sam 24 juillet 2021 - 15:07

Interview de Christian Roblin

directeur de la rédaction 450FM

par Magali Aimé

Franc-maçon depuis bientôt quatre décennies, Christian Roblin a dirigé, dans le monde profane, pendant plus de trente ans, différentes sociétés dans le secteur culturel (édition, presse, galerie d’art). Élu depuis peu président du Collège maçonnique, association culturelle transobédientielle[i] qui regroupe l’Académie maçonnique et l’Université maçonnique, il vient d’accepter la direction de la rédaction de 450.fm, nouveau journal du monde maçonnique. Il nous parle de ce dernier défi.

  • 450.fm : Vous êtes directeur de la rédaction d’un nouveau journal maçonnique dont le titre interpelle : pourquoi 450.fm ?
  • Christian Roblin : C’est tout simplement une addition de nombres géométriques, chacun de ces nombres étant puissamment évocateur pour les francs-maçons.

Commençons par une base forte, une aire de déploiement, 360° ; cela renvoie au symbole du cercle : il s’agit ici de faire le tour des infos dans l’actualité maçonnique et de réunir ce qui est épars, sans exclusive.

Sur ce plan, en nous plaçant de notre mieux au centre du cercle, dressons un axe orthogonal : chacun de nous y projettera une équerre. Cette droite à 90° permet de surplomber les choses avec… droiture et d’en chercher l’exacte mesure, en restant aussi clair que possible.

Additionnons ces chiffres et nous obtenons ce nombre de 450 auquel nous avons accolé un .fm, nom de domaine de premier niveau qui fait ici référence aux activités maçonniques, plutôt qu’aux États fédérés de Micronésie auxquels, à l’origine, il était réservé[ii].

De là, ce nom de domaine qui atteint des sommets en nombre de degrés, soit dit avec humour. 450.fm propose un panorama d’actualité, aussi large que possible, qui aborde les faits et les questions maçonniques sous un prisme et avec une méthode maçonniques. Notre objectif est de partager des regards :

  • des regards rapides sur nos activités (rendre les infos disponibles à tous les Frères et à toutes les Sœurs, où que ce soit)
  • et des points de vue maçonniques, un peu moins rapides mais rythmés quand même, sur des sujets majeurs qui concernent notre engagement et notre vie de maçon ou de maçonne.
  • 450.fm : Quels sont, à votre avis, les écueils que vous voulez éviter et, plus globalement, quel est votre positionnement ?
  • Chr. R. : Ce que l’on veut éviter, c’est à la fois de sombrer dans l’exposé magistral (rester journaliste dans l’âme) et de franchir les bornes mouvantes de l’opinion politique (rester dans la sphère maçonnique, à l’écart de  toute expression directe d’engagements personnels dans la cité).

Bref, 450.fm veut être un instrument fédérateur entre Frères et Sœurs en tant que tels et absolument pas un outil d’influence. Cet humanisme universel que nous poursuivons, nous avons pensé que nous pourrions déjà nous l’appliquer à nous-mêmes, en créant un organe de presse, en ligne aujourd‘hui, demain sur papier…

En commençant par partager l’info qui nous concerne et en assurant fraternellement, dans tous nos Orients, une présence et une ouverture mutuelles, nous espérons, dans la limite de nos moyens, redonner du lustre à la célèbre formule de Jaurès, le moins profane des profanes : « Le courage, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ».

  • 450.fm : Ce journal n’arrive pas par hasard. Il est né de la volonté d’une équipe dont la motivation est commune. Pouvez-vous nous en dire davantage sur ce plan ?
  • Chr. R. : En effet, nous sommes une équipe et nous avons commencé par être quelques frères qui souhaitions être présents au présent et approcher cette simple question : « comment la maçonnerie se vit-elle au jour le jour ? ». Franck Fouqueray, le directeur de la publication, Jacques Carletto, le rédacteur en chef, et moi-même, comme directeur de la rédaction, formons le premier triangle mais non le premier cercle qui compte déjà beaucoup de Sœurs et de Frères contributeurs, enthousiasmés par le projet, à la première minute. Tous, nous apporterons des infos, des idées, des propositions…

450.fm, je le souligne à nouveau, se situe dans la mouvance de la franc-maçonnerie en général, mouvance toutefois dépourvue de la moindre autorité, puisque hors du contrôle de toute Obédience et dans le respect de chacune, sachant que notre polyphonie est faite de toutes nos voix et que nous ne pouvons pas espérer recueillir le chant du monde, si nous nous bouchons déjà les oreilles entre nous…

  • 450.fm : Ne craignez-vous pas, cependant, que les fausses notes l’emportent sur les arpèges ?
  • Chr. R. : Vieux maçons, nous n’avons pas la naïveté de penser que nous allons spontanément flotter entre l’idylle et l’églogue mais nous rechercherons inlassablement des harmoniques. Si la notion d’ouverture d’esprit a un sens, elle fait place à la singularité de chacun, de même que la liberté de pensée suppose une capacité évolutive. Tout est affaire de temps. Soit, on tourne le nez et l’on tourne ainsi le dos à l’Histoire, laissant aux générations futures le soin de réformer brusquement ce qui n’aura pas su s’adapter ; soit, on écoute de bonne foi ceux qui s’expriment de bonne foi et l’on a une chance de construire ensemble une diversité respectueuse.

450.fm donnera de la vie et de l’animation aux questionnements et aux débats intéressant la maçonnerie, tant par des tribunes que par des dossiers périodiques. Nous nous efforcerons, en cela, de rester fidèles à nos fondamentaux, en reconstituant notre propre « pavé mosaïque ». C’est un voyage au long cours, dont nous n’attendons rien d’immédiat. Certes, cela peut paraître utopique et partant illusoire, mais, tout comme l’initiation est un voyage, nous voyagerons avec nos Sœurs et nos Frères de pont en pont, sans rejeter personne et surtout en restant curieux et réceptifs.

  • 450.fm : Cela n’en reste pas moins une entreprise délicate, ne croyez-vous pas ?
  • Chr. R. : La franc-maçonnerie demeure un monde d’impressions intimes, guidées par des lueurs toujours personnelles dans leur agencement et leur impact. C’est bien là sa richesse mais c’est aussi la source de sa complexité. Qui plus est, nos lecteurs ne sont pas tous maçons, ce sont également des profanes, puisque ce Journal leur est ouvert sur Internet. Il est donc d’autant plus de notre devoir d’illustrer, dans nos échanges, notre vertu de tempérance. Il ne s’agit point seulement de se respecter entre interlocuteurs, mais de respecter tout autant la curiosité de celui qui cherche et qui attend une information honnête, actuelle et vivante. Sans aucune arrière-pensée de recrutement, cela va sans dire (cela n’aurait, d’ailleurs, pas de sens), mais bel et bien avec la volonté avouée de servir de première porte à la découverte et à la redécouverte permanente de l’humanisme spirituel que nous incarnons.
  • 450.fm : Comment qualifier cette publication ?
  • Chr. R. : D’entrée de jeu, posons le fait que ce n’est pas un blog, c’est réellement un Journal qui vit sur le net et qui vivra aussi, sous une forme sélective et condensée, en format papier. C’est vraiment un journal qui reste en prise avec l’actualité et qui évolue au jour le jour. Il est animé par une équipe motivée qui, comme partout dans la Presse, adhère à une ligne éditoriale et respecte des principes rédactionnels. Ce Journal ne vit pas, pour autant, en vase clos. Il accueille régulièrement des plumes extérieures sur de nombreux sujets, mais toujours dans l’esprit de sobriété qui doit rester sa marque. C’est par l’incessante variété de son information que 450.fm augmentera sa  fréquentation, son audience.
  • 450.fm : Pouvez-vous résumer, pour finir, les valeurs que 450.fm veut porter ?  Et, sous cet éclairage, définir votre rôle ?
  • Chr. R. : Les valeurs en cause sont tellement « tarte à la crème » qu’il vaut mieux qu’elles transparaissent dans les règles d’action elles-mêmes : ne rien imposer, annoncer des événements maçonniques et les relater du mieux possible, assurer un maillage du territoire et une présence continus qui donnent envie d’aller en loge ou d’assister à des manifestations ouvertes ou fermées, exposer synthétiquement et avec sérieux des points de vue particuliers, dans le respect des appartenances et des convictions de chacun, garantir la sérénité des débats, guider vers plus de réflexion, sans aucunement se substituer aux tenues. En un mot, contribuer à une franc-maçonnerie active et œcuménique.

Mon rôle, en tant que directeur de la rédaction – je regrette de terminer sur ce point, je le fais pour ne pas éluder votre question –, c’est d’accompagner ce mouvement-là, comme un majordome qui s’assure que chacun est à sa place, que tout se passe bien, que les jardins sont ouverts et que les rafraîchissements sont servis… En réalité, il n’y a pas, dans ce Journal, de rapport hiérarchique avec le rédacteur en chef. Jacques Carletto est un frère et un ami de 30 ans. J’ai un titre un peu plus flatteur que le sien, alors que je travaille moins que lui. Disons qu’en fait, je suis à son service pour les tâches délicates, j’ai aussi une fonction de veille et d’harmonisation plus générale. Quant à Franck Fouqueray, comme directeur de la publication, c’est lui qui a porté cette aventure dans le désert avant tout le monde. Il essaie de faire tourner la machine et, quoique fortement attaché au concept, il ne se mêle pas de la Rédaction mais c’est un Frère aussi et notre trio se coalise pour avancer en essayant d’être toujours au clair sur la ligne à suivre.

450.fm est une sorte de mandala où l’on distingue encore les premiers personnages mais qui, bientôt, se remplira d’une multitude de figures et de couleurs. Ce sont celles-ci que l’on regardera.

Propos recueillis par Magali Aimé.


[i]On entend ici, par transobédientiel, « qui dépasse le cadre obédientiel », à la différence d’interobédientiel, « qui procède institutionnellement de plusieurs Obédiences ».

[ii] Tout comme .tv (domaine national de premier niveau réservé aux Tuvalu) s’est développé dans les activités audiovisuelles.

Article précédentLa parole substituée
Article suivantLes temps nouveaux
Magali Aimé
Un parcours atypique conduit Magali Aimé de son Sud natal à Paris pour y découvrir le monde de la communication et du journalisme. Elle a collaboré à différents supports : Gault Millau, Côté Sud, Génération Santé, La Marseillaise. Elle enseignera dans des écoles de communication à Paris et à Aix- en-Provence. C’est à Paris qu’elle sera initiée il y a quinze ans, à la Grande Loge féminine de France. Auteure aux éditions Dervy depuis 2009 avec Les vignes de la Franc-Maçonnerie, Femme et Franc-maçonne. Publications : - Premier Surveillant que faire avec les Compagnons ? - Dervy 2015 - Quelle musique en Loge ? Dervy 2017

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES