mar 29 novembre 2022 - 09:11

Échecs et franc-maçonnerie

Échecs et franc-maçonnerie

Alain Queruel

Cépaduès, Coll. de Midi, 2020, 80 pages, 13 €

Les échecs, ce roi des jeux ou jeu des rois, nous font inexorablement penser, avec son échiquier, miroir du monde qui se définit comme un tablier ou plateau, au pavé mosaïque. Alain Queruel qui a déjà publié plus d’une trentaine d’ouvrages sur l’alchimie, l’histoire des sciences et la franc-maçonnerie s’adonne, ici et maintenant, à un décryptage du plus ancien jeu intellectuel du monde (origine, légende, échiquier, règles, maniement des pièces, déroulement des parties, etc.). Et d’y trouver moult analogies symboliques avec la franc-maçonnerie. L’auteur ne fait pas l’impasse sur l’histoire : de la naissance avec Sissa, brahmane inventeur des échecs indiens à son arrivée en Occident, par la Perse, à l’usage du jeu au XVIIIe siècle au sein de clubs dans des tavernes, à l’instar de la maçonnerie, ou encore avec Benjamin Franklin, Grand Maître de Pennsylvanie et amateur du jeu. Puis il passe en revue toutes les figurines, du pion au Roi, essayant d’en comprendre le sens caché, les spécificités et similitudes avec la maçonnerie et les maçons (Hiram, Temple, Templiers, fonction du Vénérable Maître, tâches du secrétaire ou orateur, etc.). Allant même jusqu’à établir un tableau des correspondances pièces/francs-maçons dans une loge. Le troisième et dernier chapitre pourrait sembler plus technique avec les différents types d’ouverture aux échecs, mais c’est surtout esprit et valeurs du jeu – respect, silence -, en rapport avec plusieurs rites, que retient le lecteur. D’ailleurs, comment ne pas être interpellé par Gens una sumus, devise de la Fédération internationale des échecs signifiant « Nous sommes une seule famille »…

Article précédentPar Christian Roblin
Article suivantUne part de ce que nous sommes
Yonnel Ghernaouti
Retraité, Yonnel Ghernaouti a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du compagnon de l’Union Compagnonnique des Devoirs Unis Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire et membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France, il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour « La Chaîne d’Union », revue trimestrielle d'études maçonniques, philosophiques et symboliques du Grand Orient de France. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en est le Commissaire général.

Articles en relation avec ce sujet

2 Commentaires

  1. Le jeu d’échecs peut inspirer des réflexions sur l’organisation verticale des loges et obédiences, le jeu wei chi (en japonais « go », terme utilisé en Occident) serait l’équivalent d’une organisation égalitaire, horizontale. La fraternité peut avoir ces deux visages car nous sommes à la fois des individus et parties indissociables des collectivités qui nous dépassent, de la famille jusqu’à l’humanité.

    Pus-je vous inviter à lire mes réflexions sur ces questions et d’autres (qui demanent un peu plus d’espace que je ne dispose ici)? https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/311020/la-franc-maconnerie-gouverne-elle-le-monde

    Si vous ne jouez pas au go, précipitez-vous de l’apprendre, c’est un jeu encore plus merveilleux que les échecs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES