ven 02 décembre 2022 - 20:12

Vous voulez découvrir une Initiation au Rite du Bwiti ?

Le bwiti (ou bwetebouitibouitymboetimbueti) est un rite initiatique dont il est affirmé qu’il provient des Pygmées, qui l’auraient ensuite transmis aux Mitsogo, aux apindji et au sango et qui eux on transmis au d’autre ethnie du Gabon.

Le bwiti est aujourd’hui largement répandu au Gabon, aussi bien parmi les populations du sud du pays que chez les Fang du Nord (diffusion autour de 1910 chez les Fang), aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain. À travers les Fang, le bwiti s’est également diffusé en Guinée équatoriale et au sud-Cameroun. Il est mentionné à propos des figures d’ancêtres du bwiiti (bwete), par Louis Perrois qui commente les recherches de l’anthropologue américain Leon Siroto chez les Kota et Mahongwe et chez les Bakwele. Par ailleurs, Louis Perrois a produit une recherche approfondie sur le culte du bwete chez les Kota, dont participent les célèbres figures d’ancêtres, gardiens de reliquaires.

Le rite de passage du bwiti est centré sur la manducation par le néophyte d’écorces de racines de l’arbuste appelé iboga* ou eboga (Tabernanthe iboga). Divers alcaloïdes présents dans cette plante (notamment l’ibogaïne) possèdent des propriétés psychodysleptiques de type hallucinogène. Pendant le rite de passage, l’absorption d’une dose massive d’iboga permet ainsi au néophyte d’obtenir des visions spectaculaires dont le récit aux initiateurs serviront à valider son initiation.

La branche originelle du rite initiatique parmi les Mitsogo est appelée bwiti dissumba. Il s’agit d’un rite de passage pubertaire, strictement masculin. Le bwiti dissumba s’appuie sur le culte des ancêtres, notamment à travers des reliquaires contenant les ossements des ascendants défunts.

Le bwiti misoko constitue une branche initiatique dérivée et postérieure au dissumba. Le bwiti misoko possède une fonction avant tout thérapeutique (rite d’affliction) : le néophyte choisit de se faire initier en cas d’infortune inexpliquée, dont on suspecte la plupart du temps qu’elle a été causée par un sorcier malveillant. Les initiés du bwiti misoko sont appelés les nganga-a-misoko, ou plus simplement nganga. Ils ont une fonction de devins-guérisseurs. Contrairement au bwiti dissumba des Mitsogo et des Apinzi, le bwiti misoko accepte souvent (et de plus en plus) les femmes en son sein.

Voir une initiation

* L’iboga est inscrit officiellement sur la liste des produits stupéfiants en France. « Au regard des préoccupations de santé publique », cet arrêté a été confirmé par le Conseil d’État le 20 mars 2009 (n° 305953).

Depuis 1989, l’ibogaïne fait partie des produits dopants interdits par le CIO et diverses fédérations sportives. Outre la France, plusieurs pays, dont la Belgique, la Pologne, la Suisse et les États-Unis, ont classé le produit comme stupéfiant.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES