant un regard maçonnique sur cette problématique complexe.

Dans son éditorial, Christiane Vienne, Sérénissime Grand Maître de la Grande Loge Mixte de France rappelle que la question de la violence est ancienne, remontant aux premiers moments de la conscience humaine. Nohemi Sala, en 2015, a révélé un meurtre datant de 430 000 ans, soulignant la longévité de ce phénomène. Les mythologies anciennes abondent en récits violents, comme le meurtre d’Abel. La franc-maçonnerie, héritière des Lumières et marquée par les guerres de religion, se doit de réfléchir à la violence légitime et au rôle de l’État.

Musée de la franc-maçonnerie – Photo YG

Elle énonce que les premières Constitutions d’Anderson de 1721 exhortent à la paix. Cependant, la question de la pacifisme maçonnique devient aiguë après la guerre de 1870. Les congrès universels pour la paix, les conférences de La Haye et l’Association Maçonnique Universelle illustrent les efforts maçonniques pour la paix, bien que les divisions internes persistent, surtout durant les périodes de guerre mondiale.

De nombreux frères et sœurs se sont engagés pour la paix, tels qu’Henri La Fontaine (1854-1943), lauréat du prix Nobel de la paix en 1913.

Henri La Fontaine, en 1913

 Les propos tenus lors du XXVIIIe Congrès Universel de la Paix en 1931 appellent à une condamnation ferme de la guerre et à la promotion de la fraternité et de la concorde. Cependant, les tensions mondiales et les conflits armés mettent à l’épreuve ces idéaux.

Les institutions internationales peinent à imposer leurs analyses et leurs sanctions, et les doubles critères en fonction des alliances politiques sont critiqués. Il est crucial de renforcer les outils existants et de re-légitimer les institutions pour maintenir la paix. La Franc-Maçonnerie doit se rappeler son rôle historique de “rassembler ce qui est épars” et agir pour la protection des victimes de conflits.

Christiane Vienne signe aussi le chapitre « Cheminements » affirmant que la violence est partout dans la société d’aujourd’hui.

Michel Baron

Le dossier « De la violence » consacre son premier chapitre à « Du rituel comme barrage à la violence en franc-maçonnerie ». Un article de Michel Baron, par ailleurs contributeur à 450.fm,explorant comment les rituels maçonniques peuvent servir de rempart contre la violence. Un réflexion initiée par Albert Camus.

Les rituels, fondés sur des principes de fraternité, de respect et de discipline, créent un espace sécurisé pour la réflexion et la transformation personnelle. Ils permettent de canaliser les tensions et les conflits, offrant aux francs-maçons une méthode symbolique pour surmonter les pulsions agressives. Il se conclut avec des notes et une bibliographie.

« Violences et guerres comment penser l’impensable ? » de Françoise Lavenac amène une réflexion sur les conflits et la violence dans le contexte maçonnique. L’article a pour but de mieux comprendre les chaos du monde.

Quant à « La menace de guerre », ce chapitre, signé Pierre Yana et placé sous le haut-parrainage du grand stratège que fut le général de Gaulle, étudie les conditions politiques et sociales menant aux conflits. La critique des structures économiques contemporaines et leur propension à engendrer des formes de violence sociale et économique est traitée par Olivier Spineli avec « Économie : sous les masques, la violence radicale ». Sont abordés des modèles de développement libéralisme. Ou collectivisme fondé sur l’économie et la recherche permanente de la prospérité, censé assurer le bonheur commun.

Image générée par Intelligence Artificielle (IA)

Le chapitre qui retiendra sans doute plus l’attention des lecteurs est celui traitant des « Personnalités toxiques en loge ». Nous en avons tous connus – et même en grande loge !

Accordons-nous quelques instants afin d’en relever les points clés. Ces individus, décrits comme manipulateurs et narcissiques, peuvent gravement perturber le fonctionnement des loges et affecter négativement leurs membres. Ces personnalités qualifiées de toxiques se nourrissent de l’environnement déshumanisé de notre société. Elles peuvent être identifiées par leur comportement manipulateur et leur capacité à semer le trouble. Évidemment, leur présence peut mener à des déséquilibres majeurs au sein des organisations, provoquant des burn-outs et d’autres formes de stress sévères. Ces sinistres personnages manipulent, séduisent et exploitent les faiblesses des autres pour leur propre gain.

La franc-maçonnerie, autrefois protégée contre ces infiltrations grâce à des enquêtes rigoureuses, voit aujourd’hui une hausse de candidats toxiques, mais des candidats parviennent souvent à se présenter sous un jour favorable, trompant les enquêtes de surface et les procédures d’admission. Une fois acceptés en loge, ces individus manipulent les règles et les rituels à leur avantage, provoquant des tensions et des divisions. Pas facile de les déceler car ils changent fréquemment d’attitude et de comportement pour s’adapter à leur audience, créant une atmosphère de méfiance et d’instabilité.

Alors, quelles stratégies pour prévenir et contrer leur influence ? Les loges doivent renforcer leurs processus de sélection et rester vigilantes face aux signes de comportements toxiques. Enfin, une résistance ferme et non violente est nécessaire pour maintenir l’intégrité de la loge et protéger ses membres. Il faut donc que la franc-maçonnerie apprenne à identifier et à gérer ces personnalités pour préserver son harmonie et son essence spirituelle et cultive la vigilance et en renforçant les valeurs maçonniques, les loges peuvent se prémunir contre les effets destructeurs des personnalités toxiques.

Rarement traité, ce thème est mis en lumière par ce chapitre qui détaille la menace que représentent les personnalités toxiques pour les loges maçonniques et propose des mesures pour les détecter et les contrer efficacement.

Mahatma Gandhi,1931
Portrait photographique de Martin Luther King en 1964

Enfin, dernier chapitre du chapitre « Sortir de la barbarie par la non-violence » apporte une réflexion sur la voie de la non-violence comme moyen de transformation, les auteurs mettant en lumière les enseignements de figures historiques comme Gandhi et Martin Luther King. Ils insistent aussi sur la nécessité pour les francs-maçons de promouvoir la non-violence comme un moyen de sortir de la barbarie contemporaine.

Ce numéro de Sisyphe propose une analyse complète et multidisciplinaire des différentes facettes de la violence. Chaque article apporte un éclairage unique, permettant aux lecteurs d’appréhender le sujet sous des angles diversifiés. En mettant en lumière les valeurs et les réflexions propres à la franc-maçonnerie, ce dossier invite à une réflexion approfondie sur le rôle de chaque individu dans la lutte contre la violence et la promotion de la non-violence.

La revue Sisyphe continue de s’imposer comme une référence pour ceux qui souhaitent comprendre les enjeux sociétaux à travers une perspective maçonnique éclairée et progressiste. Aux maçons d’aujourd’hui de continuer à promouvoir la paix et la fraternité.

Sisyphe N°7-Dossier « De la violence »

Une revue de la Grande Loge Mixte de France,

Conform éditions, N°7–Mai 2024, 52 pages, 12 €, frais de port inclus

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES