mer 29 juin 2022 - 04:06

Connais-toi toi-même pour mieux te porter !

La démarche maçonnique qui, dans son rituel, nous renvoie à cette injonction contient un certain nombre d’éléments qui peuvent faciliter cette approche de notre connaissance.

Avec l’expérience que donne l’âge, on comprend vite trois réalités de l’existence :

  • La vie peut être belle et nous combler de joie ;
  • Nous sommes bien souvent maladroits et nos actions nous desservent plus souvent qu’elles nous servent ;
  • Nous mettons du temps à comprendre et lorsque nous commençons à connaître les tenants et aboutissants, la maladie et la perte de vitalité nous font perdre nos moyens.

Mieux se connaître est donc un objectif salutaire pour nous permettre de consacrer un espace-temps de vie harmonieux et plus long.

Pour arriver à cet objectif nous devons comprendre trois contingences :

  • Il n’y a pas de super héros et nous sommes tous très vulnérables ; celles et ceux qui prétendent surpasser les autres le font dans un contexte particulier et pour un temps limité ; bien souvent, ils ou elles sont amené-e-s à prendre des risques qui les rendent encore plus vulnérables ;
  • Se connaître c’est avant tout connaître sa vulnérabilité que cela soit au niveau psychologique ou au niveau organique.
  • Se connaître c’est aussi apprendre à éviter le piège du transfert !

La démarche maçonnique nous offre des outils pour mieux nous connaître !

Premier outil : La Sagesse que nous transmet la Tradition !

La franc-maçonnerie est porteuse des valeurs de la Tradition ; celle-ci nous a transmis un certain nombre de principes de bon sens qui méritent d’être suivis ; pour ce sujet, trois me semblent mériter d’être pris en considération:

  • Le respect du temps d’observation avant de démarrer l’action : c’est un temps de réflexion, ou de simple de sommeil qui permet de prendre du recul avant l’engagement.
  • La nécessité d’éviter de succomber à l’emportement passionnel et pulsionnel : nous sommes tous soumis à une spontanéité pulsionnelle qui peut être source de problèmes importants ! Etre capable de les contrôler n’est pas chose facile.
  • L’importance de l’apprentissage pour acquérir la connaissance. C’est la base de la recherche de la connaissance ; cela suppose une grande humilité et beaucoup de persévérance. Dans ce domaine de l’apprentissage, on doit prendre en compte la capacité de tout individu à comprendre comment le corps humain fonctionne, quels sont nos facteurs de risque (sur communication de son médecin traitant) et comment les modérer.

Deuxième outil : La création d’un univers symbolique protecteur !

Chaque franc-maçon-ne peut le faire ; il s’agit de sélectionner un certain nombre de symboles parmi tous ceux que l’on utilise en loge. Cette sélection est personnelle et est fondée sur une attirance instinctuelle non raisonnée. Les symboles sélectionnés forment ce que l’on appelle l’univers symbolique protecteur qui symboliquement est amené à nous protéger contre les agressions éventuelles que nous pourrions subir.

La pertinence de cet outil est la conséquence d’une part de l’enseignement traditionnel mais aussi des connaissances de la psychologie contemporaine.

Dès qu’un individu quitte sa zone de confort, il devient vulnérable ; la manière la plus simple de se protéger est d’utiliser la pensée symbolique ; bien souvent cela se fait inconsciemment ! En pratiquant de façon consciente on améliore encore plus son intérêt !

L’absence ou la mauvaise compliance de l’univers symbolique protecteur peut expliquer les phobies.

Troisième outil : L’enseignement des erreurs commises par les sœurs et frères qui se sont fourvoyé-e-s dans les pièges du miroir aux alouettes !

Un miroir aux alouettes est un leurre traditionnel pour la chasse aux oiseaux migrateurs. Il est généralement en bois et se trouve orné de petits éclats de miroir, de métal ou de strass colorés. La chasse au « miroir » attire les alouettes au moment de leur migration. Le même miroir qui nous incite à nous découvrir peut être un leurre. Dans le cas qui nous intéresse, il suffit simplement d’observer celles et ceux qui ont succombé.

Observer comment les êtres humains vivent est toujours source d’enseignement ; d’autant plus quand ils ou elles se fourvoient dans des labyrinthes de fausses routes.

Il suffit d’attendre pour qu’immanquablement le spectacle de la déconfiture produite par l’erreur fatale saute aux yeux. Que cela soit le spectacle affligeant de la personnalité imbue de sa personne et maniant les jugements méprisants à l’égard de ses petits camarades que des mythomanes adeptes des scénarios où leur narcissisme peut s’exprimer avec une belle candeur, sans parler des vautours qui tournent autour des têtes en attendant de se jeter sur la proie facile, il y a matière à réflexion à observer l’attitude de certain-e-s sœurs et frères qui elles et eux n’ont pas vraiment fait la démarche ! Il faudrait un La Bruyère franc-maçon pour croquer toutes ces dérives du comportement humain dans les loges et en-dehors !

Le quatrième outil n’est pas spécifiquement maçonnique : éviter le piège du transfert !

C’est peut-être l’opération la plus délicate ; cela suppose en particulier de ne pas se croire obliger de prendre la place de l’autre, ce que généralement le désir de convaincre pousse invariablement à faire ! Idéalement, cela supposerait un accompagnement mais si on accepte de se remettre en cause on peut y arriver seul-e. Le transfert explique l’implication maladroite dans un interventionnisme de mauvais aloi !

Arts libéraux

Se connaître, c’est indéniablement améliorer sa ZDC aussi bien loge que dans la vie profane !

En franc-maçonnerie on pourrait isoler plusieurs sous-chapitres :

  • se connaître pour échapper à l’influence de pseudo-gourous (et cela ne manque pas), (voir aussi un article sur l’influence)
  • se connaître pour éviter de rentrer dans un clan,
  • se connaître pour rester exigent-e, refuser la recherche d’intérêt financier et ne pas succomber à la facilité !

Dans la vie profane on retrouvera des sous-chapitres connus :

  • se connaître pour éviter le piège des addictions,
  • se connaître pour cultiver la bienveillance et l’humilité,
  • se connaître pour apprécier la beauté de la Nature.

D’autres articles sur ce sujet :

Se connaître et se réaliser

How do you know yourself to be one?

Se connaître soi-même : 5 actions pour atteindre la connaissance de soi

Know Yourself? 6 Specific Ways to Know Who You Are

Alain Bréant
Médecin généraliste, orientation homéopathie acupuncture initié en 1979 dans la loge "La Voie Initiatique Universelle", à l'orient d'Orléans, du GODF Actuellement membre de la RL "Blaise Diagne" à l'orient de Dakar - GODF Auteur sous le pseudonyme de Matéo Simoita de : - "L'idéal maçonnique revisité - 1717- 2017" - Editions de l'oiseau - 2017 - "La loge maçonnique" - avec la participation de YaKaYaKa, dessinateur - Editions Hermésia - 2018 - "Emotions maçonniques " - Poèmes maçonniques à l'aune du Yi King - Editions Edilivre - 2021

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES