lun 11 décembre 2023 - 23:12

Le Grand Orient d’Italie rend hommage au franc-maçon Achille Ballori, assassiné en 1917

Le Grand Orient d’Italie (GOI) se souvient d’Achille Ballori, le Frère martyr tué par balle le soir du 31 octobre 1917 à l’intérieur du Palais Giustiniani par un fou, poussé à ce geste insensé par le climat fortement antimaçonnique qui commençait à souffler sur l’Italie, à la veille de la marche sur Rome et de la montée du fascisme qui persécutera les francs-maçons, incendiant les loges jusqu’à s’emparer du siège du Goi (Palazzo Giustiniani).

Blason du GOI.
Achille Ballori.

Achille Ballori : l’homme, le franc-maçon

Né à Dicomano (Pise) le 29 avril 1850 Ballori, qui par testament fut enterré dans le tombeau monumental des Grands Maîtres de Verano, était un médecin aux qualités extraordinaires. Il avait d’abord dirigé l’hôpital civil de Mantoue, puis l’Ospedali Riuniti de Rome et, sous le gouvernement d’Ernesto Nathan, il avait été conseiller pour l’hygiène de la capitale. Son cursus maçonnique est également impeccable : en 1874 il était déjà maître de la loge Umanità e Progresso à Pise et en 1891 vénérable de l’atelier Rienzi à Rome.

Un grand dignitaire maçonnique

En 1893, il fut élu Grand Maître Adjoint du Grand Orient d’Italie et le 20 mars 1899, il reçut le 33e degré du Rite Écossais Ancien et Accepté, dont il devint Souverain Grand Commandeur en 1906, poste qu’il occupa jusqu’à sa mort, arrivée alors qu’il attendait également de devenir Grand Maître du GOI à la place d’Ettore Ferrari*, qui avait annoncé sa démission après sa participation au congrès de Paris en juin 1917 au cours duquel furent rencontrés les francs-maçons de l’Entente, sans les britanniques. le but de mettre en place un projet de Société des Nations.

Palazzo Giustiniani.

Craignant que la délégation italienne ne vote une résolution en faveur du principe de l’autodétermination des peuples, une telle campagne hostile s’est déclenchée dans la presse qui a poussé Ferrari à démissionner du mandat et qui, pour certains historiens, a également contribué à alimenter les préjugés. et l’hostilité envers la franc-maçonnerie, comme le démontrera la confession elle-même du meurtrier de Ballori.

Quand l’antimaçonnisme devient mortel : le prix du fanatisme

Le vrai nom de l’assassin (il s’est présenté comme étant Giobbe Giobbi) était Lorenzo D’Ambrosio. L’agresseur de Ballori était un pharmacien, il avait 47 ans, il était né à Avellino et vivait à Rome. Il était marié et père de deux enfants. Conduit au commissariat de via Magnanapoli, il a été fouillé et trouvé en possession d’un cran d’arrêt “feuille d’olivier” de 9 cm et d’un revolver Smith & Wesson à 5 coups, non chargé, de calibre 7,65.

Italie, cagoule d’initiation maçonnique.

Le dangereux préjugé antimaçonnique

Anarchiste individualiste, lors de l’interrogatoire auquel il fut soumis, il manifesta toute son aversion psychotique contre la franc-maçonnerie, l’accusant de tous les maux et aussi de certains de ses problèmes personnels : depuis son internement à l’hôpital psychiatrique de Nocera en 1916 jusqu’à la mort de sa sœur Costantina en Amérique, asphyxiée par les vapeurs de gaz provoquées par un robinet laissé ouvert. D’Ambrosio a expliqué qu’il voulait se venger. «Je dois déclarer – il a dit que je n’avais aucune raison d’avoir une aversion particulière pour Ballori, une personne avec un excellent cœur et une grande honnêteté. Mon intention était de frapper la franc-maçonnerie dans ses personnalités les plus représentatives : j’ai eu l’idée de tuer, outre le pauvre Ballori, également Ettore Ferrari*

Ernesto Nathan.

et Ernesto Nathan (maire de Rome de 1907 à 1913). Le fait que j’ai acheté ce matin deux bouquets de fleurs pour déposer sur sa tombe montre que je n’avais aucune raison de haïr Ballori. Si vous ne m’aviez pas arrêté, j’aurais suivi mon programme jusqu’au bout. Samedi, je serais allé aux funérailles de Ballori, et j’aurais fait un massacre […]”. Le 29 avril 1918, D’Ambrosio fut reconnu souffrant de démence paranoïaque, acquitté de l’accusation de meurtre et enfermé pour toujours dans un hôpital psychiatrique judiciaire.

Ettore Ferrari.

*Ettore Ferrari (1845-1929) est un sculpteur et homme politique italien. Franc-maçon, il était membre de la principale obédience italienne, le Grand Orient d’Italie dont il devint le Grand Maître du 14 février 1904 au 25 novembre 19171.

Rosette de tabler maçonnique.

Il donne à l’obédience une orientation plus radicale et anticléricale, en tant que républicain, Ferrari, en plus de la défense traditionnelle de la laïcité scolaire et des thèmes anticléricaux habituels, a plaidé pour un plus grand engagement sur des questions liées à la législation sociale. Il était Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil du Rite écossais ancien et accepté de 1918 à 19292. Après que la franc-maçonnerie fut interdite par le régime fasciste de Mussolini en 1925, l’atelier de Ferrari fut plusieurs fois l’objet d’attaques violentes.

[NDLR :  Souvenons-nous que l’antimaçonnisme a entraîné des conséquences mortelles dans l’histoire, car l’art royal a été aussi la cible de suspicions, de théories du complot et de persécutions à travers les siècles.

Siège actuel du GOI.

Rappelons-nous de la funeste affaire Morgan (États-Unis, 1826). William Morgan, un franc-maçon de l’État de New York, a annoncé son intention de publier un livre révélant les secrets de la Franc-maçonnerie. Il a été enlevé et n’a jamais été revu. Bien que son sort exact reste un mystère, beaucoup croient qu’il a été tué par des maçons pour l’empêcher de publier son livre. Cet incident a provoqué un scandale majeur et a donné naissance au mouvement antimaçonnique, qui a même conduit à la création d’un parti politique antimaçonnique aux États-Unis.

Les jardins du GOI.

L’antimaçonnisme, un bref rappel. Tout d’abord avec les régimes des dictatures noires :

  • sous le régime nazi (Allemagne, années 1930-1940) : Les nazis considéraient la Franc-maçonnerie comme une menace à leur idéologie, en partie à cause des perceptions erronées de ses liens avec le judaïsme. Les loges maçonniques ont été fermées, et de nombreux maçons ont été persécutés, envoyés dans des camps de concentration et, dans certains cas, tués.
  • sous le régime fasciste de Benito Mussolini en Italie, la Franc-maçonnerie a également été ciblée et persécutée. Nous assistons à l’interdiction de la Franc-maçonnerie. En 1925, le régime fasciste a promulgué des lois qui interdisaient la Franc-maçonnerie en Italie. Les loges ont été fermées et leurs propriétés souvent confisquées. À cette époque, beaucoup de maçons ont été arrêtés, emprisonnés ou exilés en raison de leur appartenance maçonnique. La police secrète fasciste, l’OVRA, surveillait étroitement les activités des maçons.
  • sous le régime de Franco (Espagne, années 1930-1970): Sous la dictature de Francisco Franco, la Franc-maçonnerie était interdite. Les maçons étaient souvent persécutés, emprisonnés, et dans certains cas, exécutés.
Stéphane Courtois, en 2009.

Quant aux dictatures rouges, gardons à l’esprit que dans Le Livre noir du communisme-Crimes, terreurs, répression (Éditions Robert Laffont, 1997), Stéphane Courtois, spécialisé dans l’histoire des mouvances et des régimes communistes, estime à environ 100 millions le nombre de victimes des régimes descendants de Lénine…

Sans parler de la Charte du Hamas, publiée le 18 août 1988, présentant l’idéologie de l’organisation terroriste. Extrait : « … tu trouves [les ennemis] sans cesse sur la brèche dans le domaine des médias et des films (…) [Ils agissent] par l’intermédiaire de leurs créatures membres de ces organisations sionistes aux noms et formes multiples, comme la franc-maçonnerie, les clubs Rotary, les sections d’espionnage, etc., qui toutes sont des nids de subversion et de sabotage » (Article 17).

Pour nous, l’antimaçonnisme et un poison pour l’esprit, un danger pour la vie.]Sources : Newsletter GOI, Wikipédia, Wikimedia Commons, https://www.massoneria.store/

GOI, logo site Internet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES