dim 20 juin 2021 - 22:06

L’Âme maçonnique

L’âme serait le point faible de la Franc-Maçonnerie Moderne. Comment, passer du COMMENT au POUR-QUOI ? Pourquoi injecter de l’âme dans son devenir et celui-ci devra t-il oser le mystique ?


D’après son étymologie latine, l’âme (“anima”), c’est ce qui anime … Qu’est-ce qui “anime la Franc-maçonnerie et les authentiques Francs-maçons ?

Les Anciens le savent depuis toujours, tout ce qui vit, s’articule autour de quatre modalités, quatre pôles modaux, faudrait-il écrire, chacun lié à un élément traditionnel.
Un Corps, d’abord, lié à la Terre, où une structure d’organes permet l’action au sein du monde.
Un Cœur, ensuite, lié au Feu, où fleurissent doucement la passion et la sensibilité.
Un Intellect, encore, lié à l’Eau, où s’épurent la pensée et la rationalité, les concepts et les idées.
Une Âme, enfin, liée à l’Air, où s’ancrent le sens et sa quête, où se touchent le relatif et l’absolu, l’instantané et l’intemporel.

La Franc-maçonnerie, parce qu’elle est un vaste organisme vivant, n’échappe pas à ce schéma.
Elle a un corps vivant, plus ou moins en bonne santé, où chaque Maçon est une cellule, où chaque Loge et/ou Grande Loge sont des organes qui se régulent entre eux (cette régulation induit la notion de régularité).
Elle a un cœur passionné où se tissent la chaleur fraternelle et la lumière des rituels.
Elle a un intellect où s’élaborent son corps de doctrine, ses statuts et ses règlements.
Elle a une âme, enfin, une âme collective qui (et c’est le sens étymologique du mot “âme) l’anime au plus profond d’elle-même.

Le cœur d’une Loge, ce serait le Soleil (feu) de l’Orateur et du Premier Surveillant ; son intellect serait la Lune (eau) du Secrétaire et du Second Surveillant ; son corps serait le Tapis de la Loge (terre) autour duquel tournent les Maçons.
Son âme serait alors, sous la protection du Vénérable, les trois grandes lumières (air) : le Volume de la Loi sacrée, l’Equerre (qui rappelle la rigueur de l’intellect) et le Compas (qui annonce les tourbillons du cœur).

Et c’est de cette Âme maçonnique que j’aimerais disserter ici. Qu’est-ce qui anime la Franc-maçonnerie ? Quel est son sens ? En quoi est-elle un lieu du Sacré, c’est-à-dire de rencontre entre le relatif et l’absolu, entre l’instantané et l’intemporel ? Ou, autrement et audacieusement dit, y a-t-il une Mystique maçonnique ? Et, s’il n’y en avait pas encore, en faudrait-il une pour affronter l’avenir et l’immense rupture paradigmatique qu’il nous réserve ?

La Franc-maçonnerie “moderne” est celle qui fut initiée à Londres en 1717, nouveau greffon enté sur la vieille souche des métiers médiévaux.
Elle naît en plein cœur du siècle des “Lumières” dont se réclamaient, d’ailleurs, ses fondateurs (Théophile Desaguliers en tête).
Cette Maçonnerie “moderne” appartient donc pleinement à la “modernité”, à l’ère moderne qui est cette période d’un demi millénaire qui émergea entre prise de Constantinople et découverte de l’Amérique … et qui se clôt sous nos yeux contemporains, depuis la grande boucherie de Verdun et de l’Yser jusqu’à la grande révolution noétique actuelle.

La Maçonnerie “moderne” appartient à la “modernité” et mourra avec elle si, précisément, elle de ressuscite pas son Âme, si elle ne se donne pas un sens au-delà des idéaux obsolètes de la Modernité et des Lumières.
Aujourd’hui, toutes obédiences confondues, la Franc-maçonnerie est un lieu de fraternité (cœur) et de réflexion (intellect). Elle n’est qu’extrêmement peu spirituelle (âme) et nullement mystique (Modernité et Lumières obligent). Et c’est là son immense point faible actuel dans ce monde où la quête de sens et la quête du Sens reprennent une position centrale pour ces individus qui fabriquent déjà demain.
Aujourd’hui, nulle part, le “comment” ne peut plus suffire : il faut du “pour-quoi”. Les “comment” prestigieux et impressionnant de la Franc-maçonnerie, au travers de ses structures, de ses rites, de ses cérémonies, de ses grades, de ses décors, de ses coutumes, ne donnent plus le change. Si elle ne devient pas explicitement et prioritairement un lieu du Sacré et du Sens, les initiés authentiques et les générations montantes la déserteront.

La Franc-maçonnerie, depuis ses racines médiévales, possède de fabuleux outils spirituels. Elle s’inscrit dans une métaphore incroyablement riche dont les rites et symboles déclinent la teneur. Cette métaphore centrale affirme implicitement un credo spirituel et mystique, métaphysique et philosophique qui, au contraire des religions instituées, converge parfaitement avec les aspirations et valeurs de notre nouveau paradigme humain post-moderne.
Ce credo tient, de mon point de vue, en quelques sentences aussi simples que riches :
• Le monde est le chantier d’un Temple en construction.
• La finalité de ce Temple est la Gloire du Grand Architecte.
• Cet architecte inconnaissable anime tout le chantier mais n’en trace aucun plan.
• Les rites et symboles maçonniques révèlent aux initiés leur vocation de constructeur.
• Le sens de la vie de tout initié est d’œuvrer à ce Temple sur le chantier du monde.

Cette formulation, probablement bien imparfaite, traduit l’idée centrale que la Franc-maçonnerie, bien plus qu’une institution humaine, est, et doit toujours plus, devenir l’âme d’un processus de parachèvement de l’homme et du monde. Le lieu d’un parachèvement intérieur, loin des oripeaux et des apparences, loin des tentations de pouvoir ou de confort. Un lieu de dépassement de l’humain, un lieu de jonction entre le relatif et l’absolu, entre l’instantané et l’intemporel. Un lieu sacré du Sens et de la plénitude.
Par elle, en elle, l’homme retrouve le divin en lui. C’est là mission cruciale car enlevez le divin de l’homme et il ne reste que l’inhumain.
L’Âme de la Franc-maçonnerie porte en elle l’âme humaine tout entière.

L’avenir de la Franc-maçonnerie sera mystique ou ne sera pas. Si elle ne quitte pas la Modernité et les “Lumières”, elle mourra avec eux.
Si elle ne quitte pas les valeurs obsolètes de l’humanisme et de ses dérivés égalitaristes et matérialistes, elle se sclérosera toujours plus et disparaîtra. Elle emportera avec elle son trésor spirituel parce que ceux qui en ont aujourd’hui la charge et la responsabilité, continuent de se griser avec les hochets de la satisfaction de soi et de l’hédonisme ambiant.

*
* *

Avatar
Marc Halévy
Marc Halévy est un écrivain français, né le 3 mai 1953 à Bruxelles. Il écrit sur la Kabbale, le taoïsme et la franc-maçonnerie, et sur leur convergence avec les vues de la physique contemporaine. Il soutient une idée de l'accumulation du temps — le temps ne passe pas, il s'accumule — et des théories dérivées de la panmnésie et des homéomnésies pour rendre compte des processus d'autopoïèse. https://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Hal%C3%A9vy

Articles en relation avec ce sujet

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES