dim 14 juillet 2024 - 19:07

« Lumières », Franc-maçonnerie et Révolution française

De notre confrère russe rusidea.org – Par M.V. Nazarov

Textes préparatoires pour le livre prévu “Russes et Allemands dans le drame de l’histoire”. Un résumé préliminaire des chapitres est publié pour discussion en vue de leur affinement ultérieur. L’auteur sera reconnaissant de signaler les erreurs et de donner des conseils.


Ainsi, la “Renaissance” et les “Lumières” en Europe ont préparé la base “intellectuelle” du remplacement humaniste de Dieu par “l’humanisme” comme mesure de tout, et avec la Réforme ont contribué à limiter l’ancienne influence de l’Église catholique et masquant la puissance anti-chrétienne de l’histoire sous la religion raisonnable de “la tolérance, l’égalité universelle et l’amour pour toute l’humanité” (Lessing).

L’étape suivante a été la lutte organisationnelle pour l’égalité politique de l’État de cette force anti-chrétienne, qui a nécessité l’écrasement des monarchies chrétiennes restantes – la préparation de la soi-disant révolutions « bourgeoises » (dans la terminologie marxiste, cela signifie la transition forcée d’un État féodal-monarchiste vers un système capitaliste), qui établiraient le pouvoir des démocraties parlementaires, facilement manipulables par le pouvoir monétaire. Il est à noter que des “révolutions bourgeoises” ont commencé dans les pays touchés par la Réforme (Pays-Bas, Angleterre, mais les Allemands y ont montré leur conservatisme même après la Réforme).

En Angleterre, une telle révolution “bourgeoise” a été organisée en 1639-1660, qui a d’abord conduit à l’exécution du roi Charles Ier en 1649, à l’établissement de la dictature militaire de Cromwell, et après sa mort s’est terminée avec la participation des royalistes sous l’apparence de « restauration de la monarchie » en 1660 . Cependant, cette monarchie de Charles II est privée de ses anciens pouvoirs : le parlement devient le pouvoir principal, et le roi dépend des subsides que lui allouent annuellement les parlementaires. Le roi n’avait plus la possibilité d’introduire de nouveaux impôts sans le consentement du parlement, il ne pouvait même pas ordonner l’arrestation de qui que ce soit selon sa volonté royale. À l’avenir, les pouvoirs du roi ont été constamment réduits, ce qui a en fait transformé la monarchie en une couverture décorative pour un nouveau système politique.

De plus, cette révolution « bourgeoise » anglaise, comme la révolution hollandaise qui l’a précédée dans la seconde moitié du XVIe siècle (qui a commencé comme une guerre de libération nationale avec l’Espagne), a coïncidé avec le développement rapide de l’activité économique, qui, à son tour, est expliqué par le mouvement massif des juifs vers ces centres comme porteur d’un nouveau mode de vie capitaliste – ce que soulignait W. Sombart dans sa célèbre étude “Les juifs et la vie économique” (chapitre II). En particulier, après l’expulsion d’Angleterre sous le règne d’Edouard Ier (en 1290), les Juifs ont commencé à y revenir en masse précisément sous le protestant Cromwell dans les années 1650. Le lien de leurs intérêts avec le protestantisme et le parlementarisme est indéniable, ces intérêts s’étendant également aux colonies américaines (là la révolution d’indépendance anti-monarchiste s’est terminée en 1776) et, bien sûr, à l’Europe continentale. Dans les États monarchiques d’Europe, cependant, il n’y avait pas de libération nationale ou de causes anticoloniales, pas de dictatures de type Cromwell, il a fallu un travail différent et minutieux dans la lignée des “Lumières” – une organisation secrète de la franc-maçonnerie pour re- recruter les couches sociales supérieures sous les slogans séduisants des libertés démocratiques (en France la triade est devenue célèbre, qui est devenue un symbole de toutes les révolutions anti-monarchistes : « Liberté, égalité, fraternité »).

Wikipédia rapporte que « la maçonnerie (franc-maçonnerie, franc-maçonnerie française, franc-maçonnerie anglaise) provient de sources peu connues à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. La version principale de l’origine de la franc-maçonnerie est considérée comme la version de l’origine des guildes de construction médiévales de maçons, cependant, il existe des théories sur l’origine plus ancienne de la franc-maçonnerie, dont le début est dérivé des Templiers ou, dans d’autres versions, de l’Ordre Rose-Croix. [A mon avis, ces versions sont apparues plus tard et pas dans toutes les “obédiences” maçonniques, elles masquent plutôt le vrai sens et les initiateurs de la franc-maçonnerie justement à l’époque des “révolutions bourgeoises” du New Age. ‒ M.N. ] Comme Wikipedia l’admet également, même en relation avec les corporations de maçons qui étaient à certains égards des institutions philanthropiques, et, lui ayant insufflé une nouvelle vie, de créer une nouvelle cause d’amour universel. (Le difficile métier de maçon ouvrier est tout à fait atypique pour l’appartenance à la franc-maçonnerie, car il s’adressait aux couches supérieures de la société.)

La philanthropie et l’amour “tout-humain” étaient aussi une couverture pour les objectifs et en même temps l’attrait de nouveaux membres. Tout d’abord, cet « amour » s’appliquait aux juifs pour obtenir leur égalité. Dans les conditions de la démocratie laïque, des Juifs égaux transforment leur pouvoir monétaire en inégalité pour tous les autres, subordonnant progressivement la société à leur contrôle. Rappelons-nous l’énoncé de cette évidence par notre judaïsant V. Soloviev : « Le judaïsme jouit non seulement de la tolérance, mais a également réussi à occuper une position dominante dans les nations les plus avancées » , où « les finances et la plupart de la presse périodique sont dans le mains des Juifs (directement ou indirectement) »(“La juiverie et la question chrétienne”, 1884). Bien sûr, la communauté juive essaie de ne pas annoncer son pouvoir, car le “mystère de l’anarchie” ne peut pas se tenir devant la Vérité dans une confrontation claire, d’où le nom “monde des coulisses” (introduit au XXe siècle par le philosophe I.A. Ilyin) est très approprié pour cela. Par conséquent, la franc-maçonnerie, dont il sera question plus tard, a d’abord été déguisée en “chrétienne”.

Franc-maçonnerie : “notre but est la destruction de tous les dogmes et de toutes les Églises”

Je rappellerai brièvement les informations que j’ai recueillies plus tôt dans le livre “Mission de l’émigration russe” (chapitre 5 – sur les activités politiques des loges maçonniques).

La franc-maçonnerie est apparue comme une organisation secrète – non pas dans le sens où elle cachait le fait de son existence, mais dans le sens où elle cachait ses véritables objectifs. En tout cas, il n’était pas nécessaire de cacher le proclamé “amélioration matérielle et morale de l’humanité”, et prêter le serment maçonnique avec la menace de vengeance pour sa violation faisait supposer l’existence d’objectifs ou de méthodes que l’environnement n’approuverait pas. .

L’Encyclopédie maçonnique déclare qu’au début la franc-maçonnerie avait des caractéristiques chrétiennes, et ce n’est que plus tard qu’Anderson, auteur du Livre des Constitutions de 1723, “a changé l’ancien caractère chrétien en faveur d’une ‘religion qui unit tous les hommes'” [3] – c’est-à-dire , en faveur des principes de l’ Ancien Testament. L’historien juif J. Hessen (se référant aux opinions similaires d’autres auteurs) écrit que ce changement, comme la mention des lois de Noé dans le Livre des Constitutions en 1738, “avait un but particulier – ouvrir l’accès à l’union pour les Juifs”, parce que : « Pour la réconciliation en franc-maçonnerie des divers enseignements chrétiens n’a pas eu besoin de recourir aux lois de Noé ; le commandement du Christ serait plus approprié dans ce cas » [4].

En conséquence, la formation de la franc-maçonnerie moderne en Angleterre s’est déroulée sous l’influence juive. Comme le souligne Hessen, «les Juifs commencent immédiatement à participer à la franc-maçonnerie… Le peuple juif à cette époque jouissait d’une sympathie particulière de la part de nombreux Anglais éclairés, et parmi les puritains il y avait même des admirateurs excessivement enthousiastes du «peuple de Dieu»; le mouvement de réforme appelait à accorder une attention particulière à l’Ancien Testament au détriment du Nouveau ; La franc-maçonnerie anglaise a également favorisé la première » [5]. Ainsi, « la maçonnerie est devenue une sorte d’église laïque à laquelle les juifs pouvaient participer librement » [6], note l’Encyclopaedia Judaica. Et le rabbin G. Solomon considérait même « la franc-maçonnerie comme un mouvement plus juif que chrétien… et déduit sa généalogie du judaïsme plutôt que du christianisme » [7].

Il faut dire qu’à cette époque, dans un but d’auto-préservation, la juiverie s’enfermait dans un ghetto volontaire, dont le départ était associé à une malédiction et à l’excommunication de la juiverie (comme ils l’ont fait avec Spinoza), si peu osaient partir. Et dans le milieu chrétien, il n’y avait pas de place pour les juifs non baptisés : ils n’avaient encore nulle part l’égalité civile. Ce n’est que dans les loges maçonniques qu’ils pouvaient se sentir libres, sans rompre avec la communauté juive : les loges devinrent le premier « territoire » sur lequel disparurent les partitions de classes et religieuses ; dans les loges, les juifs acquièrent « des contacts dans les cercles [supérieurs] qu’ils n’auraient pas pu atteindre autrement », note J. Katz, chercheur en franc-maçonnerie. Cette fonction sociale des loges contribua à leur propagation rapide et au fort désir des juifs vers la franc-maçonnerie dans tous les pays développés.

Cependant, en Allemagne, cela a été difficile pendant longtemps – car les francs-maçons allemands se sont obstinément attachés aux symboles chrétiens extérieurs, qui n’étaient pas acceptables pour les Juifs, plus obstinément que d’autres. Mais même en Allemagne (dans des loges liées à des pays étrangers), au début du XIXe siècle, les Juifs de la franc-maçonnerie « étaient largement représentés par de vieilles familles nobles : Adlers, Speyers, Reiss et Sichels. Même les familles de Francfort les plus riches et les plus influentes étaient incluses ici : Allisons, Hanau, Goldschmidt et Rothschild. Au début du XIXe siècle, dans la communauté juive de Francfort la plus solide, les maçons constituaient « la grande majorité de ses dirigeants » [8].

Certes, les juifs strictement orthodoxes ne voulaient pas se mêler aux non-juifs et ne créaient que des loges purement juives (les plus célèbres, purement nationalistes et seulement superficiellement similaires à la franc-maçonnerie – “B’nai B’rith”). Mais c’est un sujet distinct de l’influence déjà agressive des Juifs dans leur pays de résidence (y compris dans le but de la soi-disant “lutte contre l’antisémitisme”).

Au XIXe siècle, « la maçonnerie acquiert un statut confiant et reconnu dans un groupe qui forme le pilier central de toute la société. C’est la clé pour comprendre pourquoi les juifs en masse aspiraient si passionnément à la franc-maçonnerie au 19e siècle … Les loges maçonniques étant devenues un symbole de l’élite sociale, l’interdiction d’admettre des juifs dans ces organisations revenait à leur refuser le privilège qu’eux-mêmes s’estimaient en droit de recevoir… D’où l’indignation et les cris de colère avec lesquels les juifs menaient leur bataille pour l’entrée dans les loges “[9] en Allemagne”, écrit J. Katz.

La lutte pour une entrée aussi désirable dans la franc-maçonnerie était perçue par les Juifs comme faisant partie intégrante de la « bataille sociale » générale pour leur émancipation. Cela a coïncidé avec la désintégration du ghetto : un nouveau type de juif est apparu, « même pas dégoûté par le contenu chrétien des rituels maçonniques », poursuit Katz. Ces juifs “essayaient d’apporter de la lumière dans l’atmosphère oppressante de leur judaïsme et d’adoucir le sentiment d’isolement qui s’emparait d’eux dès que l’aversion pour un contact étroit avec l’environnement chrétien commençait à s’atténuer… Cependant, ce type commun de juif n’était pas le seul qui regardait la franc-maçonnerie. D’autre part, des juifs sont apparus, fidèles à leur religion, qui espéraient que les loges arriveraient à une conclusion purement logique de leurs principes reconnus et excluraient le contenu et le symbolisme chrétiens de l’ordre.” [dix]. Et ils ont finalement réussi.

Ainsi, en Allemagne, la lutte des juifs pour l’entrée dans la franc-maçonnerie s’inscrivait dans la lutte au sein de la franc-maçonnerie elle-même, “où il y avait deux flancs : chrétien et humaniste, … et la position du nombre croissant de juifs en intra-maçonnique les désaccords étaient du côté des humanistes” [11] . Cette lutte démontre l’essence de l’influence des Juifs sur la franc-maçonnerie qu’ils ont créée dans son ensemble, ce qui dans d’autres pays s’est produit sans grande résistance.

Peu à peu, les loges sont devenues pour les Juifs non seulement un “exutoire” à l’intérieur des murs du ghetto, donnant une bouffée d’air frais (comme l’écrit Katz), mais aussi – conformément aux objectifs réformistes de la franc-maçonnerie – un instrument de lutte politique pour obtenir l’égalité à l’échelle nationale. Sans surprise, en Europe, les Juifs y sont parvenus pour la première fois en 1791, à la suite de la Révolution française, qui a été fortement influencée par les francs-maçons.

Dans les cercles de droite, la franc-maçonnerie est encore souvent identifiée au révolutionnaire secret allemand « Ordre des Illuminati » (en allemand :  Illuminatenorden , du latin  illuminatus, éclairé, éclairé), fondée dans la Bavière Ingolstadt le 1er mai 1776 par le professeur Adam Weishaupt. L’objectif officiel des Illuminati a été déclaré être l’ennoblissement de l’humanité en “construisant une nouvelle Jérusalem”, mais l’ordre se distinguait par la discipline la plus stricte avec une promiscuité morale non déguisée des moyens. Les documents découverts ont exposé son objectif – les révolutions anti-chrétiennes anti-monarchistes en Europe. L’ordre a été interdit par l’électeur bavarois en 1785 et a été persécuté jusqu’à la peine de mort, ses membres ont été accusés des crimes les plus terribles. Le pape Pie VI a également condamné les Illuminati. Puisqu’il s’agissait de la première exposition documentaire impressionnante de l’organisation secrète des “Lumières”, le nom de l’ordre a ensuite été appliqué à toute la franc-maçonnerie et plus encore en Allemagne, bien qu’il ne soit pas du tout typique de la franc-maçonnerie allemande moins agressive. (Il suffit de souligner que Kaisers Wilhelm I et Frederick III étaient membres des loges; plutôt, les Illuminati étaient plus proches des Jacobins. En général, les figures des Lumières mentionnées étaient des francs-maçons allemands typiques: Lessing, Goethe, Schiller, Herder, Schlegel .)

Bien que l’ordre ait, en effet, impliqué une partie des maçons dans ses activités (Weishaupt lui-même a rejoint la loge maçonnique de Munich en 1777), les francs-maçons officiellement “réguliers” se désolidarisent de lui (voir Internationales Freimaurer-Lexikon). En général, de nombreuses branches différentes sont apparues dans la franc-maçonnerie, appelées “obédiences” – du pseudo-chrétien à l’occulte et à l’athée, elle doit donc être considérée comme différenciée.

Les courants mystiques de la franc-maçonnerie étaient un mélange d’occultisme, d’astrologie, d’alchimie, de kabbale, complétés par le pathos de l’illumination consistant à maîtriser tous les secrets de l’univers en dehors des “dogmes ecclésiastiques”. “La liberté de pensée pour la plupart des francs-maçons depuis la fin du 19ème siècle a signifié la libération de toute croyance religieuse, et une minorité décidée de francs-maçons n’a jamais caché leur désir de simplement détruire les religions traditionnelles” [12] – pour “le bien-être de l’humanité. ” Cette minorité décisive a déterminé l’apparence extérieure de la franc-maçonnerie, créant en son sein un détachement puissant pour la destruction des ordres conservateurs : contre les monarchies avec leur structure étatique et contre l’Église – pour la démocratie toute humaine.

La lutte pour cette nouvelle image du monde a uni toutes les variétés de la franc-maçonnerie, de la mystique à l’athée ; seuls les moyens étaient différents, plus ou moins radicaux. Les francs-maçons étaient des figures célèbres des “Lumières” et des révolutions bourgeoises, des libéraux et des réformateurs de premier plan, des dirigeants juifs. Et le point n’est pas combien de Juifs étaient dans les loges maçonniques, mais que les objectifs de la franc-maçonnerie et de la juiverie coïncidaient.

Pour l’avenir, rappelons-nous l’affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle. – un exemple clair de la force avec laquelle cette union maçonnique-juive s’est manifestée dans la pratique [13]. La victoire des « Dreyfusards » et nombre de scandales bruyants liés aux actions illégales des francs-maçons pour renforcer leur pouvoir en France (par exemple, en 1901-1904 : le système d’espionnage maçonnique et un classeur pour contrôler les officiers de l’armée et la police) – tout cela a fortement effrayé les cercles de droite en Europe. De plus, les maçons eux-mêmes ne cachaient plus particulièrement leurs objectifs.

En 1902, l’un des chefs maçonniques en France déclarait : « Tout le sens de l’existence de la franc-maçonnerie… est dans la lutte contre la société tyrannique du passé… Pour cela, les francs-maçons se battent en première ligne, pour ce, plus de 250 Francs-Maçons, investis de la confiance du Parti Républicain, siègent au Sénat et à la Chambre des Députés… Car la Franc-Maçonnerie n’est qu’une faction organisée du Parti Républicain, luttant contre l’Église Catholique – une faction organisée de le parti de l’Ordre ancien … “[14]. Et en 1904, le chef du Conseil de l’Ordre, L. Lafer, annonce : « Nous ne sommes pas seulement des anticléricaux, nous sommes des adversaires de tous les dogmes et de toutes les religions… Le véritable but que nous poursuivons est l’effondrement de tous les dogmes et toutes les Églises » [15].

Politiquement la plus active était précisément la franc-maçonnerie anti-chrétienne, qui a atteint en Europe (où elle prévalait également numériquement) une énorme influence politique. L’historien de la franc-maçonnerie P. Chevalier admet que les thèses d’O. Cochin, « qui considérait la franc-maçonnerie comme l’un des principaux responsables de la révolution de 1789 », « contiennent beaucoup de vérité » ; et qu’en 1871 “la majorité des communards étaient des francs-maçons et tous avaient une tendance socialiste” [17].
‒‒‒‒‒‒‒
[3] Lennhoff  E., Posner  Internationales Freimaurerlexikon. Vienne-Munich, 1932 (Nachdruck, 1980). S. 790–791.
[4]  Gessen Yu.  Juifs dans la franc-maçonnerie. SPb., 1903. S. 6–7.
[5] Idem. p. 4, 7–8.
[6] Encyclopédie Judaica. Jérusalem, 1971. Vol. 7. P. 123.
[7]  Katz J.  Juifs et francs-maçons en Europe 1723–1939. Université de Harvard, Cambridge, 1970. P. 221.
[8] Ibid. R. 60, 92.
[9] Ibid. R. 211-212.
[10] Idem. R. 202-203.
[11] Idem. R. 122–123.
[12  ] Chevallier  R. Histoire de la franc-maçonnerie française, 1877-1944. Paris, 1975. P. 58, 56.
[13] Voir le chapitre correspondant dans :  Chevallier P . Ou. cit.
[14]  Hiram . La Franc-Maçonnerie // L’Acacia. 1902. H. R. 8. – Cité. Citation de :  Borovoy A.  La franc-maçonnerie moderne en Occident // La franc-maçonnerie dans son passé et son présent. M., 1923. S. 18.
[15] Chevallier  R. _ Ou. cit. R. 61.
[17]  Chevallier   Ou. cit. R. 339, 411, 136.

Eugène Delacroix.  Liberté guidant le peuple.  1830

Eugène Delacroix. Liberté guidant le peuple. 1830

“La révolution française”

“Grande Révolution française” – le plus grand soi-disant. révolution violente « bourgeoise » en Europe occidentale. Contrairement aux révolutions bourgeoises qui l’ont précédée en Angleterre et aux Pays-Bas, où le pouvoir du monarque était simplement subordonné au parlement, la Révolution française, dans son radicalisme antichrétien et sa cruauté, est devenue un tournant symbolique dans l’histoire de la chrétienté occidentale. Elle conduisit non seulement à la destruction de la monarchie absolue et de l’Ordre ancien dans la France catholique, mais aussi à la proclamation de nouveaux principes d’État impies : la Première République française (septembre 1792).

La Révolution française a traversé plusieurs étapes dans son développement, de la monarchie constitutionnelle à la monarchie terroriste, que l’on peut trouver dans n’importe quelle encyclopédie. Voici comment l’historien juif G. Graetz l’évalue dans son livre en 12 volumes (« Histoire des Juifs », ch. V : La Révolution française et l’émancipation des Juifs ; cité en orthographe moderne avec les lieux les plus importants mis en évidence dans italique):

« Il est remarquable que les deux États européens, d’où les Juifs ont d’abord été expulsés, l’Angleterre et la France, aient été les premiers à leur accorder les droits de l’homme. Ce que Mendelssohn considérait comme possible seulement dans un avenir lointain, ce que les défenseurs des Juifs, Dom et Diez, présentaient comme un vœu pieux, tout cela s’est réalisé en France, pour ainsi dire, avec une rapidité magique.

Cependant, la liberté n’est pas allée aux Juifs français comme un fruit tout prêt qui mûrissait de lui-même ; au contraire, ils s’efforçaient eux-mêmes de secouer le joug pesant; mais en France les succès de ces efforts furent plus favorables et plus rapides qu’en Allemagne » (« Histoire des Juifs », vol. 12, ch. V, pp. 162-163).

Graetz décrit plus en détail ces efforts en la personne d’admirateurs et de partisans de Mendelssohn comme le révolutionnaire franc-maçon comte Mirabeau (1749-1791). « Il expose leurs vertus [ juives], mais il blâme les défauts pour les traitements cruels qu’ils ont endurés pendant si longtemps. du Messie, et, par conséquent, ce prétexte pour les exclure de la société chrétienne est sans fondement … En général, Mirabeau profite de toutes les occasions pour intercéder en faveur des Juifs. Il était résolument amoureux d’eux et de leur littérature biblique… » (pp. 166-167).

« Les nuages ​​menaçants de la révolution se sont déjà rassemblés, ce qui devait apporter la destruction et le renouveau sur le globe. Les chaînes du double esclavage, politique et ecclésiastique, sous lesquelles croupissaient les peuples européens, devaient enfin se briser dans au moins un pays… Comme d’un coup de baguette magique, la France s’est transformée en mer de feu , qui engloutit tous les instruments de l’esclavage, et renaît de ses cendres le peuple français, rajeuni, appelé à la grandeur, premier apôtre de la liberté de religion, luttant pour elle avec passion et enthousiasme… C’était à prévoir. Parmi les membres de l’assemblée nationale [parlement révolutionnaire] convoquée,qui, en véritables représentants du peuple, lui rendaient les droits que lui avaient enlevés l’État et l’Église, étaient les deux plus zélés défenseurs du peuple juif : Mirabeau, l’un des pères de la révolution, et le prêtre Grégoire, qui dut son élection à l’essai qu’il écrivit pour la défense des Juifs » ( avec .173).

Certains juifs rejoignirent la garde révolutionnaire, devinrent députés de municipalités et dans ce statut réclamèrent une loi sur l’égalité des juifs : “Pas un seul citoyen ne s’est montré plus zélé que les juifs pour conquérir la liberté” (p. 183).

Enfin, malgré les protestations « antisémites » des provinces allemandes de France et des députés de Paris, « l’Assemblée nationale accepta la proposition de [le conseiller au Parlement] Duport (27 septembre 1791), qui appartenait au club des Jacobins , et le jour suivant a passé une loi par laquelle toutes les résolutions exceptionnelles ont détruit, et les Juifs ont été appelés au serment civil. Deux jours plus tard, l’assemblée nationale se dispersa pour faire place à une assemblée révolutionnaire plus dynamique. Peu de temps après, Louis XVI approuve l’égalité des Juifs de France (13 novembre 1791). Concernant la religion, les Juifs n’avaient pas à céder un iota… » (p. 189).

Bien sûr, Graetz n’accorde une attention bienveillante qu’à son peuple et ne mentionne qu’avec désinvolture que « La Révolution a coûté du sang et a commencé à imposer son jugement aux oppresseurs. Dans de nombreuses régions du pays, comme par accord, des châteaux ont été incendiés, des monastères ont été détruits, des nobles ont été tués ou traités avec cruauté » (p. 175). Les Juifs n’étaient pas du tout touchés.

Seuls quelques juifs souffriront plus tard de la terreur des Jacobins : « la tempête de la révolution balaya les juifs sans conséquences néfastes… La persécution de la religion… (novembre 1793 – mai 1794) n’affecta pas directement les juifs. L’irritation profonde et la méchanceté contre la religion et la divinité n’étaient dirigées que contre le catholicisme … Le décret de la convention se lisait donc ainsi: “le culte catholique est aboli et remplacé par le culte de la raison”. Ce n’était pas seulement l’invention des extrémistes, des Cordeliers ou des Jacobins, mais la volonté du peuple français de se révolter contre l’Église et ses ministres, car ils les voyaient comme des ennemis de la liberté.Ainsi, vingt jours après le décret de la convention, environ 2 300 églises dans tout le pays furent converties en temples de la raison. La loi ne disait rien des juifs et des protestants… Car l’égalité reconnue aux juifs français par la suite, avec tous les changements de gouvernement, n’a pas été contestée par eux. La nouvelle constitution de l’an troisième de la République ou constitution directoriale (automne 1795) reconnaît également les adeptes du judaïsme comme égaux en droits sans autre considération… » (p. 193‒194)

“Partout, en Allemagne et en Italie, où de courageux soldats français sont entrés, les Juifs sont devenus libres… Bientôt les princes et les peuples allemands, qui obstinément, comme le Pharaon et les Egyptiens, n’ont pas voulu libérer les Juifs des chaînes de l’esclavage , subirent un châtiment encore pire : ils devinrent eux-mêmes les laquais de la République française et durent payer la capitation… Napoléon s’adressa aux juifs asiatiques et africains par un appel dans lequel il les invitait à se tenir sous sa bannière et leur promettait la Terre Sainte et la reprise du Temple de Jérusalem dans toute sa splendeur … Plus tard, lorsqu’il se revêtit de la couronne impériale… Les poètes juifs le chantaient de toutes les manières en français, italien, allemand et hébreu » (pp. 200‒202, 204‒206).

Plus tard, « Bonaparte… a de nouveau remplacé les vertus civiles par le pouvoir et la popularité. Cependant, aucune personne sensée ne nie aujourd’hui que Bonaparte, avec son arrogance et son ambition, était une nécessité historique. Il a laissé et renforcé une acquisition de la révolution, l’égalité, qui était particulièrement favorable aux Juifs » (pp. 203-204).

La proclamation de l’égalité des droits pour les Juifs devint plus tard un trait commun à tous les soi-disant. révolutions « bourgeoises », transférant le pouvoir du monarque au capital.

+ + +

Rappelons que, selon le Dictionnaire maçonnique encyclopédique, « dans les États généraux [devinrent plus tard l’Assemblée nationale. ‒ M.N.] Les francs-maçons ont numériquement prévalu en termes de nombre de sièges et de voix. Ce n’est pas surprenant, étant donné que les penseurs, les réformateurs, les citoyens les plus populaires et les plus respectés appartenaient à des loges … Au moment de la Révolution française, il y avait 629 loges en France, dont 65 à Paris »(Lennhoff E., Posner O. Internationales Freimaurerlexikon . Wien-München, 1932, pp. 503-504).

Dans la lignée de la lutte contre l’Église en 1792, les révolutionnaires ont introduit un nouveau calendrier, dans lequel 1789 a été appelée la première année de la liberté et tous les noms traditionnels des mois ont été modifiés. Le 13 août 1792, Louis XVI, avec sa famille, est déposé et envoyé en prison, et le 21 janvier 1793, il est exécuté ; le 16 octobre, la reine Marie-Antoinette est également exécutée.

Exécution de Louis XVI

Exécution de Louis XVI

Le 7 mai 1794, le décret sur le nouveau culte fut publié avec la vénération de “l’Être suprême”. Les églises chrétiennes ont été fermées (massivement depuis novembre 1793), pillées, déclarées “Temples de la Raison”, elles ont célébré des fêtes en l’honneur de la “Déesse de la Raison”, que les actrices incarnaient lors de représentations théâtrales. A Paris, sur l’autel de la cathédrale Notre-Dame, la « Déesse de la Raison » était interprétée par une comédienne de l’Opéra. Le 12 juin 1794, le décret sur la simplification des poursuites judiciaires est adopté avec la suppression de l’interrogatoire préliminaire, la suppression de la défense dans les affaires du tribunal révolutionnaire. Ce jour a été le début de la soi-disant Grande Terreur, qui a coûté la vie à environ 35 à 40 000 personnes pendant la dictature jacobine en France.

La Révolution française a commencé à répandre ses métastases dans toute l’Europe. Il convient de noter que la Russie était alors pleinement consciente de l’essence et du danger de cette nouvelle tendance. L’impératrice Catherine II, effrayée par cette révolution, en 1792 persécute et interdit la franc-maçonnerie. L’empereur Paul Ier en 1798 entra dans une coalition des puissances européennes contre la France révolutionnaire : “Allez sauver les rois !” – il a réprimandé Souvorov pour sa célèbre campagne en Europe en 1799. Paul Ier a également permis à de nombreux réfugiés de la Révolution française anti-monarchiste de rester en Russie.

Napoléon Bonaparte

De nombreux historiens considèrent la fin de la révolution non comme le “coup thermidorien”, mais le 9 novembre 1799 (coup d’Etat du 18 brumaire), qui porta au pouvoir le général Napoléon Bonaparte, qui devint le “premier consul”. Au cours des années suivantes, il réalisa un certain nombre de réformes politiques et atteignit progressivement le pouvoir dictatorial. Le 18 mai 1804, il fut proclamé “empereur”. Néanmoins, l’héritage spirituel anti-chrétien de la Révolution française n’a pas disparu.

Le dictionnaire maçonnique mentionné rapporte que Napoléon était un franc-maçon (comme son père et ses quatre frères : parmi ceux-ci, Joseph est devenu “roi d’Espagne” et grand maître du “Grand Orient” français athée ; Louis – “roi de Hollande” et grand maître de la “Grande Loge” du Rite Écossais, puis “Grand Orient” ; Jérôme – “Roi de Westphalie”). Les maçons étaient aussi tous ses confidents et maréchaux. C’est Napoléon qui a le premier transformé la franc-maçonnerie de la société secrète qu’elle était en la nouvelle religion officielle d’État, unissant toutes les loges autour du “Grand Orient”. Il a érigé un obélisque avec une étoile rouge à cinq branches (le principal symbole de la franc-maçonnerie) sur le lieu d’exécution du monarque français Louis XVI., élimine son héritier légitime et se fait couronner « empereur » de tout l’Occident dans la cathédrale Notre-Dame en présence du grand rabbin et du pape.

S’exaltant, “l’empereur” a remplacé la fête chrétienne de l’Assomption de la Mère de Dieu par la fête nationale de “Saint Napoléon”. (Ce n’est qu’après que «l’empereur» a enlevé ses biens à l’Église catholique, il a été excommunié par le pape en 1809; pour cela, le pape a été arrêté et emprisonné.) Une telle soif de pouvoir audacieuse de Napoléon, bien sûr, avait des signes d’orgueil démoniaque anti-chrétien, et ses victoires et sa chance militaire exceptionnelle, qui surprirent toute l’Europe, s’expliquaient apparemment non seulement par le talent militaire, mais aussi par l’aide des forces spirituelles correspondantes vers lesquelles il se tournait. Chez Napoléon, les signes évidents du futur Antéchrist se reflétaient de manière représentative et assez visible.

Ainsi, “l’Encyclopédie juive” écrit que Napoléon “a commencé à jouer le rôle du Messie juif et a déclaré qu’il était arrivé en Palestine pour restaurer Jérusalem et … le temple de Jérusalem dans toute sa splendeur”. Il « dessine devant eux [les Juifs] la perspective du royaume de Jérusalem et, avec la grandeur de son geste, acquiert une popularité extraordinaire parmi les Juifs de tous les pays… ses troupes victorieuses ont partout jeté les fers du peuple juif. , et Napoléon Bonaparte apporta l’égalité et la liberté aux Juifs… Il existe en juif, allemand, français et italien, de nombreux hymnes composés par des rabbins et des laïcs en l’honneur de Napoléon Bonaparte » (Encyclopédie juive. T. XI. C. 513 -516).

Une évaluation pénétrante de ces aspirations de Napoléon a été donnée par le Synode de l’Église russe dans un appel spécial, lorsque l’usurpateur du pouvoir impérial a établi “un nouveau grand Sanhédrin juif, ce Conseil des plus impies”, condamnant le Sauveur afin d’unir les Juifs du monde entier et “avec l’aide de ceux qui haïssent le nom chrétien … volent le nom sacré du Messie.

Dans ce contexte, il ne fait aucun doute que la tentative de Napoléon de conquérir la Russie (tenant la Troisième Rome) était d’une grande signification spirituelle pour lui et pour les Juifs qui le soutenaient financièrement, même si tous n’en étaient pas pleinement conscients. Napoléon a décidé de capturer non pas la capitale administrative de la Russie, Saint-Pétersbourg, mais la capitale spirituelle – Moscou, dans l’intention d’y être couronné comme “l’empereur de l’univers”. Pour cela, les assistants de ce cérémonial, musiciens, chœur, ornements décoratifs, robes et tous les symboles «impériaux» nécessaires, y compris la statue de Napoléon, ont été amenés à Moscou, et le pape de Rome a été amené à Paris, qui a été gardé prêt à être envoyé à Moscou (Ratchinski André. Napoléon et Alexandre I. La guerre des idées, Paris, 2002). (Malgré l’excommunication, Napoléon avait besoin de la “consécration ecclésiastique” de cette action. ) L’esprit anti-orthodoxe de ce plan s’est exprimé dans la profanation des sanctuaires de Moscou par les “français culturels” (développement des écuries dans les églises). Le célèbre incendie de Moscou a été une réponse spirituelle impressionnante du peuple russe et sa victoire sur ce plan satanique.

Rappelons aussi comment Alexandre Ier termina symboliquement cette guerre à Paris : sur la place de la Concorde, sur le lieu même de l’exécution du roi de France, là où « l’empereur » Napoléon installa le pentagramme maçonnique lors de son sacre, l’empereur de Russie ordonna la fête de Pâques Liturgie célébrée avec un grand chœur orthodoxe, en présence des troupes russes et de la foule française, sur laquelle retentit solennellement : “Le Christ est ressuscité !”. Alexandre Ier l’appelait une prière purificatrice et le triomphe spirituel de la Russie au cœur de la France.

Il n’est pas surprenant que la Révolution française, avec sa terreur, la destruction du clergé et l’exécution du roi, ait été un modèle pour Lénine, qui s’y référait souvent dans ses ouvrages et considérait les Jacobins comme ses prédécesseurs. En URSS, il existe de nombreuses rues, noms de colonies, bateaux à vapeur, etc. a reçu les noms des Jacobins français (et le reste à ce jour).

L’essence spirituelle de la franc-maçonnerie est le satanisme

blanc

Ainsi, à l’époque moderne, la juiverie est devenue le principal moteur du processus juif d’apostasie (départ de Dieu), encourageant ce processus partout dans le monde à travers les mains des chrétiens eux-mêmes (maçonnerie) sous couvert de “démocratisation”.

Politiquement, la franc-maçonnerie cherche à atomiser la société, à la priver de valeurs spirituelles absolues, car ce n’est que dans une telle société que l’argent devient la valeur la plus élevée et que la seule “vérité” devient la volonté des producteurs et propriétaires d’argent.

En termes de vision du monde, c’était une “religion de la raison” athée éclairée, s’efforçant de construire un “Temple majestueux” du Nouvel Ordre Mondial (c’est aussi une allégorie à l’image des bâtisseurs-maçons).

En termes religieux, la franc-maçonnerie peut être définie comme un “uniatisme” secret de l’élite de l’Occident “chrétien” (réformiste) avec le judaïsme afin d’obtenir l’égalité des droits pour les juifs en renversant les monarchies chrétiennes.

Selon le Dictionnaire maçonnique encyclopédique français, « il n’y a jamais eu d’incompatibilité profonde entre le protestantisme sous ses diverses formes et la franc-maçonnerie… Dans les pays à prédominance protestante, la franc-maçonnerie est forte et ne s’oppose nulle part à l’Église », et le clergé « rejoint loge et s’y sent belle » (Dictionnaire universel de la franc-maconnerie. Paris. 1974. P. 1056). Cependant, le chef de l’Église catholique, le pape Clément XII, a interdit en 1738 aux chrétiens de rejoindre la franc-maçonnerie sous la menace d’excommunication.

En proclamant la « communion avec Dieu » sans l’Église, le protestantisme a immédiatement exposé ses adeptes au danger de la communion avec quelqu’un d’autre au lieu de Dieu. Dès lors, le protestantisme s’est avéré être un terrain favorable à la franc-maçonnerie, qui vénère à la place de la Trinité divine un certain « Être suprême », dont la vénération a été introduite dans la France révolutionnaire en 1794 par un décret sur le « nouveau culte de la raison ».

De manière caractéristique, les francs-maçons évitent de spécifier quel “Être suprême” ils vénèrent, l’appelant également le “Grand Bâtisseur (ou Architecte) de l’Univers”. Cette circonstance, ainsi que le rejet de la compréhension trinitaire de Dieu, facilite la possibilité de Sa substitution (consciente ou cachée) par un autre “être”, car c’est précisément le rôle de “l’Architecte de l’Univers” que Satan revendique, l’intention de rivaliser avec Dieu dans cette affaire.

Il existe de nombreuses possibilités pour une telle substitution de Dieu par le diable dans la symbolique de la franc-maçonnerie. Le fait que l’obédience maçonnique dite “religieuse” (du rite écossais) ait la Bible sur ses “autels” ne veut rien dire, car “si un frère, en entrant dans la loge, assumant une obligation, pose la main sur la Bible, alors cela ne l’oblige nullement par rapport au contenu de la Bible », écrit l’idéologue maçonnique Endres ; ainsi “de nombreuses loges remplacent la Bible par un livre aux pages blanches” (Endres FC Die Symbole des Freimaurers. Hambourg. 1977. S. 41-42).

Pendant ce temps, les francs-maçons dans leur cercle d’élus ne cachent pas quel “Être suprême” ils vénèrent. En 1924, le franc-maçon de la première émigration N.P. Waqar a écrit à son patron :

« Le 23 janvier… dans le temple de la rue Puteau eut lieu une réunion consacrée à la ‘glorification de Satan’… Ce n’était vraiment ni un acathiste satanique, ni un sermon missionnaire d’un sataniste. Le discours était ainsi construit, non seulement de l’intérieur, mais aussi de l’extérieur (chaque paragraphe se terminait par une ritournelle chantante “Oh, Satan, Frère des hommes” !) [“Oh, Satan, Frère du peuple !”].

… le rapport comprenait à la fois une partie historique et une partie philosophique. L’orateur a déclaré que “Satan… le champion des droits de l’homme contre le despotisme divin”, “la véritable source de lumière”, etc. Soulignant que pour le soi-disant “amour divin”, il est naturel qu’une personne paie à Dieu avec haine et méchanceté, disant que « Satan est l’humanité », le prédicateur terminait par un hymne à Satan, adaptant pour cela les vers bien connus de Baudelaire. Il ne pouvait y avoir qu’une seule conclusion du sermon pour les auditeurs : VENEZ, ADOREZ ET GLORIFIEZ…

Dans ses remarques de clôture, le Vénérable Maître de la Loge a remercié Frère Humary pour le “message intéressant et passionnant” et… a souligné aux frères actuels et nouvellement initiés “le caractère vraiment maçonnique du rapport entendu…”…”

(Cité d’une collection de documents des archives Hoover, compilée par Y. Felshtinsky : B. Nikolaevsky. Russian Freemasons and Revolution. Moscou, maison d’édition “Terra”. 1990. S. 186-189.)

A noter que ce “temple” maçonnique de la rue Puteau à Paris appartient aux soi-disant. Franc-Maçonnerie « Religieux Régulier » de Rite Ecossais. Et comme vous pouvez le voir, la différence entre la maçonnerie athée et “religieuse” est seulement que la première déclare directement son refus du monde spirituel et des valeurs chrétiennes ; le second a aussi un programme “positif”, choisissant un objet de culte différent dans le monde spirituel et affirmant sa “compatibilité” avec le christianisme. Parfois, cela est fait par des athées sous cette forme : « Nous sommes des libres penseurs, vous êtes des croyants… Possédés par l’esprit de recherche, nous sommes des serviteurs de Satan. Vous êtes les gardiens de la vérité, vous êtes les serviteurs de Dieu. Ces deux professeurs se complètent. Ils ont besoin l’un de l’autre.”, – a écrit l’éminente figure maçonnique A. Lantoine dans sa “Lettre au Pape”… (Lantoine A. Lettre au Souverain Pontife. Paris. 1937. P. 53, 169-170.)

J’ai examiné plus en détail l’essence satanique de la franc-maçonnerie dans l’article : “Missionnaires de la rue Puteaux…” (“Bulletin du diocèse allemand du ROCOR. Munich. 1992. Nos. 2-3).

À notre époque, à la suite de deux guerres mondiales (en fait, c’était et continue d’être une guerre mondiale permanente du “mystère de l’anarchie” contre Dieu), l’idéologie maçonnique est devenue généralement acceptée et “seulement vraie” dans le ” monde civilisé” sous la forme du soi-disant. la « démocratie », dont le but était ces guerres mondiales du XXe siècle et les actuelles « guerres humanitaires pour nettoyer les États et les peuples récalcitrants ». Ces guerres sont menées par la principale superpuissance mondiale, les États-Unis.

blanc

Migration des tribus germaniques vers la Grande-Bretagne au milieu du Ve siècle.

anglo-saxons

Aujourd’hui, de nombreux théoriciens du complot (par exemple, Coleman, largement cité dans le livre “Le Comité des 300”), y compris dans le journalisme patriotique russe, identifient le principal système du mal mondial avec les anglo-saxons notoires (États-Unis et Grande-Bretagne), sous la forme de leur aristocratie et de la couche dirigeante supérieure. Ce concept est un clair analphabétisme, qui, d’une part, est sournoisement propagé pour masquer la véritable source du mal satanique du monde, et d’autre part, est perçu inconsidérément et régulièrement par ces “théoriciens du complot” sous la forme d’un évident “chiffon rouge”, qui est utilisé dans la tauromachie.

Les Anglo-Saxons sont les anciennes tribus germaniques des Angles et des Saxons qui vivaient entre l’Elbe et le Rhin, d’où, au milieu du Ve siècle, à la suite de l’assaut des Huns de l’est, ils ont commencé à déménager en Grande-Bretagne, qu’ils ont conquise des tribus celtiques locales, grâce à leurs capacités d’organisation, ils sont devenus un peuple formant un État et ont fait de la Grande-Bretagne un pouvoir puissant. Sous l’influence juive de la Réforme, ils ont abandonné les restrictions morales chrétiennes sur l’activité économique, ce qui a conduit à la recherche d’argent facile sur les peuples primitifs – au colonialisme.

Permettez-moi de vous rappeler une fois de plus les conclusions de l’éminent économiste et sociologue universitaire W. Sombart : « Et dans ce mouvement colonial, les Juifs ont joué un rôle éminent, pour ne pas dire décisif » (W. Sombart, « Les Juifs et la vie économique » , ch. VI), dont la religion raciste s’est manifestée le plus clairement dans l’assaut contre les tribus moins développées : le financement des conquêtes et des expéditions prédatrices, la destruction des indigènes, la traite intercontinentale des esclaves à l’échelle de dizaines de millions de personnes au 16e -18e siècles, le monopole du commerce des biens coloniaux les plus importants – tout cela a donné d’énormes profits, qui ont été le moteur de la colonisation occidentale, “effaçant les peuples barbares de la surface de la terre” (Toynbee A. “Compréhension de l’histoire”) .

« En Afrique du Sud et en Australie… tout le développement économique doit leur être attribué presque exclusivement », et « l’Amérique dans toutes ses parties est une terre de Juifs », déclare Sombart : « Les Juifs sont liés à la découverte de l’Amérique dans le façon la plus intime et la plus étrange. On a l’impression que le Nouveau Monde n’était ouvert qu’à eux seuls… Des masses de Juifs ont été forcées d’émigrer… vers des régions prometteuses du Nouveau Monde.”

“Les États-Unis d’Amérique ont reçu leur formation économique principalement sous l’influence d’éléments juifs… [Sombart cite des déclarations similaires de présidents américains.] Les États-Unis en général doivent leur existence aux Juifs… c’est uniquement grâce aux présence de l’élément juif qu’ils sont tels que nous les connaissons… Car ce que nous appelons l’américanisme n’est, dans ses traits principaux, rien d’autre que l’esprit juif cristallisé. « J’ai prouvé en toute clarté que la vie économique de notre temps est de plus en plus soumise à l’influence juive… sans eux nous n’aurions jamais atteint le point culminant de la culture humaine : le capitalisme moderne… » (« Les juifs et la vie économique »). Saint-Pétersbourg. , 1912).

Et comme l’a écrit à ce sujet l’émigrant L. Lyubimov, qui a quitté la franc-maçonnerie, mais qui lui a conservé une certaine loyauté: seule suprématie politique, mais aussi culturelle … La franc-maçonnerie anglaise en général fait partie de ce magnifique bâtiment qui s’appelle le British Empire »( Lyubimov L.  Sur la franc-maçonnerie et ses opposants // Renaissance. Paris, 30.09.1934).

L’État américain, initialement créé par les francs-maçons en tant que colonie britannique, est une entité unique : moulé à partir des fragments dénationalisés de nombreux peuples sur le sang de dizaines de millions d’habitants locaux détruits, reconstruit avec le travail de millions d’esclaves amenés d’Afrique, décoré de symboles d’État maçonniques et vénérant le “veau d’or” capitaliste sous contrôle juif… C’est-à-dire que face aux États-Unis, le “mystère de l’anarchie” a créé son propre empire universel – un prototype de l’empire mondial de Antéchrist – sur l’idéologie très matérialiste avec laquelle le diable a tenté le Christ dans le désert.

En 1932, parmi les maçons, le dictionnaire maçonnique indique 11 présidents et 13 vice-présidents des États-Unis, “la grande majorité des gouverneurs d’État et des membres du Congrès appartiennent à la franc-maçonnerie” ; “aux États-Unis … la franc-maçonnerie la plus forte du monde”, mais “la Grande Loge la plus forte de New York” (Lennhoff E., Posner O. Internationales Freimaurerlexikon. Wien–Mü. S. 1127–1129, 1125).

Comment l'économie transforme la société en le meilleur nouvel ordre mondial

Le billet d’un dollar américain représente une pyramide de pouvoir maçonnique à 13 niveaux, dont le sommet avec un “œil qui voit tout” représente “l’architecte suprême de l’univers” (un être spirituel qui rivalise avec Dieu pour le pouvoir sur le monde) . La légende en dessous se lit comme suit : “Un nouvel ordre pour les âges” (Novus ordo seclorum). Sur le côté droit du billet, l’aigle emblématique américain tient dans son bec un ruban avec l’inscription “Out of many – one” (E pluribus unum) – dans le but d’unir tous les peuples du monde en un seul. L’aigle a un bouclier avec 13 bandes sur sa poitrine, une branche avec 13 feuilles dans une patte et 13 flèches dans l’autre. Une étoile juive à six branches, composée de 13 étoiles à cinq branches, plane solennellement au-dessus de la tête de l’aigle. La répétition du nombre 13, connu par de nombreuses nations comme la “douzaine du diable”, s’explique officiellement par le nombre des premiers États qui ont formé les États-Unis, mais,

L’émission du dollar depuis 1913 n’est pas le monopole de l’État américain, mais des banques privées juives, unies dans le système de réserve fédérale. Au cours de deux guerres mondiales, le dollar est devenu une monnaie mondiale – la base du Nouvel Ordre Mondial.

Tel a été le principal fruit de la Réforme, des “Lumières”, des révolutions “bourgeoises” et des guerres mondiales – c’est-à-dire le succès du “mystère de l’anarchie” à l’époque moderne et contemporaine. Et les anglo-saxons énergiques dans ce processus se sont avérés les plus trompés par la méthode bien connue: “vous serez comme des dieux” …

Ainsi, les Anglo-Saxons, par la diffusion de la civilisation maçonnique, ont démontré leur phénomène géopolitique sur la carte, mais à l’opposé de celui des orthodoxes russes – comme instrument d’une autre force construisant le royaume de l’Antéchrist, dans lequel les Anglo-Saxons qui remplir leur rôle se révélera être les mêmes goyim-sous-hommes, comme tous les autres peuples à détruire. Déjà en 2020, le monde des coulisses commençait à supprimer le rôle prépondérant des Anglo-Saxons en Amérique, encourageant la “révolution culturelle” de la population noire (BLM) sous la forme d’une revanche sur les Blancs pour l’esclavage passé – pour affaiblir le forces conservatrices blanches restantes qui résistent au Nouvel Ordre Mondial. (Voir : “Cultural Revolution” aux États-Unis : l’Amérique des esclaves paie les factures passées .) Sans oublier, comment le monde dans les coulisses a fermé la patrie des Anglo-Saxons – l’Allemagne …

L’affrontement de ces deux phénomènes géopolitiques a commencé sur le territoire de l’Amérique russe au XIXe siècle et touche maintenant à sa fin…

En conclusion de ce sujet, nous notons également la participation d’Allemands pas si anciens à la colonisation de l’Amérique, qui déjà à l’époque moderne ont rejoint les rangs des “Anglo-Saxons”.

Colonisation allemande des États-Unis

Wikipédia rapporte que les protestants allemands étaient principalement attirés par la liberté religieuse dans les colonies, ils ont donc été impliqués dans la colonisation de l’Amérique du Nord dès le début, et jusqu’au XXe siècle, ils ont même constitué le plus grand groupe d’immigrants – encore plus nombreux que les Britanniques, Irlandais, Italiens et Juifs. La plupart des colons allemands y sont arrivés au XIXe siècle, la plus grande vague de colonisation s’est produite entre 1850 et 1889, lorsque 3,9 millions d’Allemands sont venus en Amérique, environ 250 000 ont déménagé rien qu’en 1882. Les immigrants allemands ont eu une grande influence sur la vie des États-Unis et étaient l’un des groupes nationaux les plus organisés, beaucoup ont poursuivi de grandes carrières économiques et politiques. Une vague notable de migrants a suivi après la Première Guerre mondiale. Cependant, ils ont rapidement assimilé

blanc

Première église presbytérienne de Germantown

La colonisation allemande de l’Amérique a commencé avec l’État de Pennsylvanie. En 1683, la première colonie d’immigrants d’Allemagne est née ici – Germantown (plus tard, les colonies allemandes portant ce nom ont atteint une douzaine dans différents États). Tout au long du XVIIIe siècle, les colonies anglaises d’Amérique du Nord attirent des immigrants des principautés allemandes et de Suisse. Cela a été facilité par l’union dynastique de la Grande-Bretagne avec Hanovre, conclue en 1714.

À Philadelphie, en Pennsylvanie, les Allemands sont devenus célèbres en tant qu’artisans – cordonniers, ébénistes, métallurgistes. Ce sont des artisans allemands qui ont fabriqué les “fusils de Pennsylvanie” – l’arme principale de la guerre d’indépendance. Pour réprimer le soulèvement dans les colonies, la couronne britannique a attiré 30 000 mercenaires de Hesse. Cependant, les révolutionnaires américains ont réussi à attirer partiellement les Hessois à leurs côtés en leur promettant des terres. L’un des héros les plus célèbres de la guerre d’indépendance fut le général prussien Friedrich Wilhelm von Steuben, qui rédigea la première charte de l’armée américaine.

Dans le Wisconsin et le Dakota du Sud, les descendants d’immigrants d’Allemagne représentent encore plus de la moitié de la population, dans d’autres États du Midwest – plus de 30 %. La toponymie de ces lieux regorge de noms allemands. De nombreux États du Nord sont encore dominés par des Allemands (Allemands-Américains), qui ont perdu leur langue et leur identité nationale. Outre les États du nord, il existe une communauté allemande, par exemple au Texas, où un dialecte texan-allemand s’est développé.

Malgré le fait que la réinstallation massive a fait des Allemands le plus grand groupe d’Américains blancs, ce sont les Allemands qui ont été les plus assimilés. Contrairement aux colons d’Europe de l’Est, qui ont gardé leur propre langue, en Amérique, les Allemands se sont rapidement mis à parler anglais. Compte tenu de la parenté de l’allemand et de l’anglais, les colons allemands pouvaient apprendre l’anglais “commun” plus facilement que les immigrants des peuples romans et slaves. Cela a également été délibérément facilité par la politique des autorités anglophones et des autorités idologiques « formatrices de pouvoir » basées sur la franc-maçonnerie anglaise (noté par W. Sombart). Dans l’État de Virginie en 1794, des immigrants d’Allemagne ont déposé une pétition pour une traduction obligatoire des lois en allemand. Cependant, selon la légende, La Chambre des représentants a rejeté la proposition à la majorité d’une voix. Le président de la Chambre, Friedrich Muhlenberg, qui était lui-même un Allemand de souche, a déclaré: “Plus tôt les Allemands deviendront Américains, mieux ce sera.” L’un des pères fondateurs des États-Unis, Benjamin Franklin, était un ardent opposant à la « germanisation » de l’Amérique.

Certes, les Allemands ont enrichi la version américaine de l’anglais avec leur vocabulaire. Même le nom de la monnaie américaine – le dollar – remonte au thaler allemand. Les Allemands ont également influencé la culture quotidienne des États-Unis – ce sont eux qui ont appris aux Américains à décorer le sapin de Noël.

Les guerres du XXe siècle ont porté le coup le plus dur à la diaspora allemande aux États-Unis. Avant la Première Guerre mondiale, l’allemand était utilisé dans le système éducatif américain et revendiquait même le statut de langue régionale dans un certain nombre d’États et de districts. Pendant la guerre, des émeutes anti-allemandes éclatent. La foule a brisé les imprimeries qui imprimaient des publications en allemand. De nombreux Allemands ont été emprisonnés parce qu’ils étaient soupçonnés d’espionnage pour l’Allemagne. Beaucoup au cours de ces années ont changé leurs noms de famille en anglais.

blanc

Affiche américaine des années 1940 exhortant à ne pas utiliser “l’ennemi” allemand, japonais et italien.

Dans l’entre-deux-guerres, l’Union germano-américaine était toujours active aux États-Unis et, avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, certains Deutsche Americaners retournèrent en Europe et rejoignirent les troupes de la Wehrmacht. Cependant, la plupart de leurs compatriotes aux États-Unis ont en même temps choisi de se dissocier définitivement de l’Allemagne. Un exemple typique de ce genre est la biographie du général Dwight Eisenhower. Son grand-père Hans Nicholas, qui appartenait à la communauté mennonite persécutée, émigra en Amérique en 1841. Dwight lui-même ne voulait pas entendre parler de son origine allemande. « Dieu, je déteste les Allemands », écrivait le général dans une lettre privée en 1944.

En 1980, 22,3% des participants au recensement américain se sont identifiés comme allemands – 49,2 millions de personnes. Lors du recensement de 2015, ils ont diminué de 6 %. En réalité, les descendants des Allemands aux États-Unis sont jusqu’à 58 millions de personnes (à titre de comparaison, il y a environ 35 millions “d’Anglais” dans le pays). Environ un million de personnes aux États-Unis utilisaient l’allemand comme langue parlée en 2015.

La diaspora allemande a également été assimilée sous l’influence de la culture populaire. Dans les films hollywoodiens, les Américains d’origine allemande sont extrêmement rarement mentionnés, contrairement aux Irlandais, aux Italiens, aux Juifs, aux Polonais. La raison en est que le thème allemand de la culture est supprimé par la mémoire du nazisme. Bien que cela n’empêche pas les Allemands aux États-Unis à ce jour d’atteindre les sommets du pouvoir économique et politique: par exemple, le 45e président des États-Unis Donald Trump, dont l’ancêtre Frederick Trump est venu en Amérique depuis l’allemand Kallstadt en 1885.

+ + +

Ainsi, malgré les craintes médiévales généralisées de la fin du monde en 1492 (sept mille ans se sont écoulés depuis la création du monde), Dieu a, pour ainsi dire, prolongé l’histoire, libérant de l’Europe, comme la vapeur d’un chaudron, le ” mystère de l’anarchie » qui avait mûri là-bas sur un nouveau continent. Où elle a commencé à mettre en place ses propres structures de pouvoir, en les construisant avec l’aide de la franc-maçonnerie non saxonne conformément à son esprit et à son objectif mondial.

La Russie orthodoxe s’est longtemps tenue à l’écart des enseignements et des processus “progressistes” européens, elle les a rejetés et n’a commencé que plus tard à adopter par imitation déjà à l’époque de Pétersbourg, et dans son maximalisme, elle a amené cette apostasie occidentale à une répétition du royaume de l’Antéchrist sur le sol russe.

(Progressivement, des précisions et des ajouts seront apportés, par conséquent, lors de l’emprunt d’un test, il convient de le prendre à «l’idée russe». À suivre: 6. La fenêtre de Pierre sur l’Europe, l’âge féminin des «Lumières» et la franc-maçonnerie en Russie )

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES