sam 01 avril 2023 - 03:04

Antimaçonnisme : Mgr Gyula Márfi – Les francs-maçons et les musulmans s’allient pour éliminer le christianisme

De notre confrère lesalonbeige.fr

Encore un délire antimaçons qui vaut le détour !

À l’occasion de Noël, le journal hongrois Magyar Jelen a réalisé un entretien avec Mgr Gyula Márfi, archevêque émérite de Veszprém, 79 ans. Il évoque la mission des Hongrois, l’Union européenne qui renie ses racines chrétiennes, l’immigration, la coopération entre francs-maçons et musulmans, le plan Kalergie, la loi anticonstitutionnelle hongroise sur l’avortement, les LGBTQ et de ce qui se passe dans l’Église catholique allemande. Extraits :

[…] L’un des signes les plus frappants de l’antichristianisme de l’Union européenne est l’absence de toute mention des racines chrétiennes de l’Europe dans sa constitution. Ils écrivent sur la tradition gréco-romaine et le siècle des Lumières, mais pas sur le christianisme. Pourtant, c’est grâce aux chrétiens que la culture et l’art antiques ont survécu : les écrits de Virgile, Tacite, Homère et d’autres ont été copiés par les moines dans leurs cellules. Sans le christianisme, nous ne serions pas en mesure de lire de nombreux auteurs anciens aujourd’hui.

Mais on peut aussi parler du calendrier 2016 de la Commission européenne des fêtes des grandes religions du monde – même de la religion sikh, une communauté relativement petite, hybride entre hindouisme et islam. Mais si vous vous tournez vers le 25 décembre, que trouvez-vous ? Pratiquement rien. Tout ce que ça dit, c’est : “Un bon ami partage vos plaisirs et vos occupations.” Ce que cela signifie exactement, je ne le sais pas, mais je sais que Noël a été délibérément omis de la liste des jours de célébration.

Permettez-moi de vous donner deux autres exemples. Il y a quelques années, en Angleterre – qui ne fait plus partie de l’UE, mais qui fait certainement partie de la sphère culturelle européenne chrétienne – l’Église d’Angleterre voulait vendre aux chaînes de télévision nationales un court métrage de quelques minutes faisant la promotion du christianisme. Aucun d’entre eux ne l’a pris.

Et le pape Benoît XVI n’a pas été autorisé à s’exprimer à l’Université d’État de Rome à l’époque, car il s’agissait d’une institution laïque et non d’une église. Si nous pensions ainsi, personne ne serait autorisé à entrer dans la basilique Saint-Pierre, sauf ceux qui pourraient prouver qu’ils ont été baptisés et confirmés.

Pensez-vous que c’est conscient qu’en Europe on veut marginaliser le christianisme, le détruire ?

C’est conscient. L’objectif des francs-maçons est de “débarrasser” l’Europe du christianisme. Pour y parvenir, ils sont prêts à utiliser tous les moyens à leur disposition, et ils ont même utilisé leur lobbying pour accéder à la direction de l’UE. À mon avis, les musulmans sont également invités à faire disparaître le Christ et le christianisme d’Europe. Mais ce faisant, ils se détruisent eux-mêmes, car l’Islam n’acceptera jamais leurs principes libéraux. La situation est pratiquement la même qu’à l’époque du Sauveur, lorsque les scribes et les pharisiens ont collaboré avec leur ennemi mortel, Ponce Pilate, pour écarter Jésus. Aujourd’hui, les francs-maçons et les musulmans s’allient pour éliminer le christianisme de l’Europe. Mais ce n’est pas une affaire réglée, j’espère que leur plan ne réussira pas.

Que pouvons-nous faire, nous, Hongrois, pour défendre le christianisme ?

Nous devons nous accrocher très fermement à notre foi. Le Père Padre Pio a une prophétie selon laquelle la Hongrie est une cage d’où s’envolera un bel oiseau qui apportera des bénédictions au monde entier. Je n’exclus pas la possibilité que cela se produise.

Ce n’est pas parce que nous, Hongrois, sommes supérieurs à tous les autres, mais parce que Dieu choisit souvent les petits pour faire quelque chose de grand à travers eux. Regardez, le voyant de Guadaloupe, Juan Diego Cuauhtlatoatzin, était aussi un simple paysan indien. Lui et sa femme ont été baptisés quatre ans seulement avant qu’il ait une vision. Au début, l’évêque ne le croyait pas non plus, disant que la Vierge n’apparaîtrait certainement pas à un berger aussi malheureux, mais au moins à une religieuse (rires).

Et à Fatima et à Lourdes, de petits enfants ont eu des visions de la Vierge Marie. Il n’est donc pas exclu que nous, Hongrois, ayons également un rôle à jouer dans la préservation du christianisme en Europe. Mais pour cela, nous devons prendre notre foi au sérieux, car nous pouvons devenir indignes de toute mission.

L’Europe chrétienne peut également être défendue par des moyens physiques, par exemple en ne laissant pas entrer ceux qui arrivent illégalement à nos frontières. Lorsque, pendant la crise migratoire de 2015, le gouvernement hongrois a commencé à construire la clôture frontalière (que László Toroczkai, alors maire d’Ásotthalom, appelait de ses vœux depuis des années auparavant), les libéraux, dans le pays et à l’étranger, disaient qu’il n’était pas humain de construire des murs, et qu’une personne qui se disait chrétienne acceptait n’importe qui. Que dit un archevêque ?

À l’époque, j’avais une réponse assez dure à cela : nous devons aussi aimer les loups – après tout, Dieu les a aussi créés – mais pas dans la bergerie. Il en va de même pour les musulmans. Nous les aimons et soutenons leurs pays autant que nous le pouvons. Mais cela ne signifie pas que nous devons les inviter en Europe et les laisser islamiser le continent. Ils ont été présents en Hongrie pendant 150 ans, nous savons les ravages qu’ils ont causés. Nous, les Hongrois, en portons encore le souvenir dans nos gènes, dans une certaine mesure.

Quelle est, selon vous, la plus grande menace pour l’Europe et la Hongrie aujourd’hui : l’islamisation et l’immigration, ou les LGBTQ et le wokisme ?

C’est difficile à dire, mais s’il faut mettre de l’ordre, c’est la seconde. Cette conception lâche met entre parenthèses les fondements de la morale catholique. Et même si, en tant que chrétiens, nous ne devons pas condamner les homosexuels, les lesbiennes, les bisexuels ou les transsexuels, leur rendre un culte est un péché mortel, qui va également à l’encontre des lois de la nature.
La légalisation du “mariage” homosexuel est également un péché mortel, et je suis désolé de constater qu’elle a déjà eu lieu dans la plupart des pays d’Europe. Sur la question des LGBTQ, nous ne pouvons pas oublier les droits des enfants. D’une part, nous ne devons pas permettre qu’ils soient trompés sur leur identité et leur orientation sexuelles par les médias, la publicité et l’éducation, et d’autre part, ils ont le droit d’avoir une mère et un père.

Selon la doctrine catholique, l’avortement est également un péché mortel, et bien qu’en Hongrie la Constitution protège le fœtus dès la conception, notre loi sur l’avortement est libérale, même par rapport aux normes européennes. Vous ne pensez pas que c’est controversé ?

Bien sûr qu’elle l’est. La loi actuelle sur l’avortement est inconstitutionnelle, mais la Cour constitutionnelle n’a pas encore osé le dire. Le problème est que la majorité de la population hongroise est favorable à l’avortement, donc si le gouvernement se durcit, il perdra les élections. Toutefois, il faut se réjouir que les mères puissent désormais écouter les battements de cœur de leur enfant. Les ultralibéraux ont également protesté vigoureusement contre cette mesure, ce qui ne constitue pas une position facile pour le gouvernement.

Mais d’après ce que je peux voir, il a été relativement facile pour les gens d’”avaler” le décret sur les battements de cœur. En fait, il y a eu un certain enthousiasme, mais il n’a pas déclenché une avalanche sérieuse. Se pourrait-il qu’après un certain temps, la société hongroise s’accommode du durcissement de l’avortement ?

Il est possible qu’elle s’y fasse avec le temps, oui. Je prie pour que ce soit le cas. Ou, pour ma part, j’offre les croix de la vieillesse. Je sais que beaucoup de mes collègues font de même.

Vous représentez manifestement l’enseignement de l’Église catholique sur les questions sociales dont nous avons discuté. Comment est-il possible que, par exemple, l’Église catholique allemande, qui est également sous l’autorité du Pontife romain, prêche l’exact opposé des idées que vous exprimez, par exemple, sur la question des LGBTQ ?

Je ne comprends pas cela non plus, cela ne peut pas être justifié. Il y a cinq ou six ans, j’ai dit trois messes en hongrois aux Hongrois de Stuttgart et des environs. J’ai expliqué les arguments en faveur de la résurrection de Jésus et j’ai parlé un peu du ciel et des paraboles de la Bible. Après l’une des messes, le père Tempfli, le pasteur hongrois de Stuttgart à l’époque, est venu me voir et m’a remercié d’avoir abordé ces sujets, en disant que plus personne n’en parlait en Allemagne. La situation de l’Eglise allemande est vraiment désastreuse. Selon eux, il importe peu que Jésus soit né ou non, l’important est qu’”il soit né en vous”. Ne demandez pas s’il est ressuscité des morts ou non, “soyez ressuscités en vous”. Ne vous demandez pas s’il y a un paradis ou non, le but est de le créer autour de vous !” Tout cela est absurde.

Un nombre important de prêtres catholiques allemands bénissent désormais le mariage homosexuel, ainsi que la cohabitation et les partenariats de vie. Ce n’est plus du christianisme, c’est de l’antichrist. Il y a trois ans, Rome a finalement décidé qu’il était interdit aux prêtres catholiques de bénir les couples homosexuels. À l’époque, je lisais encore un journal allemand, et j’étais donc au courant des protestations que cette décision avait suscitées chez les catholiques allemands. C’est très triste ce qui se passe en Allemagne. Je ne veux pas les blesser, mais d’une manière ou d’une autre, ils tombent toujours d’un côté du cheval à l’autre. Ils sont passés d’Hitler et du national-socialisme au mondialisme cosmopolite. Il n’y a plus d’Allemands, de Français, de Hongrois ou d’Italiens, seulement des Européens.

En ce qui concerne la question nationale, l’éternel dilemme est le suivant : qu’est-ce qui est le plus important, l’appartenance nationale ou l’appartenance religieuse ?

Je suis avant tout catholique, mais je suis aussi attaché à ma hongroisité, sans être chauvin. Je suis hongrois, mais je respecte aussi les autres peuples. L’Europe a besoin de diversité et d’unité, mais pas de multiculturalisme ! Il est question de mélanger différentes races conformément au plan Kalergie. Mais quel est, je vous le demande, le résultat ? Au mieux, une masse sans couleur.
Mon ami peintre Győző Somogyi -a vingt-cinq couleurs et nuances de peinture différentes. S’il les mélange tous, il ne pourra pas peindre un tableau coloré. Dans une société multiculturelle et mixte, l’individu perd sa propre identité, son sentiment d’identité, sa culture, sa foi, sa langue, pratiquement tout. Il devient facilement manipulable, ce qui est idéal pour le grand capital mondial, qui veut faire de la Terre entière une immense colonie sans identités ethniques, nationales ou religieuses, juste un ensemble standard de travailleurs et de consommateurs obéissants. […]

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES