sam 20 avril 2024 - 06:04

Le vitrail : l’art qui sublime la lumière des églises – Par Laurent Ridel

Du site de Laurent Ridel decoder-eglises-chateaux.fr

Les vitraux vous émerveillent ? Découvrez leur technique de fabrication, suivez leur histoire depuis le Moyen Âge et apprenez à les déchiffrer. On trouve des vitraux dans toutes les églises d’Europe, sauf dans les régions orthodoxes (Balkans, Russie). Même les édifices modestes, qui n’avaient pas le budget de la cathédrale de Chartres, ont tenté d’embellir au moins une fenêtre avec des verres colorés. Le secret de leur fascination réside dans leur méthode de fabrication, une recette qui remonte au-delà de l’âge gothique.

Quel est le symbolisme des vitraux ? Pourquoi peut-on les qualifier de miraculés ? Comment les lire ? Préparez-vous à des explications hautes en couleur.

La fabrication des vitraux : une magie qui opère en 5 étapes.

Un vitrail consiste en une cloison composée de verres souvent colorés et peints. Traditionnellement, une armature de plomb sert à les agencer. Vers 1100, le moine Théophile nous expliquait déjà la recette dans son traité De Diversis Artibus.

Cathédrale d'Auxerre
Cathédrale d’Auxerre. L’architecture et les vitraux créent l’ambiance d’une église.

1. la création du modèle

La première étape consiste à composer le dessin du vitrail, un carton ou gabarit, aux dimensions exactes de la fenêtre. Le peintre-verrier, parfois simple exécutant, réalise ce modèle selon les instructions du commanditaire ou en utilisant un modèle fourni par un peintre. Il divise ensuite son dessin pour correspondre aux différents morceaux de verre.

2. la fabrication du verre

Faire du verre, c’est un peu comme cuisiner, mais à des températures… assez chaudes. La silice (du sable) se transforme en verre quand elle est chauffée à plus de 2000 °C. Mais attendez, au Moyen Âge, ils n’avaient pas nos puissants fours modernes. Alors, ils utilisaient un fondant, souvent des cendres de plantes. Cet ingrédient magique abaissait la température de fusion. Le verrier obtient une matière visqueuse comme du miel.

3. la coloration du verre

La cuisine continue. C’est le moment d’ajouter dans la marmite du sel. Pas n’importe lequel. Des sels ou oxydes métalliques : du cuivre pour le turquoise, du fer pour le jaune, du manganèse pour le violet… Les souffleurs de verre arrivent à transformer le miel visqueux en plaques qu’on laisse refroidir. Miracle : le verre est teinté.

4. la découpe du verre

Le peintre-verrier fabrique un puzzle : à partir du gabarit (étape 1), il découpe les différents morceaux du vitrail dans les plaques de verre teintées. Cette étape exige une grande précision pour assurer que chaque morceau s’intègre parfaitement dans le dessin global. L’armature est soudée.

5. la peinture et la fixation

L’artisan donne maintenant du caractère à son œuvre. Des motifs, des ombres et des détails délicats sont peints sur le verre pour mieux représenter les personnages, les architectures ou les objets. La peinture, principalement à base de grisaille puis de sels d’argent, nécessite une cuisson au four pour être fixée au verre.

6. le sertissage et l’installation

Enfin, chaque pièce de notre puzzle est sertie dans des baguettes de plomb. Pourquoi ce métal en particulier ? Souple et malléable, il réduit le risque de casse sous le poids du verre ou sous la pression du vent. Le vitrail est ensuite installé dans sa baie. Pour des raisons de commodité, il est rarement d’un seul tenant, mais divisé en panneaux.

Exposé à la lumière, le vitrail prend vie quand on se trouve à l’intérieur de l’édifice.

Mise en plomb
Ce vitrail est en train d’être mis en plomb, c’est-à-dire chaque pièce est sertie. Ce travail s’appuie sur un gabarit, à savoir le dessin du vitrail en arrière-plan.

Pourquoi des vitraux dans les églises ?

Combattons d’abord ce cliché (mieux, vu notre sujet, faisons-le voler en éclat) : les églises n’ont pas le monopole des vitraux. Ils décoraient aussi des châteaux ou des demeures cossues. Autour de 1900, on l’employait pour vitrer les façades ou les toits des grands magasins parisiens et impressionner le chaland par ce luxe. Cependant, l’essentiel des vitraux conservés se trouve dans les églises.

Ils répondent d’abord à une fonction basique : fermer les fenêtres et ainsi protéger l’intérieur du vent, de la pluie et des intrus comme les oiseaux un peu trop curieux. Ce bouclier laisse cependant passer la lumière grâce à sa translucidité.

Deuxièmement, les vitraux participent à l’ambiance de l’église. Les verres teints colorent et modulent la lumière, créant une atmosphère propice au recueillement et au mystère. Suger, le fameux abbé de Saint-Denis, recherchait cet effet dans son abbatiale. À l’intérieur, le fidèle se sentait transporter jusqu’au Ciel grâce aux cloisons de verres. Bref, une église équipée de vitraux offrait un avant-goût du paradis, un au-delà qu’on imaginait resplendissant de couleurs.

Vitrail de Saint-Denis
Deux moines assistent à la montée de saint Benoît au ciel. Vitrail provenant de l’abbatiale de Saint-Denis (1140-1144), conservé aujourd’hui au Musée du Moyen Âge à Paris.

Pour ces raisons pratiques, esthétiques et symboliques, les vitraux sont appréciés dans les églises. Mais, attendez, n’aurais-je pas oublié le principal ?

Une supposée bible des illettrés

Les vitraux ne servent-ils pas d’abord à raconter des histoires ? Ils portent en effet des épopées bibliques ou des légendes de saints. À une époque où savoir lire était une compétence réservée à une minorité, ces images colorées seraient un support éducatif adapté.

Cette fonction de « Bible pour les illettrés », je l’ai nuancée dans un autre article. Plus qu’un cours, les vitraux dispensaient un discours qui proclamait les dogmes de l’Église et mettait en valeur les autorités du christianisme. Les images s’adressaient au peuple, lettré ou non, et aux clercs.

Enfin, ces vitraux sont aussi des ex-voto, des offrandes faites à Dieu. Les donateurs, dans un élan de générosité, offraient ces merveilles de lumière et de couleur dans l’espoir d’un retour sur investissement spirituel : une place au paradis après leur mort. Là encore, la cible n’est pas l’analphabète, mais, au contraire, une élite suffisamment riche pour les financer.

Vitrail de la cathédrale de Metz
Dans ce vitrail de la cathédrale de Metz (XVIe siècle), les donateurs sont représentés à genoux tandis que saint François et sainte Claire appuient leurs prières.

L’histoire du vitrail à grandes foulées

Invention et épanouissement

Ciblons une autre idée reçue : le vitrail serait une invention de l’art gothique. Les archéologues, toujours à fouiller la terre et à faire des découvertes incroyables, ont déniché des fragments de vitraux qui datent d’au moins 400 à 500 ans avant que les premières cathédrales gothiques ne pointent le bout de leur clocher. Le problème, c’est qu’ils ne sont plus en place. Les églises qui les intégraient ont disparu. On conserve cependant quelques vitraux romans in situ, par exemple dans les cathédrales de Chartres, du Mans ou de Poitiers.

Avançons dans le Moyen Âge. À l’époque gothique, dès le milieu du XIIe siècle, le vitrail entre dans son âge d’or ; il est la parure indispensable des cathédrales. Grâce aux innovations de l’architecture, les fenêtres s’agrandissent et deviennent audacieuses. Certaines atteignent près de 20 m de haut ! Au lieu de murs, se déploient des bandes dessinées en couleur racontant les épisodes bibliques ou glorifiant les saints.

Cathédrale de Metz
Dans la cathédrale de Metz, la face nord du transept est un mur de verre.

Un art qui n’est pas mort

On produit encore de beaux et immenses vitraux à la Renaissance, puis, à partir de la fin du XVIe siècle, cet art décline. La mode évolue. On reproche aux vitraux de trop assombrir l’intérieur des églises. Le clergé fait souvent démonter les vitraux médiévaux au bénéfice d’insipides vitraux « blancs ». Adieu les couleurs intenses ! Peu à peu le savoir-faire se perd et les artisans, sans commande, disparaissent. Le chant du cygne ?

Non, car au XIXe siècle, les vitraux font un retour spectaculaire. Merci à l’Arts and Crafts et au néogothique ! Valorisant les techniques médiévales, ces mouvements artistiques essaient de les retrouver et de les appliquer. Justement, à cette époque, on construit de nombreuses églises, notamment dans les villes et banlieues en expansion. Ces chantiers stimulent la demande de vitraux. Le choix des fabriques — les conseils de paroisse — se porte notamment sur des vitraux dits archéologiques au sens où ils essaient de reproduire le style du XIIIe siècle ou du XVIe siècle. Ils imitent si bien l’ancien qu’on peut se laisser piéger sur leur datation réelle.

Vitrail archéologique de la cathédrale de Périgueux
Médiéval ou contemporain ? Ce vitrail de la cathédrale de Périgueux est un exemple de vitrail archéologique.

Et aujourd’hui ? Le renouveau ne se dément pas. Des artistes reçoivent toujours des commandes, notamment pour remplacer ces fades vitreries blanches. Le style s’est modernisé, les méthodes de fabrication aussi. Après, on aime ou pas le résultat…

Lecture d’un vitrail : quelques conseils

Quel casse-tête ! Les verrières, surtout les œuvres les plus anciennes, peuvent nous laisser perplexes. Pour parvenir à les décoder, il faut se munir de sa longue-vue et d’un bon bagage en matière religieuse. Les scènes ou les personnages du christianisme sont souvent minuscules et parfois peu connus. Sans légende, c’est comme essayer de regarder un film sans avoir activé le son.

Pour ajouter à la confusion, s’immiscent parfois des scènes inattendues. Dans les cathédrales de Chartres ou de Bourges, au bas des vitraux, on peut observer des artisans au travail. Clins d’œil aux corporations qui ont financé les œuvres. Et que dire de cette procession funéraire de singes dans cathédrale de York (Angleterre) ?

Artisans sur un vitrail de la cathédrale de Bourges
Potiers et tuiliers au travail. Cathédrale de Bourges (XIIIe siècle).

Si l’iconographie vous semble du chinois, déportez votre attention sur la composition :

  • La scène. Que voit-on ? Quels personnages, quelle architecture ? Quels objets ?
  • Le fond. Jusqu’au XVe siècle, oubliez les paysages à perte de vue. Les peintres-verriers préfèrent des fonds unis ou à motifs.
  • Les bordures. Là aussi, observez le type de motifs : végétal, héraldique, géométrique…

Au XIIIe siècle, les verrières françaises se composent souvent d’une multitude de médaillons sur fond bleu ou rouge. En général, ces médaillons se lisent du bas vers le haut, surtout lorsqu’ils racontent la vie de Jésus ou d’un saint. Leur histoire est en effet ascendante : leurs actions vertueuses et l’âge les rapprochent progressivement du ciel. À leur mort, représenté au sommet du vitrail, un ange emporte souvent leur âme.

Cette règle souffre d’exceptions (lecture du haut vers le bas) ou se complexifie au point de vous donner le tournis. 

Vitrail du Bon Samaritain
Difficile de décoder la signification et le sens de lecture de ce vitrail. Il faut commencer en 1 (le Christ devant ses juges), se rendre en 2 (le Christ est flagellé), puis en 3 (la Crucifixion), enfin en 4 (les saintes femmes trouvent le tombeau du Christ vide). Le losange central (5) accueille une scène qui n’est pas dans la continuité chronologique des précédentes (le bon Samaritain secourt un homme agressé et blessé). Pourquoi s’inscrute cette scène ? Elle fait écho à la mort et la Résurrection du Christ dans les scènes précédentes. L’homme agressé reviendra à la vie grâce au soin du Bon Samaritain. La lecture du vitrail se continue en haut.

Au XIVe siècle, les baies s’élargissent encore, renchérissant le coût de la vitrerie. Par économie et par souci de luminosité, les commanditaires demandent au maître verrier d’intégrer davantage de parties incolores. Ces zones sont appelées grisailles, car seulement décorées de grisailles (je vous renvoie à l’étape 5 de la fabrication du vitrail).

vitrail de la cathédrale d'Evreux
Les verres colorés cèdent la place aux grisaille dans ce vitrail de la cathédrale d’Evreux

Au XVIe siècle, pendant la Renaissance, les scènes deviennent plus lisibles, car elles font souvent toute la largeur du vitrail. Chaque verrière devient un gigantesque tableau. Autre nouveauté : la perspective est maîtrisée.

Vitrail de la Nativité à Conches-en-Ouche
A Conches-en-Ouche (Eure), cette verrière du XVIe siècle est presque entièrement remplie par une seule scène : la Nativité. C’est un vitrail-tableau. La création d’un paysage d’architecture antique est l’occasion pour le peintre de montrer sa connaissance de la perspective.

Dans la lecture d’un vitrail, n’oubliez pas son cadre architectural : le remplage

Un jeu d’assemblage : le remplage

Sur les façades de certaines églises, les baies sont si grandes qu’un squelette de pierre est nécessaire pour les maintenir. En architecture, ce squelette s’appelle un remplage. Amusez-vous à observer ces armatures, car ce sont des compositions souvent très élaborées et d’assez bons indices pour dater la fenêtre.

Prenons l’exemple de cette baie de style gothique rayonnant.

Baie nord de la cathédrale de Tréguier
Baie nord (XIVe siècle) de la cathédrale de Tréguier (Côtes-d’Armor)

Au niveau inférieur, le remplage est assez simple. Il s’agit ici de 4 lancettes, c’est-à-dire de baies assez étirées. Le problème se complique à hauteur du couronnement de la baie principale, directement sous l’arc brisé. Dans cette zone appelée tympan, les formes sont plus denses et variées. 

Tympan de la baie nord de la cathédrale de Tréguier
Tympan de la baie nord de la cathédrale de Tréguier (XIVe siècle)

Tout un vocabulaire est nécessaire pour le décoder : la rose (forme circulaire) est constituée de multiples carrés curvilignes (aux bords courbes). À l’intérieur de chacun, s’insère un quadrilobe (pour faire simple : un trèfle à quatre feuilles). Nous avons la chance d’en voir beaucoup.

La rose est flanquée de trilobes, soit de trèfles normaux. Si vous croisez un arc et un trilobe, vous obtenez un arc trilobé. Nos lancettes de départ sont donc surmontées d’arcs trilobés.

Quel assemblage complexe ! Les tailleurs de pierre ont emboîté les formes comme dans un jeu de Tetris. Ne culpabilisez pas si vous ne retenez pas tout ce vocabulaire. Lors de votre prochaine visite, essayez surtout de comprendre la logique géométrique de ces remplages.

Les vitraux médiévaux sont des miraculés

Extrêmement fragiles, les vitraux sont paradoxalement durables. Bien que le verre se brise facilement, des centaines de verrières d’églises ont plus de 500 ans. La doyenne de France fête ses 900 ans ! À voir dans la cathédrale du Mans.

Comment les vitraux ont-ils survécu à tant de tempêtes, au sens propre comme au figuré ? Les intempéries, telles que la grêle ou le vent, n’ont été que des péripéties mineures comparées aux turbulences de l’histoire. Lorsque les guerres de Religion embrasèrent le royaume de France à partir de 1562, les protestants ravagèrent les églises et, hostiles aux images, s’acharnèrent sur les vitraux. Ils les brisèrent à coups de bâtons ou en visant à l’arquebuse les têtes des personnages.

Après la paix, le clergé ne les remplaça pas toujours. Pire, il en démonta, les jugeant passés de mode. Puis, il y eut les guerres mondiales. Les bombardements firent voler en éclats les verrières. Heureusement, l’État réussit à obtenir en certains lieux leur démontage et leur mise à l’abri le temps du conflit.

Vitrail de l'église Saint-Germain de Rennes
Vous n’y comprenez rien. C’est normal : pulvérisés, les vitraux de l’église Saint-Germain de Rennes ont été reconstitués mais sans pouvoir retrouver leur agencement d’origine.

Les vitraux survivants n’ont pas toujours bonne mine. Les verres se décomposent naturellement en silicate, ils s’encrassent, brunissent au contact de l’air. Les scènes deviennent illisibles et la lumière ne passe plus. Au même titre que les pierres de l’église ou les peintures, le vitrail nécessite l’intervention de restaurateurs. C’est une grande partie du travail des peintres-verriers aujourd’hui.

Vitrail de la cathédrale de Tours
Certains visages de ce vitrail brunissent. Vitrail de saint Pierre et saint Paul dans la cathédrale Saint-Gatien de Tours

Où voir des vitraux ?

On trouve des vitraux anciens dans toute l’Europe, mais la France possède la plus grande surface vitrée au monde (près de 100 000 m²). En affinant la carte, on constate que la moitié nord du pays concentre les plus belles réalisations.

Vitrail de la cathédrale de Chartres
Fond bleu, rehauts de rouge, bienvenue dans la cathédrale de Chartres.
  1. Cathédrale Notre-Dame de Chartres : C’est le meilleur site pour plonger dans l’atmosphère d’une église médiévale. Le monument conserve environ 75 % de ses vitraux anciens, datant principalement des XIIe et XIIIe siècles. Équipez-vous de jumelles pour les admirer. Sinon regardez les photos commentées de cet article sur les rosaces.
  2. Sainte-Chapelle de Paris : Située sur l’île de la Cité, la Sainte-Chapelle est un chef-d’œuvre de l’architecture gothique rayonnante. Ses murs semblent être faits plus de verre que de pierre, avec de magnifiques vitraux racontant la Bible et l’histoire des reliques qu’elle abritait : la Couronne d’épines et des morceaux de la Vraie Croix.
  3. Cathédrale de Bourges : Dirigez-vous en priorité dans le déambulatoire, où au matin, les vitraux du XIIIe siècle scintillent. Au passage, regardez la verrière de l’Annonciation dans une chapelle latérale. Offert par Jacques Cœur, l’argentier du roi Charles VII, il était estimé par l’historien de l’art Émile Mâle comme « chef-d’œuvre des verriers français du XVe siècle ».
  4. Cathédrale Saint-Étienne de Metz : Surnommée la « Lanterne du Bon Dieu », cette cathédrale est célèbre pour avoir l’une des plus grandes surfaces de vitraux d’Europe (plus d’un demi-hectare !). Les œuvres couvrent une vaste période, du gothique au XXIe siècle, y compris des créations de Marc Chagall.
  5. Cathédrale de Strasbourg : Lors de ma visite, j’ai beaucoup aimé les vitraux de la nef, allant du XIIe au XIVe siècle.

Plus généralement, visitez deux régions qui ont porté l’art du vitrail à l’excellence : la Normandie (Rouen, Évreux…) et la Champagne (Troyes notamment).

Vitrail de l'église de la Madeleine de Troyes
Donateurs et miracle de saint Nicolas. Détail d’un superbe vitrail XVIe siècle dans l’église de la Madeleine de Troyes

Art du nord plutôt que du sud, le vitrail s’épanouit davantage à l’échelle européenne en Angleterre, en Allemagne, qu’en Espagne ou en Italie. Je vous conseille :

  • La cathédrale d’York ou York Minster (Angleterre)
  • La cathédrale de Canterbury (Angleterre)
  • La cathédrale de Cologne
  • La cathédrale de Milan (Duomo)
  • La cathédrale de Léon

La prochaine fois que vous verrez des vitraux du Moyen Âge, pensez aux aléas qu’ils ont traversés pour arriver jusqu’à nous. Puis, au lieu de les balayer du regard, arrêtez-vous un instant pour les observer. Je vous ai donné quelques clés de lecture : la ou les couleurs dominantes, la composition, le remplage… Qu’importe si vous n’identifiez pas tout de suite la scène.

7 Commentaires

    • Si tu souhaites visiter ou revisiter la cathédrale de Chartres et ses vitraux, je te conseille Véronique Domagalski.
      Bien fraternellement

    • Bonne pioche ma chère Solange.
      L’alchimie et l’art du vitrail partagent une histoire riche en symbolisme et en mystère, entrelaçant savoir-faire technique et quête spirituelle. La fabrication des vitraux, en particulier à l’époque médiévale, était considérée comme un processus quasi alchimique, reflétant la transformation de la matière brute en une création lumineuse et colorée, empreinte de significations spirituelles et ésotériques.
      Rappelons que l’alchimie est fondamentalement la recherche de la transformation des métaux vils en or, symbole de la quête de perfection et d’illumination.
      Dans la fabrication des vitraux, ce concept trouve son écho dans le processus de fusion du sable siliceux en verre, puis de coloration de ce dernier grâce à l’ajout de métaux et de minéraux lors de la fonte. Cette métamorphose du matériel brut en une œuvre d’art lumineuse peut être vue comme une allégorie du grand œuvre alchimique.
      De plus, les couleurs dans les vitraux ne sont pas seulement décoratives et portent, bien évidemment, une symbolique profonde. Le rouge obtenu grâce au sel de cuivre, le bleu par l’ajout de cobalt, ou encore le jaune doré par l’argent, chacune de ces couleurs pouvait représenter des principes alchimiques fondamentaux tels que le soufre, le mercure, et le sel, représentant respectivement l’esprit, l’âme, et le corps.
      Ne pas oublier aussi que la lumière joue un rôle central tant dans l’art du vitrail que dans l’alchimie spirituelle. Pour l’alchimiste, la lumière est l’ultime matière première, symbole de connaissance, de sagesse et d’élévation spirituelle. Le vitrail, en captant et en transformant la lumière naturelle, matérialise cette quête de transmutation spirituelle, faisant de l’église un espace où le fidèle peut méditer sur les mystères divins.
      Le processus de fabrication des vitraux nécessite une maîtrise de techniques précises, souvent gardées secrètes et transmises de maître à apprenti, similairement à la tradition alchimique. Les artisans utilisaient des matériaux spécifiques pour obtenir des couleurs vives et durables, comme des oxydes métalliques pour colorer le verre. Le choix des matériaux et la manière de les combiner relevaient d’une connaissance approfondie des propriétés chimiques des substances, rappelant les expérimentations alchimiques.
      Cependant, la fabrication des vitraux n’est pas de l’alchimie au sens strict du terme.
      Le processus créatif derrière ces œuvres d’art partage de nombreuses affinités avec la quête alchimique de transformation et de compréhension des mystères de l’univers. Les vitraux, dans leur capacité à transmuter la lumière et à élever l’esprit, incarnent la convergence entre artisanat, art, science, et spiritualité, témoignant de la richesse symbolique et technique héritée de l’alchimie.

  1. Pour une analyse de la visée politique des vitraux de Chartres, lire “Le vitrail médiéval, un document” pour l’historien” par Colette Deremble-Manhes, à partir du paragraphe 41

    • Pour vous éviter de chercher le lien : journals.openedition.org/ccrh/2929#tocto1n9

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES