jeu 23 septembre 2021 - 13:09

ITALIE : L’importance du Rite français dans la Franc-maçonnerie Italienne

De notre confrère italien – Pierpaola Meledandri

« Je ne crois pas au mot « perfectionnement » qui est souvent un mirage pouvant même conduire à des frustrations d’impuissance, je préfère le mot plus réaliste et rassurant « amélioration », adopté par le Rite français . Cependant, il s’agit d’une progression complémentaire postérieure à l’obtention du troisième degré de l’Ordre, celui de Maître Franc-Maçon, diplôme dans lequel la formation maçonnique est considérée comme achevée ».

Nous en avons débattu, mais aussi abordé d’autres thèmes avec l’avocat Francesco Guida (*) .

Je l’ai une nouvelle fois rencontré mais pour un nouvel ouvrage, très intéressant, apparemment de “niche”, mais qui est à mon avis d’une grande valeur. Pourquoi une production aussi prolifique cette année ? Inspiration d’écriture ou effet de confinement ?

Ce développement concerne des environnements qui nous sont peu connus. Essayez de demander en dehors de la France, en Espagne, en Belgique, aux Pays-Bas et dans toute l’Amérique du Sud, ce qu’est la franc-maçonnerie française ou de rite moderne. On vous répondra qu’elle investit l’Italie et d’autres pays européens. Concernant les questions sur mes écrits, il me semble qu’elles sont indissociables. Le démon de l’écriture s’est manifesté avec une virulence particulière pendant la période d’isolement forcé de la pandémie.

La franc-maçonnerie italienne est homme combative et déterminée, importatrice d’idées brillantes et avant-gardistes, c’est pourquoi elle a un relation particulière avec la France, patrie des Lumières, des révolutions, de la libre pensée.

En réalité, je suis une personne curieuse qui ne cesse de s’interroger sur la raison des choses, cherchant à donner les bonnes réponses . C’est ma manière de réfléchir, j’ai aussi la passion de la reconstitution historique. A cela, s’ajoute l’attention particulière que depuis une dizaine d’années, je porte aux études sur la franc-maçonnerie française, sur les Lumières, trouvant une harmonie avec certains cercles maçonniques italiens du passé. Notre époque n’est plus à l’heure des révolutions, mais des réformes, qui doivent s’appuyer sur un système laïque éclairé, un amour de l’Homme, assorti de beaucoup de capacités. Je me souviens qu’il y a quelques jours le président français Emmanuel Macron nous a donné une leçon de laïcité, précisant que dans son pays les lois reposent sur ce principe depuis des siècles, alors que nous luttons encore aujourd’hui pour que la Raison devienne une norme.

La France a depuis longtemps une tradition initiatique d’ouverture aux femmes dans l’institution maçonnique, à la différence des Obédiences d’inspiration anglo-saxonne. Pourriez-vous expliquer aux lecteurs les raisons historiques et les motivations de ce choix ?

À mon avis, ce sont deux cultures différentes. La Franc-maçonnerie française vit dans une société ouverte, perméable aux influences des autres cultures, à l’expérimentation, à de nouvelles greffes ; ce qui de notre point de vue peut paraître hardi. Où, sinon en France, pouvait-on avoir la grande de la présence des femmes dans la loge ? Leurs présences ont commencé, dès le XVIIIe siècle pré-révolutionnaire avec les loges d’adoption, formule primitive de la franc-maçonnerie mixte, jusqu’à la fin du XIXe siècle, puis vint l’initiation la première “vraie” initiation celle de la féministe Marie Deraismes, avec la création de l’obédience “la Fédération du Droit Humain” une organisation qui actuellement englobe presque tous les pays du monde et a donné l’impulsion au développement de la franc-maçonnerie mixte. La situation est tout autre dans les pays anglo-saxons, où la franc-maçonnerie conservatrice n’a produit depuis 1814, date de la fondation de la Grande Loge Unie d’Angleterre, et à ce jour seulement quatre réformes (1814, 1877, 1929, 2018), dont seule, la dernière est libérale, puisqu’elle abolit l’interdiction d’entrée ou de séjour pour les transsexuels ; innovation dans laquelle certains observateurs ont entrevu les signes avant-coureurs de la levée de l’interdiction d’entrée pour les femmes.

En dehors de cela, afin de légitimer le refus des femmes dans la loge, des raisons historiques fallacieuses ont été avancées, selon lesquelles les femmes n’étaient pas autorisées dans la maçonnerie professionnelle, alors qu’en vérité, il était courant que les veuves de victimes du travail prenaient la place de leurs maris dans le chantier. , reprenant ses droits et devoirs. D’autre part, des raisons “ésotériques” sont apparues sur la différence d’énergie de l’homme et de la femme, aspect sur lequel je ne souhaite pas commenter, car il fait partie de la part fidéiste de chacun. En définitive, je crois qu’une franc-maçonnerie mature, à la hauteur de son temps, ne peut pas être complète sans l’apport de l’élément féminin dans la loge. Ce n’est pas une option mais une nécessité.

Pourriez-vous expliquer brièvement en quoi consiste un « rite de perfectionnement » par rapport à la voie maçonnique au sens large ?

Je ne crois pas au mot “perfectionnement” qui est souvent un mirage qui peut aller jusqu’à déclencher des frustrations d’impuissance, je préfère le mot le plus réaliste et rassurant “amélioration”, adopté par le Rite Français. Il s’agit d’une expérience complémentaire, à l’obtention du troisième degré de l’Ordre, celui de Maître Maçon Libre, degré dans lequel la formation maçonnique est considérée comme terminée. Le rite de perfectionnement ou d’amélioration est un approfondissement des thématiques contenues dans le troisième degré, à travers l’étude des mythes. Il n’y a pas de révélation de mystères, comme le claironnent certaines publications malveillantes, car en Franc-maçonnerie il n’y a pas de mystère, sinon celui de la profondeur de son ignorance. Les rites sont généralement structurés en degrés, qui représentent les niveaux de connaissance atteints.

Souvent, dans l’univers des rites multiples, il y a des caractéristiques et des similitudes, mais je dirais que le vrai tournant est dans la création d’une pyramide descendante et dans le fait d’incarner le rite lui-même, plus ou moins, d’inspiration ésotérique ou de valeurs. Parlez-nous de ce phénomène.

Dans le Rite français, le sommet a le pouvoir de représentation, mais peu de gestion car elle n’est pas pyramidale, mais horizontale. En fait, il ne s’agit pas des grades, typiques de l’échelle hiérarchique des autres rites, mais des Ordres : après le grade de Maître, quatre Ordres de Sagesse prennent le relais pour ceux qui veulent approfondir leur formation, qui sont autonomes et chacun a une représentation, et avec un cinquième Ordre, seulement d’administration, et appartiennent à un Grand Chapitre Général, qui regroupe tous les chapitres et à travers un Grand Vénérable. Du point de vue de recherche ésotérique,  nous distinguons selon le parcours choisi; le traditionnel qui a des thématiques communes au Rite écossais ancien et accepté; le laïque, suivi très souvent au Grand Orient de France, qui propose un parcours qui se tend à se rapprocher de la sociologie, des phénomènes sociétaux, de la science et de la philosophie de la politique et, en particulier, à l’expérience psychanalytique : et de toutes les disciplines de l’esprit.

Comment qualifier le Rite français par rapport à d’autres, apolitique, laïque, avec une égalité effective entre les femmes et les hommes et quoi d’autre ?

Historiquement c’est le rite primordial, car il remonte à celui adopté par la Grande Loge de Londres, fondée en 1717, considérée comme l’origine de la franc-maçonnerie moderne, et importée en France en 1725. Celui pratiqué par la Grande Loge Unie d’Angleterre est un rite mixte des deux traditions, celle des Anciens et celle des Modernes, en vigueur depuis 1814, en continuité par rapport au passé. Le Rite Français utilise une symbolique exclusivement maçonnique, contrairement à d’autres rites qui s’inspirent d’autres traditions (écossaise, templière, égyptienne, kabbalistique). Ses préceptes philosophiques, selon les versions, peuvent être traditionnels, ou laïques et socio-politiques, contrairement à d’autres rituels. L’élément qui le caractérise, cependant, est sa finalité directe et concrète : l’amélioration de la société. C’est pourquoi elle exige de ses membres une étude, un approfondissement continu, une confrontation constante, l’engagement dans les formations sociales et politiques. Ce n’est pas une expérience facile, mais réservée à ceux qui ont une forte motivation éthique qui les pousse au rapport à l’Autre pour la construction d’une société universaliste, humaniste. Car, il est beaucoup plus confortable et rassurant de méditer sur la longueur de la flamme de la bougie, en découvrant des vérités inaccessibles aux autres.

Quelle est la considération des femmes dans le rite français ?

Pour ce rite, les femmes sont considérées comme un élément indispensable de création et de confrontation de la recherche de la vérité et de la justice menées par la loge. Il y a et il y a eu de nombreuses femmes à la tête d’obédiences maçonniques, appartenant au Rite Français. Il me suffit ici que d’en citer une, l’Equatorienne Olga Vallejo Rueda, Grand Maître de la Grande Loge Mixte des Andes Equatoriales, membre de l’Union Maçonnique Universelle du Rite Moderne, organisme mondial qui rassemble certains grands chapitres, sublimes conseils et grandes loges pratiquant le rite.

Quelle est l’étendue du Rite français en Italie : a-t-il tendance à croitre pour les raisons que vous vous venez d’évoquer ou pour d’autres raisons supplémentaires ?

Il n’est pas facile pour moi de donner une réponse exhaustive à cette question. Actuellement, en Italie le Rite Français, tel que je l’ai exposé, est à l’an zéro, c’est-à-dire tout est à construire, avec l’enthousiasme et les incertitudes du début. Le sens de la publication de mon “abrégé” du Rite Français est de fournir les rudiments de cette réalité maçonnique inconnue de nous, mais très connue ailleurs. L’expression concrète de cette expérience, telle que j’ai essayé de la décrire brièvement, mais qui est bien expliquée dans le livre, est pratiquée dans certaines loges du nord et du sud de l’Italie affiliées à l’Ordre maçonnique italien traditionnel, dirigé par Luigi Pruneti, qui est un garantie de liberté de recherche et admet plus de rites différents dans son obédience. Nous verrons avec le temps, si cette graine prendra racine, générant une nouvelle plante, le Grand Chapitre Général du Rite Français, qui donnera ses fruits à la société. Bien sûr, c’est un défi tant pour la franc-maçonnerie italienne, habituée à s’occuper exclusivement de la dimension spirituelle, que pour la société civile italienne pour une franc-maçonnerie ouverte, critique, dialoguante et proactive sur les questions qui nous concernent tous.

(*) Francesco Guida (1956), spécialiste de l’histoire maçonnique, a publié divers articles et essais dans des revues spécialisées, a publié cinq monographies sur le sujet, dont la dernière « Entretien avec Luigi Pruneti. Histoires et réflexions sur la franc-maçonnerie » en 2021, revues dans cette chronique. Il prépare un volume sur l’odonomastique maçonnique tarentine.

Lire l’intégralité de l’article en version originale sur le site de notre confrère italien

(**) Francesco Guida , « Le Rite Français. Une franc – maçonnerie pour l’ homme et la société ” , préface de Luigi Pruneti , Placebook & Publishing Editions , Rome , 2020 , pages 124

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES