lun 21 juin 2021 - 00:06

Peut-on utiliser les outils modernes de communication en FM sans y perdre son Rituel ?

A une époque où les SS :. étaient encore peu nombreuses en Loge, nos FF :. notaient au crayon en début d’année sur leurs agendas respectifs les futures Tenues de l’Atelier. La poste était le seul relais pour informer des communications spéciales. Le bouche à oreille servait de lien permanent entre les membres de la Loge. Tout était plus lent, mais aussi beaucoup plus serein et apaisé.

Puis un jour, le téléphone se généralisa. Nous aurions pu vivre ainsi jusqu’au dernier souffle du GADLU, mais de jeunes ébouriffé de la côte Ouest des Etats-Unis en avaient décidé autrement. La révolution dite « numérique » était en marche. Des outils envoyés par le diable firent leur apparition. J’ai nommé : le telex, le fax, le email, le SMS, le MMS, le chat, la vidéoconférence…

Le rayonnement initiatique des Loges allait subir quelques interférences. Car si nos anciens étaient en recherche de la Lumière avec leurs travaux, la nouvelle génération de FF :.  quant à elle, recherchait plutôt des bornes WiFi pour connecter l’Iphone 9 ou la tablette Ipad.

Alors la question qui brule toutes les lèvres : « est-ce mieux ou moins bien qu’avant ? » Personne ne peut répondre à cette interrogation. Cela nous ramène à la notion fort discutable du « progrès ».

Pour les nostalgiques, je rappelle que mon arrière grand-père, en 1910 à Paris, a dangereusement souffert de la pollution. Il faut dire qu’il y avait à l’époque 80 000 voitures hippomobiles qui obligeaient 3200 cantonniers et 600 balayeuses à retirer quotidiennement les 900 tonnes de crottin des rues de notre capitale. Les Champs Elysées étaient même en circulation alternée pour permettre aux chevaux et aux vélos de cohabiter. Toutes les grandes villes souffraient du même mal, New York et Chicago n’échappaient pas à la règle avec annuellement 15 000 carcasses de chevaux morts à recycler pour l’une et 8 000 pour l’autre. Cette même année, toutes les capitales du monde s’étaient retrouvées à NYC pour 10 jours de sommet mondial de l’urbanisme afin d’éradiquer ce fléau. Au 6ème jour, tout le monde se sépara sur un constat d’échec. Rien à faire contre la pollution. Et pourtant, 10 années plus tard, l’automobile vint au secours des capitales en remplaçant les chevaux par des voitures qui fument. Fort heureusement, il n’y a aucun risque pour l’homme car le vent balaie tout sur son passage.

Cet exemple pose la double question de la pertinence du progrès technologique et celui de la préservation du caractère Initiatique de la Franc-maçonnerie. Le premier point mériterait une conférence entière. J’ai d’ailleurs interviewé en studio durant une heure Marc Giget, le Président du Club de Paris des directeurs de l’innovation. Sa réponse est simple : « Si cela sert les humains c’est bon, si c’est techno-chiant il faut arrêter ». On peut donc dire que la techno c’est bon pour tous, si elle trouve une utilité et qu’elle libère les humains. Mais il faut cesser d’innover lorsque les gains supplémentaires deviennent le seul prétexte à la surconsommation.

Parlons maintenant du sujet qui nous tient à cœur. La technologie et le sacré.

A y regarder de plus près, notre pratique n’a jamais cessé de se nourrir des technologies. Les Rituels sont désormais imprimés sur du papier brillant 300 g couleur avec pochette cartonnée. Les décors des officiers de la Loge sont brodés par d’efficaces machines à gestion électroniques, nos Temples sont éclairés par des centrales nucléaires, nous sommes tous venus en Tenue avec des véhicules modernes et parfois très polluants, nos Agapes sont issues d’une production agricole intensive et souvent chimique, elles sont généralement préparées selon une technique toute aussi automatisée. Parlons un instant de nos outils symboliques, les bougies n’échappent pas à la règle, lorsqu’elles ne sont pas électriques, elles restent bien loin des vieilles bougies artisanales de nos grands mère à la cire d’abeille. Quant à nos compas, équerres et autres règles, ils sont issus d’une production de masse made in China. Je n’ose à peine vous parler de votre tablier qui dans la plupart des cas a fait plus de kilomètres que vous cette année pour ceindre votre taille.  La liste pourrait être encore très longue. Bienvenue dans la mondialisation !

Comme le disait si bien Maurice Druon : « Une tradition, ce n’est jamais qu’un progrès qui a réussi. » La Franc-maçonnerie n’échappe pas à la règle, elle innove, elle invente, elle teste et si c’est concluant, alors elle agrège. C’est ainsi que notre Art est devenu ce qu’il est. Il est vivant et s’inscrit de tous temps dans son époque. Par conséquent, les outils contemporains doivent être exploités, mais pas n’importe comment. Ils doivent l’être selon l’esprit de la Franc-maçonnerie. Cela nous ramène donc à l’essence et à la finalité de notre Art Royal.

Essayons donc de les définir : Si j’affirme que c’est par le Rituel, vous allez me répondre qu’il ne s’agit pas de son essence mais de sa forme. Si je vous dis alors que c’est par la Fraternité, certains me rétorqueront qu’il s’agit de la conséquence de la pratique, mais toujours pas de son essence. Alors pourrions-nous affirmer qu’il s’agit d’un travail en conscience sur le symbolisme, selon les principes de la géométrie sacrée ? Nous commençons là à entrevoir la Lumière. Mais soyons plus précis :

Nos symboles communs sont matérialisés par le Fil à Plomb et le Niveau, le Soleil et la Lune, Le Tableau de Loge pour les uns, le Pavé Mosaïque ou le Naos pour d’autres, le Delta Rayonnant, que sais-je, car nos symboles sont nombreux. Nous pourrions parler des nombres 3, 5 ou 7. Nous pourrions aussi aborder les formes géométriques comme le Carré, le Triangle, le Pentagramme ou le Cercle.

Tous ces symboles nous aident à cheminer de la dualité enfermante de notre condition humaine au ternaire libérateur des passions. Ces supports nous permettent d’unir l’esprit et la matière qui ne sont que le croisement du fil à plomb et du niveau, afin de nous élever en humanité et en Fraternité. Le seul objectif tangible et durable de ce long travail est l’élévation progressive de notre conscience. Ainsi libérés de nos pulsions et de nos passions dont je parlais tout de suite, nous pouvons alors nous nourrir les uns des autres et grandir ensemble en Fraternité. Nous devenons des suppléments les uns des autres et non plus des compléments qui servent à compenser nos manques et nos frustrations.

Au 15ème siècle, certains s’étaient interrogés sur le danger de passer d’un enseignement oral à un enseignement imprimé. Le temps nous a donné la réponse à cette question.

Il y a quelques jours j’ai lancé un service Internet de télé-instruction pour les Apprentis version XXIème siècle. Plus de 150 FF :. et SS :. se sont déjà inscrits. Je ne suis pas sur d’être mieux accueilli que Gutenberg à son époque. Comme le dit Arthur Schopenhauer : « Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence. » Ce fameux danger qui touche la Franc-maçonnerie, ne vient-il pas plutôt de passer d’un enseignement du symbolisme porteur d’un sens initiatique à un enseignement politique ou syndical qu’on trouverait dans n’importe quelle association ou université profane ? Voilà où se trouve peut-être l’ennemi du Franc-maçon. Nos Rituels sont pourtant précis sur ce point, il faut : « Eriger des autels à la vertu et creuser des tombeaux pour les vices ». Pour cela, il ne suffit pas de converser poliment entre amis en Tabliers sur l’évolution de notre régime de retraite ou sur les OGM, il faut polir sa Pierre et « descendre chercher la Vérité au fond du puits » comme nous le suggère Démocrite. De vous à moi, qu’elle soit polie grâce au ciseau/maillet ou grâce au ciseau électrique, n’est-ce pas uniquement par le travail que s’opère la métamorphose du maçon ?

Ne nous trompons pas d’adversaire, le progrès que fustigeaient nos anciens hier, est devenu la tradition que nous défendons becs et ongles aujourd’hui. Si la Franc-maçonnerie est en danger au XXIème siècle, c’est certainement plus à cause de sa perte de sens et de valeurs que de l’apport des nouvelles sciences ou techniques.

Je propose de réenchanter notre Art par une quête de sens Initiatique et de laisser aux universités et à Science Po le soin de préparer nos futurs dirigeants. C’est leur métier, alors que nous n’avons jamais vu un seul Franc-maçon monter au perchoir de l’assemblée Nationale grâce au pouvoir d’une Loge. D’autant que je crois me souvenir que nos travaux doivent rester enfermés pour préserver nos secrets.

Pour conclure, nos outils de transmission ou de symbolisme vont certainement évoluer avec le temps, notre devoir est double. En premier, nous devons garder notre ardeur au Travail pour continuer d’apporter la Lumière sur les ténèbres. En second, notre devoir de maçon et de ne pas prendre les mots pour des symboles et les outils pour des fétiches. Pour cela il convient que notre conscience fasse la différence entre support et valeur. Je vous propose de revenir en deuxième semaine afin de vous présenter un travail sur ce sujet, tant il est profond.

Franck Fouqueray
Franck Fouqueray
Il effectue sa première demande d’entrée en maçonnerie en 1988, il est ensuite initié au début du XXIe siècle. Il est membre de la Grande Loge Mixte de France. Fort d’une expérience de trois mandats de Vénérable Maître, il écrit six ouvrages maçonniques ainsi qu’un essai sur les mutations de notre société. Il donne régulièrement des conférences. Il créé et anime le réseau maçonnique www.onvarentrer.fr. Il est aussi l’initiateur du 1er Festival d’humour maçonnique de Paris. Il Préside depuis 2017 la Fraternelle des Ecrivains Maçonniques. Il gère quelques blogs maçonniques et autres Chaînes Youtube. Il œuvre activement pour que la Franc-maçonnerie conserve son caractère initiatique. Il fustige les affairistes et opportunistes de l’Art Royal… lorsqu’il le peut. « Manuel de survie pour Apprenti maçon voulant démissionner » (2014). www.manuel-de-survie.com « Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes » (2016). www.ma-franc-maconnerie.com « Manuel de sauvetage pour Apprenti sans instructeur » (sept. 2016). www.manuel-de-sauvetage.com « Manuel de secours pour Vénérable Maître très seul en Loge » (juin 2018). www.manuel-de-secours.com « Le syndrome du pachyderme » (juin 2020) ECE-D www.lesyndromedupachyderme.com

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES