sam 24 juillet 2021 - 16:07

ARGENTINE : Cinq cents livres pour lutter contre l’obscurantisme à Neuquén… grâce à des francs-maçons

De notre confrère Rio Negro

En 1907, la première bibliothèque publique est inaugurée. Ses fondateurs étaient membres de la franc-maçonnerie et cherchaient à stpper l’avancée des dogmes en permettant la diffusion de la culture.

Les livres ont toujours été l’un des meilleurs moyens pour vaincre l’ignorance et rendre les gens libres et autonomes. Les bibliothèques publiques permettent ainsi d’égaliser tout le monde grâce à l’accès au savoir. C’est un moyen infaillible pour mener une bataille idéologique contre l’obscurantisme.

C’est à cela que pensaient les hommes qui ont promu et développé la nouvelle capitale du Territoire de Neuquén d’alors, dans la région de Confluencia. Aujourd’hui nous allons faire un voyage dans le temps et remonter au 27 mai 1907, lorsque sous le nom de « Rivadavia » la première bibliothèque publique du territoire ouvrit ses portes.

Le projet, comme tant d’autres, est imprimé de noms et d’hommes reconnus de l’histoire de ces terres. Les archives du musée Paraje Confluencia montrent que l’institution bénéficiait du soutien du gouvernement du territoire et de membres éminents de la communauté. Parmi eux on peut citer : Carlos Bouquet Roldán, Eduardo Talero, Abel Chaneton, Benjamín Piuma, Ferruccio Verzegnazzi et Jose Edelman.

Comment avez-vous démarré cette action, de créer la première bibliothèque ?

  • Avec du temps et des procédures.

Les chroniques de l’histoire racontent que « depuis octobre 1905, ils ont commencé à collecter les livres que le gouverneur Bouquet Roldán demanda aux ministères, aux institutions et aux particuliers . L’accumulation fut lente. Il chercha aussi un bâtiment pour héberger cette bibliothèque ».

Deux ans plus tard, on proceda à l’inauguration avec 40 abonnés et 500 livres. La plupart étaient offerts par Bouquet Roldán et par le ministère de la Justice de la Nation, où travaillait Eduardo Talero. Tous les jours de la semaine, il était ouvert de 16h à 18h, dans une salle des Châteaux Gris, où siège du gouvernement local.

Ces hommes voulaient offrir un lieu d’apprentissage. Ils avaient aussi d’autres intentions qu’ils ne dévoileraient pas immédiatement. Cette idée ne concernait qu’un groupe très restreint.

« L’histoire de la première bibliothèque de notre ville répond à des intérêts qui ne visaient pas seulement le social. Ses promoteurs étaient tous membres de la Maçonnerie. Il ont construit un Temple du savoir face à l’obscurantisme religieux. Ils considéraient qu’avec la construction de la chapelle Nuestra Señora de los Dolores, la première église de Neuquén inaugurée le 12 septembre 1907, l’obscurantisme du dogme s’installerait dans la région », relatent les archives du musée de Neuquén. Ces hommes se sont donc mis au travail pour l’empêcher.

Le premier président de la bibliothèque de Rivadavia était Eduardo Giberlli, un lieutenant de l’armée à la retraite, qui était également secrétaire du gouvernement communal. En 1909, les représentants du secrétariat du conseil municipal lui succèdent.

Suite de l’article sur Rio Négro

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES