ven 23 février 2024 - 01:02

La criminalité maçonnique au XIXe siècle à travers deux exemples

De notre confrère espagnol nuevatribuna.es – Par EDUARDO MONTAGUT

Dans cet article, nous voulons expliquer ce qu’on entendait par crime dans la franc-maçonnerie du XIXe siècle à travers deux exemples, l’un uruguayen et l’autre espagnol. Pour ce faire, nous nous sommes tournés tout d’abord vers le  Code maçonnique pour les officiers du Círculo del Gran Oriente de l’Uruguay , dans une édition de Montevideo, de l’année 1864. La troisième partie dudit Code est consacrée au droit pénal. Deuxièmement, nous nous tournons vers les  Constitutions de la franc-maçonnerie espagnole  dépendante du Grand Orient Lusitanien, publiées en 1870.

Dans le Code uruguayen, il était dit que, puisque la franc-maçonnerie a établi des droits et des obligations pour tous ses membres, elle doit, pour les préserver et pour la protection des francs-maçons eux-mêmes , utiliser les moyens de répression des actions qui pourraient soit désorganiser, soit dissoudre. l’Ordre. , comment offenser et nuire aux francs-maçons.

La notion de crime maçonnique nous semble intéressante à aborder car elle génère un possible conflit conceptuel. La franc-maçonnerie défend la perfection de ses membres dans le domaine moral, mais pourraient-ils commettre un crime en son sein ? Il est évident que oui, car les francs-maçons étaient et sont des êtres humains, et la franc-maçonnerie serait une institution créée par des hommes. Par conséquent, des actions considérées comme des crimes et des délits pouvaient être commises et, en tant que société aspirant à la perfection, elle devait articuler des mécanismes de justice et de réparation des dommages générés. Nous allons donc tenter de voir ce que serait un crime dans la Franc-Maçonnerie , à travers l’exemple de l’Ordre en Uruguay, et au XIXème siècle.

Commander en Uruguay

Premièrement, il était considéré comme un crime d’élever la voix contre un membre ou d’utiliser des expressions inappropriées après avoir été réprimandé et rappelé à l’ordre.

Deuxièmement, c’était également un crime de troubler la paix et l’ordre ou d’utiliser des expressions offensantes pendant le travail.

Le troisième crime concernait le fait d’influencer, d’utiliser des promesses ou des menaces, ou de demander un soutien de toute autre manière, afin que les postes électifs tombent ou cessent de tomber sur certaines personnes. Dans la franc-maçonnerie, on ne pouvait pas faire de prosélytisme pour réaliser quelque chose ou être élu à un poste ou à une fonction interne, ni, bien sûr, critiquer ou influencer négativement dans les mêmes buts.

Pratiquer toute action considérée comme offensante à la moralité et aux bonnes mœurs , ou utiliser des titres ou des décorations que l’on n’avait pas, seraient les actions qui constitueraient le quatrième type de délits.

La franc-maçonnerie nécessite du dévouement, des efforts et de l’engagement

Le cinquième type d’actes criminels concernait la négligence , l’omission ou l’abandon dans l’exercice d’un poste. La franc-maçonnerie nécessite du dévouement, des efforts et de l’engagement.

Un autre crime important était l’insulte ou la calomnie contre un autre maçon, ou la menace.

Il était également considéré comme un crime de juger ou de procéder de manière abusive ou incompétente, outrepassant les pouvoirs d’une fonction, ainsi que de dissimuler ou de tolérer d’autres crimes.

La franc-maçonnerie considérait comme un crime le fait de s’approprier ou de perdre des bijoux , des métaux, des bijoux ou tout autre objet confié à un franc-maçon en fonction de sa position.

Un crime était de tenter ou de promouvoir directement par des discours ou des textes écrits la désorganisation ou la destruction de la franc-maçonnerie , d’offenser un dignitaire, de s’opposer ou de résister à l’exécution des ordres légaux ou de leur désobéir, ajoutant également l’insulte à la désobéissance.

Cas espagnol

Qu’est-ce qu’un crime maçonnique dans le cas espagnol ? Le premier article du premier chapitre de la partie Droit pénal des deuxièmes Constitutions que nous avons traitées l’a dit très clairement :

« Est un crime maçonnique la commission ou l’omission d’un acte contraire aux obligations imposées par les Statuts Généraux de l’Ordre, les Constitutions, les Règlements particuliers, ou contracté spontanément dans l’acte de prêter serment, ou qui manifeste un manque de zèle. , mépris et indolence envers tout moyen convenu pour réaliser les objectifs élevés de l’Ordre .

Les responsables des crimes et délits seraient les auteurs eux-mêmes, mais aussi les complices ou complices.

Une fois défini de manière générale ce qu’était un crime maçonnique et qui en était responsable, le droit pénal de cette obédience maçonnique en précisait jusqu’à trente et un , c’est-à-dire de manière exhaustive, sûrement pour essayer de couvrir tout ce qui pouvait arriver, et démontrant à quel point la franc-maçonnerie était stricte. à ce moment-là:

” YO. Présentez-vous au travail à un autre moment que celui désigné.

II. Manquer une séance sans motif justifié.

III. Présentez-vous sans les insignes de votre grade respectif.

IV. Interrompez le silence pendant le travail.

V. Utiliser le mot sans l’avoir obtenu.

SCIE. Manque de subordination et de discipline interne.

VII. Ignorez les avertissements du Vénérable.

VIII. L’insulte ou la calomnie faite à un Frère ; le manque de considération et de respect des opinions exprimées en Loge.

IX. La rupture grave dans toute discussion.

X. Révélez ce qui s’est passé lors d’une séance ordinaire aux Frères qui n’appartiennent pas à votre Atelier.

XI. La révélation du secret maçonnique, entendu comme manifestant au Profane, non seulement le nom d’un autre Frère, mais aussi sa propre qualité maçonnique.

XII. La falsification ou le vol de documents.

XIII. L’abus d’autorité.

XIV. Le parjure.

XV. Invoquer le nom de l’Ordre pour formuler des revendications profanes.

XVI. Formez des réunions en dehors d’elle au sein de n’importe quelle Loge, ou réunissez-vous en commission sans autorisation du Vénérable.

XVII. Poursuivre devant les tribunaux ordinaires, ou accuser pénalement un Frère sans l’avoir exprimé au Vénérable et épuiser tous les moyens possibles de conciliation.

XVIII. Défaut de se présenter à trois séances consécutives sans motif justifié.

XIX. Nous devons à la Loge trois mois en espèces des frais établis.

XX. Arrêtez de vous conformer à la peine qui a été imposée.

XXI. Le non-respect des obligations imposées à l’article 7 du chapitre II de ces Constitutions.

XXII. Signer ou porter des insignes maçonniques en public.

XXIII. Conférer des diplômes ; initier ou s’affilier sans compétence pour le faire.

XXIV. La provocation envers le Frère.

XXV. La révélation de secrets qui pourraient compromettre l’existence de l’Ordre.

XXVI. Facturer des frais indus pour l’initiation ou l’augmentation de salaire.

XXVII. Le détournement de fonds.

XXVIII. Immoralité dans sa vie profane.

XXIX. La commission de tout crime puni par les lois du pays.

XXX. La persécution de l’Ordre occupant une position officielle.

XXXI. “Tout acte contre l’Ordre et qui, par ses conséquences, falsifie les principes fondamentaux de l’Ordre.”

Eh bien, jusqu’à l’article sept, les crimes étaient considérés comme mineurs et seraient réprimés sur place par le Vénérable , c’est-à-dire par le chef de la loge. Mais si l’un d’eux se répétait, cela devenait un crime grave . Ce type de crime conduirait à un « procès maçonnique ».

Nous continuerons à enquêter sur les crimes de la franc-maçonnerie, pour passer ensuite à l’analyse des pénalités et des sanctions et du processus de justice, ou processus maçonnique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES