lun 05 décembre 2022 - 04:12

Corps et identité, mais qui sommes-nous ?

De notre confrère canalacademies.com

Grand entretien avec Michel Serres à propos de l’identité. La différence entre identité et appartenance est fondamentale et la confusion quotidienne conduit au racisme. Une fois rétablie la notion d’identité, Michel Serres revient sur l’hominescence, une évolution de la conception de l’homme apparue dès les années 1950. Il évoque aussi le rapport à notre corps, à notre mort pour lui, il existe trois sortes de mort et aux autres.

Première partie de l’émission : l’identité
Faites le point sur la différence entre identité et appartenance, une confusion quotidienne qui conduit au racisme.
Etre un individu de sexe masculin, caucasien, mesurant 1,80 mètre, et s’appelant Michel Durand ne correspond pas à votre identité. Tout ceci est un carrefour d’appartenances. Mais en aucun cas il ne vous donne votre identité.
Ainsi, parler d’identité nationale, religieuse, culturelle conduit le plus souvent à des dérives. Si nous devions qualifier notre identité, elle se résumerait à notre code ADN, unique à chacun.

Depuis les années 1950, l’homme a changé. Pour évoquer une évolution au sein même de l’évolution des espèces, Michel Serres a créé le terme d’hominescence, un néologisme qui traduit une croissance « locale » de l’homme. L’hominescence se traduit par une augmentation de l’espérance de vie, une augmentation de la population, une baisse de l’agriculture…

Deuxième partie : la mort
Si Ionesco et Jankélévitch pensaient qu’il n’existait qu’une seule mort, la mort individuelle… Michel Serres en revanche considérait au même moment qu’il en existait trois:
– La mort individuelle
– La mort d’une civilisation : la nôtre repose sur une antiquité morte et peut être amenée également à mourir un jour
– La mort générique : la bombe A en 1945 laisse entrevoir la possibilité d’une éradication de l’espèce humaine.

Au delà du rapport que nous entretenons avec les autres (il nous permet d’exister sur un plan social), la psyché se construit autour de deux points :
– d’une part, nous vivons, mourons et souffrons seuls
– d’autre part il est nécessaire de se construire par le dialogue.

Troisième partie : le corps
Les philosophes se sont toujours plus intéressés aux passions de l’âme qu’au corps, « tombeau de l’âme ».
Pourtant, la civilisation grecque était d’abord une célébration du corps.
Quant aux cosmétiques, non seulement ils ne sont pas nouveaux, mais ils sont nécessaires : ils font partie du processus de l’appropriation du corps. Le maquillage est un masque qui fait partie du jeu social. Ses bienfaits sont reconnus.

Retrouvez en détail les explications de Michel Serres de l’Académie française, en écoutant sans plus tarder cette émission

En savoir plus sur :
– Michel Serres de l’Académie française

– Ecoutez également notre émission Qu’est-ce que l’identité ? avec le sociologue Jean-Claude Kaufmann

Bibliographie :

– Michel Serres, Les cinq sens, éditions Grasset (23 octobre 1985)
– Michel Serres,Variations sur le corps, éditions Fayard – Le Pommier (3 novembre 1999)
– Michel Serres, Hominescence, éditions Le Pommier (28 août 2001)
– Sous la direction de Michela Marzano Dictionnaire du corps éiditions PUF (12 janvier 2007)

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. La vieillesse est un naufrage… Michel Serres n’y échappe pas !
    Fatigant d’entendre un vieux soixante-huitard rester esclave de ses préjugés.
     » Ainsi, parler d’identité nationale, religieuse, culturelle conduit le plus souvent à des dérives. Si nous devions qualifier notre identité, elle se résumerait à notre code ADN, unique à chacun « .
    Comment peut-on conchier ainsi les différentes identités d’un individu ?
    Prétendre que notre seule identité est biologique, c’est cela le fondement du racisme !
    C’est éliminer l’idée de culture au nom l’idée de nature.
    Contester une réalité existentielle au constat de différentes déviances, c’est réduire notre humanité.
    Je suis français et pas chinois, polonais ou mexicain. Aucune critique des autres nations.
    Je suis chrétien et pas musulman ou zoroastrien. Aucune critique des autres religions.
    Je suis de culture judéo-chrétienne, grecque et romaine, donc de civilisation occidentale et pas de civilisation asiatique, arabo-musulmane ou amérindienne. Aucune hiérarchie ce qui serait un autre débat.
    Alors tous ces vieux poncifs qui se parent d’universalisme et qui ne sont qu’une forme de haine de soi, très peu pour moi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES